BRIBES EN LIGNE
ecrire les couleurs du monde       juin pour ma       soleil faisant dialoguer de l’autre diaphane est le janvier 2002 .traverse  le livre, avec pour michèle dans les carnets  le "musée rossignolet tu la       " et te voici humanité vous avez       dans envoi du bulletin de bribes       & les étourneaux ! li emperere par sa grant madame, vous débusquez epuisement de la salle, le texte qui suit est, bien trois tentatives desesperees  “ne pas       au j’ai travaillé une errance de "le renard connaît     chambre       deux i en voyant la masse aux       " sa langue se cabre devant le c’est extrêmement l’impression la plus antoine simon 17 quelque chose     oued coulant ce jour-là il lui j’aime chez pierre et tout avait générations dernier vers aoi passet li jurz, la noit est       assis pour robert antoine simon 31 je t’enfourche ma le ciel est clair au travers 0 false 21 18 les oiseaux s’ouvrent ma voix n’est plus que antoine simon 26 pour andré villers 1) intendo... intendo !  hier, 17   adagio   je nécrologie dernier vers aoi qu’est-ce qui est en       fleure des conserves ! a la libération, les et si au premier jour il Éléments - antoine simon 3     &nbs buttati ! guarda&nbs     sur la pente rêve, cauchemar,       je me   le 10 décembre j’oublie souvent et bien sûr, il y eut le glacis de la mort       ( tromper le néant dieu faisait silence, mais  jésus tendresse du mondesi peu de d’un côté eurydice toujours nue à pour angelo de pareïs li seit la je crie la rue mue douleur       baie       apr&eg histoire de signes . l’art n’existe     double dans ce pays ma mère pour andrée je dors d’un sommeil de paroles de chamantu face aux bronzes de miodrag rm : nous sommes en petit matin frais. je te 1-nous sommes dehors. religion de josué il marcel alocco a       sur et que dire de la grâce       parfoi       dans onze sous les cercles     pluie du a propos d’une écrirecomme on se passent .x. portes, si elle est belle ? je  pour de   je ne comprends plus       l̵ bien sûrla  martin miguel vient       dans  les trois ensembles ço dist li reis : cyclades, iii°       le 13) polynésie À max charvolen et « 8° de tes chaussures au bas de   un carmelo arden quin est une       &ccedi genre des motsmauvais genre  les œuvres de   un vendredi c’est pour moi le premier       fourr&         &n f qu’il vienne, le feu souvent je ne sais rien de le franchissement des       et le ciel de ce pays est tout nice, le 30 juin 2000 quando me ne so itu pe introibo ad altare preambule – ut pictura     " polenta voici des œuvres qui, le       sur du fond des cours et des la littérature de beaucoup de merveilles j’ai perdu mon ma voix n’est plus que   ces sec erv vre ile encore la couleur, mais cette       grimpa nous serons toujours ces bruno mendonça       vu que reste-t-il de la la mort, l’ultime port,  on peut passer une vie antoine simon 14 in the country sainte marie, mougins. décembre i.- avaler l’art par iloec endreit remeint li os       le       banlie pas une année sans évoquer ce va et vient entre bribes en ligne a dernier vers aoi de la pluies et bruines,       dans       (la numérotation des et…  dits de cet article est paru dans le       é (À l’église spectacle de josué dit l’existence n’est je ne peins pas avec quoi, lentement, josué l’éclair me dure, antoine simon 19   entrons suite du blasphème de couleur qui ne masque pas       " quand les mots morz est rollant, deus en ad temps où les coeurs il existe au moins deux constellations et a toi le don des cris qui       " etait-ce le souvenir la fraîcheur et la j’ai donné, au mois le geste de l’ancienne, j’ai changé le mille fardeaux, mille la musique est le parfum de       il (dans mon ventre pousse une 0 false 21 18  au travers de toi je le lent déferlement l’évidence guetter cette chose reprise du site avec la  les premières       pass&e a christiane ce qui fait tableau : ce    nous    au balcon tout est prêt en moi pour les enseignants : ce pays que je dis est dernier vers aoi pour raphaël si tu es étudiant en     une abeille de béatrice machet vient de       b&acir en introduction à  la toile couvre les       la pie mon travail est une       quand dans le monde de cette       la f dans le sourd chatoiement       reine jamais je n’aurais       &n toutefois je m’estimais depuis ce jour, le site       object la communication est       le       dans             en dernier vers aoi li emperere s’est il souffle sur les collines cher bernard       coude il tente de déchiffrer,       enfant tout en travaillant sur les antoine simon 9       neige ils sortent vedo la luna vedo le je suis celle qui trompe  tous ces chardonnerets macles et roulis photo 4       " la cité de la musique l’instant criblé (ma gorge est une       deux   pour le prochain titrer "claude viallat, le lourd travail des meules l’attente, le fruit la liberté s’imprime à douce est la terre aux yeux très malheureux...   si vous souhaitez "mais qui lit encore le  les éditions de références : xavier c’est ici, me là, c’est le sable et raphaël je désire un sables mes parolesvous inoubliables, les aux barrières des octrois la brume. nuages seul dans la rue je ris la ouverture d’une d’abord l’échange des   au milieu de       montag la fraîcheur et la dernier vers aoi saluer d’abord les plus pour jean marie toujours les lettres :       &n dernier vers aoi li quens oger cuardise       d&eacu mouans sartoux. traverse de et combien antoine simon 11       m&eacu madame est une       j̵ 1257 cleimet sa culpe, si     dans la ruela a claude b.   comme fontelucco, 6 juillet 2000 huit c’est encore à  monde rassemblé dans le pays dont je vous quand nous rejoignons, en je t’ai admiré,       le ce qui importe pour   le texte suivant a au seuil de l’atelier « h&eacu merle noir  pour       cerisi la bouche pleine de bulles f tous les feux se sont macao grise dernier vers aoi ainsi alfred… la mastication des sous la pression des dernier vers aoi toulon, samedi 9 antoine simon 28       m̵ non, björg,       su monde imaginal,       la antoine simon 13 quelque temps plus tard, de douze (se fait terre se rare moment de bonheur,       la       bien antoine simon 15       va     les provisions Ç’avait été la je sais, un monde se dans le pain brisé son on croit souvent que le but moisissures mousses lichens avant propos la peinture est dans l’innocence des aucun hasard si se       devant       à deuxième essai     faisant la la langue est intarissable pour mes enfants laure et 10 vers la laisse ccxxxii       pav&ea bientôt, aucune amarre       pourqu et nous n’avons rien madame est la reine des cinq madame aux yeux mise en ligne d’un ne faut-il pas vivre comme madame est toute       une quelques textes à cri et à décembre 2001. dernier vers aoi " je suis un écorché vif. le proche et le lointain poussées par les vagues livre grand format en trois le coeur du le pendu il ne s’agit pas de vi.- les amicales aventures quai des chargeurs de josué avait un rythme       neige préparation des       o quant carles oït la le coquillage contre la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Boulanger

Boulanger

Dernière publication : 25 octobre 2009.
Les 3 derniers articles : Je sais, un monde se défait , Suspendue au-dessus de l’abîme , Qui frappe à tes paupières bleues .
Les 3 articles les plus lus : Exergue , L’existence n’est pas une faute , Quand vous serez tout simplement là .

  • PASCAL BOULANGER

    Dédicace

    Pour Adèle et Nora
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    Exergue

    Le passé n’est jamais mort, il n’est même pas encore passé. William Faulkner
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    Quand vous serez tout simplement là

    Quand vous serez tout simplement là, lancées dans notre monde, dressées sur notre planète rocheuse ; prenez soin de vos âmes, suivez le meilleur du présent, oubliez le temps sur le fil au-dessus du (...)
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    J’entends sonner les secondes

    J’entends sonner les secondes. Je ne respire plus… Vous voilà, toutes petites et toutes fragiles dans mes bras. Depuis, j’ai beau faire, j’ai beau ne pas faire : toutes mes sensations dépendent des (...)
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    C’est pour moi le premier jour de la création

    C’est pour moi le premier jour de la création. D’emblée, je scrute et je compte : les pieds, les mains, les doigts des mains, les doigts de pieds… Tout va bien, vous êtes entières. Dix-huit mois (...)
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    Tout est prêt en moi pour vous accueillir

    Tout est prêt en moi pour vous accueillir. Ceux qui passent sans s’arrêter sont témoins de ma joie. Etre père, cela me rajeunit d’un coup. Mais comment pourrais-je être le Père tout puissant qui (...)
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    Vous deux, c’est joie et inquiétude...

    Vous deux, c’est joie et inquiétude, légèreté et déchirement. L’amour que j’ai pour vous, je voudrais qu’il ne soit pas simplement un sentiment, mais aussi une puissance capable de triompher de la peur. (...)
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    ... Presque vingt ans plus tard...

    …Presque vingt ans plus tard, je suis toujours là, à la même place. Je vous attends. J’attends l’inattendu et pourtant le déjà-là.
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    Quand nous rejoignons, en auto...

    Quand nous rejoignons, en auto, pour quelques jours de vacances ensemble, cette terre de la Seine-Maritime, nous savons que, d’une minute à l’autre, la lumière peut changer. D’ailleurs, quand nous (...)
    Clefs : poésie , Boulanger

  • PASCAL BOULANGER

    Chaque jour est appel...

    Chaque jour est un appel, une révélation. Chaque jour s’enflamme dans le moindre pli du ciel, dans un fragment de lune, n’importe où et même maintenant quand les nuages font les gros yeux aux étoiles (...)
    Clefs : poésie , Boulanger


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette