BRIBES EN LIGNE
      l̵       marche  pour le dernier jour granz fut li colps, li dux en pour qui veut se faire une       l̵    si tout au long lorsque martine orsoni ma mémoire ne peut me c’est le grand du bibelot au babilencore une preambule – ut pictura est-ce parce que, petit, on la danse de ce jour-là il lui les dieux s’effacent       object       &agrav       la   voici donc la ço dist li reis :       " 13) polynésie tromper le néant outre la poursuite de la mise pour yves et pierre poher et a toi le don des cris qui si j’avais de son sequence 6   le pour helmut antoine simon 17 merci au printemps des c’est la distance entre soudain un blanc fauche le jouer sur tous les tableaux montagnesde carles respunt : à propos “la agnus dei qui tollis peccata le ciel de ce pays est tout premier vers aoi dernier "si elle est       la edmond, sa grande deuxième vous n’avez     depuis et si tu dois apprendre à       dans noble folie de josué, l’appel tonitruant du pour raphaël station 5 : comment  un livre écrit     les provisions pierre ciel présentation du les lettres ou les chiffres dernier vers aoi se reprendre. creuser son saluer d’abord les plus       aux ajout de fichiers sons dans sculpter l’air :       glouss la cité de la musique les petites fleurs des on croit souvent que le but il y a dans ce pays des voies pour martine c’est parfois un pays       quand paysage de ta tombe  et l’attente, le fruit dans le train premier dans le monde de cette pour michèle gazier 1 equitable un besoin sonnerait       mouett tant pis pour eux.       pourqu il existe au moins deux nécrologie    il dernier vers aoi quatrième essai rares       que       &agrav le travail de bernard    au balcon c’est une sorte de quando me ne so itu pe antoine simon 7 bel équilibre et sa Être tout entier la flamme comme un préliminaire la dans le patriote du 16 mars   iv    vers il ne reste plus que le     cet arbre que     extraire de pareïs li seit la on dit qu’agathe envoi du bulletin de bribes     une abeille de à la mémoire de mille fardeaux, mille au matin du et te voici humanité a la femme au "moi, esclave" a il ne s’agit pas de 1257 cleimet sa culpe, si   le 10 décembre faisant dialoguer prenez vos casseroles et sainte marie, li emperere s’est dernier vers aoi toutes ces pages de nos dieu faisait silence, mais       cliquetis obscène des raphaËl a christiane gardien de phare à vie, au       sur       au au commencement était la liberté s’imprime à madame a des odeurs sauvages entr’els nen at ne pui       dans cet article est paru       et tu autre citation"voui    en nous dirons donc elle réalise des sur l’erbe verte si est (josué avait lentement mougins. décembre clers fut li jurz e li au labyrinthe des pleursils   (dans le   se       les 10 vers la laisse ccxxxii max charvolen, martin miguel       ton       l̵       gentil le 19 novembre 2013, à la je découvre avant toi    de femme liseuse paien sunt morz, alquant    seule au le samedi 26 mars, à 15 tout à fleur d’eaula danse il souffle sur les collines       la mult est vassal carles de       reine       sur le temps de pierres dans la  “comment il était question non (ma gorge est une sous l’occupation sur la toile de renoir, les hans freibach :  dans toutes les rues quand nous rejoignons, en le 28 novembre, mise en ligne À peine jetés dans le mise en ligne moisissures mousses lichens giovanni rubino dit madame, vous débusquez       un     &nbs     à     chambre       en quand les mots écoute, josué,       ruelle lu le choeur des femmes de       je me       alla       magnol elle ose à peine lorsqu’on connaît une a supposer quece monde tienne il aurait voulu être c’est pour moi le premier tendresse du mondesi peu de  hier, 17 les premières aux barrières des octrois me       un marché ou souk ou très malheureux... très saintes litanies traquer dernier vers aoi un jour, vous m’avez on trouvera la video pour anne slacik ecrire est ...et poème pour mon travail est une derniers en ceste tere ad estet ja       il li quens oger cuardise cet univers sans vous avez marcel alocco a neuf j’implore en vain buttati ! guarda&nbs la bouche pleine de bulles jusqu’à il y a inoubliables, les chairs à vif paumes     au couchant       la pie       sur poussées par les vagues sables mes parolesvous dernier vers aoi l’impression la plus pour martin j’ai donné, au mois laure et pétrarque comme on peut croire que martine  l’exposition  dans l’effilé de dernier vers aoi rien n’est troisième essai   l’oeuvre vit son   encore une temps où le sang se       baie  monde rassemblé constellations et polenta nous avons affaire à de       sur       vu et la peur, présente dernier vers aoi c’est ici, me l’évidence 1) notre-dame au mur violet le plus insupportable chez mi viene in mentemi       " bien sûr, il y eut deuxième essai   dits de réponse de michel pour maxime godard 1 haute       &agrav et c’était dans abstraction voir figuration toute une faune timide veille  tu vois im font chier    nous violette cachéeton       longte reprise du site avec la accorde ton désir à ta vous deux, c’est joie et douze (se fait terre se       ce "et bien, voilà..." dit pour gilbert pour marcel ouverture d’une « amis rollant, de        & essai de nécrologie,       l̵ le lent déferlement l’instant criblé 7) porte-fenêtre sous la pression des 1- c’est dans À perte de vue, la houle des       rampan torna a sorrento ulisse torna attention beau diaphane est le descendre à pigalle, se  “ce travail qui on cheval la mastication des   maille 1 :que l’erbe del camp, ki nous lirons deux extraits de pour mes enfants laure et f toutes mes face aux bronzes de miodrag diaphane est le mot (ou       parfoi "ces deux là se f le feu m’a non... non... je vous assure, (josué avait f le feu est venu,ardeur des passet li jurz, la noit est merle noir  pour       le les dernières dans un coin de nice, ce       entre rien n’est plus ardu l’art n’existe leonardo rosa dernier vers aoi       sur       ( la lecture de sainte       neige je t’enlace gargouille       sur carles li reis en ad prise sa       o  tu ne renonceras pas. portrait. 1255 :       dans       pass&e quelque chose le scribe ne retient en introduction à que d’heures       " au programme des actions et que vous dire des dernier vers aoi     3   

les pas sur coussin d’air mais    courant 0 false 21 18 dernier vers aoi je suis bien dans quand vous serez tout dans ce pays ma mère tous feux éteints. des station 1 : judas dernier vers aoi le 23 février 1988, il j’ai parlé       &n       deux il n’est pire enfer que comme ce mur blanc cyclades, iii°  zones gardées de (la numérotation des régine robin, le passé n’est     faisant la iv.- du livre d’artiste comme c’est       grappe lancinant ô lancinant les routes de ce pays sont       d&eacu si elle est belle ? je avez-vous vu  hors du corps pas il arriva que       longte       sur le pendu i en voyant la masse aux       &agrav l’heure de la coupé le sonà antoine simon 18 vi.- les amicales aventures pas une année sans évoquer     double en cet anniversaire, ce qui j’ai donc la parol

Accueil > Mots-clés > Genres littéraires > poésie

poésie

Dernière publication : 26 janvier.
Les 3 derniers articles : VERSO LA PACE DEI MERLI , Lectures dans le Cantal , TABLEAU PARISIEN .
Les 3 articles les plus lus : Rampant dans la lande , Je reviens sur des éléments très doux , Toutes sortes de papiers... .

  • BEATRICE BONHOMME

    Paysage de ta tombe

    J’ai entendu Béatrice Bonhomme dire ces deux textes lors d’une lecture, à Nice, durant l’été 2008.
    Clefs : Bonhomme , poésie

  • JEAN-MARIE BARNAUD

    Fragments d’un corps incertain

    Jean-Marie Barnaud : Extrait d’un livre inédit à paraître aux éditions Cheyne
    Clefs : Barnaud , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 3

    Station 1 : Judas Je j’entrais dans le silence vaginal des hauteurs et ce que j’y faisais m’était étranger mes actes gâtés comme sauces accrochaient au fond me (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 4

    Ne pas négocier ne jamais tomber dans la faiblesse des palmiers ancillaires. Alors même que Judas avançait en bord de mer les employés municipaux s’affairaient à démonter les ombres. La ville devait (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 5

    et il fallait aller debout comme homme possible chercher comment arracher le pouvoir militaire de cette médaille de lauriers dressée démesurée dans la chair du (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 6

    sous la pression des aumônes demandées la véhémence des poids lourds fait bouger la plaque démise des lèvres et le (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 7

    nous avancions en bas de casse nous avancions dans les boyaux d’un monde suintant et transpirions ainsi beaucoup dans les mailles des tricots de corps se tordaient les damnés de l’instant tout (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • YVES UGHES

    Capharnaüm, 8

    Station 3 encore IL parle maintenant d’une hauteur blanche qui me paraît inaccessible sous la peau de mon visage mes taches rouges altèrent la pudeur des mots le sang toujours semble (...)
    Clefs : Ughes , poésie

  • PATRICK JOQUEL

    Pouvez-vous définir...

    Déambulation 1

    « Pouvez-vous définir ce que signifie pour vous écrire ? » me demande-t-on souvent… Je ne sais pas : j’écris. Monologue ? Peut-on vraiment être seul dans l’écriture ? Dialogue alors ? (...)
    Clefs : poésie , Joquel

  • DANIEL BIGA

    Le haïku...

    les quatre saisons du haïku

    le haïku je le pratique en tout lieu tout temps toute saison comme la promenade quotidienne
    Clefs : Biga , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette