BRIBES EN LIGNE
la vie est ce bruissement dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte       pass&e mise en ligne vi.- les amicales aventures vos estes proz e vostre       va chaque automne les       marche un titre : il infuse sa       soleil démodocos... Ça a bien un carles li reis en ad prise sa       gentil toutes sortes de papiers, sur le lent tricotage du paysage vous êtes       au il n’y a pas de plus li emperere par sa grant   un vendredi il existe au moins deux       le c’est parfois un pays exacerbé d’air     un mois sans   en grec, morías et la peur, présente pour jean-louis cantin 1.- troisième essai franchement, pensait le chef, il y a dans ce pays des voies     faisant la i.- avaler l’art par       sur dernier vers aoi soudain un blanc fauche le dans ce pays ma mère       au       soleil pierre ciel       deux approche d’une       jardin halt sunt li pui e mult halt diaphane est le mot (ou la pureté de la survie. nul       voyage merci à la toile de     vers le soir les petites fleurs des  hors du corps pas dix l’espace ouvert au les dernières c’est un peu comme si, martin miguel art et « h&eacu je n’hésiterai a grant dulur tendrai puis       au       sous j’ai ajouté nous avancions en bas de tout en vérifiant       dernier vers aoi fin première  mise en ligne du texte heureuse ruine, pensait  pour le dernier jour       alla paysage de ta tombe  et comme une suite de tu le sais bien. luc ne tout à fleur d’eaula danse encore une citation“tu       fleure       &ccedi  dans toutes les rues       montag le 2 juillet  “ce travail qui 1) la plupart de ces la cité de la musique   le 10 décembre je dors d’un sommeil de pour jean gautheronle cosmos et que dire de la grâce       é       aujour pour michèle aueret frères et ce qui importe pour non, björg,       ( jouer sur tous les tableaux ce qui fait tableau : ce   dits de       au toulon, samedi 9 la galerie chave qui deux nouveauté,       pav&ea ne faut-il pas vivre comme je désire un       embarq ce 28 février 2002. attelage ii est une œuvre able comme capable de donner le 26 août 1887, depuis       dans  le livre, avec li quens oger cuardise patrick joquel vient de en introduction à       j̵       pass&e pour anne slacik ecrire est n’ayant pas deuxième apparition de mougins. décembre  référencem c’est vrai le coquillage contre ce paysage que tu contemplais à sylvie in the country tu le saiset je le vois a la fin il ne resta que douce est la terre aux yeux a ma mère, femme parmi       voyage antoine simon 16       au  de même que les le texte qui suit est, bien dans les horizons de boue, de archipel shopping, la       dans si grant dol ai que ne     "       il et encore  dits       qui quand les mots  pour de montagnesde mesdames, messieurs, veuillez autre essai d’un      & une il faut dire les viallat © le château de noble folie de josué, rêves de josué, madame porte à de proche en proche tous "le renard connaît   le texte suivant a tous ces charlatans qui siglent a fort e nagent e station 3 encore il parle     pourquoi tromper le néant       neige   nous sommes les plus terribles madame est une torche. elle chaises, tables, verres, temps de cendre de deuil de       apr&eg       un "pour tes l’erbe del camp, ki le soleil n’est pas dernier vers aoi inoubliables, les       en un et nous n’avons rien (en regardant un dessin de il existe deux saints portant dessiner les choses banales       dans etait-ce le souvenir j’ai perdu mon rita est trois fois humble. bernard dejonghe... depuis la langue est intarissable autres litanies du saint nom a toi le don des cris qui deuxième essai (josué avait sequence 6   le       dans marcel alocco a À la loupe, il observa a dix sept ans, je ne savais je déambule et suis       ma pour mes enfants laure et l’impossible a la libération, les le lent déferlement “dans le dessin dernier vers aoi d’abord l’échange des la mastication des     l’é       six spectacle de josué dit en ceste tere ad estet ja trois (mon souffle au matin l’éclair me dure, deuxième suite c’est la peur qui fait libre de lever la tête sauvage et fuyant comme quand sur vos visages les       ton dernier vers aoi nous serons toujours ces villa arson, nice, du 17 la deuxième édition du et te voici humanité       apparu coupé en deux quand une errance de pour michèle gazier 1) dans le respect du cahier des ma voix n’est plus que       la rm : nous sommes en autre citation 13) polynésie et tout avait giovanni rubino dit       les vous deux, c’est joie et petites proses sur terre ouverture d’une il ne sait rien qui ne va douze (se fait terre se Éléments - la question du récit    si tout au long       chaque       object a christiane       le neuf j’implore en vain    courant mes pensées restent       midi temps de pierres la bouche pleine de bulles antoine simon 6 lancinant ô lancinant les enseignants :       mouett écoute, josué,       je générations     extraire « amis rollant, de "et bien, voilà..." dit       une ce va et vient entre le numéro exceptionnel de clquez sur  née à macles et roulis photo 6 ço dist li reis :       les       &agrav titrer "claude viallat,       le deuxième essai le "ces deux là se i en voyant la masse aux antoine simon 11 (de)lecta lucta    “... parler une dernier vers aoi la rencontre d’une tes chaussures au bas de dernier vers aoi         &n  il y a le       le comment entrer dans une       bien dernier vers aoi toutefois je m’estimais       reine les textes mis en ligne dans un coin de nice, dans les rêves de la j’ai longtemps je découvre avant toi troisième essai et et je vois dans vos je t’ai admiré, se placer sous le signe de  marcel migozzi vient de 0 false 21 18 m1       l’attente, le fruit 0 false 21 18 il aurait voulu être aux barrières des octrois       le temps où le sang se et si au premier jour il se reprendre. creuser son (elle entretenait pour julius baltazar 1 le la littérature de       sur       la marché ou souk ou pour frédéric  au travers de toi je antoine simon 14 immense est le théâtre et le géographe sait tout       sur alocco en patchworck ©       que       la pie       s̵ et ces toujours les lettres : quant carles oït la j’ai donné, au mois cliquetis obscène des   maille 1 :que le 19 novembre 2013, à la depuis ce jour, le site pour maguy giraud et ce jour-là il lui dernier vers aoi je crie la rue mue douleur (la numérotation des il en est des noms comme du       reine dernier vers aoi suite de les lettres ou les chiffres je suis celle qui trompe trois tentatives desesperees       jonath  le grand brassage des la liberté de l’être la gaucherie à vivre, laure et pétrarque comme   né le 7 si elle est belle ? je l’existence n’est fontelucco, 6 juillet 2000       "       " "si elle est     dans la ruela le scribe ne retient cette machine entre mes et…  dits de premier essai c’est l’illusion d’une toute une faune timide veille       longte « voici       &n pas même       juin lorsqu’on connaît une     à la prédication faite       baie pour andré de toutes les       l̵ j’ai donc dernier vers aoi jamais si entêtanteeurydice granz est li calz, si se présentation du souvent je ne sais rien de au rayon des surgelés reprise du site avec la bel équilibre et sa quelque chose zacinto dove giacque il mio la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Massholder

Massholder

Dernière publication : 18 mars 2010.
Les 3 derniers articles : Dormeuse , Amphisbène , Serpentine .
Les 3 articles les plus lus : Ariane , Serpentine , Amphisbène .

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Ariane

    / Bibliophilie
    Je t’enfourche ma langue ma force mon énigme Tu me prolonges nous surgeons l’un de l’autre d’un même mouvement emportés d’un même mouvement liés d’un même souffle saisis entre les cornes de lune (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Incube

    / Bibliophilie
    Je t’enlace gargouille prête à rendre les eaux, les chants, les vibrionnants, les crissants les tintinnabulants, les liquéfiants, les liquéfiés et leurs métamorphoses stridentes dans des tuyaux de nuit (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Ombre

    / Bibliophilie
    Je suis celle qui trompe silhouette majeure masse qui s’effile s’endort la grande mitraille des orgues quand les animaux à peau épaisse se rendent jusqu’aux étangs brûlants des jours Ils en meurent (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Fiammetta

    / Bibliophilie
    Je crie la rue mue douleur j’en ris la foule s’entasse s’embarrasse s’écoule roule dans le bruit dans l’âcre odeur moteurs je crie et ris je mue ça croule Je t’embrasse incendiaire je suis (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Pénélope

    / Bibliophilie
    Je suis l’enveloppée je me disperse et disparais L’envol têtu déjoue le doute je ne peux me déprendre la toile m’est un drap je m’y love elle m’est un linceul et je vole Tueur enroché tu as amorcé (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Serpentine

    / Bibliophilie
    Dans l’innocence des forêts, je sais la paille des sexes, les eaux pillées, la mort ciseleuse et le creuset des îles ; je sais les momies, l’éclair sur qui les sclérose ; je les sais altérées aux (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Amphisbène

    / Bibliophilie
    Dans l’innocence des forêts, je sais la paille des sexes, les eaux pillées, la mort ciseleuse et le creuset des îles ; je sais les momies, l’éclair sur qui les sclérose ; je les sais altérées aux (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Dormeuse

    / Bibliophilie
    Grande lune pourpre dont les rabats bleuissent toute la distance entre sable et albâtre dans les pattes du loup La crainte des contes récits songes en foules serrer la terre éclose ange gorgone tu (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette