BRIBES EN LIGNE
un titre : il infuse sa iloec endreit remeint li os ne pas négocier ne  improbable visage pendu il y a tant de saints sur petites proses sur terre             embarq s’égarer on dernier vers aoi         é       ( on peut croire que martine rien n’est plus ardu suite du blasphème de mille fardeaux, mille "le renard connaît pour nicolas lavarenne ma vedo la luna vedo le       qui a la libération, les       ruelle lentement, josué i.- avaler l’art par dessiner les choses banales     hélas, je désire un       cette 1) notre-dame au mur violet « amis rollant, de suite de  “ne pas 1257 cleimet sa culpe, si prenez vos casseroles et station 7 : as-tu vu judas se       dans juste un mot pour annoncer       au 1254 : naissance de viallat © le château de       vaches       la  l’exposition        le pour mon épouse nicole je reviens sur des quel étonnant pas même dans le train premier et il fallait aller debout   entrons journée de j’aime chez pierre preambule – ut pictura   voici donc la pour egidio fiorin des mots       b&acir       apparu       magnol errer est notre lot, madame, dernier vers aoi quand vous serez tout antoine simon 18 l’une des dernières c’est extrêmement       sabots le 26 août 1887, depuis       en  référencem ce voici des œuvres qui, le pour andré villers 1)       dans un jour nous avons les parents, l’ultime       le recleimet deu mult ma voix n’est plus que f les feux m’ont rm : nous sommes en vue à la villa tamaris f dans le sourd chatoiement il existe deux saints portant     son il en est des noms comme du est-ce parce que, petit, on     m2 &nbs c’est ici, me quand il voit s’ouvrir, quelque temps plus tard, de des quatre archanges que ils s’étaient   dits de     du faucon 0 false 21 18 si grant dol ai que ne macles et roulis photo 4   marcel       un j’ai ajouté madame est toute f le feu s’est f qu’il vienne, le feu       sur portrait. 1255 : autre essai d’un m1       dernier vers aoi le soleil n’est pas       allong       dans dans ce périlleux des quatre archanges que il semble possible le 23 février 1988, il toute une faune timide veille       "   je ne comprends plus À max charvolen et martin coupé le sonà je déambule et suis dans le monde de cette   jn 2,1-12 :   le texte suivant a ce paysage que tu contemplais 0 false 21 18 quel ennui, mortel pour ce va et vient entre d’un bout à le ciel de ce pays est tout j’entends sonner les le "patriote",     surgi dernier vers s’il     pourquoi le corps encaisse comme il accorde ton désir à ta   la baie des anges       sur première dans le pain brisé son     &nbs à sylvie f le feu s’est c’est la distance entre vi.- les amicales aventures la liberté de l’être dernier vers aoi         deux on cheval un homme dans la rue se prend dont les secrets… à quoi "pour tes mise en ligne d’un    regardant (elle entretenait (ô fleur de courge... de soie les draps, de soie chercher une sorte de antoine simon 24 constellations et       le tandis que dans la grande carmelo arden quin est une paroles de chamantu     faisant la il faut aller voir       marche je t’enfourche ma ce texte se présente j’ai donné, au mois chaque jour est un appel, une  dernières mises comme ce mur blanc où l’on revient       un moi cocon moi momie fuseau au lecteur voici le premier tendresse du mondesi peu de  au mois de mars, 1166 la fonction,  si, du nouveau la vie est dans la vie. se al matin, quant primes pert à bernadette       longte a la fin il ne resta que références : xavier bernard dejonghe... depuis marie-hélène toutes ces pages de nos la gaucherie à vivre, le galop du poème me tromper le néant merci à marc alpozzo intendo... intendo ! ce monde est semé deuxième dans un coin de nice, deux ce travail vous est  de la trajectoire de ce de pa(i)smeisuns en est venuz   je n’ai jamais f les rêves de       la       dans zacinto dove giacque il mio nous savons tous, ici, que       ( quelques textes       je me chairs à vif paumes     double seins isabelle boizard 2005 toulon, samedi 9       au tendresses ô mes envols ce poème est tiré du       fourr& a toi le don des cris qui ici. les oiseaux y ont fait un nouvel espace est ouvert    si tout au long pour raphaël  née à a claude b.   comme bien sûrla     pluie du outre la poursuite de la mise attendre. mot terrible. le nécessaire non et nous n’avons rien il aurait voulu être   pour olivier f le feu est venu,ardeur des un trait gris sur la       au le géographe sait tout et c’était dans a la femme au a christiane ki mult est las, il se dort le samedi 26 mars, à 15 et que vous dire des le vieux qui nous lirons deux extraits de       bruyan       au mult est vassal carles de il ne sait rien qui ne va le scribe ne retient deuxième apparition pour jacqueline moretti, sa langue se cabre devant le le 15 mai, à       en c’est parfois un pays     les provisions c’était une f toutes mes je m’étonne toujours de la vous deux, c’est joie et macles et roulis photo 1   nous sommes écrirecomme on se merci à la toile de les étourneaux ! dernier vers aoi là, c’est le sable et agnus dei qui tollis peccata       l̵ arbre épanoui au ciel     [1]        six l’existence n’est sous la pression des       une polenta l’appel tonitruant du       le décembre 2001. dernier vers aoi pour anne slacik ecrire est madame est la reine des bribes en ligne a il faut laisser venir madame trois (mon souffle au matin elle réalise des "tu sais ce que c’est able comme capable de donner       " pour qui veut se faire une madame, c’est notre ce n’est pas aux choses morz est rollant, deus en ad un verre de vin pour tacher autre petite voix antoine simon 21 "ah ! mon doux pays, tu le sais bien. luc ne la fraîcheur et la temps de cendre de deuil de pour jean gautheronle cosmos la cité de la musique dernier vers aoi antoine simon 28 pour gilbert 0 false 21 18       parfoi antoine simon 3 dernier vers aoi a ma mère, femme parmi       voyage avant propos la peinture est s’ouvre la       midi dans les rêves de la  il y a le madame aux rumeurs juste un les installations souvent, "mais qui lit encore le bal kanique c’est cyclades, iii° les dieux s’effacent la route de la soie, à pied, d’ eurydice ou bien de     le  mise en ligne du texte le tissu d’acier deux nouveauté, dieu faisait silence, mais  “s’ouvre     quand écoute, josué,     extraire se placer sous le signe de  la toile couvre les passet li jurz, la noit est ma chair n’est macles et roulis photo       nuage exacerbé d’air r.m.a toi le don des cris qui       la   (dans le (À l’église       je antoine simon 2       le             la karles se dort cum hume la liberté s’imprime à le plus insupportable chez je me souviens de       longte pourquoi yves klein a-t-il       les les dernières pour maguy giraud et grant est la plaigne e large  le grand brassage des "la musique, c’est le Éléments - l’illusion d’une la littérature de raphaËl    de femme liseuse antoine simon 11 pour maxime godard 1 haute clers est li jurz et li toi, mésange à glaciation entre il ne s’agit pas de dernier vers aoi dernier vers aoi approche d’une aux barrières des octrois       apr&eg inoubliables, les       j̵ noble folie de josué, laure et pétrarque comme deuxième suite livre grand format en trois ce qui fait tableau : ce   pour le prochain  dernier salut au le franchissement des en cet anniversaire, ce qui introibo ad altare la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > peuples

peuples

Dernière publication : 23 juin 2014.
Les 3 derniers articles : CLII , CXLIII , CXL .
Les 3 articles les plus lus : LXXVIII , CLII , LV .

  • V

    Ici. Les oiseaux y ont fait leur nid. Les hommes, lassés du ciel, n’y posent qu’à peine leurs regards Fixés à l’horizon comme : les (...)
    Clefs : peuples , monde , langue

  • VI

    Franchement, pensait le chef, est-il possible d’avoir des yeux plats à ce point ? Creux, pour ainsi dire, avec des petits caches mobiles par dessus... Non... Vraiment, voilà qui dépasse (...)
    Clefs : citations , peuples , récits

  • XXXVI

    Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento ....................................................... ( ) Aube des (...)

  • XXXVIII

    A l’aube des Apaches, suite Tambours battus jusqu’à l’aube entendus rythmés au fond des gorges séculaires rythmant nos nuits dosant nos pas jetant nos ombres doubles sous nos pieds tambours d’oubli (...)
    Clefs : Homère , mort , peuples , langue , Apaches , lutte

  • XXXIX

    Ils avaient si longtemps, si longtemps vécu sans autre souci que de vivre, épousant les rives du torrent, mage capricieux, aimant et redoutant ses débords pour leur fertilité tapageuse, pour le prix (...)
    Clefs : peuples , Apaches

  • XLVII

    Dans les hautes herbes souples sous le vent, mon peuple s’alanguissait en des rêves sans fin. Etonné depuis toujours de son propre bonheur, il vivait sans crainte et sans haine. Amoureux des (...)
    Clefs : peuples , art

  • XLVIII

    tandis que dans la grande salle il parlait ainsi Reprise des tentatives d’autobiographie dite “la théorie de l’intrusion” J’ai toujours senti que -plus ou moins- je me trouvais souvent dans (...)

  • XLIX

    Très malheureux... Peut-il être très malheureux ? Ou même triste ? En tout cas, il n’est pas méchant… 7 - 14 - 21 - 28 Torre torino torone torotto mia moglie è cascata da letto Vous connaissez la (...)

  • LIII

    Paroles de Chaman Tu m’assourdis, mon peuple ! Tes longues souffrances ont beau m’être connues et douloureuses, j’ai beau pleurer, caché dans le silence, les mêmes larmes que tes larmes, et sentir (...)
    Clefs : peuples , monde , lieux , lutte

  • LV

    Ils s’étaient rangés le long des crêtes, tenant leurs lances ou s’appuyant sur elles, confondus avec les massifs, les rochers, les boursouflures végétales, comme revenus à un rêve prénatal, sans autre (...)
    Clefs : citations , peuples , monde , lutte


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette