BRIBES EN LIGNE
pure forme, belle muette, dernier vers aoi la liberté de l’être       le nécrologie et il fallait aller debout       é l’art n’existe l’une des dernières dernier vers aoi lentement, josué       le station 4 : judas      son au matin du dans les carnets       la cyclades, iii° a la femme au granz fut li colps, li dux en les enseignants : de proche en proche tous les amants se     nous       en temps de cendre de deuil de paroles de chamantu rm : nous sommes en je n’ai pas dit que le       &agrav ajout de fichiers sons dans pas de pluie pour venir en cet anniversaire, ce qui     oued coulant       cette la gaucherie à vivre,       crabe- le 2 juillet     cet arbre que il en est des meurtrières. "pour tes il était question non station 5 : comment       juin 1) notre-dame au mur violet   marcel temps où les coeurs       l̵ ce qui fascine chez dans le respect du cahier des je t’enfourche ma et combien « 8° de  de la trajectoire de ce   le texte suivant a li emperere par sa grant       les dernier vers aoi     pourquoi ne faut-il pas vivre comme vous avez       nuage antoine simon 13 1. il se trouve que je suis pour philippe       soleil une autre approche de f le feu m’a epuisement de la salle, on cheval recleimet deu mult       bruyan  hier, 17    si tout au long mon travail est une   la production un temps hors du ce jour-là il lui mieux valait découper branches lianes ronces f dans le sourd chatoiement un nouvel espace est ouvert il souffle sur les collines vous avez       &n macles et roulis photo 7 la bouche pleine de bulles ouverture de l’espace imagine que, dans la le 15 mai, à (ô fleur de courge... attelage ii est une œuvre et la peur, présente madame porte à       dans nous serons toujours ces macles et roulis photo 3 antoine simon 2    regardant       le le 23 février 1988, il histoire de signes . (elle entretenait       soleil merci à la toile de f j’ai voulu me pencher la lecture de sainte carissimo ulisse,torna a et que dire de la grâce       les  née à toutefois je m’estimais       voyage béatrice machet vient de 0 false 21 18       s̵ tendresses ô mes envols un besoin de couper comme de i en voyant la masse aux paysage de ta tombe  et   anatomie du m et autre citation"voui la mastication des       bonhe c’est vrai   1) cette   nous sommes j’écoute vos de toutes les  un livre écrit       longte le galop du poème me dans l’innocence des       maquis antoine simon 16 marie-hélène pour andrée cinquième citationne 0 false 21 18       enfant       et tu normal 0 21 false fal       cerisi macles et roulis photo 4 première vertige. une distance on peut croire que martine       je me     longtemps sur (ma gorge est une 1- c’est dans six de l’espace urbain, madame a des odeurs sauvages on a cru à       la glaciation entre essai de nécrologie,  pour jean le de l’autre je suis bien dans antoine simon 11 « voici dernier vers aoi       (       glouss mise en ligne d’un       ton la musique est le parfum de soudain un blanc fauche le ce va et vient entre une il faut dire les réponse de michel pour andré madame est une   dits de références : xavier le lent tricotage du paysage À l’occasion de une fois entré dans la (vois-tu, sancho, je suis       au sculpter l’air :     &nbs halt sunt li pui e mult halt sors de mon territoire. fais antoine simon 25 dernier vers que mort la bouche pure souffrance pour angelo       dans       &agrav sous la pression des clers fut li jurz e li       au cet article est paru lorsqu’on connaît une   f le feu est venu,ardeur des les cuivres de la symphonie moisissures mousses lichens       j̵       sur       gentil       jardin deuxième approche de   saint paul trois mais non, mais non, tu j’ai en réserve torna a sorrento ulisse torna j’ai travaillé   que signifie   pour le prochain madame, c’est notre sept (forces cachées qui que d’heures c’est seulement au (la numérotation des c’est le grand antoine simon 24       descen bientôt, aucune amarre     après quant carles oït la en 1958 ben ouvre à la fraîcheur et la coupé en deux quand sous l’occupation après la lecture de  tu vois im font chier ce qui importe pour au lecteur voici le premier le 19 novembre 2013, à la avez-vous vu je suis celle qui trompe la vie est ce bruissement  hors du corps pas saluer d’abord les plus a claude b.   comme       sur pour raphaël  ce mois ci : sub de pa(i)smeisuns en est venuz       tourne dorothée vint au monde       le avant propos la peinture est       neige cette machine entre mes le lent déferlement       le  jésus faisant dialoguer raphaël antoine simon 9 antoine simon 22       midi deux nouveauté, les premières à bernadette dernier vers aoi lu le choeur des femmes de       pass&e juste un pour michèle gazier 1 nice, le 30 juin 2000       le rita est trois fois humble. (josué avait dernier vers aoi pour michèle gazier 1) trois (mon souffle au matin madame des forêts de alocco en patchworck © f les feux m’ont jamais si entêtanteeurydice       "  les premières si j’avais de son       allong le lourd travail des meules       b&acir       marche un trait gris sur la a propos d’une pour maguy giraud et       il madame, on ne la voit jamais merci au printemps des s’ouvre la       la nos voix     sur la il en est des noms comme du pur ceste espee ai dulor e la route de la soie, à pied, "je me tais. pour taire. l’éclair me dure, la langue est intarissable il arriva que       dans le 26 août 1887, depuis       sur pour       la quelque temps plus tard, de       la     le cygne sur Ç’avait été la   entrons j’ai perdu mon douce est la terre aux yeux       longte dessiner les choses banales station 7 : as-tu vu judas se vous dites : "un quatrième essai rares  dernières mises dans un coin de nice, carcassonne, le 06 dans les carnets autres litanies du saint nom j’ai parlé apaches :       l̵ genre des motsmauvais genre   tout est toujours en au programme des actions "si elle est  ce qui importe pour les dernières c’est la peur qui fait   est-ce que    courant je déambule et suis a christiane madame, vous débusquez si elle est belle ? je j’ai changé le       sous coupé le sonà merle noir  pour comme ce mur blanc       &n mouans sartoux. traverse de il pleut. j’ai vu la j’ai donné, au mois vous êtes  tu ne renonceras pas. douze (se fait terre se les petites fleurs des pour nicolas lavarenne ma et te voici humanité rossignolet tu la errer est notre lot, madame, passent .x. portes, ce pays que je dis est       coude quelques autres il faut aller voir       les non, björg, au seuil de l’atelier sables mes parolesvous un soir à paris au pour yves et pierre poher et bruno mendonça il tente de déchiffrer, l’illusion d’une tout mon petit univers en dernier vers aoi rien n’est plus ardu passet li jurz, la noit est quelques textes la réserve des bribes dans le patriote du 16 mars       apparu j’arrivais dans les       " carissimo ulisse,torna a sixième il y a tant de saints sur       m&eacu station 3 encore il parle quando me ne so itu pe il ne sait rien qui ne va temps de pierres dans la nouvelles mises en edmond, sa grande jouer sur tous les tableaux c’est extrêmement charogne sur le seuilce qui "mais qui lit encore le j’oublie souvent et       alla ils sortent elle disposait d’une       reine la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Cosculluela

Cosculluela

Dernière publication : 18 février 2009.
Les 3 derniers articles : Un mot s’esseule .
Les 3 articles les plus lus : Un mot s’esseule .


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette