BRIBES EN LIGNE
merci à la toile de quatre si la mer s’est       qui pour martine, coline et laure  le livre, avec       entre les dieux s’effacent dernier vers aoi à sylvie non, björg, la route de la soie, à pied,    seule au je t’ai admiré,       il fin première même si ce le proche et le lointain douze (se fait terre se diaphane est le a la fin il ne resta que mais jamais on ne dernier vers aoi et encore  dits À max charvolen et s’égarer on marcel alocco a la musique est le parfum de À peine jetés dans le où l’on revient prenez vos casseroles et souvent je ne sais rien de chairs à vif paumes       &agrav saluer d’abord les plus       mouett au commencement était traquer clquez sur   la baie des anges antoine simon 17 l’art n’existe sables mes parolesvous pas une année sans évoquer f les marques de la mort sur antoine simon 11 libre de lever la tête   je ne comprends plus temps de pierres références : xavier carissimo ulisse,torna a travail de tissage, dans       au au seuil de l’atelier       je pour michèle pour le prochain basilic, (la tandis que dans la grande       que je découvre avant toi       baie vue à la villa tamaris       la 1254 : naissance de en introduction à zacinto dove giacque il mio la langue est intarissable normalement, la rubrique un soir à paris au     après dans les horizons de boue, de     son etudiant à dernier vers aoi accorde ton désir à ta avant dernier vers aoi de mes deux mains rita est trois fois humble.  au travers de toi je dernier vers aoi       dans  ce mois ci : sub antoine simon 29 pour pierre theunissen la dans les carnets       " arbre épanoui au ciel ce texte m’a été  l’exposition  pour angelo a supposer quece monde tienne Être tout entier la flamme  tu ne renonceras pas.  improbable visage pendu il ne sait rien qui ne va histoire de signes . ce va et vient entre  pour jean le nouvelles mises en "ah ! mon doux pays, pour daniel farioli poussant       vu il ne s’agit pas de d’un bout à ma voix n’est plus que tout est prêt en moi pour   adagio   je       droite recleimet deu mult cliquetis obscène des franchement, pensait le chef, il n’est pire enfer que pas facile d’ajuster le tout le problème « 8° de (dans mon ventre pousse une   la production       pour  mise en ligne du texte un titre : il infuse sa la lecture de sainte le plus insupportable chez     une abeille de    il    de femme liseuse issent de mer, venent as je t’enlace gargouille granz est li calz, si se vertige. une distance pour martin pour mireille et philippe sequence 6   le un homme dans la rue se prend et si tu dois apprendre à     du faucon le géographe sait tout dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.-       bonheu       pav&ea f tous les feux se sont     quand station 5 : comment ...et poème pour dire que le livre est une quand les eaux et les terres le coeur du le lent tricotage du paysage attendre. mot terrible. antoine simon 26 bal kanique c’est   pour théa et ses il y a tant de saints sur petites proses sur terre dernier vers aoi       grappe quelque temps plus tard, de le 23 février 1988, il       les       un a propos de quatre oeuvres de dans la caverne primordiale le temps passe si vite,       voyage dernier vers aoi antoine simon 2 écrirecomme on se       rampan antoine simon 6 alocco en patchworck ©   en grec, morías       apparu pour alain borer le 26 macao grise   marcel       le  hier, 17 morz est rollant, deus en ad et que vous dire des du bibelot au babilencore une "nice, nouvel éloge de la dernier vers aoi   un vendredi       la maintenant il connaît le 1 la confusion des pour raphaël       &n station 7 : as-tu vu judas se le 26 août 1887, depuis i en voyant la masse aux ses mains aussi étaient réponse de michel       à 1 au retour au moment toujours les lettres : archipel shopping, la     sur la       &  la lancinante     chant de suite de       bonhe les dessins de martine orsoni introibo ad altare de proche en proche tous dentelle : il avait ce jour là, je pouvais abstraction voir figuration       montag l’art c’est la il existe au moins deux       le bruno mendonça effleurer le ciel du bout des dans les écroulements       neige tout en vérifiant       tourne edmond, sa grande à la mémoire de i mes doigts se sont ouverts     extraire  il y a le la terre a souvent tremblé       le       nuage j’ai ajouté quel ennui, mortel pour violette cachéeton dernier vers aoi petit matin frais. je te diaphane est le mot (ou « pouvez-vous ce paysage que tu contemplais temps où le sang se pas même a la femme au li emperere par sa grant "pour tes portrait. 1255 : dernier vers s’il de pa(i)smeisuns en est venuz       en   entrons 10 vers la laisse ccxxxii   au milieu de exacerbé d’air polenta certains prétendent jouer sur tous les tableaux les enseignants :       o antoine simon 23 aux barrières des octrois il avait accepté il n’était qu’un moisissures mousses lichens       ...mai à f le feu s’est poussées par les vagues ce jour-là il lui (À l’église a christiane c’est un peu comme si, fontelucco, 6 juillet 2000 quand c’est le vent qui  au mois de mars, 1166 af : j’entends       "       journ&       dans  de même que les en cet anniversaire, ce qui  dans le livre, le preambule – ut pictura   on n’est un besoin de couper comme de reflets et echosla salle madame déchirée a propos d’une madame dans l’ombre des dernier vers aoi   il arriva que le scribe ne retient je suis celle qui trompe 1.- les rêves de antoine simon 5 1. il se trouve que je suis voudrais je vous macles et roulis photo 4       le et je vois dans vos l’impossible les avenues de ce pays le franchissement des "si elle est comme ce mur blanc       jardin nu(e), comme son nom vous dites : "un on a cru à       dans à bernadette     pluie du     depuis macles et roulis photo 7       la intendo... intendo !       &n v.- les amicales aventures du       la constellations et mais non, mais non, tu j’arrivais dans les dans un coin de nice, bernard dejonghe... depuis cyclades, iii° gardien de phare à vie, au cet univers sans « amis rollant, de « e ! malvais il existe deux saints portant antoine simon 32 ajout de fichiers sons dans et c’était dans pour jean-marie simon et sa coupé en deux quand antoine simon 16 "l’art est-il       object       vu l’impression la plus     cet arbre que l’homme est là, c’est le sable et la liberté s’imprime à Ç’avait été la       b&acir descendre à pigalle, se les plus vieilles  martin miguel vient sors de mon territoire. fais vos estes proz e vostre    si tout au long autre citation   (dans le     pourquoi de pareïs li seit la abu zayd me déplait. pas béatrice machet vient de j’ai donné, au mois bien sûr, il y eut pour yves et pierre poher et printemps breton, printemps       ma       sur autre essai d’un sauvage et fuyant comme le recueil de textes       enfant  “... parler une merci à marc alpozzo d’un côté percey priest lakesur les couleur qui ne masque pas       object dernier vers aoi il semble possible l’illusion d’une f dans le sourd chatoiement les routes de ce pays sont mon travail est une tu le saiset je le vois premier vers aoi dernier a toi le don des cris qui de tantes herbes el pre       au antoine simon 10       j̵       sur c’est seulement au (la numérotation des dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le charogne sur le seuilce qui la prédication faite ce n’est pas aux choses   nous sommes un temps hors du les textes mis en ligne tromper le néant       bien la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Dobzynski

Dobzynski

Dernière publication : 22 octobre 2009.
Les 3 derniers articles : Un jour, vous m’avez reproché , Fable .
Les 3 articles les plus lus : Fable , Un jour, vous m’avez reproché .

  • CHARLES DOBZYNSKI

    Fable

    Si tu es étudiant en Chine tu seras tué au printemps troué par les chars. Si tu es Palestinien tu seras tué dans un entonnoir de Gaza. Si tu es Juif tu seras tué par un malfrat qui te croit (...)
    Clefs : poésie , Dobzynski

  • PASCAL BOULANGER

    Un jour, vous m’avez reproché

    Une écharde dans la voix

    Un jour, vous m’avez reproché d’avoir écrit un poème qui vous était dédié à toutes les deux. Vous m’avez fait comprendre que vous étiez très différentes…Comment ne pas vous croire ? Quand nous sommes (...)
    Clefs : poésie , Dobzynski


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette