BRIBES EN LIGNE
me tes chaussures au bas de  pour de abstraction voir figuration       o À max charvolen et martin un trait gris sur la       la  dans toutes les rues   j’ai souvent  “ce travail qui on peut croire que martine       droite martin miguel art et ...et poème pour chaque automne les       la quai des chargeurs de station 3 encore il parle       jonath       que zacinto dove giacque il mio "pour tes c’était une  les éditions de attelage ii est une œuvre lorsqu’on connaît une       sur la bouche pure souffrance à propos des grands carcassonne, le 06 antoine simon 22   (à dans les horizons de boue, de vous avez       qui premier vers aoi dernier       dans dans les écroulements  un livre écrit pour jean gautheronle cosmos la question du récit sequence 6   le en ceste tere ad estet ja       allong  “ne pas pour julius baltazar 1 le   adagio   je ce pays que je dis est la deuxième édition du effleurer le ciel du bout des les oiseaux s’ouvrent       je le 26 août 1887, depuis       les     rien c’est la peur qui fait macles et roulis photo 7 la prédication faite       bonhe     pluie du       la on a cru à       le       sur (de)lecta lucta         fleure       au pour mon épouse nicole nous savons tous, ici, que l’instant criblé quand les eaux et les terres   d’un coté, le corps encaisse comme il les petites fleurs des madame porte à     à et te voici humanité les plus terribles d’abord l’échange des depuis ce jour, le site il pleut. j’ai vu la mes pensées restent       les au programme des actions     les provisions c’est la chair pourtant il arriva que l’art n’existe maintenant il connaît le station 1 : judas madame a des odeurs sauvages je suis celle qui trompe les textes mis en ligne   maille 1 :que        hier, 17 percey priest lakesur les attention beau on dit qu’agathe temps où les coeurs a supposer quece monde tienne  mise en ligne du texte accorde ton désir à ta  monde rassemblé dire que le livre est une voudrais je vous       six j’ai en réserve recleimet deu mult ma voix n’est plus que nous dirons donc au lecteur voici le premier reflets et echosla salle  les œuvres de vi.- les amicales aventures       gentil écrirecomme on se un homme dans la rue se prend aucun hasard si se       longte       un clers fut li jurz e li   (dans le immense est le théâtre et juste un af : j’entends       cette je suis antoine simon 27   six formes de la de profondes glaouis paien sunt morz, alquant pour jacqueline moretti, tu le saiset je le vois dernier vers aoi ( ce texte a à cri et à nice, le 8 octobre       sur le c’est parfois un pays       en deuxième suite la mort, l’ultime port, trois (mon souffle au matin       soleil macles et roulis photo 6     extraire a christiane     [1]  inoubliables, les       assis  pour le dernier jour 1) notre-dame au mur violet j’entends sonner les       coude ouverture de l’espace quand les mots ce 28 février 2002. cet article est paru (elle entretenait       va charogne sur le seuilce qui       aujour       aux "et bien, voilà..." dit à sylvie onze sous les cercles douce est la terre aux yeux À peine jetés dans le rien n’est plus ardu jamais je n’aurais pour qui veut se faire une bien sûr, il y eut titrer "claude viallat, et…  dits de au seuil de l’atelier n’ayant pas       p&eacu dernier vers aoi merci à la toile de souvent je ne sais rien de pas une année sans évoquer leonardo rosa       soleil dans les rêves de la       sur dans ma gorge       reine       baie je dors d’un sommeil de toulon, samedi 9 madame, c’est notre       d&eacu de pareïs li seit la cinquième citationne sixième nice, le 30 juin 2000       la     cet arbre que très malheureux...   nous sommes epuisement de la salle, dix l’espace ouvert au c’est une sorte de rien n’est nos voix j’ai perdu mon dernier vers aoi douze (se fait terre se madame déchirée     un mois sans madame dans l’ombre des       enfant juste un mot pour annoncer il ne sait rien qui ne va et encore  dits nous viendrons nous masser madame est une torche. elle  la lancinante       mouett ouverture d’une ce texte m’a été elle disposait d’une    au balcon dans un coin de nice, et si au premier jour il chaque jour est un appel, une  l’exposition  sculpter l’air :       la dernier vers aoi antoine simon 14 montagnesde sixième (josué avait a propos d’une antoine simon 28 i en voyant la masse aux antoine simon 29 dernier vers aoi       m̵       les       " granz fut li colps, li dux en a toi le don des cris qui je désire un f tous les feux se sont antoine simon 10       descen carmelo arden quin est une et combien       voyage   un vendredi l’ami michel ma chair n’est bribes en ligne a le ciel de ce pays est tout pour nicolas lavarenne ma       banlie de toutes les il est le jongleur de lui       object au rayon des surgelés antoine simon 19       dans on trouvera la video g. duchêne, écriture le       les mon travail est une nous avancions en bas de je rêve aux gorges l’évidence je m’étonne toujours de la       cerisi antoine simon 31 dentelle : il avait       deux       sur essai de nécrologie, neuf j’implore en vain   né le 7 c’est ici, me       la depuis le 20 juillet, bribes pour maguy giraud et       au je ne sais pas si envoi du bulletin de bribes pour martin le ciel est clair au travers voici des œuvres qui, le   jn 2,1-12 : nice, le 18 novembre 2004 a la femme au       midi       l̵ à propos “la coupé en deux quand       "    en dernier vers aoi approche d’une passet li jurz, la noit est en cet anniversaire, ce qui       reine (À l’église (josué avait lentement les premières       pass&e dans le train premier le 23 février 1988, il ainsi alfred…       journ& lu le choeur des femmes de macao grise     " le temps passe si vite, À l’occasion de     chambre trois tentatives desesperees   entrons pour robert    tu sais petit matin frais. je te      & mais non, mais non, tu     longtemps sur je serai toujours attentif à  dernières mises dans l’innocence des       s̵ pour philippe on croit souvent que le but libre de lever la tête       bonheu tendresses ô mes envols pour michèle aueret       maquis langues de plomba la       la       sur guetter cette chose le tissu d’acier dernier vers aoi   a l’aube des apaches, branches lianes ronces dernier vers aoi       la       pass&e     au couchant       ce est-ce parce que, petit, on    de femme liseuse de la comment entrer dans une       vous avez sur l’erbe verte si est       arauca       et tu le pendu un titre : il infuse sa fragilité humaine. dernier vers aoi hans freibach :       devant   pour adèle et antoine simon 7 l’homme est décembre 2001. dernier vers aoi la lecture de sainte antoine simon 12 en introduction à     du faucon j’ai donné, au mois ne pas négocier ne       &n pour andré       pav&ea présentation du ma voix n’est plus que où l’on revient       &ccedi ce qui aide à pénétrer le madame, vous débusquez       su     le la légende fleurie est       au le numéro exceptionnel de       grappe À la loupe, il observa la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > conversations

conversations

Dernière publication : 29 juin 2014.
Les 3 derniers articles : CLVIII , CLXXXVII , CXXXV .
Les 3 articles les plus lus : LXXXIV , LXXXII , LXIX .

  • LXVIII

    Écoute, Josué, lui disait encore Dieu, il y a en toi quelque chose qui m’agace. Par certains côtés, tu me rappelles Job. à vrai dire, ce n’est pas “ tu me rappelles ” que Dieu disait à Josué, mais (...)

  • LXIX

    C’était ainsi parfois, et sous le feu roulant des questions de Dieu, Josué demeurait muet. Dieu seul était capable de repasser ainsi en des discours sans fin des questions sans réponse. Ou en tout (...)

  • LXXXI

    ET Riche de mes seuls masques… Toujours prêt à en ôter un pour montrer le « vrai », Flectamus genua ORA A TE Credo in humidum deum patrem uentripotentem (...)

  • LXXXII

    Pas même l’amplification du rythme cardiaque… Au niveau infrasonore, à peine une vibration que l’épiderme seul perçoit, et peut-être aussi les cellules, les structures les plus secrètes des nerfs, et le (...)

  • LXXXIV

    né le 7 janvier 1904 à Ajaccio 1- 9-10 Corse [Prøto wAχD ] était 2- 8-7 ancien élève de l’école (...)

  • C

    Non... Non... je vous assure, vous vous trompez...Vous faites fausse route... Comment dire...Leur chant n’est pas beau, il est...d’une évidence insidieuse. Inutile de me demander de retrouver sa (...)

  • CIX

    Au matin du quarantième jour, Björg, de quart, ne pensait à rien d’autre qu’à sa route, empli seulement du bruit sourd des machines et du froissement de l’eau sur la coque. Un mégot humide et jaune (...)

  • CXXXV

    Démodocos... Ça a bien un sens, ce nom, Démo-docos. Peuple d’un côté, poutre de l’autre. Ou "qui ressemble au peuple"... On dit qu’Homère était aveugle. Et on suppose que Démodocos l’était. Je ne saurais (...)

  • CLXXXVII

    « E ! malvais deus, por quei nus fais tel hunte ? Cest nostre rei por quei lessas cunfundre ? Ki mult te sert, malvais luer l’en dunes ! » Puis si li tolent se sceptre e sa curune. Par les mains (...)

  • CLVIII

    Date de rédaction : 17 décembre 2008
    Ç’avait été la sérénité, cette pâleur du visage, cette rigidité des membres pourtant. Ils donnent aux vents parfums et paroles. Ma terre, impropre aux courses, accueillante aux chèvres et aux boeufs, (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette