BRIBES EN LIGNE
lorsqu’on connaît une il y a dans ce pays des voies tout mon petit univers en     oued coulant pour martine o tendresses ô mes douce est la terre aux yeux traquer dans le patriote du 16 mars je suis celle qui trompe autre citation"voui deuxième approche de       au quelque temps plus tard, de deux nouveauté,       ton et tout avait ce va et vient entre glaciation entre       voyage le franchissement des de tantes herbes el pre je déambule et suis pour jean-louis cantin 1.- f les feux m’ont af : j’entends  “... parler une       il deuxième suite a la femme au il ne sait rien qui ne va       le "si elle est preambule – ut pictura s’ouvre la bel équilibre et sa       é quand c’est le vent qui si elle est belle ? je le lent déferlement li quens oger cuardise comme une suite de envoi du bulletin de bribes       le       ( sous la pression des toutes sortes de papiers, sur quatrième essai rares exacerbé d’air toute une faune timide veille       bien j’ai en réserve on trouvera la video vous avez       montag       pass&e au rayon des surgelés À max charvolen et c’est ici, me ici. les oiseaux y ont fait 7) porte-fenêtre station 3 encore il parle les avenues de ce pays présentation du quand il voit s’ouvrir, juste un dont les secrets… à quoi       le en cet anniversaire, ce qui       neige cet article est paru derniers de mes deux mains pour angelo mes pensées restent     après la bouche pure souffrance dernier vers aoi granz est li calz, si se coupé le sonà   maille 1 :que       &agrav  l’écriture       au       le toute trace fait sens. que         or la mort, l’ultime port, et encore  dits    si tout au long       embarq approche d’une il est le jongleur de lui comme ce mur blanc le 19 novembre 2013, à la je dors d’un sommeil de la galerie chave qui ce jour là, je pouvais dernier vers aoi c’est parfois un pays la fonction, de pareïs li seit la       en du bibelot au babilencore une       pourqu au seuil de l’atelier couleur qui ne masque pas jusqu’à il y a spectacle de josué dit légendes de michel autres litanies du saint nom       &ccedi       va merci au printemps des références : xavier       bonhe je suis bien dans equitable un besoin sonnerait josué avait un rythme vous avez diaphane est le leonardo rosa "ces deux là se il aurait voulu être       assis antoine simon 22 on préparait dernier vers aoi       et pour alain borer le 26 il arriva que antoine simon 15 elle réalise des vos estes proz e vostre       baie   tout est toujours en ce qui fait tableau : ce       la tromper le néant     tout autour comment entrer dans une ce paysage que tu contemplais je t’enlace gargouille heureuse ruine, pensait cet article est paru dans le     pluie du   l’oeuvre vit son un soir à paris au pour le prochain basilic, (la macles et roulis photo 3       pass&e pour pierre theunissen la       clquez sur ce texte m’a été ce qui aide à pénétrer le les plus vieilles       allong  le grand brassage des quelque chose (elle entretenait vi.- les amicales aventures dernier vers aoi des voiles de longs cheveux 0 false 21 18 f le feu m’a dernier vers que mort chaises, tables, verres, faisant dialoguer quand vous serez tout       une je me souviens de deuxième essai tu le sais bien. luc ne dans les écroulements dernier vers aoi "la musique, c’est le "nice, nouvel éloge de la dans la caverne primordiale dernier vers aoi    nous     chambre karles se dort cum hume ( ce texte a petites proses sur terre antoine simon 33 bernadette griot vient de madame est une torche. elle     l’é       glouss   un nous serons toujours ces macles et roulis photo 4   iv    vers agnus dei qui tollis peccata du fond des cours et des     dans la ruela si, il y a longtemps, les la prédication faite antoine simon 18 le bulletin de "bribes nous avancions en bas de mon cher pétrarque, antoine simon 20 je suis occupé ces grant est la plaigne e large antoine simon 9 attendre. mot terrible. le ciel est clair au travers dans les carnets quand nous rejoignons, en     quand   saint paul trois dernier vers aoi "mais qui lit encore le (josué avait lentement 1) la plupart de ces dimanche 18 avril 2010 nous       s̵ chercher une sorte de c’est une sorte de elle ose à peine f le feu s’est suite de pour julius baltazar 1 le reflets et echosla salle madame, vous débusquez  dans toutes les rues régine robin,       en un quand les mots  le "musée edmond, sa grande il n’y a pas de plus libre de lever la tête   ciel !!!!       &n       dans  si, du nouveau l’homme est à lu le choeur des femmes de (À l’église       grappe rare moment de bonheur, assise par accroc au bord de (ma gorge est une petit matin frais. je te  epître aux j’arrivais dans les et la peur, présente mon travail est une le coeur du (de)lecta lucta   cliquetis obscène des     au couchant pour michèle gazier 1 printemps breton, printemps  zones gardées de c’est vrai très malheureux... de toutes les m1       fontelucco, 6 juillet 2000 bal kanique c’est dorothée vint au monde quand les eaux et les terres écrirecomme on se quand sur vos visages les temps de pierres 5) triptyque marocain le proche et le lointain madame déchirée       pav&ea   on dit qu’agathe       au ils sortent langues de plomba la ce qui importe pour vue à la villa tamaris rêve, cauchemar, genre des motsmauvais genre il ne reste plus que le       le “le pinceau glisse sur dernier vers aoi       la sur la toile de renoir, les       au       au   je n’ai jamais cet univers sans     extraire bernard dejonghe... depuis iv.- du livre d’artiste monde imaginal, ainsi fut pétrarque dans madame aux rumeurs       sur le démodocos... Ça a bien un antoine simon 30       enfant accoucher baragouiner sept (forces cachées qui       reine À l’occasion de       fourr&       object le corps encaisse comme il reprise du site avec la     ton le lourd travail des meules madame, on ne la voit jamais       la à propos des grands passent .x. portes, vedo la luna vedo le attendre. mot terrible. halt sunt li pui e mult halt antoine simon 2 nous savons tous, ici, que raphaËl au labyrinthe des pleursils la mastication des souvent je ne sais rien de       ruelle la vie est dans la vie. se allons fouiller ce triangle un tunnel sans fin et, à "l’art est-il clers est li jurz et li je m’étonne toujours de la pour frédéric       "  les premières branches lianes ronces       magnol apaches : vous n’avez iloec endreit remeint li os   adagio   je normal 0 21 false fal dernier vers aoi deux mille ans nous       que   jn 2,1-12 : la langue est intarissable un jour nous avons laure et pétrarque comme la fraîcheur et la sequence 6   le       entre sauvage et fuyant comme madame est la reine des pour martin dieu faisait silence, mais     cet arbre que c’est la peur qui fait les dieux s’effacent passet li jurz, la noit est essai de nécrologie, (la numérotation des madame des forêts de antoine simon 24 dernier vers aoi ne pas négocier ne béatrice machet vient de pour gilbert dans le monde de cette mougins. décembre viallat © le château de d’un côté j’entends sonner les cher bernard       &n       dans   que signifie constellations et antoine simon 11 intendo... intendo ! zacinto dove giacque il mio neuf j’implore en vain   voici donc la    de femme liseuse       l̵ 0 false 21 18 réponse de michel j’oublie souvent et franchement, pensait le chef, "je me tais. pour taire. hans freibach : en ceste tere ad estet ja rien n’est plus ardu la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Chartron

Chartron

Dernière publication : 27 juin 2010.
Les 3 derniers articles : Zone gardée... , Monde rassemblé... , Monde imaginal... .
Les 3 articles les plus lus : Chercher une sorte de frontière... , Je désire un état du monde... , J’oublie souvent, et à dessein... .

  • PHILIPPE CHARTRON

    Tout est possible...

    Tout est possible pour qui sait le langage et la lenteur du monde ; écrire peut alors tout écrire. Hors de tout récit qui n’affirme que sa contingence, dire ce qui est deviendra une tâche (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Toutes sortes de papiers...

    Toutes sortes de papiers, sur lesquels on prend des notes, dans les lieux où survient le texte activé par l’espace et le moment. Le papier témoigne de ces phrases à peine écrites, quelques notes pour (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Il semble possible...

    Il semble possible d’écrire le matin. J’ai rêvé : je me souviens d’une grande esplanade, dans la nuit, et d’étoiles jetées très haut dans l’obscur ; l’esplanade était une plate-forme d’observation du ciel. (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je déambule...

    Je déambule et suis confirmé d’être au monde et de le ressentir, et de dialoguer avec lui. Dans un coin de campagne reclus, c’est l’écorce des chênes-liège, le parfum du laurier rose, et la couleur (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    C’est une sorte de patience...

    C’est une sorte de patience, et d’humilité ; comme une marche dans la campagne, qui va son train sans peine, sans fatigue, et qui relance sa propre énergie. C’est une sorte de mise en condition de (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je reviens sur des éléments très doux

    Je reviens sur des éléments très doux, qui semblent impalpables, le ciel, la poussière, ce qui flotte ici et là dans l’air, entre les mots et à côté des gestes pour indiquer une présence antique et (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Mes pensées restent orientées...

    Mes pensées restent orientées vers ce que j’ignore, et demeurent muettes au milieu de ce que je soupçonne. J’espère un moyen pour consigner quelque révélation. Celle-ci opère sans travail, sans effort. (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Guetter cette chose

    Guetter cette chose « qu’on ne veut ou ne peut nommer », cette frontière du vécu et du pensé, cette frontière de la transmutation de notre être de chair, en énergie à la recherche d’une forme à venir : (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    Je désire un état du monde...

    Je désire un état du monde qui réside dans mon effort de l’écrire, autant que dans le monde. Je surveille une frontière qui passe dans la chose même que j’écris ou que je décris. Il s’agit d’explorer (...)
    Clefs : poésie , Chartron

  • PHILIPPE CHARTRON

    J’oublie souvent, et à dessein...

    J’oublie souvent et à dessein semble-t-il, le carnet et le stylo lorsque je sors et marche, comme si de ne pas prendre de notes enclenchait un travail autre que celui du récit tout simple, un (...)
    Clefs : poésie , Chartron


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette