BRIBES EN LIGNE
qu’est-ce qui est en 1.- les rêves de merci au printemps des 1 la confusion des lancinant ô lancinant petit matin frais. je te       &agrav 1) la plupart de ces     au couchant     les fleurs du dernier vers aoi ce qui fascine chez bien sûr, il y eut       juin pour ma rêves de josué, le vieux qui     faisant la       le comment entrer dans une ma mémoire ne peut me À l’occasion de equitable un besoin sonnerait temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi et que vous dire des iv.- du livre d’artiste j’arrivais dans les difficile alliage de il y a dans ce pays des voies       sur station 5 : comment il avait accepté       soleil       dans antoine simon 14   (à       st pour nicolas lavarenne ma samuelchapitre 16, versets 1 mi viene in mentemi alocco en patchworck ©       voyage pour michèle gazier 1) décembre 2001. arbre épanoui au ciel la cité de la musique       longte       au tout à fleur d’eaula danse cher bernard dernier vers aoi       ce un soir à paris au       fleure carles li reis en ad prise sa pure forme, belle muette, a supposer quece monde tienne martin miguel art et rita est trois fois humble.       &eacut   3   

les al matin, quant primes pert     du faucon antoine simon 18 j’aime chez pierre j’ai travaillé effleurer le ciel du bout des       chaque       la de l’autre       fleur un homme dans la rue se prend  pour jean le  ce mois ci : sub pour egidio fiorin des mots l’art n’existe dans le respect du cahier des dans le pain brisé son       "       journ& troisième essai et       &agrav intendo... intendo ! pour martin la lecture de sainte bien sûrla     extraire quelques textes       mouett reflets et echosla salle le proche et le lointain       " etudiant à là, c’est le sable et tes chaussures au bas de l’une des dernières       neige       sur  dans le livre, le nouvelles mises en josué avait un rythme la brume. nuages   en grec, morías     sur la pente     &nbs très malheureux...  il y a le antoine simon 10 face aux bronzes de miodrag mult est vassal carles de je m’étonne toujours de la       le       le accorde ton désir à ta neuf j’implore en vain elle disposait d’une aux barrières des octrois en 1958 ben ouvre à  on peut passer une vie     pourquoi le 28 novembre, mise en ligne       je pour mireille et philippe je t’enlace gargouille quand sur vos visages les f les rêves de nous viendrons nous masser le plus insupportable chez       sur l’illusion d’une dans l’innocence des       devant  c’était l’appel tonitruant du   ces sec erv vre ile 1-nous sommes dehors. non... non... je vous assure,   adagio   je on peut croire que martine deux ajouts ces derniers mouans sartoux. traverse de mise en ligne       le encore une citation“tu       s̵ à propos des grands  les premières station 1 : judas quel étonnant       &agrav au programme des actions saluer d’abord les plus    au balcon dans ma gorge       l̵ giovanni rubino dit   né le 7 genre des motsmauvais genre diaphane est le temps où le sang se     [1]  bernard dejonghe... depuis comme une suite de l’éclair me dure, "la musique, c’est le f dans le sourd chatoiement après la lecture de       au       ton printemps breton, printemps la danse de ...et poème pour je découvre avant toi quant carles oït la la vie humble chez les       arauca sauvage et fuyant comme jouer sur tous les tableaux  pour de edmond, sa grande le "patriote", elle réalise des dans les rêves de la "pour tes couleur qui ne masque pas       la       &  “... parler une est-ce parce que, petit, on les installations souvent, clers fut li jurz e li frères et le pendu  référencem tout est possible pour qui  l’exposition  macles et roulis photo 7 leonardo rosa       ce       au À max charvolen et depuis ce jour, le site ce n’est pas aux choses a ma mère, femme parmi onze sous les cercles de mes deux mains (dans mon ventre pousse une je suis celle qui trompe très saintes litanies antoine simon 11       avant macles et roulis photo 1 les étourneaux !     pluie du générations pas même     les provisions passent .x. portes, coupé le sonà       pav&ea       la     ton       quinze juste un mot pour annoncer       ma franchement, pensait le chef, libre de lever la tête       bruyan heureuse ruine, pensait le lourd travail des meules dont les secrets… à quoi   jn 2,1-12 : merle noir  pour a propos de quatre oeuvres de sur l’erbe verte si est raphaËl dernier vers aoi diaphane est le mot (ou il en est des meurtrières. tromper le néant clere est la noit e la de toutes les en ceste tere ad estet ja       m&eacu ce jour-là il lui       au apaches : ce jour là, je pouvais comme ce mur blanc vous êtes cyclades, iii°     chambre dieu faisait silence, mais c’est la chair pourtant il ne s’agit pas de toujours les lettres : hans freibach : gardien de phare à vie, au jusqu’à il y a  dans toutes les rues travail de tissage, dans trois (mon souffle au matin bribes en ligne a la prédication faite vos estes proz e vostre     le cygne sur       baie un verre de vin pour tacher  “ne pas pour philippe a la libération, les sculpter l’air :       la       en un pour robert pour anne slacik ecrire est réponse de michel elle ose à peine   si vous souhaitez quand les eaux et les terres béatrice machet vient de je meurs de soif       aujour la légende fleurie est       coude       " pour andré quatrième essai de deuxième approche de       pour       p&eacu       la nous savons tous, ici, que sixième sors de mon territoire. fais       fourr& percey priest lakesur les   dits de (vois-tu, sancho, je suis bruno mendonça à la mémoire de quelque temps plus tard, de on cheval si j’avais de son j’ai en réserve il en est des noms comme du       les le soleil n’est pas errer est notre lot, madame, a la femme au il aurait voulu être dernier vers s’il et voici maintenant quelques     l’é deux ce travail vous est laure et pétrarque comme que reste-t-il de la halt sunt li pui e mult halt la deuxième édition du immense est le théâtre et f le feu est venu,ardeur des       la autre citation la bouche pleine de bulles temps de pierres archipel shopping, la j’oublie souvent et quatre si la mer s’est à bernadette dernier vers aoi vous dites : "un       rampan recleimet deu mult       dans nice, le 18 novembre 2004 "l’art est-il merci à la toile de pour alain borer le 26       glouss le géographe sait tout dessiner les choses banales temps où les coeurs ce qui fait tableau : ce   au milieu de dernier vers aoi     à j’ai relu daniel biga, fin première pour julius baltazar 1 le li quens oger cuardise dans les carnets    regardant antoine simon 19 quand c’est le vent qui dernier vers aoi dorothée vint au monde 1. il se trouve que je suis dernier vers aoi un jour, vous m’avez karles se dort cum hume       sur le       va     sur la     surgi rm : nous sommes en temps de pierres dans la       "       vaches et combien pour martine, coline et laure d’abord l’échange des "je me tais. pour taire. mon travail est une le galop du poème me autre petite voix   ciel !!!! nous avancions en bas de aucun hasard si se    courant pour maxime godard 1 haute  zones gardées de à propos “la il faut laisser venir madame madame est toute première       le on a cru à tout en travaillant sur les pour michèle aueret       object pas une année sans évoquer       dans « h&eacu la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Fedi

Fedi

Dernière publication : 18 mars 2010.
Les 3 derniers articles : Inventions d’Hypatie , Aux yeux de ce qui nous aime .
Les 3 articles les plus lus : Inventions d’Hypatie , Aux yeux de ce qui nous aime .

  • ALAIN FREIXE

    Aux yeux de ce qui nous aime

    écrire comme on se confie au vent dehors pour personne sanglots corrigés par le froid qui rentre par les yeux et finit flaque de clarté au fond flaque que la marche relève et plaque (...)
    Clefs : Freixe , poésie , Fedi

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Inventions d’Hypatie

    / Bibliophilie
    Le lent déferlement des vagues de terre a noyé ma terre. Il n’en reste rien que ce tremblement de poussière cerné d’or pauvre, cette pulvérulence de lumière dont je tente en vain de couvrir mes ongles. (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette