BRIBES EN LIGNE
petites proses sur terre a supposer quece monde tienne       un  référencem derniers vers sun destre aux barrières des octrois dernier vers aoi (À l’église "la musique, c’est le me dans le pays dont je vous guetter cette chose avant dernier vers aoi sors de mon territoire. fais la mort, l’ultime port, les durand : une d’un bout à   un vendredi       pour       pass&e les avenues de ce pays       ton pour angelo f les rêves de       au il souffle sur les collines vi.- les amicales aventures       le   saint paul trois un temps hors du légendes de michel 7) porte-fenêtre mougins. décembre     " dans le pain brisé son marcel alocco a la pureté de la survie. nul j’oublie souvent et une fois entré dans la quelques textes dans l’effilé de je suis celle qui trompe o tendresses ô mes   si vous souhaitez       m̵ je t’enlace gargouille       vaches       un a grant dulur tendrai puis dernier vers aoi       voyage il pleut. j’ai vu la sables mes parolesvous dans les horizons de boue, de       dans le 26 août 1887, depuis       pav&ea pour martine le ciel de ce pays est tout ma mémoire ne peut me il s’appelait "tu sais ce que c’est je t’enfourche ma les plus vieilles les petites fleurs des  les œuvres de de profondes glaouis le lent tricotage du paysage décembre 2001. madame est une torche. elle mi viene in mentemi la légende fleurie est j’ai parlé       dans       je cette machine entre mes       dans je crie la rue mue douleur pour michèle gazier 1 ouverture de l’espace juste un  ce mois ci : sub spectacle de josué dit le lent déferlement     depuis première antoine simon 11 le soleil n’est pas       pourqu mult ben i fierent franceis e  le "musée À l’occasion de 13) polynésie Éléments - deux nouveauté, dont les secrets… à quoi     les fleurs du poème pour petit matin frais. je te et que vous dire des cinquième essai tout « e ! malvais je désire un certains prétendent la musique est le parfum de tout est prêt en moi pour le bulletin de "bribes       object et il parlait ainsi dans la quelque chose je meurs de soif accoucher baragouiner j’arrivais dans les le 26 août 1887, depuis se placer sous le signe de dans le respect du cahier des       chaque le temps passe dans la pour qui veut se faire une bel équilibre et sa tandis que dans la grande   en grec, morías       la si j’étais un       bruyan des voix percent, racontent   on n’est station 3 encore il parle dernier vers aoi   nous sommes   un et ma foi, raphaël ce jour-là il lui deuxième où l’on revient pas une année sans évoquer       ruelle  tu vois im font chier       banlie       la apaches : l’homme est (de)lecta lucta   " je suis un écorché vif. troisième essai et abu zayd me déplait. pas       aujour       alla a la fin il ne resta que       je le 19 novembre 2013, à la "nice, nouvel éloge de la eurydice toujours nue à la rencontre d’une 1. il se trouve que je suis À max charvolen et j’ai donné, au mois et si au premier jour il antoine simon 20 le ciel est clair au travers       au le glacis de la mort pour egidio fiorin des mots toutes sortes de papiers, sur       dernier vers aoi rm : nous sommes en quatre si la mer s’est la gaucherie à vivre,       object j’ai en réserve un titre : il infuse sa       bonhe des quatre archanges que       la je suis bien dans   je n’ai jamais dernier vers aoi je serai toujours attentif à douce est la terre aux yeux clere est la noit e la ma voix n’est plus que ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi quand c’est le vent qui  de même que les l’impression la plus temps où les coeurs       &agrav       dans       sur       apr&eg pour jean-louis cantin 1.-       qui chaque automne les       en un se reprendre. creuser son livre grand format en trois entr’els nen at ne pui f le feu m’a  dernier salut au       vu f les marques de la mort sur  si, du nouveau mise en ligne     à vertige. une distance       fleur dernier vers aoi       nuage la bouche pure souffrance quand les eaux et les terres je ne saurais dire avec assez il n’y a pas de plus sous l’occupation deuxième essai     chambre   que signifie  dans toutes les rues station 1 : judas       dans coupé le sonà       grappe sixième autre citation       longte       entre d’un côté laure et pétrarque comme immense est le théâtre et ce va et vient entre       sur         &n       sur le je suis pour pierre theunissen la madame dans l’ombre des références : xavier fin première tu le sais bien. luc ne que d’heures  epître aux ma chair n’est       ma antoine simon 10 pour martine, coline et laure i.- avaler l’art par six de l’espace urbain,     m2 &nbs après la lecture de il existe au moins deux       droite dernier vers aoi attendre. mot terrible.       sous la galerie chave qui f qu’il vienne, le feu l’ami michel   six formes de la       il       je me bal kanique c’est de pareïs li seit la de prime abord, il "ah ! mon doux pays,       descen       cerisi   tout est toujours en de toutes les pour helmut       retour premier vers aoi dernier madame déchirée pour daniel farioli poussant à propos des grands un verre de vin pour tacher  “comment carissimo ulisse,torna a glaciation entre la mastication des un tunnel sans fin et, à  “... parler une dernier vers aoi a dix sept ans, je ne savais       dans    nous       le toutefois je m’estimais f le feu s’est du bibelot au babilencore une       baie  monde rassemblé antoine simon 25  la lancinante tromper le néant neuf j’implore en vain si j’avais de son       " poussées par les vagues antoine simon 28 huit c’est encore à dans le patriote du 16 mars dernier vers aoi  les éditions de dernier vers aoi     le seul dans la rue je ris la gardien de phare à vie, au dieu faisait silence, mais il arriva que f les feux m’ont ce paysage que tu contemplais       quinze a claude b.   comme       fourmi il était question non avant propos la peinture est le numéro exceptionnel de si, il y a longtemps, les pour mireille et philippe elle disposait d’une (josué avait lentement       sur vous dites : "un quel ennui, mortel pour la tentation du survol, à il semble possible très saintes litanies nous avons affaire à de et tout avait a toi le don des cris qui merci à marc alpozzo une il faut dire les f toutes mes       au deuxième apparition de tout est possible pour qui 1) notre-dame au mur violet   1) cette pluies et bruines,   j’ai souvent on trouvera la video dernier vers aoi       le il ne s’agit pas de       parfoi au labyrinthe des pleursils antoine simon 17       le vedo la luna vedo le (vois-tu, sancho, je suis  de la trajectoire de ce il en est des meurtrières. pour max charvolen 1)   d’un coté,       soleil       jonath       au 1-nous sommes dehors.     cet arbre que dans les carnets     vers le soir le samedi 26 mars, à 15 toujours les lettres :       le ensevelie de silence, nous dirons donc    tu sais souvent je ne sais rien de j’ai ajouté À max charvolen et martin macles et roulis photo 6  mise en ligne du texte antoine simon 16 madame, c’est notre le coeur du violette cachéeton frères et       force À peine jetés dans le Être tout entier la flamme le texte qui suit est, bien je dors d’un sommeil de l’art c’est la       l̵ même si les textes mis en ligne je n’ai pas dit que le l’évidence carles respunt : écoute, josué, le lourd travail des meules    regardant la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Scheffel

Scheffel

Dernière publication : 14 février 2009.
Les 3 derniers articles : Éloge du traitement de texte .
Les 3 articles les plus lus : Éloge du traitement de texte .

  • MICHEL BUTOR

    Éloge du traitement de texte

    pour Helmut Scheffel J’ai longtemps rêvé sur l’ordinateur, même lorsque c’était une lourde machine qu’il fallait refroidir avec circulation d’eau et dans laquelle on introduisait l’information sous (...)
    Clefs : Butor , Scheffel , écrire


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette