BRIBES EN LIGNE
nous serons toujours ces    7 artistes et 1       equitable un besoin sonnerait pourquoi yves klein a-t-il bientôt, aucune amarre       la franchement, pensait le chef, il souffle sur les collines nice, le 30 juin 2000 je sais, un monde se edmond, sa grande arbre épanoui au ciel quatre si la mer s’est quelques textes f le feu est venu,ardeur des       le la fonction, la musique est le parfum de la vie humble chez les autre essai d’un nous viendrons nous masser gardien de phare à vie, au raphaËl       et       deux les cuivres de la symphonie le coeur du chaque jour est un appel, une lorsque martine orsoni livre grand format en trois zacinto dove giacque il mio ce paysage que tu contemplais pour jean gautheronle cosmos l’impression la plus       pav&ea l’homme est     les provisions dans les carnets dans le respect du cahier des dont les secrets… à quoi comment entrer dans une si j’avais de son dans l’innocence des introibo ad altare    de femme liseuse grant est la plaigne e large iloec endreit remeint li os       o   la production pour m.b. quand je me heurte attention beau     sur la dessiner les choses banales la danse de  née à d’un bout à libre de lever la tête     du faucon pour julius baltazar 1 le il existe au moins deux d’abord l’échange des je n’ai pas dit que le et voici maintenant quelques il existe deux saints portant       avant allons fouiller ce triangle   si vous souhaitez "le renard connaît et nous n’avons rien n’ayant pas cinquième citationne À l’occasion de mais jamais on ne l’appel tonitruant du      & le 26 août 1887, depuis on dit qu’agathe pour raphaël antoine simon 28 (ma gorge est une quand vous serez tout       retour macao grise dernier vers aoi       le ] heureux l’homme "mais qui lit encore le noble folie de josué, mieux valait découper et ces       &agrav       m&eacu quel étonnant (de)lecta lucta         l̵       la d’un côté (la numérotation des sculpter l’air : À peine jetés dans le l’attente, le fruit       le  si, du nouveau dernier vers aoi   il tente de déchiffrer, à bernadette là, c’est le sable et chairs à vif paumes jouer sur tous les tableaux pour michèle aueret 1.- les rêves de il aurait voulu être  pour le dernier jour dernier vers aoi temps où le sang se mi viene in mentemi       neige f j’ai voulu me pencher premier essai c’est  l’exposition    six formes de la travail de tissage, dans pour michèle un nouvel espace est ouvert À max charvolen et martin dans l’innocence des       ce poème est tiré du derniers quatrième essai de       quinze  dans le livre, le   1) cette   (dans le jamais je n’aurais deuxième apparition agnus dei qui tollis peccata mouans sartoux. traverse de effleurer le ciel du bout des la mastication des o tendresses ô mes pour pierre theunissen la rêve, cauchemar, le scribe ne retient c’est seulement au non, björg, 13) polynésie ki mult est las, il se dort le glacis de la mort       que temps où les coeurs ce qui fait tableau : ce le bulletin de "bribes antoine simon 20 f les feux m’ont vue à la villa tamaris a la femme au la réserve des bribes le lent déferlement 0 false 21 18 il n’y a pas de plus     m2 &nbs station 7 : as-tu vu judas se face aux bronzes de miodrag patrick joquel vient de comme c’est il y a tant de saints sur       il et que dire de la grâce clers est li jurz et li très malheureux... v.- les amicales aventures du le samedi 26 mars, à 15 « 8° de       gentil "nice, nouvel éloge de la       " pour robert  hors du corps pas montagnesde lentement, josué quelque temps plus tard, de en 1958 ben ouvre à il s’appelait sables mes parolesvous je t’ai admiré, dans la caverne primordiale  les trois ensembles   pour olivier jusqu’à il y a au programme des actions un temps hors du     double avec marc, nous avons c’est ici, me i en voyant la masse aux de tantes herbes el pre m1         maille 1 :que mille fardeaux, mille       voyage   tout est toujours en       pourqu l’art c’est la onzième   jn 2,1-12 : il ne reste plus que le     nous ce nos voix     tout autour   encore une     longtemps sur       les le pendu  marcel migozzi vient de       les je ne saurais dire avec assez (dans mon ventre pousse une       bonhe en introduction à très saintes litanies le 15 mai, à À la loupe, il observa granz fut li colps, li dux en "ces deux là se       banlie    nous violette cachéeton le lourd travail des meules   marcel       en un accorde ton désir à ta     une abeille de l’heure de la tous feux éteints. des au rayon des surgelés a toi le don des cris qui madame est la reine des j’entends sonner les pour mon épouse nicole au lecteur voici le premier je t’enfourche ma raphaël paysage de ta tombe  et reflets et echosla salle dernier vers aoi       pav&ea dernier vers aoi   ces notes « pouvez-vous       l̵ a grant dulur tendrai puis à cri et à dernier vers aoi       devant dorothée vint au monde       apparu vertige. une distance la liberté de l’être à la bonne       marche la fraîcheur et la tu le sais bien. luc ne quai des chargeurs de ainsi va le travail de qui et si tu dois apprendre à macles et roulis photo 3 petit matin frais. je te pour martine, coline et laure     les fleurs du  au mois de mars, 1166       glouss       soleil rien n’est     au couchant 1) notre-dame au mur violet       le le 19 novembre 2013, à la quelque chose errer est notre lot, madame, on cheval attelage ii est une œuvre "et bien, voilà..." dit       sur elle réalise des essai de nécrologie, le texte qui suit est, bien       un   ces sec erv vre ile   elle disposait d’une     chambre le grand combat : il est le jongleur de lui le proche et le lointain       un je suis celle qui trompe tu le saiset je le vois le lent tricotage du paysage       parfoi jamais si entêtanteeurydice 1 au retour au moment nous savons tous, ici, que  tous ces chardonnerets       é générations     après       &n antoine simon 27       fourr& ainsi fut pétrarque dans antoine simon 2 intendo... intendo ! dernier vers aoi apaches : dans les hautes herbes af : j’entends réponse de michel ecrire les couleurs du monde a christiane       maquis       j̵ Éléments -       je me antoine simon 11 douce est la terre aux yeux vous n’avez imagine que, dans la de toutes les 7) porte-fenêtre diaphane est le mot (ou       "       bien l’art n’existe   l’oeuvre vit son (josué avait lentement       sur le f dans le sourd chatoiement nice, le 8 octobre       le tout en travaillant sur les un tunnel sans fin et, à coupé en deux quand hans freibach :  de même que les toujours les lettres : lorsqu’on connaît une en ceste tere ad estet ja       allong antoine simon 21 tendresses ô mes envols qu’est-ce qui est en entr’els nen at ne pui       fourmi quel ennui, mortel pour       va dernier vers aoi       six des conserves ! dernier vers s’il le recueil de textes dernier vers aoi (josué avait       sabots       nuage des voix percent, racontent rien n’est plus ardu martin miguel art et j’ai longtemps cyclades, iii° dernier vers aoi normalement, la rubrique c’est extrêmement pour angelo « e ! malvais antoine simon 7 pour lee quand nous rejoignons, en abu zayd me déplait. pas pour max charvolen 1) 1-nous sommes dehors. ce qui fascine chez antoine simon 23 le 28 novembre, mise en ligne max charvolen, martin miguel carcassonne, le 06       allong       dans madame chrysalide fileuse  on peut passer une vie la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > "Je"

"Je"

Dernière publication : 20 août 2014.
Les 3 derniers articles : CLXII , CLVI , CLIV .
Les 3 articles les plus lus : CLXXIII , LXXXV , XXI .

  • XII

    Deuxième apparition de la figure du grand père dite "le grand jeu" Faîtes vos jeux, rien ne va plus... Ses premières absences m’avaient irrité : qu’il pût perdre un neuf d’atout, qu’il (...)

  • XXI

    deuxième approche de la religion de Josué, un autre rêve d’autobiographie J’organise autour d’une réplique d’une seule réplique une histoire infinie AOI Je remontais le boulevard Saint (...)
    Clefs : Dieu , récits , "Je" , foule

  • XXXVII

    "Pour tes débordements mon peuple ; pour tes trop brusques violences, pour ta grande vigueur quand la fureur te prend…" (Torna a Sorrento Ulisse torna a Sorrento la canzone della Sirena (...)

  • XLVIII

    tandis que dans la grande salle il parlait ainsi Reprise des tentatives d’autobiographie dite “la théorie de l’intrusion” J’ai toujours senti que -plus ou moins- je me trouvais souvent dans (...)

  • XLIX

    Très malheureux... Peut-il être très malheureux ? Ou même triste ? En tout cas, il n’est pas méchant… 7 - 14 - 21 - 28 Torre torino torone torotto mia moglie è cascata da letto Vous connaissez la (...)

  • LII

    Carissimo Ulisse, Torna a Sorrento, Ulisse, torna a Sorrento ; mon très cher Ulysse, reviens à Sorrente… J’ai couru après ton image tout autour de la Méditerranée, et mes rêves m’ont emporté bien (...)

  • Chronographie

    Diaphane est le mot (ou n’est-ce pas translucide ?) Flotter entre deux rides du temps- ne dit-on pas qu’entre la glace et l’eau se forme une mince couche d’air. C’est ainsi que vivent les Apaches, (...)

  • LX

    La terre nous pardonnera-t-elle d’être ce que nous sommes ? La mer nous supportera-t-elle encore longtemps ? Oh ! que mourir serait doux si c’était vraiment manière de vivre ! Pourtant les choses sont (...)
    Clefs : monde , "Je"

  • LXIII

    Deuxième essai d’autoportrait dit à l’incertitude Je ne sais pas, non, je ne sais pas... Est-ce par ignorance ou incertitude, ou inquiétude ? Non... Je ne sais pas... En tout cas, l’impression que (...)
    Clefs : monde , "Je" , langue , autobiographie , art

  • LXVI

    Troisième essai d’autoportrait dit au cas clinique Ils ne savent pas qui je suis... Non, non ! Ils ne le savent pas. Ne le savent... ou, s’ils le savent, ils le cachent bien. Ils le cachent. (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette