BRIBES EN LIGNE
c’est seulement au il avait accepté on préparait dans les rêves de la ce qui fait tableau : ce  tu ne renonceras pas. un verre de vin pour tacher mougins. décembre ki mult est las, il se dort sa langue se cabre devant le       mouett "tu sais ce que c’est       à sixième       &n       ruelle autres litanies du saint nom toutefois je m’estimais vedo la luna vedo le guetter cette chose a propos de quatre oeuvres de franchement, pensait le chef, fontelucco, 6 juillet 2000 démodocos... Ça a bien un dernier vers aoi f les feux m’ont a dix sept ans, je ne savais nouvelles mises en …presque vingt ans plus   est-ce que pour anne slacik ecrire est       aujour de proche en proche tous       &n clers est li jurz et li a ma mère, femme parmi « pouvez-vous edmond, sa grande mesdames, messieurs, veuillez  hors du corps pas dieu faisait silence, mais li emperere s’est dans ce périlleux j’oublie souvent et la littérature de       l̵ la mastication des on trouvera la video la réserve des bribes au programme des actions quand vous serez tout pour robert       alla petit matin frais. je te pas même pas sur coussin d’air mais et nous n’avons rien je m’étonne toujours de la les oiseaux s’ouvrent écrirecomme on se la poésie, à la       &ccedi printemps breton, printemps il pleut. j’ai vu la poussées par les vagues la bouche pure souffrance       la accoucher baragouiner madame a des odeurs sauvages avant dernier vers aoi je n’ai pas dit que le allons fouiller ce triangle titrer "claude viallat, nice, le 18 novembre 2004 elle disposait d’une et c’était dans       la d’ eurydice ou bien de dernier vers aoi vos estes proz e vostre  de la trajectoire de ce à propos “la le passé n’est antoine simon 25 c’est pour moi le premier un temps hors du l’évidence j’ai donné, au mois     rien   tout est toujours en     l’é  improbable visage pendu dernier vers aoi       au mi viene in mentemi       dans les dernières peinture de rimes. le texte       reine intendo... intendo !       les dernier vers aoi antoine simon 28 jamais je n’aurais la musique est le parfum de le plus insupportable chez je t’ai admiré, le 26 août 1887, depuis       apr&eg       bonheu station 7 : as-tu vu judas se deuxième essai il arriva que       neige aucun hasard si se genre des motsmauvais genre pour michèle gazier 1) o tendresses ô mes nécrologie       le " je suis un écorché vif. lentement, josué rien n’est i en voyant la masse aux à propos des grands etait-ce le souvenir il existe au moins deux un titre : il infuse sa exacerbé d’air       apparu f toutes mes       deux c’est la chair pourtant les dessins de martine orsoni dans les carnets ce monde est semé       « h&eacu madame porte à   dernier vers aoi chercher une sorte de deux mille ans nous les plus terribles À perte de vue, la houle des elle ose à peine essai de nécrologie, quatrième essai de "mais qui lit encore le nice, le 8 octobre vous avez je reviens sur des       ( pour max charvolen 1) 0 false 21 18 des voix percent, racontent un nouvel espace est ouvert autre essai d’un       en un   j’ai souvent 1 au retour au moment pour julius baltazar 1 le traquer       bruyan là, c’est le sable et  “ce travail qui antoine simon 13 travail de tissage, dans       retour   ciel !!!!     oued coulant de mes deux mains pour martine, coline et laure mais jamais on ne  la lancinante À max charvolen et martin v.- les amicales aventures du pour martin macles et roulis photo 1 une autre approche de sous la pression des ils avaient si longtemps, si  pour le dernier jour clere est la noit e la       droite m1       temps de cendre de deuil de  née à pierre ciel la route de la soie, à pied, je n’hésiterai sors de mon territoire. fais   entrons   se toute une faune timide veille 1254 : naissance de fin première si tu es étudiant en       parfoi     les fleurs du de toutes les       la pour michèle gazier 1 un soir à paris au j’ai parlé       m&eacu j’ai perdu mon       maquis   ces notes       je       vu l’une des dernières onze sous les cercles       grappe (À l’église      &       sabots frères et dans le pain brisé son de tantes herbes el pre je ne sais pas si dans l’innocence des       longte dans le train premier     après Ç’avait été la   je n’ai jamais se reprendre. creuser son       " premier vers aoi dernier le recueil de textes cet article est paru dernier vers aoi beaucoup de merveilles dernier vers aoi able comme capable de donner couleur qui ne masque pas tes chaussures au bas de  les premières les grands ouverture de l’espace macao grise la mort d’un oiseau.    en le 23 février 1988, il voici des œuvres qui, le       " je dors d’un sommeil de dernier vers que mort nous serons toujours ces dix l’espace ouvert au       vaches f les marques de la mort sur dans l’innocence des       en   adagio   je station 4 : judas  viallat © le château de les avenues de ce pays le coeur du abu zayd me déplait. pas vous deux, c’est joie et et si tu dois apprendre à deuxième apparition de juste un descendre à pigalle, se bernard dejonghe... depuis     hélas,   la baie des anges c’est la peur qui fait antoine simon 16       jonath d’un côté pour alain borer le 26 f j’ai voulu me pencher saluer d’abord les plus       sur f le feu est venu,ardeur des des quatre archanges que       la « voici "la musique, c’est le     quand rimbaud a donc pour raphaël       gentil régine robin, à cri et à pour m.b. quand je me heurte pour egidio fiorin des mots       avant pour angelo la fraîcheur et la  l’exposition  branches lianes ronces toutes sortes de papiers, sur sequence 6   le je suis quand nous rejoignons, en granz fut li colps, li dux en il n’y a pas de plus le bulletin de "bribes dernier vers aoi un trait gris sur la la langue est intarissable d’abord l’échange des derniers l’impression la plus siglent a fort e nagent e       sur douze (se fait terre se mes pensées restent       grimpa  jésus ne pas négocier ne et…  dits de       deux       dans jusqu’à il y a j’ai relu daniel biga, quelque temps plus tard, de les installations souvent, hans freibach : (vois-tu, sancho, je suis aux george(s) (s est la ainsi alfred… al matin, quant primes pert non... non... je vous assure, les premières madame des forêts de tout est possible pour qui premier essai c’est quant carles oït la religion de josué il madame, c’est notre marcel alocco a       bien   au milieu de les plus vieilles j’ai ajouté dans le respect du cahier des moisissures mousses lichens dernier vers aoi       rampan de soie les draps, de soie pour qui veut se faire une       enfant coupé en deux quand mille fardeaux, mille       banlie me   six formes de la archipel shopping, la dernier vers doel i avrat,  “s’ouvre       pourqu bernadette griot vient de ne faut-il pas vivre comme les lettres ou les chiffres de pa(i)smeisuns en est venuz toujours les lettres :       sur     dans la ruela rêves de josué,       que deuxième suite au labyrinthe des pleursils « 8° de arbre épanoui au ciel       " samuelchapitre 16, versets 1 pour jean gautheronle cosmos pour frédéric exode, 16, 1-5 toute       je me (la numérotation des cher bernard       l̵       au l’appel tonitruant du six de l’espace urbain,       sur pour lee janvier 2002 .traverse pour le prochain basilic, (la ce qui importe pour la fraîcheur et la la communication est  il est des objets sur       au la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Monticelli R.

Monticelli R.

Dernière publication : 12 février 2017.
Les 3 derniers articles : sixième essai , premier essai , Je vois la digitale... .
Les 3 articles les plus lus : sixième essai , Intermittence, donc ? , Sumer, terre et langue en moi .

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Le choeur des femmes

    Lu le Choeur des femmes de Martin Winckler. Et je le rumine depuis que je l’ai lu. Il me revient ainsi régulièrement en mémoire, et au moment d’ouvrir cette nouvelle rubrique sur Bribes en ligne, (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    École de Nice, lignes de force

    Les premières manifestations des artistes que l’on regroupe dans l’Ecole de Nice datent des années 50. Le terme « Ecole de Nice » apparaît au début des années 60. Si la notion a toujours été (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Intermittence, donc ?

    Je suis bien dans l’intermittence... Question de tempérament, peut-être ? Ou d’incapacité... de trop grande propension au rêve... ou à la rêverie... ou à la flânerie... Quelques livres en cours de (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Jacques Clauzel

    Vue à la Villa Tamaris (La Seyne, dans le Var, près de Toulon), l’expo personnelle de Jacques Clauzel. De Clauzel, je connaissais peu de choses : les livres, les photos, quelques gravures, quelques (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Un essai de video

    Avec Marc, nous avons tenté le coup : mettre en ligne la video complète d’une séance de lecture... Il s’agit de la lecture que j’ai donnée le 27 février 2010, à la Bibliothèque Louis Nucéra, à Nice pour (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Edmond Vernassa... un ami s’en va

    Edmond, sa grande silhouette, son profil d’aigle au regard tendre et attentif et curieux et bienveillant, sa voix qui charrie un peu de cet air qui passe entre des pierres d’eau, comme un fond de (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Il Verri, un numéro sur la poésie contemporaine

    / article dans revue
    Pour le prochain Performart, j’ai donné un article concernant une revue italienne... Le voici... Les deux numéros 39 et 40 parus en février et juin 2009 de la revue italienne « Il Verri » qui nous (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Sumer, terre et langue en moi

    Pour Brahim Bourakma

    / présentation d’exposition
    De mes deux mains formées en creuset ou en coupe, comme on le fait pour se désaltérer, je recueille assez de terre pour donner naissance à un fruit de la terre ou à un visage d’enfant. Qu’est-ce qui (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Terrils

    Pour Daniel Mohen

    1.- Les rêves de naissance attendent dans des veines de sève durcie Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi. Tu en portes la trace au bout de tes pinceaux. 2.- (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Inventions d’Hypatie

    / Bibliophilie
    Le lent déferlement des vagues de terre a noyé ma terre. Il n’en reste rien que ce tremblement de poussière cerné d’or pauvre, cette pulvérulence de lumière dont je tente en vain de couvrir mes ongles. (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette