BRIBES EN LIGNE
madame, c’est notre la terre a souvent tremblé dernier vers aoi       m&eacu       ma       " carmelo arden quin est une f les rêves de il ne reste plus que le rare moment de bonheur, il n’était qu’un siglent a fort e nagent e pourquoi yves klein a-t-il   la baie des anges ses mains aussi étaient       grappe écoute, josué, bernadette griot vient de  au mois de mars, 1166 tes chaussures au bas de pour michèle aueret on trouvera la video chairs à vif paumes de soie les draps, de soie       juin rêve, cauchemar, rita est trois fois humble.   anatomie du m et la liberté de l’être       m̵  epître aux       le recleimet deu mult f les feux m’ont janvier 2002 .traverse la bouche pure souffrance histoire de signes . dernier vers aoi la brume. nuages quand vous serez tout les grands depuis ce jour, le site une errance de       droite       quand dernier vers doel i avrat, bien sûr, il y eut       allong   pour adèle et ensevelie de silence, peinture de rimes. le texte vue à la villa tamaris    tu sais       au il est le jongleur de lui       glouss les lettres ou les chiffres genre des motsmauvais genre a propos de quatre oeuvres de "pour tes cyclades, iii°       m̵       la sequence 6   le deuxième apparition pour m.b. quand je me heurte f dans le sourd chatoiement a propos d’une "nice, nouvel éloge de la giovanni rubino dit         or       un et encore  dits face aux bronzes de miodrag deux ce travail vous est antoine simon 24 derniers vers sun destre   en grec, morías un trait gris sur la fragilité humaine. approche d’une l’homme est il arriva que même si polenta pour jacky coville guetteurs       l̵   pour théa et ses     l’é pour helmut dans l’effilé de et te voici humanité pour martin antoine simon 13 mais jamais on ne juste un mot pour annoncer       "       pass&e pour lee exode, 16, 1-5 toute j’ai longtemps percey priest lakesur les en introduction à je serai toujours attentif à le bulletin de "bribes tout est prêt en moi pour normal 0 21 false fal       les avez-vous vu journée de       ...mai dernier vers aoi macles et roulis photo 1 noble folie de josué, (À l’église       bruyan l’instant criblé lorsque martine orsoni       " intendo... intendo ! le temps passe dans la pour mes enfants laure et le tissu d’acier   au milieu de merci à marc alpozzo deuxième approche de       avant a supposer quece monde tienne se reprendre. creuser son Être tout entier la flamme envoi du bulletin de bribes hans freibach : paysage de ta tombe  et dans les écroulements dernier vers aoi   dans l’innocence des       pav&ea       l̵       le mult ben i fierent franceis e les amants se       force viallat © le château de la poésie, à la onzième "l’art est-il lorsqu’on connaît une voici des œuvres qui, le tout à fleur d’eaula danse li emperere s’est       enfant g. duchêne, écriture le ne faut-il pas vivre comme un nouvel espace est ouvert       cette de toutes les nouvelles mises en ] heureux l’homme pour jacqueline moretti, j’ai relu daniel biga, antoine simon 31 apaches : À perte de vue, la houle des  on peut passer une vie     les provisions dernier vers aoi 1254 : naissance de iloec endreit remeint li os  tu vois im font chier f qu’il vienne, le feu epuisement de la salle, max charvolen, martin miguel       deux clquez sur art jonction semble enfin tout est possible pour qui je t’ai admiré, dernier vers aoi la vie est dans la vie. se l’heure de la outre la poursuite de la mise et  riche de mes langues de plomba la nous viendrons nous masser j’ai donné, au mois quatrième essai de   ciel !!!! pas facile d’ajuster le       et tu vous dites : "un  martin miguel vient       bien       sur c’est ici, me  de la trajectoire de ce dernier vers aoi attendre. mot terrible. effleurer le ciel du bout des antoine simon 17 on peut croire que martine qu’est-ce qui est en   marcel très malheureux... etait-ce le souvenir    de femme liseuse pour mireille et philippe premier vers aoi dernier À max charvolen et       pass&e i mes doigts se sont ouverts grant est la plaigne e large al matin, quant primes pert il y a des objets qui ont la troisième essai et la force du corps, ce pays que je dis est martin miguel art et je sais, un monde se f le feu m’a sauvage et fuyant comme pour anne slacik ecrire est autre petite voix       é quelques textes tant pis pour eux.       grimpa       arauca dans ce pays ma mère diaphane est le mot (ou et il fallait aller debout carles li reis en ad prise sa r.m.a toi le don des cris qui comme une suite de macles et roulis photo 4 il ne sait rien qui ne va et…  dits de quando me ne so itu pe arbre épanoui au ciel       longte       & j’aime chez pierre glaciation entre       tourne ne pas négocier ne pour qui veut se faire une antoine simon 21 quelque temps plus tard, de la fraîcheur et la antoine simon 11 nécrologie ce texte m’a été mon cher pétrarque, la mastication des  ce qui importe pour       baie carissimo ulisse,torna a   (dans le la tentation du survol, à       marche il en est des noms comme du ajout de fichiers sons dans les routes de ce pays sont au programme des actions six de l’espace urbain,       fourr& pour yves et pierre poher et i.- avaler l’art par      & (vois-tu, sancho, je suis légendes de michel il tente de déchiffrer,       les rien n’est plus ardu dernier vers aoi       ( l’impression la plus 13) polynésie et que vous dire des ainsi fut pétrarque dans   le 10 décembre la littérature de les dieux s’effacent jusqu’à il y a  zones gardées de a ma mère, femme parmi passet li jurz, la noit est poussées par les vagues la galerie chave qui     après dernier vers aoi dire que le livre est une macles et roulis photo 3 je découvre avant toi d’un côté       dans je rêve aux gorges et tout avait ici, les choses les plus au labyrinthe des pleursils saluer d’abord les plus le plus insupportable chez tout le problème (elle entretenait folie de josuétout est (en regardant un dessin de dernier vers que mort       s̵ douze (se fait terre se ce qui aide à pénétrer le c’est la chair pourtant j’ai parlé tu le sais bien. luc ne deuxième apparition de quel étonnant       dans démodocos... Ça a bien un "ah ! mon doux pays, accorde ton désir à ta antoine simon 12 l’appel tonitruant du mult est vassal carles de dans l’innocence des si j’avais de son f tous les feux se sont « e ! malvais       fleur etudiant à bruno mendonça et ces       pourqu  pour jean le ki mult est las, il se dort       apparu a grant dulur tendrai puis la fraîcheur et la     un mois sans montagnesde quelques autres mougins. décembre nous lirons deux extraits de       &n       object     ton       dans       il en 1958 ben ouvre à "si elle est       pav&ea le 28 novembre, mise en ligne les enseignants :       je ce qu’un paysage peut les plus vieilles des voix percent, racontent       le la danse de à propos “la ce qui fascine chez quand les mots       reine pour pour maguy giraud et pour andrée       dans pour jean-louis cantin 1.- pour frédéric j’ai donc       issent de mer, venent as les cuivres de la symphonie       " d’un bout à charogne sur le seuilce qui ce monde est semé madame déchirée lentement, josué un jour nous avons comme c’est j’entends sonner les trois tentatives desesperees un homme dans la rue se prend dans les rêves de la moi cocon moi momie fuseau       magnol  née à   je ne comprends plus heureuse ruine, pensait le ciel est clair au travers madame est toute nous dirons donc dernier vers aoi         sur la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Viallat

Viallat

Dernière publication : 20 février 2013.
Les 3 derniers articles : EXPOSITION CLAUDE VIALLAT , Viallat, Saytour, Dezeuze et la Peinture Analytique , Finale .
Les 3 articles les plus lus : Galerie Catherine Issert, Saint Paul , L’évidence Viallat , EXPOSITION CLAUDE VIALLAT .

  • MARCEL ALOCCO

    L’évidence Viallat

    Date de rédaction : mai 1988
    Titrer "Claude Viallat, la période de Nice 1964-1967 " peut paraître anecdotique : le passage de l’un des artistes marquant de sa génération dans la culture locale serait justification et (...)

  • MARCEL ALOCCO

    Galerie Catherine Issert, Saint Paul

    Date de rédaction : 3 avril 1999
    Aucun hasard si se trouvent réunis Galerie Catherine Issert, à Saint-Paul, quatre artistes qui ont eu des liens avec notre région. Tous quatre figurent dans « L’introduction à L’école de Nice » (...)
    Clefs : Dolla , Pagès , Viallat , Dezeuze

  • RAPHAEL MONTICELLI

    AVANT-DIRE

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “... parler une langue autre (...) immédiatement perceptible” C.V. Vous êtes entré dans cette salle où sont exposés les travaux de Claude Viallat. Vous vous dites “travaux” parce que vous savez le (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Préambule

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “s’ouvre d’un bloc la porte qui paraissait fermée. L’idée s’infiltre et le sens sourd” C.V. Dans le courant des années 60, Viallat fut l’un des protagonistes et l’une des références des dernières (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    INTRUSIONS

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Ne pas privilégier un matériau précis, mais assujettir l’image au travail sur le matériau et, par une analyse du matériau employé et du travail sur ce matériau, ouvrir le résultat aux sens” C.V. Car (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Déambulations

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Comment n’être que cheminement incertain, indécis, ou comment affirmer cette fragilité ? Placer son travail en brûlot ? quel impossible rêve !” C,V, Les déplacements de Viallat dans l’atelier pendant (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Dialogues

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Ce travail qui marge un territoire, Chemin de vigilance que le regard construit.” C.V. Lorsqu’il investit les tissus, qu’il met en place sa problématique, produit une pièce particulière, expose, (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Paradoxa

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “La signification n’est plus le déchiffrage d’une “production”, mais le déséquilibre d’un système” C.V. Dans une étude de 1977, parue en français dans le numéro de septembre 1989 de la revue Poétique sous (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Finale

    Une renversante humilité

    / article dans revue d’art
    “Le pinceau glisse sur la toile la couleur s’ancre dans le tissu et diffuse épaisseur et fluidité les formes se mettent en place et l’espace s’accommode regard tenu en respect par la réalité qui se (...)

  • MARCEL ALOCCO

    Viallat, Saytour, Dezeuze et la Peinture Analytique

    À propos de subjectiles... en toute subjectivité

    L’exposition : "Robinson ou la force des choses", Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice, 27 janvier - 28 mai 2012


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette