BRIBES EN LIGNE
intendo... intendo !       pass&e portrait. 1255 :       merci à la toile de li quens oger cuardise       fleure le franchissement des "mais qui lit encore le les enseignants : pour andré villers 1)       fourmi exode, 16, 1-5 toute antoine simon 19 sa langue se cabre devant le       juin       m̵ le nécessaire non « amis rollant, de que d’heures percey priest lakesur les et ma foi, la brume. nuages merci au printemps des le 26 août 1887, depuis     " dernier vers aoi dorothée vint au monde ce jour là, je pouvais toutes sortes de papiers, sur   1) cette le geste de l’ancienne,   le 10 décembre les petites fleurs des j’ai relu daniel biga, j’ai en réserve     oued coulant tout à fleur d’eaula danse « 8° de grant est la plaigne e large temps où les coeurs attelage ii est une œuvre la bouche pure souffrance les grands approche d’une       deux je sais, un monde se     l’é raphaël       va huit c’est encore à pour maguy giraud et  l’écriture  au mois de mars, 1166 lu le choeur des femmes de à sylvie       soleil dernier vers aoi bernadette griot vient de bribes en ligne a       la toulon, samedi 9       au  epître aux antoine simon 30 je me souviens de madame est la reine des dernier vers aoi  marcel migozzi vient de la vie est ce bruissement       la arbre épanoui au ciel et que dire de la grâce       mouett       il c’est seulement au ses mains aussi étaient able comme capable de donner thème principal : monde imaginal,       le i.- avaler l’art par on cheval dans la caverne primordiale       les il n’y a pas de plus       nuage quand les mots deuxième approche de   on n’est iv.- du livre d’artiste       dernier vers aoi   tout est toujours en ce paysage que tu contemplais ainsi alfred… ne faut-il pas vivre comme       maquis antoine simon 17  “s’ouvre  les premières  zones gardées de       pav&ea tendresses ô mes envols       l̵ le 23 février 1988, il en introduction à comment entrer dans une le grand combat : vertige. une distance granz fut li colps, li dux en "si elle est violette cachéeton un titre : il infuse sa deux nouveauté, et il parlait ainsi dans la       pourqu à quand les eaux et les terres maintenant il connaît le nécrologie recleimet deu mult   pour adèle et ce c’était une     sur la pente je suis s’égarer on il avait accepté quand sur vos visages les    seule au     les fleurs du nouvelles mises en guetter cette chose heureuse ruine, pensait pour michèle       marche aucun hasard si se dernier vers aoi  “la signification nice, le 8 octobre une autre approche de on peut croire que martine       le       en     nous antoine simon 15 l’impossible     les provisions agnus dei qui tollis peccata       dans madame porte à       fourr& vous dites : "un pour m.b. quand je me heurte       sabots vous deux, c’est joie et     depuis mesdames, messieurs, veuillez polenta nice, le 30 juin 2000 la chaude caresse de     m2 &nbs antoine simon 7       bonhe rien n’est et encore  dits chaque jour est un appel, une       é un homme dans la rue se prend (elle entretenait rare moment de bonheur, même si six de l’espace urbain, raphaël dernier vers aoi pour helmut on croit souvent que le but       st  hors du corps pas  de même que les elle ose à peine   je n’ai jamais et que vous dire des a supposer quece monde tienne   je ne comprends plus “le pinceau glisse sur traquer    regardant pour pierre theunissen la pour alain borer le 26 en cet anniversaire, ce qui   pour olivier dieu faisait silence, mais i en voyant la masse aux       banlie qu’est-ce qui est en pour daniel farioli poussant j’ai donné, au mois écoute, josué, f le feu m’a effleurer le ciel du bout des temps de cendre de deuil de mise en ligne dernier vers que mort  “... parler une       fourr& 0 false 21 18 ils sortent deux ce travail vous est grande lune pourpre dont les dernier vers s’il suite de pourquoi yves klein a-t-il       jardin je n’ai pas dit que le les dessins de martine orsoni al matin, quant primes pert madame, on ne la voit jamais Éléments - carcassonne, le 06 a toi le don des cris qui elle réalise des il ne reste plus que le carmelo arden quin est une si j’étais un         &n clers fut li jurz e li je t’ai admiré, j’ai ajouté     &nbs  la toile couvre les en 1958 ben ouvre à je reviens sur des folie de josuétout est je crie la rue mue douleur       dans       tourne dernier vers aoi « pouvez-vous le recueil de textes   ciel !!!! les premières       b&acir il ne sait rien qui ne va et je vois dans vos il faut laisser venir madame     le cygne sur le bulletin de "bribes la liberté s’imprime à légendes de michel trois (mon souffle au matin ce qu’un paysage peut       (     vers le soir dernier vers doel i avrat, sequence 6   le hans freibach : deuxième apparition le soleil n’est pas de mes deux mains deuxième apparition de etait-ce le souvenir le vieux qui       "       gentil       une station 3 encore il parle rm : d’accord sur et ces in the country a christiane je suis occupé ces macles et roulis photo 1 la lecture de sainte les lettres ou les chiffres cliquetis obscène des il n’est pire enfer que carissimo ulisse,torna a autre citation la terre nous inoubliables, les (la numérotation des madame aux rumeurs quel ennui, mortel pour       et tu       droite       &ccedi sculpter l’air : ce texte se présente halt sunt li pui e mult halt station 7 : as-tu vu judas se pierre ciel macao grise antoine simon 2 non... non... je vous assure, antoine simon 26 références : xavier il y a dans ce pays des voies le passé n’est "ces deux là se   marcel de proche en proche tous l’instant criblé jusqu’à il y a pour mes enfants laure et toute trace fait sens. que antoine simon 14 le glacis de la mort dans ce périlleux langues de plomba la poème pour pour jacky coville guetteurs jouer sur tous les tableaux abstraction voir figuration (josué avait l’éclair me dure, deux ajouts ces derniers deuxième suite reflets et echosla salle autre petite voix 1- c’est dans li emperere par sa grant les installations souvent, …presque vingt ans plus pour max charvolen 1) tout en travaillant sur les entr’els nen at ne pui petit matin frais. je te       &agrav       &agrav pour mireille et philippe     le antoine simon 18 je t’enfourche ma ce qui fascine chez pour jacqueline moretti, quelque temps plus tard, de imagine que, dans la nous serons toujours ces coupé le sonà ce n’est pas aux choses clere est la noit e la issent de mer, venent as 1 la confusion des cette machine entre mes le géographe sait tout pour mon épouse nicole       &agrav       midi on préparait le plus insupportable chez (de)lecta lucta   la fraîcheur et la troisième essai et avec marc, nous avons antoine simon 33 "ah ! mon doux pays,       "       " art jonction semble enfin depuis ce jour, le site certains soirs, quand je à la bonne g. duchêne, écriture le       pav&ea on dit qu’agathe       la       apr&eg   ces sec erv vre ile pour andré dernier vers aoi       ma premier essai c’est 1) la plupart de ces il aurait voulu être pour gilbert       glouss je rêve aux gorges  le livre, avec je suis celle qui trompe dans les horizons de boue, de le lent déferlement       quinze "moi, esclave" a ce qui aide à pénétrer le o tendresses ô mes dentelle : il avait la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > Homère

Homère

Dernière publication : 27 décembre 2008.
Les 3 derniers articles : CLXXXIX , CXXXV , CXX .
Les 3 articles les plus lus : LXXXIV , LXIX , CXX .

  • XVII

    Et il parlait ainsi dans la grande salle Troisième apparition de la figure du grand père, autres éléments d’autobiographie Je suis incapable de commencer à parler (pensait Josué) sans que s’impose (...)

  • XXXVII

    "Pour tes débordements mon peuple ; pour tes trop brusques violences, pour ta grande vigueur quand la fureur te prend…" (Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento la canzone della Sirena (...)

  • XXXVIII

    A l’aube des Apaches, suite Tambours battus jusqu’à l’aube entendus rythmés au fond des gorges séculaires rythmant nos nuits dosant nos pas jetant nos ombres doubles sous nos pieds tambours d’oubli (...)
    Clefs : Homère , mort , peuples , langue , Apaches , lutte

  • XLIV

    Quel étonnant bâtisseur il avait été ! Après avoir monté, avec une célérité rare, les murs de sa maison, il s’était aperçu que, faute d’avoir prévu des portes, il ne pouvait plus sortir. Il pleuvait à (...)

  • XLVIII

    tandis que dans la grande salle il parlait ainsi Reprise des tentatives d’autobiographie dite “la théorie de l’intrusion” J’ai toujours senti que -plus ou moins- je me trouvais souvent dans (...)

  • LII

    Carissimo Ulisse, Torna a Sorrento, Ulisse, torna a Sorrento ; mon très cher Ulysse, reviens à Sorrente… J’ai couru après ton image tout autour de la Méditerranée, et mes rêves m’ont emporté bien (...)

  • LXVI

    Troisième essai d’autoportrait dit au cas clinique Ils ne savent pas qui je suis... Non, non ! Ils ne le savent pas. Ne le savent... ou, s’ils le savent, ils le cachent bien. Ils le cachent. (...)

  • LXVIII

    Écoute, Josué, lui disait encore Dieu, il y a en toi quelque chose qui m’agace. Par certains côtés, tu me rappelles Job. à vrai dire, ce n’est pas “ tu me rappelles ” que Dieu disait à Josué, mais (...)

  • LXIX

    C’était ainsi parfois, et sous le feu roulant des questions de Dieu, Josué demeurait muet. Dieu seul était capable de repasser ainsi en des discours sans fin des questions sans réponse. Ou en tout (...)

  • LXXXIV

    né le 7 janvier 1904 à Ajaccio 1- 9-10 Corse [Prøto wAχD ] était 2- 8-7 ancien élève de l’école (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette