BRIBES EN LIGNE
dans les carnets a claude b.   comme       arauca eurydice toujours nue à  je signerai mon       la    regardant pour daniel farioli poussant ce n’est pas aux choses       pourqu carissimo ulisse,torna a les dieux s’effacent dans ce pays ma mère prenez vos casseroles et buttati ! guarda&nbs l’illusion d’une       &n gardien de phare à vie, au sixième rare moment de bonheur,       un antoine simon 10       au       voyage       s̵ percey priest lakesur les en cet anniversaire, ce qui     &nbs aux george(s) (s est la la danse de pas facile d’ajuster le pour philippe       bonheu dans le train premier un besoin de couper comme de quel étonnant dernier vers aoi la deuxième édition du je rêve aux gorges attendre. mot terrible. dernier vers aoi dans ma gorge       dernier vers aoi   antoine simon 20 d’ eurydice ou bien de un soir à paris au derniers vers sun destre ce pays que je dis est       embarq   jn 2,1-12 :       bonhe 0 false 21 18       le     du faucon si j’avais de son       dans o tendresses ô mes la lecture de sainte bien sûrla j’ai ajouté deux ajouts ces derniers j’ai donné, au mois la réserve des bribes exacerbé d’air un titre : il infuse sa janvier 2002 .traverse c’est la distance entre j’oublie souvent et et ma foi, r.m.a toi le don des cris qui dentelle : il avait mult est vassal carles de carissimo ulisse,torna a madame, vous débusquez troisième essai  la toile couvre les "ah ! mon doux pays,   la baie des anges si elle est belle ? je       sur comme un préliminaire la       six       p&eacu dernier vers aoi autre essai d’un tant pis pour eux.       mouett pour michèle gazier 1       journ&       & nouvelles mises en       je me attelage ii est une œuvre il y a dans ce pays des voies comme une suite de (josué avait lentement neuf j’implore en vain je me souviens de dans les horizons de boue, de madame déchirée dernier vers que mort mougins. décembre       reine tout à fleur d’eaula danse le passé n’est       marche travail de tissage, dans deuxième suite alocco en patchworck © de proche en proche tous pour m.b. quand je me heurte vous deux, c’est joie et       alla c’est le grand       juin À max charvolen et martin dernier vers aoi difficile alliage de aucun hasard si se       en un dans ce périlleux antoine simon 9 quatrième essai de d’un côté quand les mots antoine simon 16 réponse de michel  on peut passer une vie       descen ] heureux l’homme       le granz est li calz, si se  improbable visage pendu sa langue se cabre devant le c’est seulement au l’art n’existe heureuse ruine, pensait je ne peins pas avec quoi, pour raphaël       magnol l’existence n’est la vie est ce bruissement de la       dans  dans le livre, le tout en vérifiant une autre approche de le bulletin de "bribes       au       l̵ hans freibach : quel ennui, mortel pour c’était une c’est vrai dernier vers aoi      & pourquoi yves klein a-t-il torna a sorrento ulisse torna  le "musée       entre a dix sept ans, je ne savais le temps passe dans la dans l’effilé de napolì napolì pour alain borer le 26 "le renard connaît     un mois sans et te voici humanité  les premières       enfant tandis que dans la grande sainte marie, et si tu dois apprendre à avec marc, nous avons       devant pour martine, coline et laure       dans 10 vers la laisse ccxxxii       sous quand sur vos visages les    de femme liseuse     [1]        dans   se       neige quatrième essai de al matin, quant primes pert       le ne faut-il pas vivre comme trois (mon souffle au matin       que f tous les feux se sont les lettres ou les chiffres macao grise le proche et le lointain       pass&e       &agrav passet li jurz, la noit est il n’était qu’un       entre     chambre macles et roulis photo 3 présentation du dessiner les choses banales le coeur du pas de pluie pour venir l’art c’est la de l’autre reflets et echosla salle des voiles de longs cheveux li quens oger cuardise antoine simon 15 fontelucco, 6 juillet 2000 nous lirons deux extraits de diaphane est le mot (ou il y a tant de saints sur ecrire sur dernier vers aoi j’ai donc ….omme virginia par la         &n       tourne je m’étonne toujours de la       dans       &agrav j’ai perdu mon   marcel       apr&eg       et       en art jonction semble enfin vertige. une distance cette machine entre mes (de)lecta lucta       longtemps sur le galop du poème me       dans ses mains aussi étaient jouer sur tous les tableaux des quatre archanges que imagine que, dans la       " la mastication des  les trois ensembles dernier vers aoi       &agrav légendes de michel       deux bribes en ligne a accorde ton désir à ta le 15 mai, à pour martine   maille 1 :que "l’art est-il 1) notre-dame au mur violet       les si tu es étudiant en 1.- les rêves de deuxième approche de le coquillage contre siglent a fort e nagent e et il fallait aller debout attention beau     les provisions c’est un peu comme si, quelque chose 1. il se trouve que je suis   voici donc la    si tout au long       baie  “ne pas   l’oeuvre vit son la brume. nuages marie-hélène cet article est paru dans le où l’on revient jamais je n’aurais       voyage dans les carnets bribes en ligne a dernier vers doel i avrat, la vie humble chez les petit matin frais. je te dernier vers aoi   pour jean-marie simon et sa antoine simon 5 à propos “la attendre. mot terrible. et il parlait ainsi dans la ma mémoire ne peut me ainsi alfred…  ce mois ci : sub un tunnel sans fin et, à quelques autres       ruelle       coude fin première patrick joquel vient de les durand : une quand nous rejoignons, en       la       nuage  il est des objets sur   saint paul trois       sur très saintes litanies     &nbs c’est parfois un pays il faut laisser venir madame       " pour pierre theunissen la c’est une sorte de  tu ne renonceras pas. "ces deux là se       qui dernier vers aoi on trouvera la video   le texte suivant a  tous ces chardonnerets ce qui importe pour       les  il y a le       la le geste de l’ancienne,     hélas,   il avait accepté  de même que les       en le texte qui suit est, bien       reine       ma nous avancions en bas de "je me tais. pour taire. ma voix n’est plus que pour gilbert bien sûr, il y eut il semble possible   on n’est       le             avant       sur pour julius baltazar 1 le tromper le néant lu le choeur des femmes de pas même cher bernard     tout autour     rien  “... parler une la gaucherie à vivre, un verre de vin pour tacher  l’écriture certains soirs, quand je la mort d’un oiseau. dans l’innocence des ce qui fascine chez un nouvel espace est ouvert pour martin dimanche 18 avril 2010 nous d’un bout à apaches : dans le pays dont je vous il y a des objets qui ont la       une spectacle de josué dit       à chaises, tables, verres, printemps breton, printemps démodocos... Ça a bien un et…  dits de       la un temps hors du (vois-tu, sancho, je suis 1254 : naissance de antoine simon 18 le géographe sait tout il ne reste plus que le dans le pain brisé son       la temps de pierres nos voix nous savons tous, ici, que  au mois de mars, 1166     après je meurs de soif À max charvolen et je serai toujours attentif à moi cocon moi momie fuseau  “ce travail qui chaque automne les on préparait     oued coulant la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Massholder

Massholder

Dernière publication : 18 mars 2010.
Les 3 derniers articles : Dormeuse , Amphisbène , Serpentine .
Les 3 articles les plus lus : Ombre , Dormeuse , Serpentine .

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Ariane

    / Bibliophilie
    Je t’enfourche ma langue ma force mon énigme Tu me prolonges nous surgeons l’un de l’autre d’un même mouvement emportés d’un même mouvement liés d’un même souffle saisis entre les cornes de lune (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Incube

    / Bibliophilie
    Je t’enlace gargouille prête à rendre les eaux, les chants, les vibrionnants, les crissants les tintinnabulants, les liquéfiants, les liquéfiés et leurs métamorphoses stridentes dans des tuyaux de nuit (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Ombre

    / Bibliophilie
    Je suis celle qui trompe silhouette majeure masse qui s’effile s’endort la grande mitraille des orgues quand les animaux à peau épaisse se rendent jusqu’aux étangs brûlants des jours Ils en meurent (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Fiammetta

    / Bibliophilie
    Je crie la rue mue douleur j’en ris la foule s’entasse s’embarrasse s’écoule roule dans le bruit dans l’âcre odeur moteurs je crie et ris je mue ça croule Je t’embrasse incendiaire je suis (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Pénélope

    / Bibliophilie
    Je suis l’enveloppée je me disperse et disparais L’envol têtu déjoue le doute je ne peux me déprendre la toile m’est un drap je m’y love elle m’est un linceul et je vole Tueur enroché tu as amorcé (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Serpentine

    / Bibliophilie
    Dans l’innocence des forêts, je sais la paille des sexes, les eaux pillées, la mort ciseleuse et le creuset des îles ; je sais les momies, l’éclair sur qui les sclérose ; je les sais altérées aux (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Amphisbène

    / Bibliophilie
    Dans l’innocence des forêts, je sais la paille des sexes, les eaux pillées, la mort ciseleuse et le creuset des îles ; je sais les momies, l’éclair sur qui les sclérose ; je les sais altérées aux (...)

  • RAPHAËL MONTICELLI

    Dormeuse

    / Bibliophilie
    Grande lune pourpre dont les rabats bleuissent toute la distance entre sable et albâtre dans les pattes du loup La crainte des contes récits songes en foules serrer la terre éclose ange gorgone tu (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette