BRIBES EN LIGNE
      dans ce monde est semé    si tout au long attelage ii est une œuvre     depuis  hors du corps pas (josué avait lentement antoine simon 31 13) polynésie dernier vers aoi hans freibach : moi cocon moi momie fuseau rien n’est plus ardu nous serons toujours ces au seuil de l’atelier pour ma poème pour (vois-tu, sancho, je suis le lourd travail des meules       dans de toutes les dernier vers aoi     &nbs       bonheu certains soirs, quand je au commencement était    nous clers fut li jurz e li la liberté de l’être il y a dans ce pays des voies       sous       dans les doigts d’ombre de neige       la lorsque martine orsoni     sur la sur l’erbe verte si est dernier vers aoi un tunnel sans fin et, à quand c’est le vent qui       "    il au labyrinthe des pleursils bal kanique c’est ce jour-là il lui tout mon petit univers en autre citation rita est trois fois humble. la brume. nuages mougins. décembre ma chair n’est la bouche pure souffrance quai des chargeurs de huit c’est encore à quatrième essai de la liberté s’imprime à dimanche 18 avril 2010 nous le texte qui suit est, bien il pleut. j’ai vu la l’éclair me dure, 1) la plupart de ces dans les carnets f dans le sourd chatoiement paroles de chamantu   né le 7 l’appel tonitruant du la mort, l’ultime port,       &agrav la chaude caresse de franchement, pensait le chef, 1) notre-dame au mur violet  pour le dernier jour  dans le livre, le histoire de signes .  “... parler une etait-ce le souvenir écrirecomme on se   dits de station 5 : comment il s’appelait mesdames, messieurs, veuillez       au   voici donc la de mes deux mains       les ici. les oiseaux y ont fait    en   six formes de la tout est prêt en moi pour la poésie, à la dans la caverne primordiale agnus dei qui tollis peccata pourquoi yves klein a-t-il un jour, vous m’avez etudiant à       allong tu le saiset je le vois antoine simon 3 non, björg,    de femme liseuse un titre : il infuse sa passet li jurz, si turnet a raphaël antoine simon 5  tu vois im font chier de sorte que bientôt très saintes litanies   j’ai souvent 1. il se trouve que je suis dans ma gorge       pav&ea il ne s’agit pas de la fonction, il en est des meurtrières. madame des forêts de dentelle : il avait mouans sartoux. traverse de prenez vos casseroles et un homme dans la rue se prend préparation des les durand : une       sur       la mon travail est une juste un toujours les lettres :   si vous souhaitez station 1 : judas la fraîcheur et la merci au printemps des station 4 : judas  paien sunt morz, alquant vous avez macles et roulis photo 7 lancinant ô lancinant       qui pour lee   au milieu de comme ce mur blanc tant pis pour eux.       le deuxième essai  l’écriture   pour théa et ses nécrologie mais non, mais non, tu autre petite voix elle ose à peine mes pensées restent arbre épanoui au ciel       montag quelque temps plus tard, de pour julius baltazar 1 le pas même laure et pétrarque comme ço dist li reis :       la la lecture de sainte       assis je n’hésiterai max charvolen, martin miguel dessiner les choses banales pour martine violette cachéeton c’est seulement au madame a des odeurs sauvages si j’avais de son   tout est toujours en je ne saurais dire avec assez en ceste tere ad estet ja pour egidio fiorin des mots       la temps de pierres dans la  si, du nouveau le 26 août 1887, depuis "moi, esclave" a merci à marc alpozzo et ma foi, branches lianes ronces mille fardeaux, mille attendre. mot terrible. antoine simon 29 je serai toujours attentif à il faut laisser venir madame toute trace fait sens. que présentation du le ciel de ce pays est tout nous savons tous, ici, que (dans mon ventre pousse une       aux s’égarer on Éléments -       entre rimbaud a donc il avait accepté dire que le livre est une       les il souffle sur les collines de profondes glaouis "mais qui lit encore le ….omme virginia par la ainsi va le travail de qui       journ& lentement, josué voile de nuità la clere est la noit e la « h&eacu bribes en ligne a la réserve des bribes avec marc, nous avons             pass&e ce n’est pas aux choses les dieux s’effacent       &agrav     rien mieux valait découper     son deuxième       juin lorsqu’on connaît une pour yves et pierre poher et dernier vers aoi antoine simon 32 vos estes proz e vostre et  riche de mes et te voici humanité       un il n’était qu’un c’est la distance entre le grand combat :       l̵ le pendu il faut aller voir diaphane est le   jn 2,1-12 :   anatomie du m et       tourne madame est toute       " "ah ! mon doux pays, d’un côté dernier vers aoi       chaque on croit souvent que le but       pass&e bruno mendonça   pour le prochain   iv    vers deuxième approche de entr’els nen at ne pui que reste-t-il de la  avec « a la six de l’espace urbain,  martin miguel vient eurydice toujours nue à À la loupe, il observa     pluie du tu le sais bien. luc ne attention beau lu le choeur des femmes de       bonhe rien n’est a claude b.   comme       parfoi toutefois je m’estimais dernier vers que mort       le religion de josué il il y a des objets qui ont la       le       retour le passé n’est les dessins de martine orsoni il arriva que       voyage       les       le toutes ces pages de nos "nice, nouvel éloge de la buttati ! guarda&nbs halt sunt li pui e mult halt     à l’évidence       au soudain un blanc fauche le       fourr&       rampan       l̵ polenta quel ennui, mortel pour a la libération, les je t’ai admiré, marie-hélène viallat © le château de       &agrav       l̵ antoine simon 20 la communication est antoine simon 24 1254 : naissance de à la bonne       la     vers le soir deux mille ans nous premier essai c’est le franchissement des maintenant il connaît le       su …presque vingt ans plus le "patriote", je reviens sur des dix l’espace ouvert au nos voix (josué avait tandis que dans la grande je ne sais pas si depuis le 20 juillet, bribes dans les hautes herbes ce qu’un paysage peut       mouett sous l’occupation elle disposait d’une       je me dernier vers s’il dernier vers aoi abu zayd me déplait. pas ce va et vient entre       je       quand antoine simon 2 dans le respect du cahier des d’un bout à rm : d’accord sur     pourquoi antoine simon 17 de la il tente de déchiffrer, de pa(i)smeisuns en est venuz     les provisions dernier vers aoi quand vous serez tout karles se dort cum hume       (       aujour   on n’est à bernadette du fond des cours et des des conserves ! f le feu est venu,ardeur des nice, le 30 juin 2000 troisième essai ajout de fichiers sons dans grande lune pourpre dont les la gaucherie à vivre, à charogne sur le seuilce qui     nous c’est la chair pourtant     chambre     après (en regardant un dessin de napolì napolì       p&eacu immense est le théâtre et (ma gorge est une pour robert a grant dulur tendrai puis les lettres ou les chiffres Ç’avait été la ce poème est tiré du pour jacky coville guetteurs assise par accroc au bord de       la       l̵ deux nouveauté, les petites fleurs des je crie la rue mue douleur titrer "claude viallat,       au       alla       le une il faut dire les       object pour jean marie ma voix n’est plus que les textes mis en ligne encore la couleur, mais cette au matin du r.m.a toi le don des cris qui je n’ai pas dit que le j’ai donc "la musique, c’est le quand sur vos visages les la légende fleurie est la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > peuples

peuples

Dernière publication : 23 juin 2014.
Les 3 derniers articles : CLII , CXLIII , CXL .
Les 3 articles les plus lus : XXXVI , XLIX , XLVIII .

  • V

    Ici. Les oiseaux y ont fait leur nid. Les hommes, lassés du ciel, n’y posent qu’à peine leurs regards Fixés à l’horizon comme : les (...)
    Clefs : peuples , monde , langue

  • VI

    Franchement, pensait le chef, est-il possible d’avoir des yeux plats à ce point ? Creux, pour ainsi dire, avec des petits caches mobiles par dessus... Non... Vraiment, voilà qui dépasse (...)
    Clefs : citations , peuples , récits

  • XXXVI

    Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento ....................................................... ( ) Aube des (...)

  • XXXVIII

    A l’aube des Apaches, suite Tambours battus jusqu’à l’aube entendus rythmés au fond des gorges séculaires rythmant nos nuits dosant nos pas jetant nos ombres doubles sous nos pieds tambours d’oubli (...)
    Clefs : Homère , mort , peuples , langue , Apaches , lutte

  • XXXIX

    Ils avaient si longtemps, si longtemps vécu sans autre souci que de vivre, épousant les rives du torrent, mage capricieux, aimant et redoutant ses débords pour leur fertilité tapageuse, pour le prix (...)
    Clefs : peuples , Apaches

  • XLVII

    Dans les hautes herbes souples sous le vent, mon peuple s’alanguissait en des rêves sans fin. Etonné depuis toujours de son propre bonheur, il vivait sans crainte et sans haine. Amoureux des (...)
    Clefs : peuples , art

  • XLVIII

    tandis que dans la grande salle il parlait ainsi Reprise des tentatives d’autobiographie dite “la théorie de l’intrusion” J’ai toujours senti que -plus ou moins- je me trouvais souvent dans (...)

  • XLIX

    Très malheureux... Peut-il être très malheureux ? Ou même triste ? En tout cas, il n’est pas méchant… 7 - 14 - 21 - 28 Torre torino torone torotto mia moglie è cascata da letto Vous connaissez la (...)

  • LIII

    Paroles de Chaman Tu m’assourdis, mon peuple ! Tes longues souffrances ont beau m’être connues et douloureuses, j’ai beau pleurer, caché dans le silence, les mêmes larmes que tes larmes, et sentir (...)
    Clefs : peuples , monde , lieux , lutte

  • LV

    Ils s’étaient rangés le long des crêtes, tenant leurs lances ou s’appuyant sur elles, confondus avec les massifs, les rochers, les boursouflures végétales, comme revenus à un rêve prénatal, sans autre (...)
    Clefs : citations , peuples , monde , lutte


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette