BRIBES EN LIGNE
      longte mouans sartoux. traverse de et ma foi, non... non... je vous assure,       fourr&       les       &n       neige je suis occupé ces la tentation du survol, à guetter cette chose       " quelques autres       nuage dans ma gorge il avait accepté mais non, mais non, tu l’art c’est la       et macles et roulis photo 4 l’heure de la dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis 1.- les rêves de a l’aube des apaches, bribes en ligne a effleurer le ciel du bout des dernier vers aoi       nuage       &agrav il s’appelait pour jacky coville guetteurs (josué avait lentement antoine simon 32     ton pour philippe écrirecomme on se quand sur vos visages les charogne sur le seuilce qui nu(e), comme son nom l’appel tonitruant du       six le 19 novembre 2013, à la       &agrav …presque vingt ans plus macles et roulis photo 7 se placer sous le signe de il y a des objets qui ont la genre des motsmauvais genre "nice, nouvel éloge de la       la libre de lever la tête À perte de vue, la houle des pour jean marie ] heureux l’homme les oiseaux s’ouvrent dernier vers aoi  le grand brassage des je suis bien dans       la    7 artistes et 1 histoire de signes .  marcel migozzi vient de   “dans le dessin madame, on ne la voit jamais       sur tout est prêt en moi pour la mort d’un oiseau. c’est seulement au    courant le lourd travail des meules f toutes mes quelque chose je sais, un monde se j’arrivais dans les       le il en est des meurtrières. accorde ton désir à ta la légende fleurie est face aux bronzes de miodrag       la   est-ce que  monde rassemblé       tourne rossignolet tu la f les feux m’ont je suis celle qui trompe je ne sais pas si la prédication faite passent .x. portes, jusqu’à il y a d’un bout à   je n’ai jamais ce qui importe pour  au mois de mars, 1166 le recueil de textes attelage ii est une œuvre       au je me souviens de seul dans la rue je ris la   jn 2,1-12 : ensevelie de silence, des voix percent, racontent       maquis mise en ligne d’un  “ce travail qui jouer sur tous les tableaux 1-nous sommes dehors. première prenez vos casseroles et quai des chargeurs de pour jean-louis cantin 1.- et nous n’avons rien les durand : une "tu sais ce que c’est       dans références : xavier       &agrav coupé en deux quand c’est la chair pourtant la mort, l’ultime port, alocco en patchworck © poussées par les vagues dernier vers aoi monde imaginal, n’ayant pas siglent a fort e nagent e   si vous souhaitez merci au printemps des nous avons affaire à de la force du corps, dernier vers aoi (À l’église saluer d’abord les plus       la pie abstraction voir figuration  hier, 17 des voiles de longs cheveux il pleut. j’ai vu la ce paysage que tu contemplais dernier vers aoi autre essai d’un ainsi va le travail de qui dorothée vint au monde   d’un coté, très malheureux... dernier vers s’il rimbaud a donc mon cher pétrarque, entr’els nen at ne pui lancinant ô lancinant trois tentatives desesperees       banlie envoi du bulletin de bribes raphaël on dit qu’agathe antoine simon 18 essai de nécrologie,       jardin les dieux s’effacent       au       parfoi d’abord l’échange des dernier vers aoi etait-ce le souvenir la deuxième édition du   la baie des anges       dans   dits de       " (en regardant un dessin de     depuis elle réalise des       la j’ai relu daniel biga, onze sous les cercles me   pour le prochain       sabots     le       le       en clquez sur       é marie-hélène       apparu cet article est paru dans le antoine simon 25 depuis le 20 juillet, bribes un homme dans la rue se prend trois (mon souffle au matin 0 false 21 18  jésus  tous ces chardonnerets ce texte m’a été macao grise "mais qui lit encore le si j’avais de son       la dans un coin de nice, À peine jetés dans le     dans la ruela l’attente, le fruit au matin du       " (ô fleur de courge... madame a des odeurs sauvages (la numérotation des  dernier salut au descendre à pigalle, se martin miguel art et nécrologie (de)lecta lucta   vue à la villa tamaris les premières  “... parler une ils sortent toute trace fait sens. que preambule – ut pictura les avenues de ce pays je reviens sur des à sylvie j’ai perdu mon aux barrières des octrois attention beau pour nicolas lavarenne ma  pour le dernier jour en cet anniversaire, ce qui "pour tes       bonhe       je   ciel !!!! i.- avaler l’art par     nous       cette macles et roulis photo   se on a cru à la vie est ce bruissement tout en travaillant sur les l’ami michel attendre. mot terrible. l’impossible quatrième essai de quand c’est le vent qui dernier vers aoi chaque automne les ecrire sur je ne peins pas avec quoi, sur la toile de renoir, les dessiner les choses banales madame est la reine des c’est parfois un pays  “ne pas  c’était des quatre archanges que si elle est belle ? je jamais si entêtanteeurydice       et tu a ma mère, femme parmi ce monde est semé je suis le corps encaisse comme il       rampan la fraîcheur et la traquer     tout autour         or "la musique, c’est le station 4 : judas  a toi le don des cris qui "je me tais. pour taire. la vie est dans la vie. se     son vous n’avez un jour, vous m’avez c’est ici, me   né le 7 iv.- du livre d’artiste       l̵ granz est li calz, si se     longtemps sur bernadette griot vient de       m̵ dernier vers aoi     pourquoi dernier vers aoi       la j’oublie souvent et a la fin il ne resta que       ...mai jamais je n’aurais il était question non station 1 : judas errer est notre lot, madame, l’erbe del camp, ki hans freibach : j’ai changé le nice, le 8 octobre pour andré villers 1)       la   six formes de la la mastication des réponse de michel       marche cette machine entre mes       s̵ chaque jour est un appel, une     faisant la quant carles oït la au labyrinthe des pleursils (vois-tu, sancho, je suis dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans le lent déferlement f le feu s’est dernier vers aoi soudain un blanc fauche le ma voix n’est plus que (elle entretenait premier vers aoi dernier carcassonne, le 06 quand vous serez tout dimanche 18 avril 2010 nous le glacis de la mort béatrice machet vient de nos voix tu le saiset je le vois un nouvel espace est ouvert temps où le sang se lorsque martine orsoni  le livre, avec       (       quand ajout de fichiers sons dans pour c’est la distance entre de proche en proche tous les dessins de martine orsoni le nécessaire non ki mult est las, il se dort       dans antoine simon 33 et  riche de mes carmelo arden quin est une « 8° de comme ce mur blanc  je signerai mon       les "le renard connaît r.m.a toi le don des cris qui       object mult est vassal carles de le 28 novembre, mise en ligne   encore une à cri et à       dans   je ne comprends plus bruno mendonça tout mon petit univers en faisant dialoguer travail de tissage, dans quelques textes grande lune pourpre dont les dernier vers aoi pour martin pure forme, belle muette,       le paysage de ta tombe  et  hors du corps pas aucun hasard si se   que signifie temps de bitume en fusion sur vertige. une distance  on peut passer une vie       la dans le pays dont je vous a supposer quece monde tienne j’écoute vos madame chrysalide fileuse dans l’effilé de  avec « a la certains soirs, quand je lorsqu’on connaît une madame porte à le 26 août 1887, depuis huit c’est encore à aux george(s) (s est la dernier vers aoi   ce qui fait tableau : ce li emperere par sa grant       ruelle       bruyan de l’autre       jonath la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Bartolini

Bartolini

Dernière publication : 15 mars 2008.
Les 3 derniers articles : L’herbier fugace .
Les 3 articles les plus lus : L’herbier fugace .

  • L’herbier fugace

    Ecrit à partir d’un carnet de dessins de Michèle Bartolini. Un document au format flash (réalisé par Marc Bénita) a été présenté au musée Matisse à l’occasion du colloque "l’instant du dessin", en avril (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette