BRIBES EN LIGNE
"et bien, voilà..." dit rm : nous sommes en lentement, josué le lourd travail des meules attendre. mot terrible. quant carles oït la de prime abord, il dernier vers aoi si j’étais un pour alain borer le 26   je ne comprends plus premier vers aoi dernier pour egidio fiorin des mots f dans le sourd chatoiement       la je t’ai admiré, nous serons toujours ces dernier vers aoi "si elle est Éléments - et ces cet article est paru dans le petites proses sur terre station 3 encore il parle       montag pas une année sans évoquer lorsqu’on connaît une le numéro exceptionnel de       cette a la libération, les mougins. décembre i en voyant la masse aux diaphane est le mot (ou spectacle de josué dit la littérature de toutes sortes de papiers, sur antoine simon 31 macles et roulis photo 7 ma voix n’est plus que 7) porte-fenêtre c’est seulement au clers est li jurz et li le proche et le lointain on cheval toute trace fait sens. que antoine simon 13 au rayon des surgelés       entre pour nicolas lavarenne ma quelque chose antoine simon 26 À l’occasion de f le feu est venu,ardeur des vous avez antoine simon 32 ensevelie de silence,       pass&e « amis rollant, de       voyage approche d’une je ne sais pas si ils sortent est-ce parce que, petit, on     chambre tant pis pour eux.       dans dentelle : il avait où l’on revient sequence 6   le       la martin miguel art et       object   un       &agrav histoire de signes .   jn 2,1-12 :       (     " le travail de bernard     extraire mes pensées restent       au dessiner les choses banales À peine jetés dans le tromper le néant 1-nous sommes dehors. o tendresses ô mes   encore une       nuage des conserves ! il n’est pire enfer que     du faucon la mort, l’ultime port, temps où le sang se pur ceste espee ai dulor e un verre de vin pour tacher faisant dialoguer       object     à les plus vieilles       mouett réponse de michel quatre si la mer s’est   la production a la fin il ne resta que       apr&eg la gaucherie à vivre, le pendu un tunnel sans fin et, à ce jour-là il lui passent .x. portes, cinq madame aux yeux f le feu s’est a supposer quece monde tienne       la les dieux s’effacent toutefois je m’estimais marie-hélène  mise en ligne du texte carles respunt : ce poème est tiré du       &eacut  marcel migozzi vient de     &nbs sixième c’est extrêmement envoi du bulletin de bribes    seule au bruno mendonça       bruyan sa langue se cabre devant le dernier vers aoi se reprendre. creuser son    de femme liseuse le coeur du montagnesde nos voix  si, du nouveau la mastication des  “ne pas       ruelle un besoin de couper comme de       neige preambule – ut pictura inoubliables, les attendre. mot terrible. dans les carnets comme une suite de quand nous rejoignons, en pour jacky coville guetteurs       le suite du blasphème de       dans au labyrinthe des pleursils et la peur, présente elle ose à peine       je me je n’hésiterai c’est le grand ce qui fascine chez de toutes les « voici       deux onzième mille fardeaux, mille "pour tes       les    regardant       qui       les     l’é       je me en 1958 ben ouvre à   anatomie du m et       dans la langue est intarissable outre la poursuite de la mise  martin miguel vient des voiles de longs cheveux les durand : une je rêve aux gorges tout mon petit univers en j’ai relu daniel biga, sculpter l’air : paien sunt morz, alquant       aujour pour marcel       les lu le choeur des femmes de       tourne dernier vers aoi   le ciel est clair au travers antoine simon 19 aux george(s) (s est la  le "musée pour andré       sur     dans la ruela pluies et bruines,       fourmi " je suis un écorché vif.   (à il faut laisser venir madame d’ eurydice ou bien de       la madame est la reine des langues de plomba la madame est toute       un       le       &n f les rêves de antoine simon 33 le texte qui suit est, bien       ce       grimpa il y a des objets qui ont la     nous depuis ce jour, le site tendresse du mondesi peu de  au mois de mars, 1166 un jour, vous m’avez pour andré villers 1)    au balcon  les trois ensembles pour max charvolen 1)  référencem je t’enlace gargouille il n’était qu’un       ( j’ai donc f qu’il vienne, le feu difficile alliage de deuxième apparition de pas facile d’ajuster le elle réalise des temps où les coeurs six de l’espace urbain,  dans le livre, le       sous   entrons je ne peins pas avec quoi, les oiseaux s’ouvrent franchement, pensait le chef,       la     faisant la et je vois dans vos ainsi va le travail de qui pour jean-louis cantin 1.-         or 0 false 21 18 deuxième approche de mais non, mais non, tu       pav&ea   g. duchêne, écriture le percey priest lakesur les   la baie des anges       le À perte de vue, la houle des ici. les oiseaux y ont fait antoine simon 29       sur nice, le 18 novembre 2004 "la musique, c’est le la réserve des bribes       &ccedi je dors d’un sommeil de       b&acir c’est pour moi le premier non, björg, et il fallait aller debout  les premières       l̵ dernier vers aoi « e ! malvais à propos “la       va je ne saurais dire avec assez     de rigoles en je suis bien dans       dernier vers aoi on a cru à moisissures mousses lichens dorothée vint au monde c’est un peu comme si, soudain un blanc fauche le quatrième essai de       reine       chaque       " merci à la toile de décembre 2001.       l̵       quand mouans sartoux. traverse de     le 1 la confusion des       j̵ mieux valait découper sur la toile de renoir, les  les œuvres de « h&eacu       glouss "le renard connaît   pour le prochain l’heure de la apaches : la musique est le parfum de dernier vers aoi   1) cette antoine simon 16 il n’y a pas de plus l’instant criblé dernier vers que mort tes chaussures au bas de il était question non le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi    nous     pourquoi au commencement était       grappe       devant       allong juste un mot pour annoncer cinquième citationne       au mise en ligne d’un même si   je n’ai jamais on dit qu’agathe bientôt, aucune amarre sainte marie,       avant le 23 février 1988, il       sur le scribe ne retient       bonheu pour jacqueline moretti, en ceste tere ad estet ja raphaël issent de mer, venent as nous avancions en bas de       sur dans l’effilé de noble folie de josué, première napolì napolì le samedi 26 mars, à 15 leonardo rosa et ma foi, à vous êtes c’est la distance entre ainsi fut pétrarque dans les enseignants : tout en vérifiant deuxième suite À la loupe, il observa ma chair n’est des voix percent, racontent       &     les provisions ce va et vient entre dans l’innocence des j’ai longtemps quand vous serez tout la liberté s’imprime à autre citation"voui clers fut li jurz e li la bouche pleine de bulles ils avaient si longtemps, si pour michèle dernier vers aoi tendresses ô mes envols autres litanies du saint nom chaises, tables, verres, l’art c’est la  ce mois ci : sub à la bonne       descen  il y a le   on n’est     quand madame, vous débusquez et c’était dans le coquillage contre tous feux éteints. des légendes de michel cliquetis obscène des af : j’entends Ç’avait été la c’est une sorte de       en la parol

Accueil > Mots-clés > Sujets et problèmes > violence d’Etat

violence d’Etat



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette