BRIBES EN LIGNE
mon cher pétrarque,       grappe       bonhe le pendu deuxième quelque chose a propos de quatre oeuvres de dans le patriote du 16 mars la question du récit encore une citation“tu       voyage ce pays que je dis est je crie la rue mue douleur       s̵     à vedo la luna vedo le premier vers aoi dernier quand c’est le vent qui les premières f le feu est venu,ardeur des intendo... intendo ! un jour nous avons f le feu s’est le géographe sait tout le proche et le lointain et il fallait aller debout       en un antoine simon 14       juin je serai toujours attentif à clquez sur       à     oued coulant (ma gorge est une   que signifie carles li reis en ad prise sa "si elle est pure forme, belle muette, les dessins de martine orsoni vous avez      & « pouvez-vous et il parlait ainsi dans la antoine simon 27 dernier vers aoi   c’est pour moi le premier torna a sorrento ulisse torna       ce       dans dernier vers aoi antoine simon 32 pour helmut la musique est le parfum de       cette machine entre mes attention beau un tunnel sans fin et, à « 8° de   jn 2,1-12 : sur la toile de renoir, les tous feux éteints. des jusqu’à il y a là, c’est le sable et si grant dol ai que ne douce est la terre aux yeux  marcel migozzi vient de ecrire sur il existe deux saints portant  “ce travail qui   ces sec erv vre ile       la je n’ai pas dit que le       jonath pour michèle gazier 1 "et bien, voilà..." dit travail de tissage, dans la fraîcheur et la lorsque martine orsoni       pass&e et  riche de mes jouer sur tous les tableaux pour egidio fiorin des mots le bulletin de "bribes tout est prêt en moi pour j’ai changé le       o nous avons affaire à de       l̵ très saintes litanies   le texte suivant a vous deux, c’est joie et nous avancions en bas de dix l’espace ouvert au pour philippe madame est toute pour jean marie il y a des objets qui ont la depuis le 20 juillet, bribes   maille 1 :que je dors d’un sommeil de après la lecture de lancinant ô lancinant       arauca       m̵ attendre. mot terrible. tout mon petit univers en fragilité humaine. f toutes mes toutefois je m’estimais 1- c’est dans       droite onzième d’abord l’échange des deuxième apparition hans freibach : et combien       allong pour martin le 23 février 1988, il merci à marc alpozzo pas de pluie pour venir (josué avait bientôt, aucune amarre madame, vous débusquez on trouvera la video ce qu’un paysage peut je ne peins pas avec quoi, dernier vers aoi "la musique, c’est le la liberté de l’être beaucoup de merveilles madame porte à f les marques de la mort sur c’est extrêmement       &agrav  au mois de mars, 1166 seins isabelle boizard 2005       rampan carissimo ulisse,torna a j’ai travaillé de mes deux mains  tu ne renonceras pas. antoine simon 2 bernard dejonghe... depuis   (à       ma c’est la peur qui fait je ne sais pas si dernier vers aoi     un derniers vers sun destre à la mémoire de li quens oger cuardise au matin du c’est seulement au six de l’espace urbain, écrirecomme on se au labyrinthe des pleursils ce texte m’a été sauvage et fuyant comme samuelchapitre 16, versets 1 fin première (de)lecta lucta         baie se placer sous le signe de dernier vers aoi et si tu dois apprendre à     du faucon (elle entretenait merci au printemps des paysage de ta tombe  et antoine simon 18 pour m.b. quand je me heurte (dans mon ventre pousse une de soie les draps, de soie la terre a souvent tremblé À max charvolen et martin de pa(i)smeisuns en est venuz       je       que   saint paul trois ne faut-il pas vivre comme cet article est paru dans le  tous ces chardonnerets  le "musée le franchissement des deuxième apparition de aux barrières des octrois  il y a le je suis       sous 5) triptyque marocain tant pis pour eux. quel étonnant normalement, la rubrique 0 false 21 18 heureuse ruine, pensait       sur le  dans toutes les rues le recueil de textes pour nicolas lavarenne ma si, il y a longtemps, les madame, c’est notre jamais si entêtanteeurydice passet li jurz, si turnet a très malheureux... elle disposait d’une nice, le 8 octobre    il "mais qui lit encore le macles et roulis photo 1 à propos des grands       un  le grand brassage des saluer d’abord les plus je me souviens de i en voyant la masse aux a la femme au je suis occupé ces   (dans le       sur ensevelie de silence, poussées par les vagues       les j’ai relu daniel biga,       midi       " dans le respect du cahier des Être tout entier la flamme approche d’une sequence 6   le       vu passet li jurz, la noit est à propos “la deux ce travail vous est    seule au 1257 cleimet sa culpe, si temps de pierres la mort d’un oiseau.       neige sur l’erbe verte si est des quatre archanges que imagine que, dans la   iv    vers dimanche 18 avril 2010 nous ici, les choses les plus pas une année sans évoquer epuisement de la salle, les routes de ce pays sont       la pie     après l’évidence madame des forêts de petites proses sur terre  l’exposition  temps où le sang se les doigts d’ombre de neige quand sur vos visages les le glacis de la mort "tu sais ce que c’est       il comme ce mur blanc       pav&ea les dieux s’effacent 1. il se trouve que je suis       voyage la tentation du survol, à       &agrav       l̵ la langue est intarissable       "     double dans le pays dont je vous       jardin sous la pression des pour jean-louis cantin 1.- ouverture de l’espace quatrième essai de marie-hélène     pourquoi outre la poursuite de la mise les dernières pour michèle la mastication des       embarq       &n et si au premier jour il       force le galop du poème me   pour adèle et i.- avaler l’art par diaphane est le mot (ou rita est trois fois humble. “le pinceau glisse sur   ciel !!!!       b&acir art jonction semble enfin la liberté s’imprime à coupé en deux quand l’art c’est la autre essai d’un       pour antoine simon 6       longte       qui huit c’est encore à premier essai c’est issent de mer, venent as       l̵ suite du blasphème de elle réalise des       m̵ antoine simon 23 et tout avait       allong c’est la chair pourtant la bouche pure souffrance       le   pour le prochain les avenues de ce pays en cet anniversaire, ce qui deuxième essai le       enfant   ces notes       apr&eg en introduction à raphaël antoine simon 15 f le feu m’a un trait gris sur la livre grand format en trois le travail de bernard l’existence n’est je sais, un monde se le samedi 26 mars, à 15 le lourd travail des meules présentation du  mise en ligne du texte f j’ai voulu me pencher       ...mai       dans elle ose à peine       le en ceste tere ad estet ja       gentil tout le problème       dans au programme des actions janvier 2002 .traverse halt sunt li pui e mult halt de sorte que bientôt réponse de michel macles et roulis photo antoine simon 33         &n d’un bout à equitable un besoin sonnerait     &nbs aux george(s) (s est la temps où les coeurs un jour, vous m’avez dernier vers aoi pour raphaël  on peut passer une vie avec marc, nous avons envoi du bulletin de bribes antoine simon 21 monde imaginal,       soleil   je n’ai jamais     rien se reprendre. creuser son       le le 2 juillet       au deuxième approche de       retour on dit qu’agathe    en dernier vers aoi les parents, l’ultime le lent déferlement l’illusion d’une le ciel est clair au travers zacinto dove giacque il mio mais non, mais non, tu       les le 28 novembre, mise en ligne la bouche pleine de bulles       descen il arriva que alocco en patchworck © villa arson, nice, du 17   3   

les et que vous dire des la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Slacik

Slacik

Dernière publication : 9 octobre 2009.
Les 3 derniers articles : Dans l’effilé de la lumière , Écrire est un geste .
Les 3 articles les plus lus : Écrire est un geste , Dans l’effilé de la lumière .

  • MICHEL BUTOR

    Écrire est un geste

    pour Anne Slacik Ecrire est un geste. Avec l’écriture ancienne, que ce fut au calame, au pinceau, à la plume, chacun l’admet ; et ce geste devient danse avec toute calligraphie mais surtout quand (...)
    Clefs : Butor , Slacik , écrire

  • ALAIN FREIXE

    Dans l’effilé de la lumière

    / Bibliophilie
    Dans l’effilé de la lumière Je vais vers celle qui n’est pas une chose du monde. Je vais vers une interrogation. Posée là. Dans le bleu. À la fois doux et dur qui éponge le visage raboté des dernières (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette