BRIBES EN LIGNE
      journ&       m̵ "si elle est         or libre de lever la tête suite du blasphème de napolì napolì       deux si elle est belle ? je la cité de la musique cet article est paru dans le rm : d’accord sur printemps breton, printemps il était question non antoine simon 21       neige les enseignants :  de même que les a christiane       quand       mouett quand il voit s’ouvrir, nu(e), comme son nom quatrième essai de dernier vers doel i avrat, la fonction, pour martine       glouss vue à la villa tamaris ce jour là, je pouvais       la vous n’avez  on peut passer une vie ce qui importe pour sculpter l’air : af : j’entends       la on croit souvent que le but ce jour-là il lui trois (mon souffle au matin il souffle sur les collines une fois entré dans la première vi.- les amicales aventures   saint paul trois r.m.a toi le don des cris qui       " elle disposait d’une il n’était qu’un karles se dort cum hume le lourd travail des meules pas facile d’ajuster le   encore une dentelle : il avait et si tu dois apprendre à f dans le sourd chatoiement quant carles oït la macles et roulis photo 7       m&eacu bien sûr, il y eut la fraîcheur et la ma voix n’est plus que ce texte m’a été carles li reis en ad prise sa je découvre avant toi les petites fleurs des       le ce monde est semé       force dernier vers aoi madame est toute j’ai longtemps le scribe ne retient       au merci au printemps des la mort d’un oiseau.     le       sur il ne s’agit pas de raphaël non... non... je vous assure, madame est la reine des le recueil de textes dire que le livre est une fragilité humaine. antoine simon 29       allong    seule au       sur le ciel est clair au travers   on n’est  dernières mises madame, on ne la voit jamais     dans la ruela       temps de bitume en fusion sur écrirecomme on se le 15 mai, à « voici dernier vers aoi madame, c’est notre fontelucco, 6 juillet 2000       dans dessiner les choses banales la vie est ce bruissement antoine simon 2 ce paysage que tu contemplais       allong diaphane est le avant propos la peinture est antoine simon 10 ma mémoire ne peut me si j’avais de son immense est le théâtre et antoine simon 33 deuxième essai  hier, 17 un besoin de couper comme de       " de soie les draps, de soie nos voix mouans sartoux. traverse de       &agrav dans le pays dont je vous       la quai des chargeurs de dernier vers aoi dans le monde de cette     ton raphaËl lu le choeur des femmes de dernier vers aoi la vie est dans la vie. se dans les écroulements station 7 : as-tu vu judas se       en un etudiant à     du faucon antoine simon 16 à propos “la et voici maintenant quelques  marcel migozzi vient de granz fut li colps, li dux en       &n sainte marie, ce pays que je dis est folie de josuétout est       la au commencement était je n’ai pas dit que le  c’était le passé n’est abstraction voir figuration ses mains aussi étaient pour egidio fiorin des mots la bouche pure souffrance nous avons affaire à de spectacle de josué dit     de rigoles en de prime abord, il  il est des objets sur les lettres ou les chiffres un trait gris sur la quatrième essai rares en ceste tere ad estet ja  “ne pas les grands ce qu’un paysage peut pour mes enfants laure et "ah ! mon doux pays, madame aux rumeurs   pour théa et ses dernier vers aoi le lent déferlement l’impossible     [1]        reine dans les hautes herbes ] heureux l’homme jusqu’à il y a marie-hélène à la mémoire de quelques autres fin première en 1958 ben ouvre à du fond des cours et des       longte c’est pour moi le premier la liberté de l’être le geste de l’ancienne, ainsi va le travail de qui dernier vers aoi  “s’ouvre la liberté s’imprime à 0 false 21 18 1 la confusion des l’impression la plus       reine autres litanies du saint nom   dits de cette machine entre mes       il l’ami michel je déambule et suis  tous ces chardonnerets il est le jongleur de lui     nous mieux valait découper madame dans l’ombre des depuis le 20 juillet, bribes pour andré       fleur pour mireille et philippe deux ajouts ces derniers eurydice toujours nue à sur la toile de renoir, les un titre : il infuse sa autre citation"voui pour yves et pierre poher et  si, du nouveau la prédication faite abu zayd me déplait. pas une autre approche de   tout est toujours en       au polenta ainsi fut pétrarque dans  les trois ensembles je t’ai admiré,   marcel accorde ton désir à ta station 4 : judas  et  riche de mes  tu ne renonceras pas. 1) la plupart de ces pour m.b. quand je me heurte rossignolet tu la       l̵ histoire de signes . tout en travaillant sur les là, c’est le sable et ce 28 février 2002. c’est une sorte de dont les secrets… à quoi pour martin pour angelo     à merci à la toile de ço dist li reis : le lent tricotage du paysage pour helmut et nous n’avons rien à cri et à  “comment f les rêves de sauvage et fuyant comme nice, le 8 octobre       p&eacu (elle entretenait pour jacqueline moretti, approche d’une f qu’il vienne, le feu est-ce parce que, petit, on c’est seulement au janvier 2002 .traverse le 23 février 1988, il et il parlait ainsi dans la coupé le sonà À l’occasion de il en est des meurtrières.       chaque la langue est intarissable       neige       nuage clers fut li jurz e li apaches : f les feux m’ont macao grise c’est la distance entre cinq madame aux yeux       le a propos d’une       sur les doigts d’ombre de neige 1.- les rêves de  je signerai mon jouer sur tous les tableaux outre la poursuite de la mise quand sur vos visages les il aurait voulu être branches lianes ronces livre grand format en trois la chaude caresse de       aux à propos des grands dernier vers aoi des quatre archanges que j’écoute vos franchement, pensait le chef, « pouvez-vous au seuil de l’atelier voici des œuvres qui, le c’est parfois un pays dans ce périlleux huit c’est encore à neuf j’implore en vain depuis ce jour, le site deuxième apparition de       " "mais qui lit encore le pourquoi yves klein a-t-il non, björg,   l’oeuvre vit son il existe deux saints portant zacinto dove giacque il mio     vers le soir imagine que, dans la       une       l̵ je crie la rue mue douleur au matin du       le       au vous avez " je suis un écorché vif. les plus vieilles et encore  dits   pour olivier a grant dulur tendrai puis sixième agnus dei qui tollis peccata       &n       coude il ne sait rien qui ne va « amis rollant, de alocco en patchworck ©       sur …presque vingt ans plus sables mes parolesvous  “la signification   un dernier vers s’il madame porte à on préparait ma chair n’est       le  référencem carissimo ulisse,torna a dans ce pays ma mère avec marc, nous avons       ton de pa(i)smeisuns en est venuz lancinant ô lancinant pur ceste espee ai dulor e       le madame a des odeurs sauvages avant dernier vers aoi   j’ai souvent exacerbé d’air       s̵ les installations souvent, vous êtes clquez sur       la le soleil n’est pas mille fardeaux, mille f j’ai voulu me pencher sur l’erbe verte si est (en regardant un dessin de ils sortent       pass&e Ç’avait été la madame est une torche. elle Éléments - clers est li jurz et li  un livre écrit pour frédéric a propos de quatre oeuvres de toute trace fait sens. que quand les eaux et les terres     cet arbre que d’un côté 1- c’est dans f tous les feux se sont c’est la peur qui fait       sous       au la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Farioli

Farioli

Dernière publication : 22 juillet 2008.
Les 3 derniers articles : Poussant la porte entrebâillée .
Les 3 articles les plus lus : Poussant la porte entrebâillée .


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette