BRIBES EN LIGNE
sa langue se cabre devant le af : j’entends l’erbe del camp, ki     quand       fourr& il en est des meurtrières. bribes en ligne a s’égarer on les lettres ou les chiffres "pour tes vous avez       la (josué avait lentement iv.- du livre d’artiste c’est le grand ce texte m’a été très saintes litanies dans le pays dont je vous je me souviens de comme ce mur blanc l’une des dernières 1-nous sommes dehors. karles se dort cum hume       &agrav       une allons fouiller ce triangle   la production les premières       journ&       deux     cet arbre que je suis celle qui trompe il avait accepté     depuis tendresses ô mes envols     &nbs dans les rêves de la de sorte que bientôt rêves de josué, la communication est  l’exposition        dans       le     oued coulant approche d’une       l̵       la       le travail de tissage, dans à sylvie nous lirons deux extraits de       la pie pas une année sans évoquer le nécessaire non je rêve aux gorges   la baie des anges cet article est paru       avant j’écoute vos       m&eacu       les     au couchant  ce mois ci : sub       dans (en regardant un dessin de dimanche 18 avril 2010 nous il est le jongleur de lui sixième ouverture de l’espace bien sûrla il arriva que dernier vers aoi deux nouveauté, tandis que dans la grande paien sunt morz, alquant se reprendre. creuser son torna a sorrento ulisse torna mesdames, messieurs, veuillez antoine simon 9       ma       glouss …presque vingt ans plus il existe au moins deux les parents, l’ultime c’était une         or dernier vers aoi de proche en proche tous       la pour andré pour marcel effleurer le ciel du bout des passent .x. portes, dernier vers aoi clquez sur macles et roulis photo       apr&eg raphaël antoine simon 13       p&eacu equitable un besoin sonnerait    regardant       ton       sur si, il y a longtemps, les le galop du poème me pour nicolas lavarenne ma       aujour       bien dorothée vint au monde   nous sommes si j’avais de son dernier vers aoi vous dites : "un " je suis un écorché vif. générations onze sous les cercles mais non, mais non, tu antoine simon 12       il     pourquoi merle noir  pour inoubliables, les vous n’avez encore la couleur, mais cette       &ccedi attelage ii est une œuvre       d&eacu grande lune pourpre dont les écrirecomme on se arbre épanoui au ciel  l’écriture       baie ainsi fut pétrarque dans et il parlait ainsi dans la vue à la villa tamaris m1       neuf j’implore en vain  c’était       deux et ces pour jacqueline moretti,   f dans le sourd chatoiement       pav&ea mouans sartoux. traverse de pluies et bruines, pour mon épouse nicole station 5 : comment envoi du bulletin de bribes       allong présentation du une fois entré dans la gardien de phare à vie, au      & l’existence n’est  au mois de mars, 1166       " je m’étonne toujours de la troisième essai et il semble possible dernier vers aoi dernier vers aoi  tous ces chardonnerets de la depuis le 20 juillet, bribes     pluie du       voyage deuxième essai le de prime abord, il       montag beaucoup de merveilles je découvre avant toi     hélas, j’ai travaillé normal 0 21 false fal décembre 2001. ce qui importe pour jusqu’à il y a pour helmut il y a dans ce pays des voies l’instant criblé antoine simon 23 le samedi 26 mars, à 15 lentement, josué quel ennui, mortel pour et c’était dans  “la signification    en "tu sais ce que c’est ki mult est las, il se dort       " temps de cendre de deuil de et combien exacerbé d’air (dans mon ventre pousse une petites proses sur terre le glacis de la mort c’est la peur qui fait       vu bribes en ligne a  les premières nu(e), comme son nom aucun hasard si se la gaucherie à vivre, "nice, nouvel éloge de la       parfoi le lent déferlement trois tentatives desesperees  le "musée    nous voile de nuità la       &agrav pour jean-louis cantin 1.- "le renard connaît comme une suite de ajout de fichiers sons dans des conserves ! le temps passe dans la vi.- les amicales aventures antoine simon 22 folie de josuétout est nos voix 7) porte-fenêtre "si elle est       en     du faucon là, c’est le sable et libre de lever la tête je ne peins pas avec quoi,       vaches  de la trajectoire de ce 1257 cleimet sa culpe, si est-ce parce que, petit, on   le 10 décembre temps de bitume en fusion sur  “s’ouvre  epître aux dernier vers aoi le lent tricotage du paysage c’est extrêmement       jardin et te voici humanité       la josué avait un rythme       enfant ainsi va le travail de qui     m2 &nbs l’éclair me dure, antoine simon 25 je ne saurais dire avec assez le texte qui suit est, bien  “ne pas printemps breton, printemps  la lancinante temps de pierres dans la ce texte se présente ce 28 février 2002. sors de mon territoire. fais       jonath pour raphaël difficile alliage de dieu faisait silence, mais et que dire de la grâce  avec « a la deuxième       m̵ au seuil de l’atelier buttati ! guarda&nbs       une soudain un blanc fauche le dont les secrets… à quoi a la femme au  zones gardées de   que signifie mi viene in mentemi cet univers sans rm : d’accord sur pour martine, coline et laure ils s’étaient on dit qu’agathe       rampan l’appel tonitruant du j’ai parlé je t’enlace gargouille tous ces charlatans qui la bouche pure souffrance en ceste tere ad estet ja in the country pour jean marie c’est la distance entre « amis rollant, de dernier vers aoi quando me ne so itu pe un homme dans la rue se prend pour andré villers 1) quatrième essai rares dernier vers aoi reflets et echosla salle       ce à bernadette       coude (de)lecta lucta   le ciel de ce pays est tout  dans toutes les rues patrick joquel vient de   ces sec erv vre ile la pureté de la survie. nul     longtemps sur le 26 août 1887, depuis     " 1 au retour au moment  “... parler une   si vous souhaitez     sur la       pass&e       crabe- a claude b.   comme       il macles et roulis photo 3 1254 : naissance de antoine simon 27 la liberté s’imprime à bel équilibre et sa deux ajouts ces derniers epuisement de la salle, station 4 : judas        le au programme des actions       le chairs à vif paumes   un vendredi recleimet deu mult rimbaud a donc    au balcon je suis bien dans errer est notre lot, madame,   pour adèle et intendo... intendo ! tes chaussures au bas de nice, le 18 novembre 2004     nous       " poème pour et nous n’avons rien on croit souvent que le but il y a des objets qui ont la tout en vérifiant madame déchirée     tout autour       dans les avenues de ce pays il ne s’agit pas de outre la poursuite de la mise la chaude caresse de un soir à paris au la langue est intarissable       b&acir antoine simon 30       la les dessins de martine orsoni alocco en patchworck ©    il À l’occasion de ils avaient si longtemps, si douce est la terre aux yeux troisième essai rita est trois fois humble. ma chair n’est la vie humble chez les "moi, esclave" a essai de nécrologie,   né le 7 fin première de profondes glaouis dernier vers aoi   j’ai donné, au mois « voici langues de plomba la la mort d’un oiseau. d’abord l’échange des     faisant la    tu sais agnus dei qui tollis peccata   pour théa et ses Être tout entier la flamme huit c’est encore à       le madame dans l’ombre des station 3 encore il parle       &n       la   encore une ce va et vient entre la parol

Accueil > Mots-clés > Genres littéraires > roman

roman

Dernière publication : 28 mars 2010.
Les 3 derniers articles : Lire... , Les Bienveillantes , Le choeur des femmes .
Les 3 articles les plus lus : 5 octobre , Lire... , 10 octobre, 5 heures du matin .

  • MICHEL BUTOR

    Quatrième de couverture

    Le 26 août 1887, depuis le Caire où il était allé se rafraîchir des chaleurs d’Aden, Arthur Rimbaud écrit à son ancien directeur Alfred Bardey une longue lettre dans laquelle il lui raconte ses (...)
    Clefs : Butor , roman , photographie

  • ANNE GÉRARD

    Exergue

    Figli di puttana

    A ma mère, femme parmi les femmes, qui s’est battue jour après jour, sans même s’en rendre compte, pour avoir le droit d’exister autrement que sous le jugement des (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    5 octobre

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    10 octobre, 5 heures du matin

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Le choeur des femmes

    Lu le Choeur des femmes de Martin Winckler. Et je le rumine depuis que je l’ai lu. Il me revient ainsi régulièrement en mémoire, et au moment d’ouvrir cette nouvelle rubrique sur Bribes en ligne, (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Les Bienveillantes

    hommage à Jonathan Littel

    J’ai longtemps hésité avant d’ouvrir Les Bienveillantes de Jonathan Littel. Gros sujet, gros livre, gros battage médiatique, gros prix... Ça ne m’engageait guère. Vieux réflexe : je me méfie de ce dont (...)
    Clefs : roman , Littel

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Lire...

    Jusqu’à il y a dix huit mois, j’étais chargé de diverses missions culturelles dans l’éducation nationale. En quittant ce travail, je pensais pouvoir disposer de plus de temps pour avancer mes chantiers (...)
    Clefs : roman , Polet , Lecture


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette