BRIBES EN LIGNE
   si tout au long du bibelot au babilencore une monde imaginal, quelques autres à bernadette   saint paul trois en introduction à nice, le 30 juin 2000       je me dernier vers aoi les cuivres de la symphonie moisissures mousses lichens d’un côté saluer d’abord les plus vue à la villa tamaris Ç’avait été la très malheureux... écoute, josué,       un les oiseaux s’ouvrent de sorte que bientôt 1) la plupart de ces toute trace fait sens. que 1) notre-dame au mur violet (À l’église       au       apparu     oued coulant       &ccedi sainte marie, la liberté de l’être cinquième essai tout       deux branches lianes ronces     un mois sans deuxième antoine simon 19 napolì napolì carles respunt : ce qui aide à pénétrer le a la fin il ne resta que janvier 2002 .traverse   je ne comprends plus 0 false 21 18 10 vers la laisse ccxxxii sur la toile de renoir, les   anatomie du m et il semble possible accorde ton désir à ta   que signifie       o tendresse du mondesi peu de     au couchant spectacle de josué dit aux barrières des octrois je ne peins pas avec quoi, pour robert   1) cette pour jean-marie simon et sa     l’é dernier vers aoi agnus dei qui tollis peccata       ...mai       le vous êtes  epître aux le lent tricotage du paysage antoine simon 25 de mes deux mains ne faut-il pas vivre comme pour qui veut se faire une vous deux, c’est joie et dimanche 18 avril 2010 nous la langue est intarissable       vaches  l’écriture 7) porte-fenêtre mieux valait découper "le renard connaît et que dire de la grâce dernier vers aoi un homme dans la rue se prend printemps breton, printemps ki mult est las, il se dort       b&acir       aujour pour ma quand les eaux et les terres       sous a claude b.   comme à propos des grands vos estes proz e vostre macles et roulis photo 1   voici donc la décembre 2001.     ton ici. les oiseaux y ont fait prenez vos casseroles et qu’est-ce qui est en le nécessaire non le texte qui suit est, bien       su     les fleurs du f le feu est venu,ardeur des   iv    vers abu zayd me déplait. pas    seule au (elle entretenait chaises, tables, verres, l’homme est     chambre au seuil de l’atelier       pourqu sous la pression des     sur la antoine simon 21 dernier vers aoi pour marcel       longte chercher une sorte de dernier vers aoi antoine simon 30 ainsi va le travail de qui traquer       & 1. il se trouve que je suis À max charvolen et dans le respect du cahier des pour andrée pour jean gautheronle cosmos normalement, la rubrique dernier vers aoi petit matin frais. je te c’est ici, me dernier vers aoi       bonhe et tout avait comme ce mur blanc « e ! malvais chaque jour est un appel, une temps de pierres pour le 2 juillet       reine la vie est dans la vie. se marché ou souk ou l’une des dernières à la bonne "mais qui lit encore le si, il y a longtemps, les antoine simon 32 du fond des cours et des  martin miguel vient archipel shopping, la mult est vassal carles de       soleil je suis celle qui trompe quant carles oït la que reste-t-il de la     &nbs  improbable visage pendu pour m.b. quand je me heurte merci à la toile de  “ne pas       ( au programme des actions   tout est toujours en ma voix n’est plus que comme un préliminaire la   si vous souhaitez       dans nous dirons donc       pav&ea ( ce texte a       fleur je crie la rue mue douleur 0 false 21 18 ce qui fascine chez pas sur coussin d’air mais pour martine       qui dernier vers aoi   (dans le de prime abord, il dans les hautes herbes quel ennui, mortel pour       l̵ pour nicolas lavarenne ma réponse de michel dans l’innocence des journée de  “la signification douze (se fait terre se frères et    nous il n’était qu’un       vu       la       sur nice, le 18 novembre 2004 ce qu’un paysage peut quelques textes i en voyant la masse aux un titre : il infuse sa arbre épanoui au ciel dernier vers aoi cet article est paru dans le dernier vers s’il       au       cerisi     sur la pente une autre approche de il n’est pire enfer que se reprendre. creuser son  de la trajectoire de ce et ma foi, poussées par les vagues deux nouveauté,   jn 2,1-12 :   légendes de michel deux mille ans nous dans ma gorge  au travers de toi je pour alain borer le 26       le où l’on revient  le livre, avec passet li jurz, si turnet a       neige le samedi 26 mars, à 15       la eurydice toujours nue à josué avait un rythme j’écoute vos allons fouiller ce triangle comment entrer dans une ajout de fichiers sons dans onzième       entre et que vous dire des madame porte à descendre à pigalle, se il souffle sur les collines rm : nous sommes en af : j’entends dorothée vint au monde  dernières mises je n’hésiterai ce jour-là il lui démodocos... Ça a bien un       droite quatrième essai de sept (forces cachées qui  dernier salut au clere est la noit e la  le grand brassage des a la libération, les elle réalise des l’illusion d’une jusqu’à il y a À peine jetés dans le assise par accroc au bord de pas facile d’ajuster le apaches : j’ai parlé       cette ecrire les couleurs du monde la gaucherie à vivre,     "     pluie du pas une année sans évoquer la vie humble chez les    de femme liseuse dernier vers aoi la musique est le parfum de  “... parler une     vers le soir       quinze       &eacut (ô fleur de courge... il ne s’agit pas de temps où le sang se et c’était dans "ah ! mon doux pays, epuisement de la salle, voudrais je vous dans les carnets       montag dans ce pays ma mère       &n chaque automne les exode, 16, 1-5 toute d’abord l’échange des antoine simon 2       au j’ai donc       pav&ea rita est trois fois humble. et voici maintenant quelques             je nu(e), comme son nom les doigts d’ombre de neige       &agrav l’éclair me dure, passet li jurz, la noit est       " avant dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio       maquis préparation des 5) triptyque marocain         &n       au vous dites : "un       " il y a tant de saints sur l’impossible (josué avait violette cachéeton premier vers aoi dernier les avenues de ce pays pour jean-louis cantin 1.-  de même que les il en est des meurtrières. je me souviens de dernier vers aoi jamais si entêtanteeurydice li quens oger cuardise     &nbs face aux bronzes de miodrag cinquième citationne f qu’il vienne, le feu les dessins de martine orsoni       alla       au   un les étourneaux !       sur       ma  pour jean le a l’aube des apaches,       le le geste de l’ancienne,     cet arbre que lentement, josué des voiles de longs cheveux travail de tissage, dans f les rêves de juste un nous lirons deux extraits de issent de mer, venent as le 28 novembre, mise en ligne c’est le grand autre essai d’un       entre à cri et à  on peut passer une vie il faut laisser venir madame béatrice machet vient de exacerbé d’air carmelo arden quin est une est-ce parce que, petit, on  “ce travail qui       la quand les mots       crabe-       arauca la réserve des bribes    au balcon       m̵ en cet anniversaire, ce qui toutefois je m’estimais dernier vers aoi le lourd travail des meules pourquoi yves klein a-t-il  née à bel équilibre et sa     chant de je suis il était question non troisième essai ils s’étaient pour pierre theunissen la j’aime chez pierre et nous n’avons rien       &agrav il faut aller voir reflets et echosla salle merci au printemps des     nous       sur   le 10 décembre quand sur vos visages les       sur la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Chartron

Chartron

Dernière publication : 27 juin 2010.
Les 3 derniers articles : Zone gardée... , Monde rassemblé... , Monde imaginal... .
Les 3 articles les plus lus : Zone gardée... , Toutes sortes de papiers... , Chercher une sorte de frontière... .

  • PHILIPPE CHARTRON

    Tout est possible...

    Tout est possible pour qui sait le langage et la lenteur du monde ; écrire peut alors tout écrire. Hors de tout récit qui n’affirme que sa contingence, dire ce qui est deviendra une tâche (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Toutes sortes de papiers...

    Toutes sortes de papiers, sur lesquels on prend des notes, dans les lieux où survient le texte activé par l’espace et le moment. Le papier témoigne de ces phrases à peine écrites, quelques notes pour (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Il semble possible...

    Il semble possible d’écrire le matin. J’ai rêvé : je me souviens d’une grande esplanade, dans la nuit, et d’étoiles jetées très haut dans l’obscur ; l’esplanade était une plate-forme d’observation du ciel. (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je déambule...

    Je déambule et suis confirmé d’être au monde et de le ressentir, et de dialoguer avec lui. Dans un coin de campagne reclus, c’est l’écorce des chênes-liège, le parfum du laurier rose, et la couleur (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    C’est une sorte de patience...

    C’est une sorte de patience, et d’humilité ; comme une marche dans la campagne, qui va son train sans peine, sans fatigue, et qui relance sa propre énergie. C’est une sorte de mise en condition de (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je reviens sur des éléments très doux

    Je reviens sur des éléments très doux, qui semblent impalpables, le ciel, la poussière, ce qui flotte ici et là dans l’air, entre les mots et à côté des gestes pour indiquer une présence antique et (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Mes pensées restent orientées...

    Mes pensées restent orientées vers ce que j’ignore, et demeurent muettes au milieu de ce que je soupçonne. J’espère un moyen pour consigner quelque révélation. Celle-ci opère sans travail, sans effort. (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Guetter cette chose

    Guetter cette chose « qu’on ne veut ou ne peut nommer », cette frontière du vécu et du pensé, cette frontière de la transmutation de notre être de chair, en énergie à la recherche d’une forme à venir : (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je désire un état du monde...

    Je désire un état du monde qui réside dans mon effort de l’écrire, autant que dans le monde. Je surveille une frontière qui passe dans la chose même que j’écris ou que je décris. Il s’agit d’explorer (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    J’oublie souvent, et à dessein...

    J’oublie souvent et à dessein semble-t-il, le carnet et le stylo lorsque je sors et marche, comme si de ne pas prendre de notes enclenchait un travail autre que celui du récit tout simple, un (...)
    Clefs : poésie , Chartron


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette