BRIBES EN LIGNE
nouvelles mises en pour angelo pour julius baltazar 1 le pour maguy giraud et 1257 cleimet sa culpe, si       dans lentement, josué ce qui importe pour quatrième essai rares clers fut li jurz e li       dans le geste de l’ancienne,  l’exposition   marcel migozzi vient de le samedi 26 mars, à 15   se au labyrinthe des pleursils le 26 août 1887, depuis passet li jurz, si turnet a vous dites : "un il aurait voulu être       m&eacu le 26 août 1887, depuis c’est une sorte de dans le pain brisé son très malheureux... ce qui fait tableau : ce carissimo ulisse,torna a 1.- les rêves de temps où les coeurs religion de josué il juste un lorsqu’on connaît une guetter cette chose dentelle : il avait à bernadette écoute, josué, et encore  dits dans l’effilé de     ton  epître aux la danse de je suis occupé ces   ces sec erv vre ile       les pour andré dernier vers aoi  dans le livre, le l’une des dernières       le   un la fraîcheur et la karles se dort cum hume quant carles oït la comme une suite de mult est vassal carles de il s’appelait “le pinceau glisse sur     vers le soir moisissures mousses lichens mise en ligne d’un macles et roulis photo 4 je désire un le passé n’est j’arrivais dans les certains prétendent toute trace fait sens. que les parents, l’ultime carcassonne, le 06 f le feu s’est folie de josuétout est le 23 février 1988, il antoine simon 25 toute une faune timide veille elle réalise des 0 false 21 18 je suis celle qui trompe pour alain borer le 26 je serai toujours attentif à       " s’ouvre la mais non, mais non, tu j’ai donné, au mois cliquetis obscène des le texte qui suit est, bien n’ayant pas af : j’entends       l̵       avant le pendu préparation des   marcel un trait gris sur la       et ço dist li reis : v.- les amicales aventures du f le feu est venu,ardeur des       embarq "l’art est-il ecrire les couleurs du monde descendre à pigalle, se fin première       &agrav morz est rollant, deus en ad À la loupe, il observa       & les lettres ou les chiffres f j’ai voulu me pencher troisième essai     le cygne sur   (à ma voix n’est plus que et ces je t’enfourche ma sauvage et fuyant comme normalement, la rubrique pour martine, coline et laure antoine simon 26       ...mai carles li reis en ad prise sa  de la trajectoire de ce il souffle sur les collines l’impossible cinquième essai tout le ciel est clair au travers       la derniers       b&acir toulon, samedi 9 pour egidio fiorin des mots       l̵ ….omme virginia par la et nous n’avons rien dieu faisait silence, mais mon cher pétrarque, station 1 : judas onzième livre grand format en trois travail de tissage, dans marcel alocco a   iv    vers       ( villa arson, nice, du 17 pour max charvolen 1)       au    tu sais  le livre, avec au rayon des surgelés ce monde est semé il arriva que les dessins de martine orsoni huit c’est encore à non, björg,       jonath  dernier salut au je n’hésiterai         or pour michèle buttati ! guarda&nbs  au travers de toi je antoine simon 33 macao grise deux nouveauté,       sur le coquillage contre ouverture de l’espace madame aux rumeurs  zones gardées de ne faut-il pas vivre comme raphaël  dans toutes les rues       ce l’ami michel pour le prochain basilic, (la  le "musée       la       dans epuisement de la salle, l’homme est ce n’est pas aux choses quel étonnant la prédication faite de tantes herbes el pre me       sur       sur pour jacqueline moretti, un tunnel sans fin et, à   j’ai souvent     surgi       reine pas sur coussin d’air mais la force du corps,         &n lu le choeur des femmes de pour m.b. quand je me heurte       jardin i.- avaler l’art par dernier vers aoi   la fonction, dernier vers aoi     quand encore une citation“tu       s̵ i mes doigts se sont ouverts intendo... intendo ! les plus terribles  la lancinante     un mois sans la bouche pleine de bulles se placer sous le signe de deuxième le corps encaisse comme il temps de pierres dans la toi, mésange à j’entends sonner les       une abeille de « amis rollant, de       que   3   

les nous serons toujours ces quel ennui, mortel pour comme un préliminaire la a claude b.   comme pure forme, belle muette, attelage ii est une œuvre bribes en ligne a quai des chargeurs de frères et il semble possible en 1958 ben ouvre à       la dernier vers aoi station 7 : as-tu vu judas se À l’occasion de À max charvolen et martin dans un coin de nice, le vieux qui ensevelie de silence,     dans la ruela carles respunt :       la       pass&e j’oublie souvent et dans la caverne primordiale       il       vaches dernier vers aoi   elle disposait d’une c’est ici, me antoine simon 9 première non... non... je vous assure, (josué avait   pour le prochain l’évidence la légende fleurie est       une  tu ne renonceras pas. dans les hautes herbes pour philippe chaises, tables, verres,    de femme liseuse       vu     après       sur       voyage  la toile couvre les     de rigoles en dix l’espace ouvert au (elle entretenait       mouett l’illusion d’une quelques textes       rampan       pass&e j’ai parlé       grimpa suite du blasphème de abu zayd me déplait. pas il y a des objets qui ont la  pour de edmond, sa grande       je me en cet anniversaire, ce qui a ma mère, femme parmi temps de cendre de deuil de       m̵ granz est li calz, si se   dits de       nuage cher bernard un verre de vin pour tacher il est le jongleur de lui sables mes parolesvous       l̵ cet article est paru station 5 : comment       glouss  “s’ouvre les textes mis en ligne dernier vers que mort mult ben i fierent franceis e avant propos la peinture est       descen et si tu dois apprendre à la route de la soie, à pied, on peut croire que martine       &agrav lorsque martine orsoni ne pas négocier ne cyclades, iii°       ma       le la musique est le parfum de  au mois de mars, 1166  il y a le « h&eacu diaphane est le mot (ou avant dernier vers aoi   en grec, morías et la peur, présente pour andré villers 1)       neige introibo ad altare       ce À max charvolen et la brume. nuages i en voyant la masse aux       baie ce texte m’a été       " de prime abord, il il n’est pire enfer que etait-ce le souvenir       le l’art n’existe       bruyan (en regardant un dessin de tout en travaillant sur les ici, les choses les plus il était question non       sur le pour andré       dans attendre. mot terrible. les cuivres de la symphonie je t’enlace gargouille       les dernier vers aoi       en    nous antoine simon 21       vu comment entrer dans une "ah ! mon doux pays, bribes en ligne a je suis c’est la chair pourtant   tout est toujours en couleur qui ne masque pas mesdames, messieurs, veuillez si, il y a longtemps, les titrer "claude viallat, spectacle de josué dit equitable un besoin sonnerait d’ eurydice ou bien de on a cru à   le texte suivant a  si, du nouveau régine robin, pourquoi yves klein a-t-il       la je déambule et suis l’éclair me dure, pas facile d’ajuster le avec marc, nous avons   au milieu de ecrire sur et  riche de mes marie-hélène       allong quand les eaux et les terres de proche en proche tous       sur dernier vers aoi pour yves et pierre poher et grant est la plaigne e large   un vendredi       "     nous jusqu’à il y a  c’était la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Freixe

Freixe


info portfolio

Alain Freixe © M. Monticelli Alain Freixe © M. Monticelli
  • Nous dirons donc Rencontres...

    A propos de 3 tirages de tête des éditions de l’Amourier

    Première publication : novembre 2008 / article dans revue
    A paraître dans le Basilic (bulletin de l’association des amis de l’Amourier" du mois de décembre 2008. Nous dirons donc "Rencontre" A propos de trois tirages de tête parus aux éditions (...)

  • ALAIN FREIXE

    Eloge de la surprise

    Une contribution d’Alain Freixe
    Clefs : Freixe

  • 1 le 25/02/09

    Et que vous dire des forêts ? De celles qui dans les yeux appellent ? Madame, vous les hantez. Vous y trouver, c’est vous perdre. Et sur des quais de nuit amarrer nos corps. Y abriter regards. (...)
    Clefs : Freixe

  • 13 - le 09/03/09

    Il pleut. J’ai vu la mort dans les larmes de Madame. Restées là à trembler entre une humeur vitée fatiguée de rouge et le cerne noir de ses yeux. Madame se perdait dans les plis de montagnes où elle (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 14- le 10/03/09

    Madame est toute lumière. Sa cambrure à l’aube dessine le monde, son élan dans les frissons de l’horizon. Notre silence l’étreindra. Eteindra son feu. Ce sera entre la vie et l’écriture, un pays de (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 15 - le 11/03/09

    Madame est une torche. Elle va par les forêts. Les intérieurs éclairés de ce qui la brûle. De loin vous ne voyez que cette lumière qui happe votre regard. Dans la nuit alors vous dites qu’il fait jour. (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 16- Le 12/03/09

    Vous êtes l’écorchée, Madame lépreuse. Le sang colle vos voiles à votre chair à vif. A chaque mouvement de votre danse dans les bois la douleur lance. Madame meurtrie de douceur. Madame a froid. (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 17- le 13/03/09

    Madame des forêts de mémoire. Les avenues suivent le cours des rus, ruisseaux, fleuves et torrents. Les places couvrent embouchures et estuaires. Des chasseurs très anciens rabattent les fauves à (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 18- le 14/03/09

    Madame, vous débusquez la forêt cachée : terre qui pousse ses graines, brisant le ciment et le bitume ; galets charriés jusque dans les eaux lointaines peuplées de requins et de méduses ; arbres (...)
    Clefs : Freixe , poésie

  • 19- le 15/03/09

    Toute une faune timide veille et guette, chasse et survit, parmi les reliques de la forêt première. Vous y entendez, Madame, couvrant les voix rauques des machines, l’en marche des insectes (...)
    Clefs : Freixe , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette