BRIBES EN LIGNE
    de rigoles en clers fut li jurz e li elle disposait d’une genre des motsmauvais genre samuelchapitre 16, versets 1   dits de       apparu v.- les amicales aventures du  au travers de toi je religion de josué il    seule au       sur le et ma foi, siglent a fort e nagent e f j’ai voulu me pencher peinture de rimes. le texte deuxième apparition de 0 false 21 18 vous avez g. duchêne, écriture le  “ce travail qui "moi, esclave" a r.m.a toi le don des cris qui pour m.b. quand je me heurte trois (mon souffle au matin quand les mots       pass&e       dans       au       devant diaphane est le merle noir  pour carcassonne, le 06 bernard dejonghe... depuis se reprendre. creuser son il y a des objets qui ont la       fourr&  les éditions de passet li jurz, si turnet a a christiane tout est possible pour qui de pareïs li seit la pas facile d’ajuster le       entre couleur qui ne masque pas des quatre archanges que ce poème est tiré du madame dans l’ombre des le numéro exceptionnel de au programme des actions paroles de chamantu halt sunt li pui e mult halt       marche un soir à paris au   ces notes trois tentatives desesperees       rampan     les provisions nous savons tous, ici, que rêves de josué, pas même ce qui fascine chez ce n’est pas aux choses encore une citation“tu onzième vous n’avez  de la trajectoire de ce a la libération, les la fraîcheur et la ainsi va le travail de qui       sur 0 false 21 18       la ce monde est semé au rayon des surgelés suite de je dors d’un sommeil de       l̵ soudain un blanc fauche le al matin, quant primes pert coupé en deux quand  on peut passer une vie ce qui importe pour antoine simon 29 aux barrières des octrois c’est pour moi le premier et encore  dits le 26 août 1887, depuis a propos d’une  tu ne renonceras pas.       assis       au quando me ne so itu pe nous viendrons nous masser epuisement de la salle,       au à cri et à  au mois de mars, 1166  pour le dernier jour dans le patriote du 16 mars dans le monde de cette       apr&eg d’un bout à À l’occasion de   ces sec erv vre ile toutes ces pages de nos et que dire de la grâce dernier vers aoi       la deuxième suite je suis celle qui trompe       grimpa       dans madame porte à heureuse ruine, pensait 5) triptyque marocain sables mes parolesvous pour frédéric   1) cette       un pour maguy giraud et attention beau madame chrysalide fileuse macao grise       enfant l’art n’existe souvent je ne sais rien de bien sûr, il y eut  un livre écrit nous dirons donc       bonhe  marcel migozzi vient de c’est ici, me j’écoute vos lorsqu’on connaît une des voix percent, racontent       dans dernier vers aoi madame, c’est notre       montag on dit qu’agathe jamais si entêtanteeurydice (vois-tu, sancho, je suis       sur dessiner les choses banales sixième je t’ai admiré, hans freibach : les oiseaux s’ouvrent a ma mère, femme parmi       au l’existence n’est bal kanique c’est tes chaussures au bas de l’instant criblé et la peur, présente raphaËl "l’art est-il pour helmut       grappe antoine simon 32 les enseignants : poème pour dans le pays dont je vous sur la toile de renoir, les a toi le don des cris qui pour max charvolen 1)       le jouer sur tous les tableaux deuxième apparition comment entrer dans une antoine simon 17   j’ai souvent       crabe-       &agrav       gentil antoine simon 13 "la musique, c’est le « pouvez-vous     hélas,       voyage dernier vers aoi       bonheu cliquetis obscène des démodocos... Ça a bien un       le ne faut-il pas vivre comme guetter cette chose à sylvie beaucoup de merveilles il ne s’agit pas de       retour vous avez elle réalise des premier vers aoi dernier le proche et le lointain depuis le 20 juillet, bribes   se       dans ouverture de l’espace errer est notre lot, madame, de profondes glaouis fontelucco, 6 juillet 2000       d&eacu sors de mon territoire. fais station 1 : judas le corps encaisse comme il       au madame aux rumeurs       dans seins isabelle boizard 2005 dimanche 18 avril 2010 nous j’ai en réserve pour yves et pierre poher et   est-ce que ce paysage que tu contemplais preambule – ut pictura       le mise en ligne       deux attendre. mot terrible. antoine simon 30 le scribe ne retient titrer "claude viallat,       st cinquième essai tout troisième essai et les lettres ou les chiffres autre citation"voui toutefois je m’estimais ses mains aussi étaient    nous cinquième citationne c’est seulement au     [1]  folie de josuétout est il aurait voulu être macles et roulis photo 7 "ah ! mon doux pays, « e ! malvais dernier vers aoi   normalement, la rubrique       " dans le train premier non, björg, pour marcel " je suis un écorché vif.       au dernier vers aoi douze (se fait terre se j’ai longtemps chercher une sorte de ma chair n’est voudrais je vous cher bernard l’attente, le fruit le pendu pourquoi yves klein a-t-il du fond des cours et des a claude b.   comme f le feu s’est max charvolen, martin miguel voici des œuvres qui, le il était question non   entrons  tu vois im font chier dernier vers aoi suite du blasphème de       pourqu       glouss branches lianes ronces       la juste un   nous sommes       longte       ton       " le géographe sait tout six de l’espace urbain, bernadette griot vient de pur ceste espee ai dulor e et te voici humanité   un quand c’est le vent qui patrick joquel vient de dernier vers aoi dernier vers s’il       avant le nécessaire non       (josué avait lentement  la lancinante carles li reis en ad prise sa tout est prêt en moi pour       dans iv.- du livre d’artiste mult ben i fierent franceis e f le feu s’est pour jean gautheronle cosmos 0 false 21 18       le  née à on a cru à béatrice machet vient de la rencontre d’une  la toile couvre les       aujour les amants se vos estes proz e vostre autres litanies du saint nom    7 artistes et 1 bel équilibre et sa je découvre avant toi laure et pétrarque comme il n’était qu’un     chambre poussées par les vagues pas sur coussin d’air mais cinq madame aux yeux       deux passent .x. portes, toute trace fait sens. que dernier vers aoi sequence 6   le « amis rollant, de       la     longtemps sur ainsi fut pétrarque dans  il est des objets sur ils sortent merci à marc alpozzo je suis occupé ces       p&eacu       jardin       le antoine simon 20 dernier vers aoi avant dernier vers aoi pour michèle gazier 1) quelque chose elle ose à peine       neige pour jacky coville guetteurs quand vous serez tout mais jamais on ne       je tout à fleur d’eaula danse mesdames, messieurs, veuillez       un première       b&acir la terre a souvent tremblé napolì napolì dans les carnets       object  les œuvres de       pav&ea dernier vers aoi     sur la pente il ne sait rien qui ne va antoine simon 10 j’ai changé le pour gilbert bruno mendonça     " l’heure de la le samedi 26 mars, à 15 le 2 juillet morz est rollant, deus en ad moi cocon moi momie fuseau  l’écriture de toutes les "tu sais ce que c’est le franchissement des s’égarer on       l̵ edmond, sa grande d’abord l’échange des dans le pain brisé son       " quand les eaux et les terres       pav&ea       alla temps où le sang se charogne sur le seuilce qui       dans préparation des il y a dans ce pays des voies o tendresses ô mes       en certains soirs, quand je la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Gérard

Gérard

Dernière publication : 10 août 2009.
Les 3 derniers articles : 2 novembre, 20h30 , 27 octobre, abandon total , 10 octobre, 5 heures du matin .
Les 3 articles les plus lus : Exergue , 2 novembre, 20h30 , 10 octobre, 5 heures du matin .

  • ANNE GÉRARD

    Exergue

    Figli di puttana

    A ma mère, femme parmi les femmes, qui s’est battue jour après jour, sans même s’en rendre compte, pour avoir le droit d’exister autrement que sous le jugement des (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    5 octobre

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    10 octobre, 5 heures du matin

    Attendre. Mot terrible. Chargé d’une angoisse indicible. On attend, oui, mais on ne sait jamais précisément quoi. On prie, on supplie, on larmoie. Bonne ou mauvaise nouvelle. On attend. Un résultat. (...)
    Clefs : roman , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    27 octobre, abandon total

    Le corps encaisse comme il peut. Sur la balance, la chute est vertigineuse. Faudrait qu’elle écrive aux journaux féminins. Qu’ils arrêtent de faire chier avec leurs régimes-minceur avant l’été. Suffit (...)
    Clefs : poésie , Gérard

  • ANNE GÉRARD

    2 novembre, 20h30

    L’heure de la délivrance approche. Le repas est terminé, il y a le rituel de la série télé qu’ils regardent tous les trois avant d’aller se coucher, et ce, depuis que Marcello est parti. Après elle (...)
    Clefs : poésie , Gérard


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette