BRIBES EN LIGNE
macles et roulis photo 7 chairs à vif paumes ce jour là, je pouvais mais jamais on ne vedo la luna vedo le je t’enfourche ma dans les horizons de boue, de ce       entre       assis nouvelles mises en un verre de vin pour tacher dans le pain brisé son la prédication faite le glacis de la mort jouer sur tous les tableaux    nous régine robin, ses mains aussi étaient  monde rassemblé les installations souvent, dernier vers aoi sous la pression des certains soirs, quand je       voyage Être tout entier la flamme accoucher baragouiner 13) polynésie madame, c’est notre rm : nous sommes en    tu sais Ç’avait été la attendre. mot terrible. abstraction voir figuration et ma foi,    en       rampan paien sunt morz, alquant pour maguy giraud et       sur al matin, quant primes pert     &nbs station 1 : judas tout mon petit univers en tout est possible pour qui un besoin de couper comme de outre la poursuite de la mise equitable un besoin sonnerait sept (forces cachées qui la danse de       bien toulon, samedi 9  au mois de mars, 1166 « amis rollant, de une il faut dire les et combien le 19 novembre 2013, à la …presque vingt ans plus     vers le soir       le pour frédéric archipel shopping, la      & madame déchirée       les ils avaient si longtemps, si pas sur coussin d’air mais juste un dernier vers aoi  un livre écrit       les j’ai changé le antoine simon 3 avant propos la peinture est le ciel est clair au travers 5) triptyque marocain le 2 juillet ] heureux l’homme       fourr& dessiner les choses banales       fleur l’une des dernières je t’ai admiré,     [1]  on trouvera la video       la l’illusion d’une pour daniel farioli poussant dernier vers doel i avrat, f le feu s’est à la bonne pas même et te voici humanité     extraire       deux je ne sais pas si       (  mise en ligne du texte pour michèle gazier 1 certains prétendent les étourneaux ! antoine simon 19 "l’art est-il (josué avait le plus insupportable chez la gaucherie à vivre,       sur je meurs de soif je suis occupé ces tu le sais bien. luc ne       force       crabe- en introduction à s’ouvre la dernier vers aoi poussées par les vagues nous dirons donc bal kanique c’est ce qui aide à pénétrer le le géographe sait tout       je macles et roulis photo nice, le 8 octobre et ces ...et poème pour il tente de déchiffrer, laure et pétrarque comme  la toile couvre les f les marques de la mort sur depuis le 20 juillet, bribes normalement, la rubrique dernier vers aoi le lourd travail des meules       sur aux george(s) (s est la constellations et ce qu’un paysage peut li emperere s’est j’entends sonner les mes pensées restent dans le pays dont je vous apaches : quai des chargeurs de 1- c’est dans errer est notre lot, madame, pour jean-louis cantin 1.- six de l’espace urbain,       fourr&       b&acir peinture de rimes. le texte ils s’étaient carcassonne, le 06 après la lecture de de proche en proche tous la vie est ce bruissement on préparait sa langue se cabre devant le comme c’est de la et…  dits de “dans le dessin       baie       sur bernard dejonghe... depuis dans un coin de nice, et que vous dire des dernier vers aoi       le li quens oger cuardise       apparu dernier vers aoi les dieux s’effacent À peine jetés dans le dernier vers s’il comme ce mur blanc   la baie des anges l’heure de la c’est un peu comme si,       pav&ea petites proses sur terre deux mille ans nous       sur buttati ! guarda&nbs       l̵       d&eacu deuxième essai le clers est li jurz et li le recueil de textes       il vous avez pour jean marie a propos d’une  improbable visage pendu dernier vers aoi approche d’une il n’était qu’un sous l’occupation deux ce travail vous est       &ccedi il est le jongleur de lui 0 false 21 18 paroles de chamantu antoine simon 18 pour jean-marie simon et sa  les premières les durand : une cette machine entre mes dernier vers aoi   d’un coté, la lecture de sainte ce n’est pas aux choses     du faucon a la libération, les  “ce travail qui le 26 août 1887, depuis       "  jésus il avait accepté les dessins de martine orsoni “le pinceau glisse sur zacinto dove giacque il mio le coeur du       st c’était une s’égarer on    7 artistes et 1 nous avons affaire à de et la peur, présente madame aux rumeurs       ce les lettres ou les chiffres autres litanies du saint nom il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi       un monde imaginal, pas de pluie pour venir   la production coupé en deux quand       neige       enfant voici des œuvres qui, le  dans toutes les rues pour martine carissimo ulisse,torna a quand les eaux et les terres effleurer le ciel du bout des       object       deux quelque temps plus tard, de  si, du nouveau pure forme, belle muette, et si au premier jour il  “ne pas dans l’effilé de merci à marc alpozzo     après diaphane est le mot (ou la fraîcheur et la siglent a fort e nagent e l’homme est dernier vers aoi gardien de phare à vie, au cinquième citationne antoine simon 33 dentelle : il avait nos voix a la femme au sculpter l’air :       &agrav reflets et echosla salle able comme capable de donner attelage ii est une œuvre un titre : il infuse sa  au travers de toi je vous avez et nous n’avons rien       glouss violette cachéeton très malheureux... et c’était dans madame a des odeurs sauvages  on peut passer une vie trois tentatives desesperees il aurait voulu être    regardant       grappe "pour tes ici. les oiseaux y ont fait     double pour marcel vi.- les amicales aventures       tourne       j̵ agnus dei qui tollis peccata       longte etudiant à elle réalise des       sur mesdames, messieurs, veuillez ma chair n’est dimanche 18 avril 2010 nous       à c’est le grand une errance de et encore  dits onze sous les cercles de prime abord, il l’art c’est la       au dernier vers aoi a dix sept ans, je ne savais dans le train premier       en un     longtemps sur on peut croire que martine il n’y a pas de plus antoine simon 30 guetter cette chose patrick joquel vient de avant dernier vers aoi des quatre archanges que       &n je reviens sur des pour michèle gazier 1)       les 1 la confusion des macles et roulis photo 1 neuf j’implore en vain dans la caverne primordiale   je ne comprends plus       vu antoine simon 24 le numéro exceptionnel de et que dire de la grâce       ton tromper le néant       le la musique est le parfum de 0 false 21 18     dans la ruela       la je rêve aux gorges antoine simon 28 toute une faune timide veille écrirecomme on se « h&eacu saluer d’abord les plus station 5 : comment    de femme liseuse l’évidence pour andré lancinant ô lancinant thème principal : les dernières pour lee       l̵       pass&e dernier vers aoi la brume. nuages dernier vers aoi au commencement était me À la loupe, il observa marché ou souk ou la communication est À max charvolen et martin  hors du corps pas le "patriote",  il y a le que d’heures les doigts d’ombre de neige quelques autres dernier vers aoi la vie est dans la vie. se toujours les lettres : mon cher pétrarque,       la station 3 encore il parle hans freibach : quand sur vos visages les j’arrivais dans les       dans viallat © le château de napolì napolì       quinze       dans tu le saiset je le vois cinquième essai tout       midi    au balcon       retour la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > art

art

Dernière publication : 19 août 2014.
Les 3 derniers articles : CLXI , CLVIII , CLVII .
Les 3 articles les plus lus : LXXXII , CXX , CXLV .

  • XLVII

    Dans les hautes herbes souples sous le vent, mon peuple s’alanguissait en des rêves sans fin. Etonné depuis toujours de son propre bonheur, il vivait sans crainte et sans haine. Amoureux des (...)
    Clefs : peuples , art

  • LVIII

    Napolì Napolì oui, comme ils disent et vous croyez que l’accent oui oui c’est très beau Napolì quelle ville quelle animation et toute cette vie ah vous devez voir çavous devez c’estsûr comment donc (...)

  • Chronographie

    Diaphane est le mot (ou n’est-ce pas translucide ?) Flotter entre deux rides du temps- ne dit-on pas qu’entre la glace et l’eau se forme une mince couche d’air. C’est ainsi que vivent les Apaches, (...)

  • LXIII

    Deuxième essai d’autoportrait dit à l’incertitude Je ne sais pas, non, je ne sais pas... Est-ce par ignorance ou incertitude, ou inquiétude ? Non... Je ne sais pas... En tout cas, l’impression que (...)
    Clefs : monde , "Je" , langue , autobiographie , art

  • LXXIV

    DE PROFONDES glaouis athées, dominées, dominées pour l’exode vautrées mes âmes, fientes aurez très intendantes dans la voie dépréciante mémé Si l’inéquitation des observateurs dominait ; dominés ? qui (...)

  • LXXXII

    Pas même l’amplification du rythme cardiaque… Au niveau infrasonore, à peine une vibration que l’épiderme seul perçoit, et peut-être aussi les cellules, les structures les plus secrètes des nerfs, et le (...)

  • LXXXV

    Epuisement de la salle, silence. Par vagues. Dieu seul pouvait penser le contraire qui, s’il n’avait pas seulement su le plaisir de parler, s’il l’avait connu par la mesure des poumons, par les (...)

  • LXC

    Tout le problème consisterait à gonfler à tel point la poitrine que les petits cubes dans lesquels nous vivons éclatent Le conteur et son modèle Non son, non sono io quel che paio in viso Quel (...)

  • XCIII

    Ce jour là, je pouvais en compter quelques centaines ou quelques dizaines, et toutes différentes ; je les disposais dans de vastes vitrines aux éclairages feutrés ; la lumière trop vive les jaunit (...)
    Clefs : citations , récits , art , portraits

  • C

    Non... Non... je vous assure, vous vous trompez...Vous faites fausse route... Comment dire...Leur chant n’est pas beau, il est...d’une évidence insidieuse. Inutile de me demander de retrouver sa (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette