BRIBES EN LIGNE
printemps breton, printemps toulon, samedi 9 moi cocon moi momie fuseau à propos des grands       les dernier vers aoi   adagio   je      & rare moment de bonheur, madame porte à       &agrav carmelo arden quin est une deuxième apparition       les       vu antoine simon 3  hors du corps pas il en est des meurtrières.       je me carcassonne, le 06       au la communication est rêve, cauchemar, tout est possible pour qui  pour le dernier jour et il parlait ainsi dans la on a cru à première un nouvel espace est ouvert tromper le néant un verre de vin pour tacher juste un les dieux s’effacent les lettres ou les chiffres la brume. nuages il en est des noms comme du       marche station 7 : as-tu vu judas se quelque temps plus tard, de       la je t’ai admiré,   en grec, morías dernier vers aoi j’ai travaillé       en toujours les lettres :       la       dans le passé n’est madame est la reine des ce monde est semé mon cher pétrarque, pour qui veut se faire une dernier vers aoi j’ai ajouté c’est un peu comme si, antoine simon 30 0 false 21 18 cet article est paru dans le noble folie de josué, libre de lever la tête errer est notre lot, madame, pour maguy giraud et laure et pétrarque comme   (dans le dernier vers aoi « e ! malvais       le quel étonnant   nous sommes générations   pour le prochain       une       sur voudrais je vous des quatre archanges que mise en ligne d’un f j’ai voulu me pencher madame, vous débusquez     une abeille de 0 false 21 18       longte       bien « pouvez-vous du bibelot au babilencore une le ciel de ce pays est tout et tout avait et te voici humanité       sabots je désire un l’art n’existe josué avait un rythme   maille 1 :que madame, c’est notre j’écoute vos dernier vers aoi ecrire les couleurs du monde heureuse ruine, pensait       glouss dans le pays dont je vous autres litanies du saint nom       object mult ben i fierent franceis e à         &n j’ai longtemps       quinze dernier vers aoi pour martine   3   

les dix l’espace ouvert au quatre si la mer s’est       au je me souviens de le pendu     depuis carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi pas de pluie pour venir       je me i en voyant la masse aux  ce mois ci : sub diaphane est le mot (ou abstraction voir figuration les étourneaux ! …presque vingt ans plus       devant       object mi viene in mentemi exacerbé d’air dans le respect du cahier des 1 la confusion des je ne saurais dire avec assez dernier vers aoi       la pie depuis ce jour, le site       retour       ma     sur la martin miguel art et     nous  de la trajectoire de ce pour pierre theunissen la  il y a le moisissures mousses lichens la galerie chave qui dernier vers aoi c’est ici, me giovanni rubino dit madame aux rumeurs entr’els nen at ne pui rien n’est plus ardu dernier vers aoi les plus terribles 1-nous sommes dehors. "l’art est-il       journ& c’est la distance entre    tu sais de pareïs li seit la pure forme, belle muette,  née à 1.- les rêves de    de femme liseuse ce qui aide à pénétrer le deuxième       soleil pour alain borer le 26       chaque maintenant il connaît le le travail de bernard macles et roulis photo 6 si grant dol ai que ne       descen  pour jean le       pass&e       sur l’appel tonitruant du  un livre écrit où l’on revient li quens oger cuardise écrirecomme on se de pa(i)smeisuns en est venuz l’impossible       & la mort d’un oiseau. nous savons tous, ici, que si, il y a longtemps, les f le feu s’est c’est le grand le lourd travail des meules       pour c’est seulement au dernier vers aoi la terre nous       b&acir la vie est ce bruissement       m̵ juste un mot pour annoncer bruno mendonça frères et mise en ligne et que vous dire des temps où les coeurs   la baie des anges     de rigoles en légendes de michel dernier vers aoi nice, le 8 octobre    nous immense est le théâtre et    regardant     le morz est rollant, deus en ad  “ne pas attelage ii est une œuvre       l̵ c’est vrai essai de nécrologie, le temps passe si vite, et c’était dans troisième essai ainsi va le travail de qui     les provisions   pour théa et ses   se de tantes herbes el pre les routes de ce pays sont de soie les draps, de soie deuxième suite ma voix n’est plus que d’un bout à    au balcon attention beau o tendresses ô mes       montag dernier vers aoi j’ai perdu mon dire que le livre est une ici. les oiseaux y ont fait       la ensevelie de silence, accoucher baragouiner  “comment tant pis pour eux. deuxième essai le elle disposait d’une buttati ! guarda&nbs       fourr&     l’é ainsi alfred… janvier 2002 .traverse il n’y a pas de plus et ces (la numérotation des rossignolet tu la (dans mon ventre pousse une             ce     hélas, cinquième citationne villa arson, nice, du 17 monde imaginal, tout mon petit univers en nouvelles mises en quelques autres       force g. duchêne, écriture le autre citation"voui   je n’ai jamais       &agrav sur l’erbe verte si est       au deux ajouts ces derniers toutes ces pages de nos   on n’est traquer pour andré une fois entré dans la  “s’ouvre     tout autour dernier vers aoi pour martin mult est vassal carles de titrer "claude viallat, tous ces charlatans qui       " intendo... intendo !       l̵ journée de la question du récit "et bien, voilà..." dit quatrième essai de       dans et…  dits de 13) polynésie antoine simon 5 vue à la villa tamaris   encore une le 2 juillet     un mois sans de sorte que bientôt allons fouiller ce triangle l’illusion d’une (elle entretenait ne pas négocier ne avant dernier vers aoi       la pas une année sans évoquer     longtemps sur macles et roulis photo de profondes glaouis       pourqu bernadette griot vient de dans ma gorge       la paien sunt morz, alquant quatrième essai de pour andrée antoine simon 27 pluies et bruines, prenez vos casseroles et vous deux, c’est joie et de mes deux mains station 4 : judas  pour lee       alla le recueil de textes     quand marie-hélène la liberté de l’être ce qui importe pour       dans pour philippe il souffle sur les collines la mastication des la poésie, à la les cuivres de la symphonie À l’occasion de hans freibach :       &n pour gilbert       le il ne reste plus que le       ruelle marcel alocco a karles se dort cum hume face aux bronzes de miodrag soudain un blanc fauche le dernier vers aoi macles et roulis photo 3 seul dans la rue je ris la antoine simon 10 antoine simon 15 pour mon épouse nicole     dans la ruela antoine simon 18       nuage  le "musée "tu sais ce que c’est "je me tais. pour taire. ce qu’un paysage peut bientôt, aucune amarre aucun hasard si se   ces sec erv vre ile la fonction, guetter cette chose et combien ici, les choses les plus le scribe ne retient trois (mon souffle au matin le 19 novembre 2013, à la je crie la rue mue douleur  l’écriture       banlie       au antoine simon 17 sa langue se cabre devant le tes chaussures au bas de       aux madame, on ne la voit jamais merle noir  pour     le cygne sur antoine simon 24     faisant la il pleut. j’ai vu la raphaël à la bonne raphaël "le renard connaît la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > peuples

peuples

Dernière publication : 23 juin 2014.
Les 3 derniers articles : CLII , CXLIII , CXL .
Les 3 articles les plus lus : CCX , CXXXIII , CXXXVII .

  • V

    Ici. Les oiseaux y ont fait leur nid. Les hommes, lassés du ciel, n’y posent qu’à peine leurs regards Fixés à l’horizon comme : les (...)
    Clefs : peuples , monde , langue

  • VI

    Franchement, pensait le chef, est-il possible d’avoir des yeux plats à ce point ? Creux, pour ainsi dire, avec des petits caches mobiles par dessus... Non... Vraiment, voilà qui dépasse (...)
    Clefs : citations , peuples , récits

  • XXXVI

    Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento ....................................................... ( ) Aube des (...)

  • XXXVIII

    A l’aube des Apaches, suite Tambours battus jusqu’à l’aube entendus rythmés au fond des gorges séculaires rythmant nos nuits dosant nos pas jetant nos ombres doubles sous nos pieds tambours d’oubli (...)
    Clefs : Homère , mort , peuples , langue , Apaches , lutte

  • XXXIX

    Ils avaient si longtemps, si longtemps vécu sans autre souci que de vivre, épousant les rives du torrent, mage capricieux, aimant et redoutant ses débords pour leur fertilité tapageuse, pour le prix (...)
    Clefs : peuples , Apaches

  • XLVII

    Dans les hautes herbes souples sous le vent, mon peuple s’alanguissait en des rêves sans fin. Etonné depuis toujours de son propre bonheur, il vivait sans crainte et sans haine. Amoureux des (...)
    Clefs : peuples , art

  • XLVIII

    tandis que dans la grande salle il parlait ainsi Reprise des tentatives d’autobiographie dite “la théorie de l’intrusion” J’ai toujours senti que -plus ou moins- je me trouvais souvent dans (...)

  • XLIX

    Très malheureux... Peut-il être très malheureux ? Ou même triste ? En tout cas, il n’est pas méchant… 7 - 14 - 21 - 28 Torre torino torone torotto mia moglie è cascata da letto Vous connaissez la (...)

  • LIII

    Paroles de Chaman Tu m’assourdis, mon peuple ! Tes longues souffrances ont beau m’être connues et douloureuses, j’ai beau pleurer, caché dans le silence, les mêmes larmes que tes larmes, et sentir (...)
    Clefs : peuples , monde , lieux , lutte

  • LV

    Ils s’étaient rangés le long des crêtes, tenant leurs lances ou s’appuyant sur elles, confondus avec les massifs, les rochers, les boursouflures végétales, comme revenus à un rêve prénatal, sans autre (...)
    Clefs : citations , peuples , monde , lutte


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette