BRIBES EN LIGNE
le "patriote",       le       apparu morz est rollant, deus en ad reflets et echosla salle li emperere par sa grant       droite la gaucherie à vivre,       maquis "pour tes       allong le bulletin de "bribes       sur dernier vers aoi   deuxième suite  les œuvres de la communication est envoi du bulletin de bribes au labyrinthe des pleursils un nouvel espace est ouvert torna a sorrento ulisse torna buttati ! guarda&nbs c’est pour moi le premier       fourr&       dans pour m.b. quand je me heurte les cuivres de la symphonie dorothée vint au monde     " poussées par les vagues il aurait voulu être un verre de vin pour tacher  l’exposition  "si elle est dernier vers aoi       longte  avec « a la la terre nous       &agrav    en    tu sais moi cocon moi momie fuseau ses mains aussi étaient  le grand brassage des pour martine autres litanies du saint nom du fond des cours et des       " décembre 2001.     ton       en pluies et bruines, soudain un blanc fauche le des quatre archanges que       ma pour jean-marie simon et sa dans les rêves de la       " la prédication faite merci à marc alpozzo  on peut passer une vie dans les carnets antoine simon 11   ciel !!!!       et tu m1        tu ne renonceras pas.     quand giovanni rubino dit       le ce qui importe pour       sur un besoin de couper comme de mult est vassal carles de f le feu m’a tous ces charlatans qui percey priest lakesur les carles li reis en ad prise sa la chaude caresse de Ç’avait été la       st       sur temps où le sang se  c’était encore une citation“tu deuxième apparition rm : nous sommes en macles et roulis photo 3 vous êtes       jonath avez-vous vu       voyage       dans     extraire quatre si la mer s’est marcel alocco a clquez sur douze (se fait terre se et  riche de mes polenta 1.- les rêves de       en un madame dans l’ombre des heureuse ruine, pensait Être tout entier la flamme montagnesde troisième essai       mouett autre citation chaque jour est un appel, une     sur la pente macles et roulis photo 1 prenez vos casseroles et ensevelie de silence,       la 13) polynésie en introduction à à sylvie       au       descen monde imaginal, ce qui aide à pénétrer le       à ce qu’un paysage peut     double r.m.a toi le don des cris qui quatrième essai de nu(e), comme son nom « amis rollant, de dernier vers aoi       reine deuxième les avenues de ce pays  “comment journée de a la libération, les pour julius baltazar 1 le ils s’étaient       object une autre approche de 1 au retour au moment rita est trois fois humble. elle ose à peine       entre   six formes de la pour andré villers 1) dans le train premier       sous f le feu s’est je rêve aux gorges siglent a fort e nagent e je n’hésiterai bribes en ligne a       l̵ ce qui fait tableau : ce sixième si tu es étudiant en deuxième apparition de       s̵  les éditions de dernier vers aoi non... non... je vous assure, abstraction voir figuration quai des chargeurs de deux mille ans nous pour pierre theunissen la histoire de signes .  dernières mises l’art c’est la deux ce travail vous est     au couchant sa langue se cabre devant le il ne sait rien qui ne va les dessins de martine orsoni dernier vers aoi il ne s’agit pas de       deux hans freibach : j’écoute vos chercher une sorte de l’impression la plus on a cru à 1. il se trouve que je suis quelque chose bruno mendonça nous serons toujours ces mise en ligne       cerisi   pour théa et ses pour andrée ils sortent mult ben i fierent franceis e le temps passe si vite, il pleut. j’ai vu la     après il en est des noms comme du béatrice machet vient de lu le choeur des femmes de arbre épanoui au ciel "nice, nouvel éloge de la archipel shopping, la carles respunt : le lourd travail des meules le ciel est clair au travers       pour       aujour       sur c’est la chair pourtant napolì napolì la légende fleurie est   l’oeuvre vit son eurydice toujours nue à abu zayd me déplait. pas     faisant la le coeur du un tunnel sans fin et, à (ô fleur de courge...       dans aucun hasard si se       assis     tout autour       les chaque automne les tout est possible pour qui karles se dort cum hume ajout de fichiers sons dans nous savons tous, ici, que       ruelle la fraîcheur et la       fourr& traquer ainsi fut pétrarque dans rien n’est plus ardu f le feu est venu,ardeur des equitable un besoin sonnerait il y a des objets qui ont la a claude b.   comme       une sors de mon territoire. fais branches lianes ronces l’appel tonitruant du neuf j’implore en vain     m2 &nbs encore la couleur, mais cette f qu’il vienne, le feu juste un mot pour annoncer pour daniel farioli poussant sixième premier vers aoi dernier antoine simon 20 au commencement était là, c’est le sable et       le   le texte suivant a de pareïs li seit la pierre ciel d’abord l’échange des       d&eacu       l̵ pour alain borer le 26 quel étonnant sur l’erbe verte si est       sur le al matin, quant primes pert comme ce mur blanc la liberté s’imprime à madame a des odeurs sauvages le temps passe dans la       dans des voix percent, racontent       sur       un tout le problème ce paysage que tu contemplais   au milieu de   anatomie du m et "et bien, voilà..." dit dernier vers aoi       bonhe station 5 : comment et combien       le pour yves et pierre poher et a la fin il ne resta que et tout avait       au les petites fleurs des l’illusion d’une       p&eacu merle noir  pour nous viendrons nous masser À peine jetés dans le libre de lever la tête et la peur, présente certains soirs, quand je antoine simon 27       deux dernier vers aoi     longtemps sur il tente de déchiffrer, me g. duchêne, écriture le 1-nous sommes dehors. et te voici humanité       pass&e la brume. nuages outre la poursuite de la mise (la numérotation des ce va et vient entre derniers dernier vers aoi la littérature de       ( nice, le 30 juin 2000 patrick joquel vient de de soie les draps, de soie un soir à paris au       grappe la vie humble chez les dans ce pays ma mère  dernier salut au temps de cendre de deuil de ce pays que je dis est s’égarer on bien sûr, il y eut sept (forces cachées qui ki mult est las, il se dort       cette normalement, la rubrique       m̵ langues de plomba la ] heureux l’homme rossignolet tu la       qui bien sûrla si, il y a longtemps, les     pluie du la rencontre d’une 0 false 21 18 mouans sartoux. traverse de       je madame porte à     son clers fut li jurz e li j’ai perdu mon       sur le vi.- les amicales aventures je dors d’un sommeil de pour on peut croire que martine 1257 cleimet sa culpe, si je serai toujours attentif à et si tu dois apprendre à coupé en deux quand madame chrysalide fileuse         or       le bientôt, aucune amarre pour lee       la 1) notre-dame au mur violet c’est un peu comme si, mise en ligne d’un station 4 : judas        devant a ma mère, femme parmi je suis occupé ces allons fouiller ce triangle deuxième essai le six de l’espace urbain, je suis bien dans temps de pierres sequence 6   le le corps encaisse comme il       ...mai le recueil de textes cliquetis obscène des edmond, sa grande       embarq f tous les feux se sont et c’était dans       o onze sous les cercles pas de pluie pour venir dernier vers que mort madame déchirée faisant dialoguer "mais qui lit encore le dans les horizons de boue, de 1- c’est dans     cet arbre que la terre a souvent tremblé la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Gérard

Gérard

Dernière publication : 10 août 2009.
Les 3 derniers articles : 2 novembre, 20h30 , 27 octobre, abandon total , 10 octobre, 5 heures du matin .
Les 3 articles les plus lus : 2 novembre, 20h30 , 5 octobre , 27 octobre, abandon total .

  • ANNE GÉRARD

    Exergue

    Figli di puttana

    A ma mère, femme parmi les femmes, qui s’est battue jour après jour, sans même s’en rendre compte, pour avoir le droit d’exister autrement que sous le jugement des (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    5 octobre

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    10 octobre, 5 heures du matin

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    27 octobre, abandon total

    Le corps encaisse comme il peut. Sur la balance, la chute est vertigineuse. Faudrait qu’elle écrive aux journaux féminins. Qu’ils arrêtent de faire chier avec leurs régimes-minceur avant l’été. Suffit (...)
    Clefs : poésie , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    2 novembre, 20h30

    L’heure de la délivrance approche. Le repas est terminé, il y a le rituel de la série télé qu’ils regardent tous les trois avant d’aller se coucher, et ce, depuis que Marcello est parti. Après elle (...)
    Clefs : poésie , Gérard


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette