BRIBES EN LIGNE
"mais qui lit encore le et tout avait je serai toujours attentif à a dix sept ans, je ne savais       apr&eg       &ccedi dernier vers aoi pour michèle gazier 1 c’est parfois un pays d’abord l’échange des beaucoup de merveilles au rayon des surgelés dernier vers aoi       la pie « e ! malvais    au balcon af : j’entends       le une fois entré dans la autre citation"voui cet article est paru dans le     &nbs "le renard connaît madame dans l’ombre des et encore  dits       au     cet arbre que  monde rassemblé on dit qu’agathe comme ce mur blanc poème pour au lecteur voici le premier l’illusion d’une pour andré sixième       vaches antoine simon 11 dernier vers aoi 10 vers la laisse ccxxxii grant est la plaigne e large deuxième du fond des cours et des nice, le 30 juin 2000   adagio   je certains soirs, quand je l’éclair me dure,       " errer est notre lot, madame,       l̵ pour lee dernier vers aoi f tous les feux se sont monde imaginal,   saint paul trois mon travail est une j’ai longtemps       dans     son edmond, sa grande encore une citation“tu je meurs de soif  martin miguel vient          seule au pluies et bruines, qu’est-ce qui est en troisième essai dans la caverne primordiale dans le train premier des quatre archanges que macles et roulis photo 6     une abeille de le bulletin de "bribes 1-nous sommes dehors. iv.- du livre d’artiste c’est seulement au générations sors de mon territoire. fais       le     les provisions       descen       droite     à tout est possible pour qui       entre madame chrysalide fileuse pas de pluie pour venir je n’hésiterai  zones gardées de dernier vers aoi       pour il s’appelait a grant dulur tendrai puis percey priest lakesur les fin première ce qui importe pour la terre a souvent tremblé 1.- les rêves de dans le respect du cahier des max charvolen, martin miguel (ma gorge est une portrait. 1255 :       au le soleil n’est pas diaphane est le toute trace fait sens. que la langue est intarissable juste un mot pour annoncer       &n  je signerai mon pour robert     m2 &nbs le vieux qui le franchissement des giovanni rubino dit aux barrières des octrois  “la signification l’art n’existe la vie est ce bruissement i.- avaler l’art par vertige. une distance quand les mots dans les rêves de la madame est toute       " franchement, pensait le chef, patrick joquel vient de a l’aube des apaches, j’ai perdu mon     faisant la au programme des actions       la la fonction, o tendresses ô mes pour gilbert tendresse du mondesi peu de "nice, nouvel éloge de la       dans dimanche 18 avril 2010 nous quai des chargeurs de encore la couleur, mais cette dernier vers aoi un soir à paris au inoubliables, les …presque vingt ans plus     chambre station 5 : comment je rêve aux gorges       glouss le pendu f qu’il vienne, le feu noble folie de josué,     "     les fleurs du       le ce qui aide à pénétrer le samuelchapitre 16, versets 1       la j’ai parlé pour m.b. quand je me heurte       que frères et six de l’espace urbain, pour nicolas lavarenne ma tu le saiset je le vois il n’y a pas de plus même si la musique est le parfum de nu(e), comme son nom pourquoi yves klein a-t-il arbre épanoui au ciel ils sortent troisième essai et madame a des odeurs sauvages neuf j’implore en vain pour angelo  il est des objets sur dernier vers aoi  pour de de l’autre mieux valait découper les amants se issent de mer, venent as le glacis de la mort dans les carnets     pluie du       dans       sabots et il fallait aller debout       une (ô fleur de courge... il ne s’agit pas de sur la toile de renoir, les jamais je n’aurais viallat © le château de le geste de l’ancienne, cinquième essai tout bribes en ligne a deux ajouts ces derniers dans le pain brisé son     le cygne sur diaphane est le mot (ou     oued coulant station 3 encore il parle       jonath (de)lecta lucta   « pouvez-vous       rampan cette machine entre mes ne faut-il pas vivre comme spectacle de josué dit 1 la confusion des quelque chose et voici maintenant quelques vous avez vous avez l’heure de la très saintes litanies 0 false 21 18 autre citation quel ennui, mortel pour la mort, l’ultime port,       embarq nice, le 18 novembre 2004 deuxième apparition de pour egidio fiorin des mots 7) porte-fenêtre première le proche et le lointain quatre si la mer s’est dernier vers aoi sa langue se cabre devant le genre des motsmauvais genre la gaucherie à vivre, (dans mon ventre pousse une (josué avait lentement tout mon petit univers en       parfoi       p&eacu mon cher pétrarque, des voiles de longs cheveux a la fin il ne resta que       l̵ légendes de michel un tunnel sans fin et, à gardien de phare à vie, au       pourqu on cheval deuxième suite je reviens sur des  référencem la prédication faite le "patriote", ço dist li reis : il est le jongleur de lui lorsque martine orsoni f dans le sourd chatoiement  “ce travail qui   la production ecrire les couleurs du monde       é dans le monde de cette comme c’est depuis ce jour, le site quelques autres       marche ] heureux l’homme       aux li emperere s’est violette cachéeton       enfant vue à la villa tamaris ce qui fait tableau : ce le grand combat :  l’exposition  normalement, la rubrique il y a tant de saints sur pour andré villers 1) pour raphaël on trouvera la video clere est la noit e la seul dans la rue je ris la   d’un coté, rm : nous sommes en un trait gris sur la envoi du bulletin de bribes       je me outre la poursuite de la mise le passé n’est 0 false 21 18 antoine simon 6 À la loupe, il observa il arriva que et ma foi, madame, vous débusquez autre petite voix traquer dernier vers aoi antoine simon 9 bruno mendonça passet li jurz, si turnet a démodocos... Ça a bien un       cerisi madame est une torche. elle (À l’église     le antoine simon 29 dernier vers aoi       object i en voyant la masse aux       soleil zacinto dove giacque il mio ce pays que je dis est       &n dernier vers aoi   l’existence n’est deux ce travail vous est quand il voit s’ouvrir, comme un préliminaire la la danse de allons fouiller ce triangle la poésie, à la c’est le grand (en regardant un dessin de li quens oger cuardise       tourne premier essai c’est         &n       la antoine simon 19 lentement, josué ce poème est tiré du et il parlait ainsi dans la branches lianes ronces dernier vers aoi "si elle est  les trois ensembles je t’enfourche ma       le le galop du poème me archipel shopping, la clers est li jurz et li a ma mère, femme parmi régine robin, ce n’est pas aux choses ce jour-là il lui tout le problème         or sequence 6   le l’évidence passet li jurz, la noit est       la       bonheu a claude b.   comme vos estes proz e vostre vous dites : "un   nous sommes (la numérotation des     hélas, antoine simon 15 pour jacky coville guetteurs je m’étonne toujours de la "et bien, voilà..." dit coupé le sonà il existe deux saints portant     extraire       fourmi premier vers aoi dernier temps de pierres dans les hautes herbes   encore une     longtemps sur       dans pour michèle gazier 1) tendresses ô mes envols a christiane guetter cette chose tout en vérifiant approche d’une       &agrav pour mes enfants laure et       le  un livre écrit un homme dans la rue se prend la littérature de   dits de ce 28 février 2002. la communication est les routes de ce pays sont       d&eacu prenez vos casseroles et       dans  “... parler une le numéro exceptionnel de la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Viallat

Viallat


  • MARCEL ALOCCO

    L’évidence Viallat

    Date de rédaction : mai 1988
    Titrer "Claude Viallat, la période de Nice 1964-1967 " peut paraître anecdotique : le passage de l’un des artistes marquant de sa génération dans la culture locale serait justification et (...)

  • MARCEL ALOCCO

    Galerie Catherine Issert, Saint Paul

    Date de rédaction : 3 avril 1999
    Aucun hasard si se trouvent réunis Galerie Catherine Issert, à Saint-Paul, quatre artistes qui ont eu des liens avec notre région. Tous quatre figurent dans « L’introduction à L’école de Nice » (...)
    Clefs : Dolla , Pagès , Viallat , Dezeuze

  • RAPHAEL MONTICELLI

    AVANT-DIRE

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “... parler une langue autre (...) immédiatement perceptible” C.V. Vous êtes entré dans cette salle où sont exposés les travaux de Claude Viallat. Vous vous dites “travaux” parce que vous savez le (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Préambule

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “s’ouvre d’un bloc la porte qui paraissait fermée. L’idée s’infiltre et le sens sourd” C.V. Dans le courant des années 60, Viallat fut l’un des protagonistes et l’une des références des dernières (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    INTRUSIONS

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Ne pas privilégier un matériau précis, mais assujettir l’image au travail sur le matériau et, par une analyse du matériau employé et du travail sur ce matériau, ouvrir le résultat aux sens” C.V. Car (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Déambulations

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Comment n’être que cheminement incertain, indécis, ou comment affirmer cette fragilité ? Placer son travail en brûlot ? quel impossible rêve !” C,V, Les déplacements de Viallat dans l’atelier pendant (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Dialogues

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Ce travail qui marge un territoire, Chemin de vigilance que le regard construit.” C.V. Lorsqu’il investit les tissus, qu’il met en place sa problématique, produit une pièce particulière, expose, (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Paradoxa

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “La signification n’est plus le déchiffrage d’une “production”, mais le déséquilibre d’un système” C.V. Dans une étude de 1977, parue en français dans le numéro de septembre 1989 de la revue Poétique sous (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Finale

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Le pinceau glisse sur la toile la couleur s’ancre dans le tissu et diffuse épaisseur et fluidité les formes se mettent en place et l’espace s’accommode regard tenu en respect par la réalité qui se (...)

  • MARCEL ALOCCO

    Viallat, Saytour, Dezeuze et la Peinture Analytique

    À propos de subjectiles... en toute subjectivité

    L’exposition : "Robinson ou la force des choses", Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice, 27 janvier - 28 mai 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette