BRIBES EN LIGNE
madame est la reine des dans ma gorge le travail de bernard sauvage et fuyant comme       ma un titre : il infuse sa   en grec, morías deuxième essai le la littérature de deuxième suite dernier vers aoi nous viendrons nous masser difficile alliage de ce monde est semé certains soirs, quand je dans le train premier     vers le soir si, il y a longtemps, les lu le choeur des femmes de est-ce parce que, petit, on       les   je ne comprends plus patrick joquel vient de       sur cet article est paru glaciation entre (dans mon ventre pousse une  “s’ouvre il y a dans ce pays des voies       voyage quand nous rejoignons, en normalement, la rubrique quand c’est le vent qui     [1]  il est le jongleur de lui madame déchirée la musique est le parfum de le temps passe si vite, pour mi viene in mentemi les premières   générations régine robin, la lecture de sainte antoine simon 24 traquer       la pour angelo pour michèle pour lee       au pour michèle aueret ço dist li reis :    de femme liseuse       le lentement, josué c’était une deuxième apparition de  référencem pour alain borer le 26 toutes ces pages de nos deux ajouts ces derniers       la tout le problème     sur la monde imaginal,       deux tout est prêt en moi pour il existe deux saints portant quelques textes pas de pluie pour venir tout à fleur d’eaula danse a christiane bientôt, aucune amarre 1. il se trouve que je suis macles et roulis photo 3 pas même j’écoute vos station 1 : judas    tu sais       ce     au couchant       la trois (mon souffle au matin       pass&e il ne sait rien qui ne va       sur décembre 2001. pour jacky coville guetteurs       ruelle non... non... je vous assure,       st l’éclair me dure, antoine simon 19 raphaël halt sunt li pui e mult halt madame, vous débusquez       entre charogne sur le seuilce qui j’ai travaillé       reine attendre. mot terrible. je découvre avant toi nu(e), comme son nom  hors du corps pas huit c’est encore à le 26 août 1887, depuis je ne saurais dire avec assez dernier vers aoi agnus dei qui tollis peccata  la lancinante je dors d’un sommeil de       juin avec marc, nous avons       les dernier vers aoi j’ai relu daniel biga, le géographe sait tout     cet arbre que       b&acir petit matin frais. je te l’ami michel seul dans la rue je ris la       &n       neige de tantes herbes el pre       dans à propos “la toutes sortes de papiers, sur       droite religion de josué il m1             la       sur   six formes de la       il       é À l’occasion de       l̵       dans en cet anniversaire, ce qui pourquoi yves klein a-t-il (vois-tu, sancho, je suis nous avancions en bas de voile de nuità la  la toile couvre les on peut croire que martine sous l’occupation pour jean-marie simon et sa       apr&eg     extraire dentelle : il avait sables mes parolesvous (ma gorge est une     du faucon   la baie des anges dernier vers aoi de prime abord, il       nuage     l’é cinquième citationne mieux valait découper pour martine fin première ecrire sur   au milieu de "je me tais. pour taire. le grand combat : f tous les feux se sont   pour adèle et "ces deux là se livre grand format en trois i en voyant la masse aux       pav&ea se placer sous le signe de   saint paul trois vous dites : "un chaises, tables, verres,       s̵   on n’est un jour nous avons merci à la toile de antoine simon 6       ton quando me ne so itu pe  hier, 17 légendes de michel madame porte à mon travail est une « 8° de equitable un besoin sonnerait cet univers sans il ne s’agit pas de avant dernier vers aoi il arriva que intendo... intendo ! tu le saiset je le vois peinture de rimes. le texte pour jean-louis cantin 1.- dessiner les choses banales ajout de fichiers sons dans apaches : les dieux s’effacent       à dernier vers aoi dernier vers aoi  le livre, avec il n’était qu’un dernier vers aoi il en est des noms comme du       sur art jonction semble enfin 1) la plupart de ces imagine que, dans la "la musique, c’est le depuis le 20 juillet, bribes       sur le       journ& onzième dans les hautes herbes       apparu  le "musée pas facile d’ajuster le       le le lourd travail des meules troisième essai dans le pays dont je vous       sur gardien de phare à vie, au guetter cette chose  tu vois im font chier cette machine entre mes des conserves !       six le bulletin de "bribes nécrologie aux barrières des octrois j’aime chez pierre       l̵ pour anne slacik ecrire est entr’els nen at ne pui derniers d’un bout à quand il voit s’ouvrir, À max charvolen et martin   un vendredi       "       &agrav bien sûrla       object       dans dernier vers que mort où l’on revient tendresse du mondesi peu de       enfant 13) polynésie coupé en deux quand une il faut dire les v.- les amicales aventures du pour michèle gazier 1)       o deux nouveauté, le texte qui suit est, bien  pour le dernier jour allons fouiller ce triangle     après je ne peins pas avec quoi, je ne sais pas si une fois entré dans la et combien "nice, nouvel éloge de la vos estes proz e vostre quel ennui, mortel pour descendre à pigalle, se mon cher pétrarque, et c’était dans dernier vers aoi j’oublie souvent et dernier vers aoi Être tout entier la flamme et que vous dire des       je me       vu merle noir  pour d’abord l’échange des       jardin première  de la trajectoire de ce ma voix n’est plus que       soleil les dessins de martine orsoni montagnesde des quatre archanges que lancinant ô lancinant suite du blasphème de  dernier salut au les installations souvent,       sur le neuf j’implore en vain       mouett station 7 : as-tu vu judas se temps de pierres       sur polenta marché ou souk ou       la lorsque martine orsoni l’impression la plus  au mois de mars, 1166       une macles et roulis photo 6  martin miguel vient depuis ce jour, le site ce jour là, je pouvais     les provisions encore la couleur, mais cette pas sur coussin d’air mais a claude b.   comme un temps hors du macao grise       un       pass&e dernier vers aoi elle disposait d’une nous serons toujours ces       grappe le galop du poème me alocco en patchworck © pour maguy giraud et       p&eacu mais jamais on ne la communication est deux mille ans nous mille fardeaux, mille iloec endreit remeint li os antoine simon 29 face aux bronzes de miodrag ki mult est las, il se dort je n’ai pas dit que le  ce mois ci : sub       neige station 3 encore il parle pour mireille et philippe et que dire de la grâce très saintes litanies li quens oger cuardise comment entrer dans une vue à la villa tamaris raphaËl chaque automne les       &agrav g. duchêne, écriture le l’évidence   marcel       object 7) porte-fenêtre dernier vers aoi le 19 novembre 2013, à la travail de tissage, dans 1-nous sommes dehors. quelque chose l’appel tonitruant du il faut laisser venir madame c’est parfois un pays sixième ce poème est tiré du vous avez le coquillage contre l’existence n’est       dans autre petite voix À peine jetés dans le le franchissement des le passé n’est       glouss   (dans le       jonath       en un introibo ad altare max charvolen, martin miguel ils sortent macles et roulis photo 7 ce qui fascine chez       le       l̵ des voix percent, racontent au rayon des surgelés     un mois sans la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Martin

Martin

Dernière publication : 16 juin 2009.
Les 3 derniers articles : Références , XVII. Credo , XVI. Réveil .
Les 3 articles les plus lus : XIV. Microcosme , VI. Racines et sources , VIII. LA MUSIQUE : PAYSAGE* .

  • JEAN-LOUP MARTIN

    Exergue

    POUR MON ÉPOUSE NICOLE MARTIN qui me tient les yeux ouverts et la tête hors de l’eau. J.-L. M. Quel étonnant bâtisseur il avait été ! Après avoir monté, avec une célérité rare, les murs de sa (...)
    Clefs : Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    I. Nuit

    (EN REGARDANT UN DESSIN DE JEAN MATHON) Nuit tu t’éveilles rouge et tu m’uses les yeux ta jambe caresse mes souvenirs (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    II. Tunique de feuilles mortes

    Ma chair n’est guère que tunique de feuilles mortes, doucement désagrégées par les feux de l’automne agonisant et meurtrier : Vois le soleil qui s’effiloche dans la clairière : il ne me laisse (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    III. Visage mort pendu à une courroie desséchée

    (En regardant une photographie de Martine Couderc)

    Improbable visage pendu au mur Négatif de photo visage nié Projeté au mur écrasé au mur Trop mûr visage éclaboussé Par quelle explosion définitif (...)

  • JEAN-LOUP MARTIN

    IV. Traits

    Un trait gris sur la terre Un trait noir dans le ciel Et le ciel et la terre S’enroulent l’un autour de l’autre S’enroulent autour de moi au-dedans de moi (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    V. Racines

    Pour ma Nicole. J’ai des alliés Qui me tiennent en vie, Qui me donnent racine. Eugène GUILLEVIC, Sphère. Les pieds sur la terre dans la terre au plus profond jusqu’au cœur au magma (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    VI. Racines et sources

    Pour Yves et Pierre Poher et leur famille. Étincelle arrachée à la cascade soleil pour construire mon rêve arbres et fleuve (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • VII. Olivier(s)

    Pour Martine Casanova, Mireille Marchand et Robert Béthune. 1 Olivier : noueux, tronc noueux, noué à la terre racines immortelles (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    VIII. LA MUSIQUE : PAYSAGE*

    En lisant une phrase de Philippe Deleveau

    À la mémoire de Maurice Brisson et pour Simone Brisson et sa famille. La musique toujours nous parle de notre vraie patrie. Philippe DELAVEAU, Eucharis, Gallimard, 1987. J’habite (...)
    Clefs : poésie , Martin

  • JEAN-LOUP MARTIN

    IX. MÉDITATIONS

    Pour Martine, Coline et Laure Casanova. Plongée : sinuosités des fourmis. Je m’interroge sur les anfractuosités de mes rêves. Que la brume soit ! et la brume (...)
    Clefs : poésie , Martin


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette