BRIBES EN LIGNE
le 26 août 1887, depuis c’est parfois un pays o tendresses ô mes trois (mon souffle au matin dernier vers aoi rita est trois fois humble.     oued coulant ce poème est tiré du de la  née à antoine simon 16       il merci au printemps des       dernier vers aoi préparation des juste un mot pour annoncer essai de nécrologie, on préparait ainsi va le travail de qui       object encore une citation“tu quand sur vos visages les c’est ici, me       livre grand format en trois un temps hors du reflets et echosla salle     depuis le bulletin de "bribes patrick joquel vient de si j’avais de son langues de plomba la       sur chercher une sorte de lentement, josué mon cher pétrarque,  tu vois im font chier carcassonne, le 06       m&eacu pour pierre theunissen la       le le geste de l’ancienne, saluer d’abord les plus marché ou souk ou gardien de phare à vie, au       bonhe       object       &agrav et te voici humanité       pourqu à cri et à charogne sur le seuilce qui que reste-t-il de la rien n’est au labyrinthe des pleursils c’est le grand ajout de fichiers sons dans vous avez   on n’est un tunnel sans fin et, à exacerbé d’air descendre à pigalle, se       le les dernières mult est vassal carles de     longtemps sur le soleil n’est pas décembre 2001. i en voyant la masse aux       marche le passé n’est cet article est paru dans le diaphane est le mot (ou    au balcon la question du récit   1) cette trois tentatives desesperees       ( pour andré dimanche 18 avril 2010 nous     de rigoles en le coeur du reprise du site avec la montagnesde genre des motsmauvais genre à bernadette dans ma gorge printemps breton, printemps   en grec, morías  jésus       ce cinquième essai tout folie de josuétout est toute une faune timide veille       ma elle disposait d’une         or clquez sur     nous       & dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.-   saint paul trois dans les écroulements karles se dort cum hume       &agrav tant pis pour eux. l’erbe del camp, ki (vois-tu, sancho, je suis il faut aller voir 0 false 21 18 premier vers aoi dernier la terre nous j’ai ajouté suite de je dors d’un sommeil de       sur  “... parler une quando me ne so itu pe rossignolet tu la autre citation"voui    nous  marcel migozzi vient de je t’enfourche ma passent .x. portes,       " effleurer le ciel du bout des     chambre « 8° de       au À la loupe, il observa madame aux rumeurs halt sunt li pui e mult halt cher bernard  au mois de mars, 1166       rampan       vu f dans le sourd chatoiement et si tu dois apprendre à       voyage autres litanies du saint nom station 5 : comment rm : nous sommes en dans le respect du cahier des       va troisième essai et       je me   d’un coté, des quatre archanges que même si quatre si la mer s’est tandis que dans la grande (elle entretenait ne faut-il pas vivre comme frères et si elle est belle ? je fontelucco, 6 juillet 2000  pour jean le       l̵ "l’art est-il antoine simon 20 j’écoute vos pour andré villers 1) le plus insupportable chez nice, le 18 novembre 2004       "  “ne pas sept (forces cachées qui à la bonne dernier vers aoi à propos des grands non... non... je vous assure, madame dans l’ombre des six de l’espace urbain,   pour adèle et dernier vers aoi pour alain borer le 26 difficile alliage de sauvage et fuyant comme     &nbs les grands écrirecomme on se antoine simon 26 certains soirs, quand je seul dans la rue je ris la       il li quens oger cuardise cette machine entre mes légendes de michel la langue est intarissable ce texte m’a été  dernier salut au pour egidio fiorin des mots       fleur (ô fleur de courge... avant propos la peinture est       dans       la station 4 : judas  À l’occasion de bel équilibre et sa ço dist li reis :     ton dans ce périlleux toutes ces pages de nos edmond, sa grande       les le texte qui suit est, bien quant carles oït la quand les eaux et les terres       tourne derniers de proche en proche tous démodocos... Ça a bien un errer est notre lot, madame, une errance de merle noir  pour au lecteur voici le premier poussées par les vagues dernier vers aoi       &n       le       alla       entre 0 false 21 18 pour daniel farioli poussant la mastication des       qui   dits de       &agrav ...et poème pour       gentil bien sûrla pas sur coussin d’air mais antoine simon 32  dans toutes les rues le galop du poème me       l̵ dernier vers aoi   un vendredi face aux bronzes de miodrag nous lirons deux extraits de de tantes herbes el pre dernier vers aoi art jonction semble enfin       le de l’autre station 1 : judas ouverture de l’espace envoi du bulletin de bribes    courant temps de cendre de deuil de assise par accroc au bord de attendre. mot terrible.       &n de pa(i)smeisuns en est venuz autre petite voix j’ai travaillé la liberté de l’être il pleut. j’ai vu la dernier vers aoi une autre approche de et  riche de mes "je me tais. pour taire.  le "musée quel ennui, mortel pour       les sur la toile de renoir, les ce qui aide à pénétrer le torna a sorrento ulisse torna     faisant la       en       au       dans issent de mer, venent as iloec endreit remeint li os pour jean gautheronle cosmos nous serons toujours ces       journ&   ciel !!!! la rencontre d’une vertige. une distance       la je découvre avant toi voici des œuvres qui, le immense est le théâtre et huit c’est encore à dernier vers aoi recleimet deu mult le travail de bernard deux ajouts ces derniers abu zayd me déplait. pas douze (se fait terre se je me souviens de       sous nos voix  au travers de toi je       &eacut aucun hasard si se “dans le dessin       &agrav       au pour michèle aueret lu le choeur des femmes de toulon, samedi 9 ce jour-là il lui  le livre, avec       jonath petit matin frais. je te le lent tricotage du paysage attelage ii est une œuvre       le deuxième approche de       et tu carissimo ulisse,torna a       sur dernier vers aoi dorothée vint au monde     un mois sans nous viendrons nous masser macles et roulis photo 4 il y a des objets qui ont la tout le problème samuelchapitre 16, versets 1 f qu’il vienne, le feu un homme dans la rue se prend les lettres ou les chiffres en introduction à     pourquoi dernier vers aoi dans les hautes herbes   la production bernadette griot vient de     quand li emperere s’est ce va et vient entre hans freibach : et nous n’avons rien  il y a le je ne peins pas avec quoi,       m̵ et que dire de la grâce "ces deux là se 1 la confusion des lorsqu’on connaît une à la mémoire de intendo... intendo ! de profondes glaouis je serai toujours attentif à antoine simon 9 À perte de vue, la houle des  “ce travail qui    7 artistes et 1 a l’aube des apaches, dans le patriote du 16 mars « voici mesdames, messieurs, veuillez  epître aux   que signifie   adagio   je coupé en deux quand   encore une (en regardant un dessin de il ne sait rien qui ne va   iv    vers "tu sais ce que c’est       " des quatre archanges que lorsque martine orsoni j’ai perdu mon granz est li calz, si se     m2 &nbs antoine simon 21 les avenues de ce pays constellations et chairs à vif paumes       reine douce est la terre aux yeux antoine simon 17 normalement, la rubrique approche d’une f toutes mes carles respunt : sors de mon territoire. fais antoine simon 7       pour deuxième essai le  mise en ligne du texte       dans d’un côté  la toile couvre les là, c’est le sable et 10 vers la laisse ccxxxii chaises, tables, verres, dans la caverne primordiale       la la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Monticelli R.

Monticelli R.

Dernière publication : 12 février 2017.
Les 3 derniers articles : sixième essai , premier essai , Je vois la digitale... .
Les 3 articles les plus lus : Le choeur des femmes , Edmond Vernassa... un ami s’en va , Pour apprivoiser un barbare .

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Le choeur des femmes

    Lu le Choeur des femmes de Martin Winckler. Et je le rumine depuis que je l’ai lu. Il me revient ainsi régulièrement en mémoire, et au moment d’ouvrir cette nouvelle rubrique sur Bribes en ligne, (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    École de Nice, lignes de force

    Les premières manifestations des artistes que l’on regroupe dans l’Ecole de Nice datent des années 50. Le terme « Ecole de Nice » apparaît au début des années 60. Si la notion a toujours été (...)

  • RAPHAEL MONTICELLI

    Intermittence, donc ?

    Je suis bien dans l’intermittence... Question de tempérament, peut-être ? Ou d’incapacité... de trop grande propension au rêve... ou à la rêverie... ou à la flânerie... Quelques livres en cours de (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Jacques Clauzel

    Vue à la Villa Tamaris (La Seyne, dans le Var, près de Toulon), l’expo personnelle de Jacques Clauzel. De Clauzel, je connaissais peu de choses : les livres, les photos, quelques gravures, quelques (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Un essai de video

    Avec Marc, nous avons tenté le coup : mettre en ligne la video complète d’une séance de lecture... Il s’agit de la lecture que j’ai donnée le 27 février 2010, à la Bibliothèque Louis Nucéra, à Nice pour (...)
    Clefs : Monticelli R.

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Edmond Vernassa... un ami s’en va

    Edmond, sa grande silhouette, son profil d’aigle au regard tendre et attentif et curieux et bienveillant, sa voix qui charrie un peu de cet air qui passe entre des pierres d’eau, comme un fond de (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Il Verri, un numéro sur la poésie contemporaine

    / article dans revue
    Pour le prochain Performart, j’ai donné un article concernant une revue italienne... Le voici... Les deux numéros 39 et 40 parus en février et juin 2009 de la revue italienne « Il Verri » qui nous (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Sumer, terre et langue en moi

    Pour Brahim Bourakma

    / présentation d’exposition
    De mes deux mains formées en creuset ou en coupe, comme on le fait pour se désaltérer, je recueille assez de terre pour donner naissance à un fruit de la terre ou à un visage d’enfant. Qu’est-ce qui (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Terrils

    Pour Daniel Mohen

    1.- Les rêves de naissance attendent dans des veines de sève durcie Quand j’ai voulu approcher ma bouche de celle des enfers, ils m’ont saisi. Tu en portes la trace au bout de tes pinceaux. 2.- (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Inventions d’Hypatie

    / Bibliophilie
    Le lent déferlement des vagues de terre a noyé ma terre. Il n’en reste rien que ce tremblement de poussière cerné d’or pauvre, cette pulvérulence de lumière dont je tente en vain de couvrir mes ongles. (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette