BRIBES EN LIGNE
...et poème pour la cité de la musique recleimet deu mult     dans la ruela martin miguel art et       sur autre citation    tu sais       coude pour frédéric pure forme, belle muette, envoi du bulletin de bribes un tunnel sans fin et, à il arriva que pour philippe il semble possible       un antoine simon 31 l’instant criblé c’est pour moi le premier  un livre écrit quel étonnant très saintes litanies constellations et sept (forces cachées qui spectacle de josué dit certains prétendent f toutes mes traquer deuxième approche de la fonction, pour andré       ( il pleut. j’ai vu la et nous n’avons rien pour raphaël ( ce texte a     une abeille de ce monde est semé comme ce mur blanc les lettres ou les chiffres  dans toutes les rues       retour un titre : il infuse sa       aujour       le antoine simon 26 la lecture de sainte   la baie des anges la bouche pure souffrance dernier vers aoi  née à etudiant à dans le pain brisé son     hélas,       entre       marche station 3 encore il parle bribes en ligne a approche d’une onzième quand c’est le vent qui la prédication faite l’attente, le fruit À perte de vue, la houle des le nécessaire non la deuxième édition du   est-ce que dont les secrets… à quoi rêves de josué, frères et genre des motsmauvais genre les textes mis en ligne les doigts d’ombre de neige       quinze             les pour andré       dans onze sous les cercles un jour nous avons montagnesde buttati ! guarda&nbs ses mains aussi étaient me les plus vieilles j’ai en réserve a dix sept ans, je ne savais       &agrav pour julius baltazar 1 le f le feu s’est le franchissement des printemps breton, printemps Être tout entier la flamme je dors d’un sommeil de       ruelle “le pinceau glisse sur f les rêves de c’est seulement au madame est une torche. elle la légende fleurie est poussées par les vagues la pureté de la survie. nul   en grec, morías       le travail de tissage, dans on préparait un soir à paris au antoine simon 3 c’est la distance entre     pluie du grant est la plaigne e large       juin   six formes de la mais non, mais non, tu macles et roulis photo 4 je reviens sur des quelque temps plus tard, de autre petite voix je suis celle qui trompe errer est notre lot, madame, À l’occasion de       pass&e toulon, samedi 9 soudain un blanc fauche le  il y a le a christiane 0 false 21 18 j’ai changé le       assis et ces paysage de ta tombe  et       le normalement, la rubrique l’impossible       l̵ ce qui importe pour dans le respect du cahier des j’ai parlé madame a des odeurs sauvages       dans       fourmi la chaude caresse de la brume. nuages c’est vrai passent .x. portes, pas de pluie pour venir il aurait voulu être       l̵ granz fut li colps, li dux en f dans le sourd chatoiement cinquième citationne       le a ma mère, femme parmi   au milieu de       fleure janvier 2002 .traverse station 4 : judas  vedo la luna vedo le au labyrinthe des pleursils m1             sabots 1-nous sommes dehors. la force du corps,  la toile couvre les dernier vers aoi antoine simon 10 faisant dialoguer « h&eacu et encore  dits À la loupe, il observa thème principal : cliquetis obscène des il ne reste plus que le  de même que les f le feu s’est     un mois sans dernier vers aoi petit matin frais. je te et combien du fond des cours et des il faut aller voir à propos des grands une fois entré dans la samuelchapitre 16, versets 1       cerisi dernier vers aoi bien sûr, il y eut     les fleurs du mi viene in mentemi 1) notre-dame au mur violet c’est le grand depuis le 20 juillet, bribes       object sculpter l’air : je découvre avant toi       je mougins. décembre       m&eacu       nuage et je vois dans vos je n’ai pas dit que le toi, mésange à comment entrer dans une   dits de       cette       " vi.- les amicales aventures assise par accroc au bord de abstraction voir figuration (en regardant un dessin de sous l’occupation       va cette machine entre mes li emperere par sa grant       m̵ j’ai donc tendresses ô mes envols dernier vers aoi     son dernier vers aoi   i mes doigts se sont ouverts libre de lever la tête a l’aube des apaches, agnus dei qui tollis peccata mais jamais on ne la fraîcheur et la madame est la reine des madame des forêts de neuf j’implore en vain de soie les draps, de soie       &ccedi ce jour-là il lui 1257 cleimet sa culpe, si "pour tes antoine simon 6 c’est la peur qui fait       pav&ea arbre épanoui au ciel marie-hélène     " o tendresses ô mes       le       b&acir       la temps de pierres 10 vers la laisse ccxxxii       vaches encore la couleur, mais cette josué avait un rythme la terre nous       la “dans le dessin nous serons toujours ces je serai toujours attentif à écoute, josué, toutes sortes de papiers, sur equitable un besoin sonnerait nice, le 8 octobre dans ce périlleux   se       grappe souvent je ne sais rien de antoine simon 24 madame déchirée nos voix       "et bien, voilà..." dit       rampan les amants se à sylvie outre la poursuite de la mise clere est la noit e la       chaque       dans  pour jean le dans les horizons de boue, de écrirecomme on se epuisement de la salle, mieux valait découper    seule au pour maxime godard 1 haute dernier vers aoi bruno mendonça une errance de le recueil de textes franchement, pensait le chef, le 15 mai, à fin première attendre. mot terrible.         &n       "     chambre dernier vers aoi       le dans le pays dont je vous intendo... intendo ! macles et roulis photo 1       bien       sur       montag pour pierre theunissen la a propos de quatre oeuvres de antoine simon 33 la poésie, à la difficile alliage de je t’enfourche ma antoine simon 25 s’égarer on avez-vous vu   saint paul trois             à d’un bout à pour max charvolen 1) mes pensées restent (À l’église c’est extrêmement (de)lecta lucta   karles se dort cum hume   je n’ai jamais nous dirons donc langues de plomba la       tourne ecrire les couleurs du monde       l̵       st " je suis un écorché vif. pour mes enfants laure et iloec endreit remeint li os l’heure de la béatrice machet vient de je ne peins pas avec quoi, carmelo arden quin est une la langue est intarissable les petites fleurs des ce jour là, je pouvais     m2 &nbs coupé le sonà de l’autre ce poème est tiré du toutes ces pages de nos     chant de antoine simon 7 derniers  martin miguel vient descendre à pigalle, se pour m.b. quand je me heurte le tissu d’acier       les       &n       sur pour andrée giovanni rubino dit dessiner les choses banales les parents, l’ultime À peine jetés dans le comme une suite de chaque jour est un appel, une si, il y a longtemps, les  les trois ensembles     depuis       le ce le lent déferlement vous avez un temps hors du f les marques de la mort sur  je signerai mon       que « e ! malvais  dernières mises toutefois je m’estimais     après dernier vers aoi     [1]  antoine simon 18 le géographe sait tout à cri et à  l’écriture dernier vers aoi merci à marc alpozzo deuxième  avec « a la "l’art est-il à l’évidence       dans a toi le don des cris qui portrait. 1255 :       neige antoine simon 15 f le feu est venu,ardeur des elle réalise des  on peut passer une vie la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Freixe

Freixe

Dernière publication : 26 avril 2010.
Les 3 derniers articles : Loriotte du pays des merveilles , Dans les couleurs du froid , A l’étrangère .
Les 3 articles les plus lus : Eloge de la surprise , 19- le 15/03/09 , 21 - le 17/03/09 .

info portfolio

Alain Freixe © M. Monticelli Alain Freixe © M. Monticelli
  • Nous dirons donc Rencontres...

    A propos de 3 tirages de tête des éditions de l’Amourier

    Première publication : novembre 2008 / article dans revue
    A paraître dans le Basilic (bulletin de l’association des amis de l’Amourier" du mois de décembre 2008. Nous dirons donc "Rencontre" A propos de trois tirages de tête parus aux éditions (...)

  • ALAIN FREIXE

    Eloge de la surprise

    Une contribution d’Alain Freixe
    Clefs : Freixe

  • 1 le 25/02/09

    Et que vous dire des forêts ? De celles qui dans les yeux appellent ? Madame, vous les hantez. Vous y trouver, c’est vous perdre. Et sur des quais de nuit amarrer nos corps. Y abriter regards. (...)
    Clefs : Freixe

  • 13 - le 09/03/09

    Il pleut. J’ai vu la mort dans les larmes de Madame. Restées là à trembler entre une humeur vitée fatiguée de rouge et le cerne noir de ses yeux. Madame se perdait dans les plis de montagnes où elle (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 14- le 10/03/09

    Madame est toute lumière. Sa cambrure à l’aube dessine le monde, son élan dans les frissons de l’horizon. Notre silence l’étreindra. Eteindra son feu. Ce sera entre la vie et l’écriture, un pays de (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 15 - le 11/03/09

    Madame est une torche. Elle va par les forêts. Les intérieurs éclairés de ce qui la brûle. De loin vous ne voyez que cette lumière qui happe votre regard. Dans la nuit alors vous dites qu’il fait jour. (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 16- Le 12/03/09

    Vous êtes l’écorchée, Madame lépreuse. Le sang colle vos voiles à votre chair à vif. A chaque mouvement de votre danse dans les bois la douleur lance. Madame meurtrie de douceur. Madame a froid. (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 17- le 13/03/09

    Madame des forêts de mémoire. Les avenues suivent le cours des rus, ruisseaux, fleuves et torrents. Les places couvrent embouchures et estuaires. Des chasseurs très anciens rabattent les fauves à (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 18- le 14/03/09

    Madame, vous débusquez la forêt cachée : terre qui pousse ses graines, brisant le ciment et le bitume ; galets charriés jusque dans les eaux lointaines peuplées de requins et de méduses ; arbres (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 19- le 15/03/09

    Toute une faune timide veille et guette, chasse et survit, parmi les reliques de la forêt première. Vous y entendez, Madame, couvrant les voix rauques des machines, l’en marche des insectes (...)
    Clefs : Freixe , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette