BRIBES EN LIGNE
dans le train premier de sorte que bientôt   l’oeuvre vit son quai des chargeurs de et si tu dois apprendre à  les éditions de normalement, la rubrique dernier vers aoi la vie est ce bruissement    de femme liseuse certains soirs, quand je       soleil la réserve des bribes je me souviens de il ne s’agit pas de       que       les cyclades, iii° les parents, l’ultime f j’ai voulu me pencher    regardant ce poème est tiré du c’est pour moi le premier il n’y a pas de plus       dans       au madame aux rumeurs  “ne pas pour mon épouse nicole pur ceste espee ai dulor e souvent je ne sais rien de   tout est toujours en un trait gris sur la dans ce périlleux à sylvie       la pie       ce 0 false 21 18 a dix sept ans, je ne savais « h&eacu dix l’espace ouvert au le proche et le lointain deux nouveauté, pour michèle gazier 1) jouer sur tous les tableaux le bulletin de "bribes c’est parfois un pays comme c’est neuf j’implore en vain onze sous les cercles       le temps de pierres pas sur coussin d’air mais nouvelles mises en références : xavier les amants se je crie la rue mue douleur bal kanique c’est       ...mai la bouche pleine de bulles dernier vers aoi r.m.a toi le don des cris qui madame est une le numéro exceptionnel de       tourne  jésus f qu’il vienne, le feu la bouche pure souffrance libre de lever la tête guetter cette chose autre petite voix comme un préliminaire la le lent déferlement si, il y a longtemps, les       reine très saintes litanies nice, le 18 novembre 2004 les dieux s’effacent       bruyan torna a sorrento ulisse torna  les trois ensembles et la peur, présente gardien de phare à vie, au chercher une sorte de     son après la lecture de l’art n’existe (josué avait pour ma l’erbe del camp, ki       le moisissures mousses lichens deux ajouts ces derniers       sur écrirecomme on se rare moment de bonheur, sous l’occupation       la       &n       dans ce paysage que tu contemplais derniers       fourr&       l̵  dans le livre, le À max charvolen et martin À l’occasion de je reviens sur des nice, le 8 octobre l’heure de la si j’étais un       la       je me paien sunt morz, alquant « voici pour jean gautheronle cosmos frères et marché ou souk ou       &eacut nous dirons donc les premières pour helmut     longtemps sur tendresse du mondesi peu de  la lancinante des quatre archanges que toute une faune timide veille dernier vers aoi merle noir  pour folie de josuétout est macles et roulis photo troisième essai et j’ai relu daniel biga, 1-nous sommes dehors. pour yves et pierre poher et le geste de l’ancienne,     quand rêves de josué, le vieux qui inoubliables, les 1257 cleimet sa culpe, si douze (se fait terre se macles et roulis photo 3   3   

les au programme des actions à la bonne       le     &nbs je t’ai admiré,  “la signification (josué avait lentement "ces deux là se "si elle est constellations et  pour de dernier vers aoi       le les cuivres de la symphonie 1. il se trouve que je suis Être tout entier la flamme max charvolen, martin miguel le tissu d’acier les avenues de ce pays   un vendredi pour jacky coville guetteurs dernier vers aoi "nice, nouvel éloge de la dernier vers aoi chairs à vif paumes pour avec marc, nous avons mesdames, messieurs, veuillez dans les horizons de boue, de     un mois sans nous avons affaire à de normal 0 21 false fal la liberté de l’être le pendu       le et que vous dire des il semble possible       jardin aux barrières des octrois il s’appelait       p&eacu une il faut dire les un jour nous avons toutes ces pages de nos     les fleurs du introibo ad altare       il dans ce pays ma mère nous avancions en bas de ils avaient si longtemps, si   anatomie du m et dernier vers aoi abu zayd me déplait. pas je m’étonne toujours de la         &n etait-ce le souvenir dernier vers doel i avrat,       soleil       pourqu immense est le théâtre et       cette temps de bitume en fusion sur madame porte à pas facile d’ajuster le antoine simon 2 on peut croire que martine vous êtes   jn 2,1-12 : macles et roulis photo 7 a la fin il ne resta que les dessins de martine orsoni       grappe ce qui aide à pénétrer le pour gilbert carcassonne, le 06 af : j’entends la terre a souvent tremblé  de même que les  le livre, avec la prédication faite     à de toutes les       glouss       ce quando me ne so itu pe dernier vers aoi bruno mendonça (À l’église f les marques de la mort sur dernier vers aoi       " "la musique, c’est le démodocos... Ça a bien un dans les carnets     de rigoles en la chaude caresse de  au travers de toi je le travail de bernard monde imaginal, "je me tais. pour taire. et tout avait   le texte suivant a merci au printemps des       m̵       b&acir rm : d’accord sur antoine simon 19 il aurait voulu être       pav&ea     rien a christiane       coude  pour le dernier jour pour daniel farioli poussant c’est ici, me antoine simon 18 quand c’est le vent qui a grant dulur tendrai puis l’éclair me dure, dans le patriote du 16 mars nécrologie le scribe ne retient antoine simon 21 pour alain borer le 26 en cet anniversaire, ce qui ço dist li reis : j’ai en réserve voici des œuvres qui, le   (à martin miguel art et       vu ce jour-là il lui deuxième apparition de ouverture d’une     vers le soir  de la trajectoire de ce  on peut passer une vie       "       d&eacu   adagio   je avant dernier vers aoi       une quatre si la mer s’est la fonction,       va ce va et vient entre karles se dort cum hume "moi, esclave" a quant carles oït la       deux les dernières    seule au       reine présentation du le temps passe si vite, antoine simon 14 c’est la distance entre violette cachéeton       quinze dernier vers aoi       & errer est notre lot, madame, sixième deuxième quelque temps plus tard, de vue à la villa tamaris  au mois de mars, 1166 il est le jongleur de lui il pleut. j’ai vu la pour andré en introduction à pour anne slacik ecrire est nice, le 30 juin 2000 ce qu’un paysage peut  l’exposition  le "patriote", se reprendre. creuser son       bonhe l’attente, le fruit nous viendrons nous masser a propos d’une dernier vers aoi mise en ligne les routes de ce pays sont pour raphaël "ah ! mon doux pays, eurydice toujours nue à ici, les choses les plus  tous ces chardonnerets       allong       l̵ quelques autres c’est extrêmement heureuse ruine, pensait couleur qui ne masque pas je serai toujours attentif à exode, 16, 1-5 toute cet article est paru « amis rollant, de       arauca rien n’est plus ardu   d’un coté,       object rm : nous sommes en ce jour là, je pouvais       ruelle pourquoi yves klein a-t-il   encore une le lourd travail des meules la question du récit       &agrav premier essai c’est ainsi va le travail de qui a supposer quece monde tienne  zones gardées de cinquième essai tout     &nbs       dans ne faut-il pas vivre comme       au       ( si grant dol ai que ne patrick joquel vient de À la loupe, il observa       pass&e (en regardant un dessin de la rencontre d’une la vie est dans la vie. se en ceste tere ad estet ja toujours les lettres : approche d’une halt sunt li pui e mult halt avant propos la peinture est       apr&eg fontelucco, 6 juillet 2000 dernier vers aoi clere est la noit e la       une il existe deux saints portant au matin du est-ce parce que, petit, on quel ennui, mortel pour (elle entretenait alocco en patchworck © les oiseaux s’ouvrent je ne peins pas avec quoi, dans les hautes herbes       s̵ la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Benedetto A.

Benedetto A.

Dernière publication : 22 novembre 2014.
Les 3 derniers articles : 10 , 9 , 8 .
Les 3 articles les plus lus : 8 , 10 , Une fois entré dans la nomenclature .

info portfolio

Albertine Benedetto
  • ALBERTINE BENEDETTO

    ... omme Virginia par la bouche de Mrs Dalloway

    ….omme Virginia par la bouche de Mrs Dalloway qui dit qu’elle achètera elle-même les fleurs pour le soir ça n’est pas neuf mais c’est dans moi aussi cette coulée verbale une bouillie le plus souvent les (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    AVATARS DU DIRE

    ACCOUCHER BARAGOUINER CRACHER DEGOISER ECORCHER FABULER GIBERNER HACHER (LA PAILLE) INTERDIRE JASPINER KOUAK LOUVOYER (SE) METTRE A TABLE NIER OBTEMPERER (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    Genre des mots

    Genre des mots mauvais genre évidemment la sagesse au féminin s’est trompée d’un x irréparable la faute depuis nous errons de ruse en tromperie Circée n’est jamais loin L’amour au masculin (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • Sa langue se cabre

    Sa langue se cabre devant le mot ÉCURIE écume et rue devant la porte fermée de ses trois serrures elle fouetterait sa bouche si elle pouvait pour articuler l’impossible tellement étranger venu (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • Dans mon ventre

    (Dans mon ventre pousse une fleur que le sexe enracine lourde et pleine elle s’élève sur l’arc du souffle tendu vers l’orifice de ma bouche quand ma langue la prend il reste ces (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    Journée de plomb

    Journée de plomb à fond de gorge les mots s’encagent pris à leur glu un qui s’extrait visqueux poisseux mé connais sable n’aurait pas dû tenter le large trop abîmé (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    Langue du petit soldat dans la jungle

    La communication est coupée je répète la communition est coupée je répète la commutation est coupée je repte la com commission est loupée je re [stric] tion soupé la mission je (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    Un homme dans la rue

    Un homme dans la rue se prend pour un chien lève la patte l’arbre n’en sait rien mais l’homme qui passe dans la rue lui parle langage d’homme de ça veut pas (ce qu’éructe le cuir (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    Charogne sur le seuil

    Charogne sur le seuil ce qui fut pattes pelage soyeux griffues tenu ensemble par la grâce s’abîme dans le rétroviseur memento pour des matins trop humains à emporter Plus tard la stèle (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.

  • ALBERTINE BENEDETTO

    À la femme au clébard

    A la femme au clébard : il parle chien madame ! Apostrophe l’homme s’appuyant sans vergogne Sur Madame du poids de ses heures debout A son étal ou plié à porter ses caisses Un rire fend son bec (...)
    Clefs : poésie , Benedetto A.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette