BRIBES EN LIGNE
  né le 7 pour ma dimanche 18 avril 2010 nous     un mois sans légendes de michel 1) la plupart de ces li quens oger cuardise dans les carnets       chaque présentation du béatrice machet vient de  pour de dieu faisait silence, mais jamais si entêtanteeurydice nous avons affaire à de fin première       nuage       sur deux ajouts ces derniers   iv    vers pour yves et pierre poher et la galerie chave qui       et tu j’aime chez pierre les routes de ce pays sont bel équilibre et sa descendre à pigalle, se c’est vrai ainsi alfred… cher bernard les doigts d’ombre de neige madame a des odeurs sauvages pour qui veut se faire une peinture de rimes. le texte le tissu d’acier c’était une  dernier salut au  au travers de toi je si j’avais de son pluies et bruines, iv.- du livre d’artiste alocco en patchworck ©       au       journ&       m&eacu       la le 28 novembre, mise en ligne pur ceste espee ai dulor e       cerisi a la fin il ne resta que       l̵ un soir à paris au nu(e), comme son nom l’une des dernières f toutes mes dernier vers aoi journée de station 7 : as-tu vu judas se sequence 6   le le 26 août 1887, depuis epuisement de la salle, nous avancions en bas de antoine simon 22       qui dans ce pays ma mère   tout est toujours en sors de mon territoire. fais on cheval  tu vois im font chier dernier vers aoi       apr&eg la mastication des le temps passe dans la   nous sommes ce pour m.b. quand je me heurte douce est la terre aux yeux sauvage et fuyant comme troisième essai et « pouvez-vous dernier vers aoi (ô fleur de courge... titrer "claude viallat, attention beau macao grise     double le passé n’est le grand combat :       la dernier vers aoi j’ai donc     rien dans ma gorge cinquième citationne mise en ligne six de l’espace urbain, noble folie de josué, la cité de la musique des voix percent, racontent  ce mois ci : sub     hélas, dernier vers aoi je dors d’un sommeil de quel étonnant j’arrivais dans les     sur la pente       &n quelques textes pour raphaël       deux folie de josuétout est pour egidio fiorin des mots dernier vers aoi la brume. nuages vue à la villa tamaris "la musique, c’est le  “... parler une fontelucco, 6 juillet 2000 pour jean-louis cantin 1.- « h&eacu ( ce texte a très saintes litanies       " halt sunt li pui e mult halt carles respunt :       le  “s’ouvre       je au labyrinthe des pleursils abstraction voir figuration pas sur coussin d’air mais       "       allong al matin, quant primes pert dentelle : il avait normalement, la rubrique grande lune pourpre dont les le geste de l’ancienne, "je me tais. pour taire.       ce l’existence n’est les plus vieilles les petites fleurs des le 15 mai, à autre citation"voui       longte travail de tissage, dans la terre nous       vu le 26 août 1887, depuis antoine simon 16       s̵ af : j’entends     après       neige la route de la soie, à pied,       dans j’ai donné, au mois " je suis un écorché vif.     dans la ruela à sylvie 0 false 21 18 il aurait voulu être       allong première inoubliables, les (À l’église au programme des actions       la la fonction,  pour le dernier jour martin miguel art et     chant de vedo la luna vedo le la mort, l’ultime port, macles et roulis photo 7       magnol       les merle noir  pour seul dans la rue je ris la outre la poursuite de la mise pour andré villers 1)   pour théa et ses morz est rollant, deus en ad     surgi je désire un la musique est le parfum de je sais, un monde se       &agrav       dans       pass&e je n’ai pas dit que le antoine simon 28 pour gilbert au lecteur voici le premier ne pas négocier ne derniers vers sun destre Ç’avait été la effleurer le ciel du bout des       sous nice, le 18 novembre 2004 du fond des cours et des       un face aux bronzes de miodrag equitable un besoin sonnerait les dernières       entre voici des œuvres qui, le frères et antoine simon 23 en ceste tere ad estet ja écoute, josué, en 1958 ben ouvre à mes pensées restent dans l’innocence des beaucoup de merveilles       il s’ouvre la mon travail est une la chaude caresse de antoine simon 17 "si elle est antoine simon 29   entrons il ne reste plus que le nous dirons donc jusqu’à il y a     de rigoles en   au milieu de       glouss encore une citation“tu et nous n’avons rien a supposer quece monde tienne station 1 : judas       &n  si, du nouveau c’est extrêmement     une abeille de bien sûr, il y eut nous lirons deux extraits de il faut aller voir       au     son j’ai perdu mon 0 false 21 18 mais jamais on ne f qu’il vienne, le feu d’un bout à       six temps de pierres dans la il n’y a pas de plus dernier vers aoi       droite paien sunt morz, alquant et il fallait aller debout a propos de quatre oeuvres de la vie est dans la vie. se       vaches non... non... je vous assure, madame des forêts de f les marques de la mort sur       sur dans le respect du cahier des a l’aube des apaches, dire que le livre est une tromper le néant antoine simon 26 des voiles de longs cheveux histoire de signes . le coeur du ouverture d’une l’attente, le fruit sur la toile de renoir, les edmond, sa grande     &nbs v.- les amicales aventures du       la  “ne pas     nous nous savons tous, ici, que       sur       assis dernier vers aoi carissimo ulisse,torna a toute trace fait sens. que       voyage dernier vers aoi mesdames, messieurs, veuillez la question du récit  “la signification  un livre écrit   le texte suivant a janvier 2002 .traverse un tunnel sans fin et, à il n’est pire enfer que dont les secrets… à quoi on peut croire que martine       le     pluie du rêves de josué,       sur       l̵ d’un côté       marche     ton  née à le scribe ne retient  l’écriture   saint paul trois dessiner les choses banales le lourd travail des meules       longte giovanni rubino dit la liberté de l’être et ces pas de pluie pour venir ici. les oiseaux y ont fait       un c’est la distance entre       rien n’est il faut laisser venir madame       m̵ reflets et echosla salle ce jour là, je pouvais       sabots « voici cliquetis obscène des sainte marie,       &n j’entends sonner les guetter cette chose aux barrières des octrois  tous ces chardonnerets       "     [1]        pourqu la vie humble chez les       le   est-ce que  epître aux       le neuf j’implore en vain la légende fleurie est "le renard connaît tandis que dans la grande normal 0 21 false fal a la femme au       quinze avant propos la peinture est je ne sais pas si (elle entretenait samuelchapitre 16, versets 1       " dernier vers aoi pour jean marie cet univers sans clere est la noit e la a christiane   l’oeuvre vit son       je       soleil vous n’avez ici, les choses les plus démodocos... Ça a bien un       o pour jacqueline moretti,       dans     depuis       pass&e paroles de chamantu marché ou souk ou un jour, vous m’avez etudiant à les dieux s’effacent pure forme, belle muette, je ne saurais dire avec assez       la pie que reste-t-il de la madame déchirée diaphane est le arbre épanoui au ciel temps de cendre de deuil de  le livre, avec       é j’ai en réserve couleur qui ne masque pas  les éditions de madame est une torche. elle troisième essai la parol

Accueil > Mots-clés > Genres littéraires > poésie

poésie

Dernière publication : 28 juin 2016.
Les 3 derniers articles : Lectures dans le Cantal , TABLEAU PARISIEN , PROMENADE .
Les 3 articles les plus lus : Ticket à conserver 14 , D’une couleur nouvelle , Exergue .

  • BEATRICE BONHOMME

    Paysage de ta tombe

    J’ai entendu Béatrice Bonhomme dire ces deux textes lors d’une lecture, à Nice, durant l’été 2008.
    Clefs : Bonhomme , poésie

  • JEAN-MARIE BARNAUD

    Fragments d’un corps incertain

    Jean-Marie Barnaud : Extrait d’un livre inédit à paraître aux éditions Cheyne
    Clefs : Barnaud , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 3

    Station 1 : Judas Je j’entrais dans le silence vaginal des hauteurs et ce que j’y faisais m’était étranger mes actes gâtés comme sauces accrochaient au fond me (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 4

    Ne pas négocier ne jamais tomber dans la faiblesse des palmiers ancillaires. Alors même que Judas avançait en bord de mer les employés municipaux s’affairaient à démonter les ombres. La ville devait (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 5

    et il fallait aller debout comme homme possible chercher comment arracher le pouvoir militaire de cette médaille de lauriers dressée démesurée dans la chair du (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 6

    sous la pression des aumônes demandées la véhémence des poids lourds fait bouger la plaque démise des lèvres et le (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 7

    nous avancions en bas de casse nous avancions dans les boyaux d’un monde suintant et transpirions ainsi beaucoup dans les mailles des tricots de corps se tordaient les damnés de l’instant tout (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 8

    Station 3 encore IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots le sang toujours semble (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • PATRICK JOQUEL

    Pouvez-vous définir...

    Déambulation 1

    « Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent… Je ne sais pas : j’écris. Monologue ? Peut-on vraiment être seul dans l’écriture ? Dialogue alors ? (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • DANIEL BIGA

    Le haïku...

    les quatre saisons du haïku

    le haïku je le pratique en tout lieu tout temps toute saison comme la promenade quotidienne
    Clefs : Biga , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette