BRIBES EN LIGNE
ce va et vient entre la tentation du survol, à       voyage sous l’occupation soudain un blanc fauche le régine robin,  de même que les avant dernier vers aoi  hors du corps pas     les fleurs du jamais si entêtanteeurydice n’ayant pas station 1 : judas c’est la peur qui fait       baie clere est la noit e la       "   se       la 1-nous sommes dehors. dieu faisait silence, mais toutefois je m’estimais antoine simon 5       &agrav sixième       pav&ea …presque vingt ans plus pour ma des quatre archanges que la fraîcheur et la je déambule et suis       que  marcel migozzi vient de       longte dans l’innocence des pour jean-louis cantin 1.- chaque automne les a la libération, les le bulletin de "bribes deux nouveauté, autre essai d’un me f dans le sourd chatoiement il faut laisser venir madame       une quand les eaux et les terres avec marc, nous avons les dernières       ma  les éditions de printemps breton, printemps À perte de vue, la houle des   jn 2,1-12 : le temps passe dans la genre des motsmauvais genre la deuxième édition du À peine jetés dans le       magnol ce paien sunt morz, alquant     &nbs poussées par les vagues "nice, nouvel éloge de la       reine laure et pétrarque comme       l̵ je t’enfourche ma       dans antoine simon 24 vous avez       un folie de josuétout est et si au premier jour il  pour le dernier jour et…  dits de tout est possible pour qui au rayon des surgelés pour anne slacik ecrire est "tu sais ce que c’est on croit souvent que le but 1. il se trouve que je suis un titre : il infuse sa ma mémoire ne peut me       le de tantes herbes el pre le 28 novembre, mise en ligne     sur la pas de pluie pour venir cher bernard je ne saurais dire avec assez six de l’espace urbain,     depuis « amis rollant, de raphaël       soleil sainte marie, depuis le 20 juillet, bribes bernadette griot vient de dernier vers aoi il en est des meurtrières. deuxième dernier vers aoi         rampan de proche en proche tous le scribe ne retient prenez vos casseroles et  née à la danse de tout mon petit univers en comme un préliminaire la du bibelot au babilencore une "si elle est coupé en deux quand     ton la lecture de sainte clquez sur    regardant dernier vers aoi a propos de quatre oeuvres de il n’y a pas de plus clers est li jurz et li       retour il arriva que neuf j’implore en vain cyclades, iii° bernard dejonghe... depuis de mes deux mains f les marques de la mort sur le vieux qui et  riche de mes f qu’il vienne, le feu temps de pierres dessiner les choses banales jouer sur tous les tableaux f les rêves de voile de nuità la douce est la terre aux yeux carmelo arden quin est une mais non, mais non, tu antoine simon 9 autres litanies du saint nom       entre décembre 2001.       montag ne faut-il pas vivre comme comment entrer dans une r.m.a toi le don des cris qui non, björg, (dans mon ventre pousse une   marcel merci au printemps des travail de tissage, dans dernier vers aoi ne pas négocier ne tu le sais bien. luc ne dans le monde de cette       voyage       arauca seul dans la rue je ris la  si, du nouveau des voiles de longs cheveux peinture de rimes. le texte       cerisi il semble possible l’impression la plus  il y a le     à f tous les feux se sont       dans il n’était qu’un j’ai en réserve quand c’est le vent qui le plus insupportable chez il était question non si j’avais de son       &    7 artistes et 1       jonath pas facile d’ajuster le   voici donc la on dit qu’agathe polenta agnus dei qui tollis peccata vous n’avez quand les mots tu le saiset je le vois dans le patriote du 16 mars (ô fleur de courge... le grand combat : (vois-tu, sancho, je suis     surgi la liberté s’imprime à ma voix n’est plus que les parents, l’ultime la brume. nuages ils avaient si longtemps, si arbre épanoui au ciel  epître aux c’est vrai vertige. une distance percey priest lakesur les quel étonnant     chant de sors de mon territoire. fais (la numérotation des       pourqu   saint paul trois leonardo rosa nous viendrons nous masser réponse de michel la terre nous accoucher baragouiner carles li reis en ad prise sa       à zacinto dove giacque il mio temps de pierres dans la       ( Ç’avait été la     dans la ruela intendo... intendo !  l’exposition   je signerai mon pour michèle aueret nécrologie  on peut passer une vie attendre. mot terrible. quand sur vos visages les pour julius baltazar 1 le rien n’est   ces notes v.- les amicales aventures du       mouett on cheval clers fut li jurz e li je dors d’un sommeil de       force dorothée vint au monde il pleut. j’ai vu la macles et roulis photo 13) polynésie     vers le soir giovanni rubino dit entr’els nen at ne pui dernier vers aoi attendre. mot terrible. spectacle de josué dit     nous f les feux m’ont       bruyan     une abeille de antoine simon 12 j’ai donné, au mois       dans ce qui importe pour dans les carnets 10 vers la laisse ccxxxii aux barrières des octrois madame est la reine des « e ! malvais pour lee     l’é madame déchirée temps où le sang se bien sûrla       soleil macao grise       au mult est vassal carles de antoine simon 27       jardin si j’étais un diaphane est le grande lune pourpre dont les merle noir  pour  ce mois ci : sub       dans   d’un coté, les premières c’est un peu comme si, il ne s’agit pas de       st     sur la pente       la deuxième apparition j’ai changé le       l̵ trois (mon souffle au matin       ce       va tant pis pour eux. dernier vers aoi       sur le hans freibach : quatrième essai de je n’ai pas dit que le deuxième apparition de       dans quelques textes présentation du je m’étonne toujours de la edmond, sa grande  dernières mises assise par accroc au bord de       maquis pour mon épouse nicole   si vous souhaitez li quens oger cuardise cet article est paru et que dire de la grâce sequence 6   le iloec endreit remeint li os la terre a souvent tremblé quando me ne so itu pe dernier vers aoi j’ai longtemps attention beau les amants se l’existence n’est preambule – ut pictura       descen si elle est belle ? je       en       un ce poème est tiré du ce n’est pas aux choses le recueil de textes un homme dans la rue se prend quatre si la mer s’est       " le franchissement des trois tentatives desesperees huit c’est encore à merci à marc alpozzo dernier vers aoi quatrième essai rares errer est notre lot, madame, le 23 février 1988, il de pa(i)smeisuns en est venuz sauvage et fuyant comme cette machine entre mes     chambre premier vers aoi dernier  improbable visage pendu rare moment de bonheur, pour a l’aube des apaches, sur la toile de renoir, les le geste de l’ancienne, ecrire sur imagine que, dans la est-ce parce que, petit, on au commencement était  ce qui importe pour   anatomie du m et le 2 juillet dernier vers aoi le pendu le lourd travail des meules       le       allong halt sunt li pui e mult halt       quinze       &ccedi au seuil de l’atelier même si  martin miguel vient       il passet li jurz, la noit est dentelle : il avait à à propos des grands dans l’innocence des ici, les choses les plus epuisement de la salle, thème principal : le passé n’est mougins. décembre autre citation"voui       p&eacu antoine simon 33       je madame chrysalide fileuse des voix percent, racontent   en grec, morías je me souviens de je ne peins pas avec quoi, "ces deux là se iv.- du livre d’artiste       pass&e au lecteur voici le premier toujours les lettres :       &agrav     [1]  la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Monticelli R.

Monticelli R.

Dernière publication : 12 février 2017.
Les 3 derniers articles : sixième essai , premier essai , Je vois la digitale... .
Les 3 articles les plus lus : 27 mars , Inventions d’Hypatie , Lire encore .

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Le choeur des femmes

    Lu le Choeur des femmes de Martin Winckler. Et je le rumine depuis que je l’ai lu. Il me revient ainsi régulièrement en mémoire, et au moment d’ouvrir cette nouvelle rubrique sur Bribes en ligne, (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    École de Nice, lignes de force

    Les premières manifestations des artistes que l’on regroupe dans l’Ecole de Nice datent des années 50. Le terme « Ecole de Nice » apparaît au début des années 60. Si la notion a toujours été (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Intermittence, donc ?

    Je suis bien dans l’intermittence... Question de tempérament, peut-être ? Ou d’incapacité... de trop grande propension au rêve... ou à la rêverie... ou à la flânerie... Quelques livres en cours de (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Jacques Clauzel

    Vue à la Villa Tamaris (La Seyne, dans le Var, près de Toulon), l’expo personnelle de Jacques Clauzel. De Clauzel, je connaissais peu de choses : les livres, les photos, quelques gravures, quelques (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Un essai de video

    Avec Marc, nous avons tenté le coup : mettre en ligne la video complète d’une séance de lecture... Il s’agit de la lecture que j’ai donnée le 27 février 2010, à la Bibliothèque Louis Nucéra, à Nice pour (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Edmond Vernassa... un ami s’en va

    Edmond, sa grande silhouette, son profil d’aigle au regard tendre et attentif et curieux et bienveillant, sa voix qui charrie un peu de cet air qui passe entre des pierres d’eau, comme un fond de (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Il Verri, un numéro sur la poésie contemporaine

    / article dans revue
    Pour le prochain Performart, j’ai donné un article concernant une revue italienne... Le voici... Les deux numéros 39 et 40 parus en février et juin 2009 de la revue italienne « Il Verri » qui nous (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Sumer, terre et langue en moi

    Pour Brahim Bourakma

    / présentation d’exposition
    De mes deux mains formées en creuset ou en coupe, comme on le fait pour se désaltérer, je recueille assez de terre pour donner naissance à un fruit de la terre ou à un visage d’enfant. Qu’est-ce qui (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Terrils

    Pour Daniel Mohen

    1.- Les rêves de naissance attendent dans des veines de sève durcie Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi. Tu en portes la trace au bout de tes pinceaux. 2.- (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Inventions d’Hypatie

    / Bibliophilie
    Le lent déferlement des vagues de terre a noyé ma terre. Il n’en reste rien que ce tremblement de poussière cerné d’or pauvre, cette pulvérulence de lumière dont je tente en vain de couvrir mes ongles. (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette