BRIBES EN LIGNE
dans le pain brisé son se reprendre. creuser son autres litanies du saint nom       " montagnesde pour egidio fiorin des mots chaises, tables, verres, la fraîcheur et la ecrire les couleurs du monde dernier vers aoi et que vous dire des dernier vers aoi l’instant criblé les installations souvent,       le soudain un blanc fauche le couleur qui ne masque pas pourquoi yves klein a-t-il temps de cendre de deuil de  l’exposition  je meurs de soif       ma imagine que, dans la le recueil de textes   en grec, morías dernier vers aoi madame est la reine des  le grand brassage des     &nbs vos estes proz e vostre napolì napolì toulon, samedi 9 six de l’espace urbain,  epître aux une fois entré dans la la rencontre d’une Être tout entier la flamme toute une faune timide veille apaches :     un mois sans rare moment de bonheur, sept (forces cachées qui       apr&eg       en cinq madame aux yeux       sur le vous avez le temps passe dans la       quinze raphaël  il y a le       devant       pour nice, le 18 novembre 2004   j’ai souvent       midi un verre de vin pour tacher       dans       la       banlie quatre si la mer s’est ici, les choses les plus  tu vois im font chier cinquième essai tout mes pensées restent dans un coin de nice, marcel alocco a seul dans la rue je ris la légendes de michel il n’était qu’un       la i.- avaler l’art par dernier vers aoi 1 au retour au moment la littérature de     les fleurs du la liberté s’imprime à l’une des dernières le lent tricotage du paysage branches lianes ronces f j’ai voulu me pencher macles et roulis photo 7 il ne reste plus que le 1. il se trouve que je suis       fourr& f les marques de la mort sur antoine simon 16 il arriva que huit c’est encore à       le il pleut. j’ai vu la  il est des objets sur     ton   ciel !!!! à la mémoire de   l’oeuvre vit son       deux mi viene in mentemi il tente de déchiffrer, carles respunt : rien n’est vous n’avez     pourquoi       bonhe le 26 août 1887, depuis si, il y a longtemps, les mille fardeaux, mille derniers vers sun destre la légende fleurie est j’ai parlé abstraction voir figuration attention beau glaciation entre je désire un derniers     nous  dans le livre, le       l̵ de pareïs li seit la des voiles de longs cheveux       m&eacu les avenues de ce pays       au douce est la terre aux yeux pour marcel   encore une rm : nous sommes en envoi du bulletin de bribes de sorte que bientôt able comme capable de donner antoine simon 7 antoine simon 33   au milieu de grant est la plaigne e large le texte qui suit est, bien « amis rollant, de     surgi l’évidence le ciel est clair au travers     sur la mise en ligne au matin du dix l’espace ouvert au c’est vrai       voyage       je me pour andré villers 1)   ces sec erv vre ile je suis bien dans le soleil n’est pas janvier 2002 .traverse troisième essai les plus terribles "pour tes pour daniel farioli poussant     vers le soir       les dernier vers aoi gardien de phare à vie, au je sais, un monde se ce 28 février 2002. jusqu’à il y a j’ai donné, au mois pour m.b. quand je me heurte 0 false 21 18 i mes doigts se sont ouverts       vu avez-vous vu dernier vers aoi juste un mot pour annoncer démodocos... Ça a bien un elle réalise des f tous les feux se sont iv.- du livre d’artiste l’heure de la  hors du corps pas       le pas même   né le 7 « h&eacu  “la signification clquez sur tout le problème je découvre avant toi       dans pour angelo         &n       jonath quelques textes quand il voit s’ouvrir, toujours les lettres : "moi, esclave" a « voici temps de pierres     faisant la       allong des voix percent, racontent la fraîcheur et la ce texte se présente       la un titre : il infuse sa       il générations li emperere par sa grant   un vendredi qu’est-ce qui est en quelque temps plus tard, de pour michèle gazier 1) tendresses ô mes envols vedo la luna vedo le cyclades, iii°       une je reviens sur des aux barrières des octrois       force   pour théa et ses       maquis merci à marc alpozzo       &n       vu       le f le feu s’est antoine simon 22     rien       un les routes de ce pays sont et si au premier jour il le nécessaire non       " cette machine entre mes       au les amants se     " ce jour-là il lui pour jean-marie simon et sa macles et roulis photo 1 ne faut-il pas vivre comme s’ouvre la     après c’est une sorte de rita est trois fois humble.  zones gardées de    en    au balcon à propos des grands o tendresses ô mes il n’y a pas de plus       le la tentation du survol, à de profondes glaouis pour jean gautheronle cosmos peinture de rimes. le texte allons fouiller ce triangle   pour le prochain deux ajouts ces derniers à sylvie 0 false 21 18 suite de ainsi alfred… jamais je n’aurais là, c’est le sable et       ...mai       la merci au printemps des passet li jurz, la noit est du fond des cours et des dans le monde de cette  la toile couvre les nous serons toujours ces Ç’avait été la       juin très saintes litanies       retour un jour, vous m’avez je déambule et suis coupé en deux quand il faut laisser venir madame (elle entretenait       la au seuil de l’atelier reprise du site avec la au commencement était préparation des       aux dernier vers aoi etait-ce le souvenir       5) triptyque marocain     chant de je suis celle qui trompe pas de pluie pour venir sixième dans l’innocence des macles et roulis photo et si tu dois apprendre à       au À peine jetés dans le station 3 encore il parle samuelchapitre 16, versets 1 coupé le sonà       en un   la baie des anges ils s’étaient le proche et le lointain je ne peins pas avec quoi,     chambre       une       &n "la musique, c’est le  je signerai mon   je n’ai jamais       dans onzième cher bernard autre essai d’un       fleur (À l’église       &n frères et granz fut li colps, li dux en pierre ciel carissimo ulisse,torna a       voyage je rêve aux gorges       su   pour olivier       rampan a supposer quece monde tienne avec marc, nous avons dorothée vint au monde  dernières mises une autre approche de comme un préliminaire la quand les mots chaque automne les nous avancions en bas de est-ce parce que, petit, on "ah ! mon doux pays, prenez vos casseroles et       sur   pour adèle et viallat © le château de giovanni rubino dit on dit qu’agathe  si, du nouveau on cheval j’ai longtemps fin première       &agrav dans les carnets nous dirons donc neuf j’implore en vain   le 10 décembre    regardant       ruelle ce texte m’a été 1.- les rêves de al matin, quant primes pert la terre nous toutes sortes de papiers, sur il faut aller voir       entre       il   ces notes pur ceste espee ai dulor e après la lecture de pas sur coussin d’air mais af : j’entends difficile alliage de libre de lever la tête       dans station 4 : judas  en ceste tere ad estet ja       &agrav s’égarer on temps où les coeurs l’attente, le fruit pour helmut me i en voyant la masse aux ce qui fascine chez la mort d’un oiseau. dans le pays dont je vous dire que le livre est une pour michèle gazier 1       apr&eg       enfant       au antoine simon 30 rêve, cauchemar, …presque vingt ans plus la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > Dom Juan

Dom Juan

Dernière publication : 18 juin 2014.
Les 3 derniers articles : CXLVII , CXXIX , CXXVIII .
Les 3 articles les plus lus : LXXXVII , LXXXIX , CXLVII .

  • LXXXVII

    Douce est la terre aux yeux des naufragés Ed io vado all’osteria pe trovar padron miglior per trovar padron miglior ed io vad’all’osteria etc. Sua passion predominaante è la giovin (...)

  • LXXXIX

    Adagio Je suis mort il est vrai mais pas depuis longtemps Bruits... La salle ose remuer... Tout pourtant avait une autre qualité : chacun - en même temps- se tendait pour l’écoute, tentait de (...)

  • CVI

    QUANDO Me ne so itu pe l’Abbissina, Mannaggia ! Che cavoli ! la nave faceva cosí, cosí, e quanti ce n’erano che se vomivano pure le budella ! E pò, c’era chi n’se capiva ! I Napoletani, e va bè, più o (...)

  • CXXVII

    Je ne pense qu’à ça oui oui je ne pense qu’à ça c’est quand même la vie quoi la vie le ka kamasoutra je ne pense qu’à et y passer la vie pour étudier l’ultime position celle où oui mourir n’est rien mourir (...)
    Clefs : nécrologies , "Je" , Dom Juan

  • CXXVIII

    Encore une nécrologie Car je suis né à Charleville Et je suis chef d’escadrille Lieutenant de la grande guerre dans l’équipe des Cigognes O Guynemer ô Guynemer Et vive l’aéropostale ! Mais (...)

  • CXXIX

    Pluies et bruines, comment ces cellules, ces mollécules peuvent-elles ainsi faire... corps comment ? et suis assez prêt à me lancer à travers les corps tendus s’offrant ? Il était né le 1er avril (...)

  • CXLVII

    Date de rédaction : 17 décembre 2008
    "Tu sais ce que c’est ce soir ?" - "Un type... " - "Tu as vu la crit ?" Elle entre sourire aux yeux flexion des bras sans cesse vêtue de blanc se mordillant le petit doigt ses cheveux auréole ou (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette