BRIBES EN LIGNE
le tissu d’acier non... non... je vous assure,   le texte suivant a f les marques de la mort sur les durand : une pour jacky coville guetteurs antoine simon 31       nuage f qu’il vienne, le feu   je n’ai jamais       su 1 la confusion des ma mémoire ne peut me preambule – ut pictura dans le pain brisé son       la le 28 novembre, mise en ligne elle ose à peine ma voix n’est plus que nu(e), comme son nom station 5 : comment aux barrières des octrois assise par accroc au bord de a propos d’une je m’étonne toujours de la mieux valait découper quel ennui, mortel pour  dans le livre, le mouans sartoux. traverse de sables mes parolesvous de tantes herbes el pre pour m.b. quand je me heurte       la (À l’église pour jean gautheronle cosmos   anatomie du m et (de)lecta lucta   art jonction semble enfin       fourr& c’est parfois un pays station 7 : as-tu vu judas se pas même madame chrysalide fileuse ils sortent       au       dans ce qui fascine chez       ce une il faut dire les  martin miguel vient pour helmut 0 false 21 18 À max charvolen et essai de nécrologie,       neige antoine simon 10 vous êtes et la peur, présente       dans madame des forêts de en 1958 ben ouvre à quand les eaux et les terres les avenues de ce pays les parents, l’ultime troisième essai       descen ma chair n’est de la et tout avait nous avancions en bas de c’était une lancinant ô lancinant vertige. une distance immense est le théâtre et       la pie la littérature de ne pas négocier ne et te voici humanité constellations et le "patriote", le vieux qui la vie est dans la vie. se s’égarer on attention beau   pour olivier       coude coupé en deux quand genre des motsmauvais genre "ces deux là se  zones gardées de le lent déferlement guetter cette chose alocco en patchworck © je crie la rue mue douleur percey priest lakesur les torna a sorrento ulisse torna   jn 2,1-12 :       en un la fonction, j’ai relu daniel biga, (josué avait li quens oger cuardise     le cygne sur      & et si au premier jour il l’appel tonitruant du dernier vers aoi le 15 mai, à là, c’est le sable et la force du corps, dernier vers aoi  hier, 17 traquer vous n’avez "je me tais. pour taire. antoine simon 24 antoine simon 28 a la fin il ne resta que paysage de ta tombe  et les dessins de martine orsoni merci à marc alpozzo antoine simon 32 ce pays que je dis est j’ai travaillé af : j’entends il souffle sur les collines    si tout au long au rayon des surgelés a ma mère, femme parmi le plus insupportable chez l’homme est la liberté de l’être dont les secrets… à quoi le galop du poème me    tu sais même si quelques autres       entre le passé n’est il y a des objets qui ont la ainsi fut pétrarque dans dans l’innocence des une errance de apaches : troisième essai et de toutes les derniers l’une des dernières saluer d’abord les plus un trait gris sur la rita est trois fois humble. madame, vous débusquez       pav&ea pour le prochain basilic, (la quatre si la mer s’est       il dernier vers aoi c’est le grand bientôt, aucune amarre sauvage et fuyant comme j’écoute vos  il est des objets sur encore la couleur, mais cette tant pis pour eux.       apparu bernard dejonghe... depuis 1-nous sommes dehors. martin miguel art et quand nous rejoignons, en la chaude caresse de folie de josuétout est on cheval       les quai des chargeurs de       les le glacis de la mort  si, du nouveau       nuage un homme dans la rue se prend dernier vers aoi   3   

les       sabots et c’était dans aux george(s) (s est la peinture de rimes. le texte je t’ai admiré, je t’enlace gargouille la mort d’un oiseau. ...et poème pour o tendresses ô mes (en regardant un dessin de  la lancinante       sur madame, on ne la voit jamais a claude b.   comme se placer sous le signe de pour andrée ouverture de l’espace 1257 cleimet sa culpe, si dans le monde de cette envoi du bulletin de bribes   pour adèle et       le la fraîcheur et la dernier vers aoi j’ai longtemps       bonheu   le 10 décembre  “... parler une     le et ces       "       l̵ 1254 : naissance de antoine simon 6 il ne s’agit pas de a grant dulur tendrai puis     double nous savons tous, ici, que       fleure tout en travaillant sur les     ton pour yves et pierre poher et deux ce travail vous est il existe deux saints portant juste un je dors d’un sommeil de à cri et à       pass&e le temps passe dans la chairs à vif paumes dernier vers aoi accorde ton désir à ta archipel shopping, la morz est rollant, deus en ad   si vous souhaitez le recueil de textes le géographe sait tout se reprendre. creuser son en cet anniversaire, ce qui 10 vers la laisse ccxxxii mon travail est une dernier vers aoi jouer sur tous les tableaux antoine simon 7       aujour ce jour-là il lui carissimo ulisse,torna a dans le patriote du 16 mars       la madame est toute pour maxime godard 1 haute     dans la ruela dans les carnets moisissures mousses lichens monde imaginal, ( ce texte a       au     les fleurs du   ces sec erv vre ile rm : nous sommes en issent de mer, venent as la brume. nuages       j̵ le grand combat : comment entrer dans une a propos de quatre oeuvres de       jonath macles et roulis photo 7       le madame, c’est notre dix l’espace ouvert au max charvolen, martin miguel les oiseaux s’ouvrent li emperere par sa grant       ( ici, les choses les plus       ton un verre de vin pour tacher       allong d’un bout à edmond, sa grande     " pour martin  dans toutes les rues pour nicolas lavarenne ma       devant pour gilbert poème pour cet article est paru dans le carles li reis en ad prise sa c’est une sorte de nous dirons donc me ils avaient si longtemps, si si tu es étudiant en charogne sur le seuilce qui avec marc, nous avons       &       quinze       montag antoine simon 33  ce qui importe pour imagine que, dans la sculpter l’air : antoine simon 19 1.- les rêves de "l’art est-il antoine simon 16 douze (se fait terre se on dit qu’agathe       allong antoine simon 25 un jour, vous m’avez je sais, un monde se légendes de michel       je me titrer "claude viallat,     extraire on trouvera la video dans un coin de nice,       sur       le pure forme, belle muette, zacinto dove giacque il mio au seuil de l’atelier  née à       neige       voyage a dix sept ans, je ne savais il n’était qu’un  pour le dernier jour     du faucon dernier vers aoi dans la caverne primordiale dernier vers aoi deux nouveauté, il n’est pire enfer que m1       et voici maintenant quelques le pendu       jardin       sur le vous avez dernier vers aoi dernier vers aoi dernier vers aoi   je t’enfourche ma     sur la il faut aller voir et il parlait ainsi dans la À perte de vue, la houle des ço dist li reis : "si elle est dans ma gorge et combien ils s’étaient et je vois dans vos f toutes mes voudrais je vous pour alain borer le 26  hors du corps pas pour jacqueline moretti, lentement, josué « 8° de il avait accepté de mes deux mains   tout est toujours en polenta de sorte que bientôt       b&acir     pourquoi    courant Être tout entier la flamme dernier vers doel i avrat, pour frédéric marcel alocco a il semble possible sixième autre citation"voui   la baie des anges c’est pour moi le premier si elle est belle ? je   voici donc la approche d’une       avant       six madame est une pour jean-marie simon et sa i.- avaler l’art par       je en introduction à   né le 7 livre grand format en trois la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Oriot

Oriot

Dernière publication : 19 mai 2010.
Les 3 derniers articles : Regrets de la chambre basse , À l’unisson de la fuite , Ce paysage... .
Les 3 articles les plus lus : À l’unisson de la fuite , Regrets de la chambre basse , Ce paysage... .

  • FRANÇOISE ORIOT

    Ce paysage...

    Ce paysage que tu contemplais depuis le col paupières enfin relevées nuque d’écorce - Tu m’as dit les arêtes vives la trouée de lumière comme un visage souriant les villes frémissantes dans le lointain (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    À l’unisson de la fuite

    Comme ce mur blanc brûlant le soleil de juillet Comme ce nœud d’incendie qui forcit dans la gorge Comme le silence écrasé après le dernier coup de midi Comme la dernière page apprise et dite La femme a (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    Regrets de la chambre basse

    Les amants se découvrent là à l’orée d’opaques souvenirs pavots que la fièvre nouvelle efface qu’un sanglot ranime. Reflets de mercure dans le crépuscule leurs voix et leurs mains tracent des échelles où (...)
    Clefs : poésie , Oriot


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette