BRIBES EN LIGNE
le pendu j’ai parlé       en   ciel !!!!       dans       la       &n il y a dans ce pays des voies 1.- les rêves de À max charvolen et martin l’heure de la       jonath raphaËl f les marques de la mort sur madame est toute i en voyant la masse aux  au mois de mars, 1166 antoine simon 12 deuxième suite et…  dits de de l’autre soudain un blanc fauche le temps de pierres    seule au et tout avait passet li jurz, la noit est la question du récit station 7 : as-tu vu judas se       retour       le rm : nous sommes en       &eacut clere est la noit e la quatrième essai de pour robert saluer d’abord les plus quelque temps plus tard, de preambule – ut pictura Être tout entier la flamme toulon, samedi 9 i mes doigts se sont ouverts le 2 juillet antoine simon 29 li emperere s’est dans l’innocence des dernier vers aoi       ruelle on cheval       la l’évidence le grand combat :       &agrav les amants se antoine simon 24 antoine simon 23 nous lirons deux extraits de dans la caverne primordiale la gaucherie à vivre,       aux si elle est belle ? je karles se dort cum hume diaphane est le mult est vassal carles de mes pensées restent     le cygne sur f tous les feux se sont       deux lorsque martine orsoni une autre approche de tout est prêt en moi pour  jésus       " o tendresses ô mes encore une citation“tu quand nous rejoignons, en un jour nous avons c’est pour moi le premier ecrire sur je découvre avant toi       entre       parfoi antoine simon 21 bernard dejonghe... depuis       soleil ils avaient si longtemps, si à propos “la grant est la plaigne e large noble folie de josué, on trouvera la video       cette       voyage au labyrinthe des pleursils pour michèle   la baie des anges tous feux éteints. des granz est li calz, si se gardien de phare à vie, au écoute, josué, antoine simon 14  référencem "ces deux là se mi viene in mentemi   1) cette pour andré dernier vers aoi ici. les oiseaux y ont fait bien sûr, il y eut essai de nécrologie, cet article est paru dans le (elle entretenait accoucher baragouiner l’art c’est la  “ne pas       longte suite du blasphème de  “... parler une  la toile couvre les temps de cendre de deuil de mais non, mais non, tu       quand       enfant         or et ces tout en vérifiant pierre ciel tu le sais bien. luc ne       le trois tentatives desesperees       juin     faisant la monde imaginal, (ma gorge est une station 5 : comment       fourmi sous la pression des     le un homme dans la rue se prend a toi le don des cris qui pas de pluie pour venir     chant de sauvage et fuyant comme je suis bien dans quando me ne so itu pe là, c’est le sable et j’ai donc       sur le clquez sur le ciel est clair au travers       il heureuse ruine, pensait       bonhe       la de soie les draps, de soie j’ai perdu mon pour martin sixième clers fut li jurz e li etait-ce le souvenir       " il avait accepté deux nouveauté, quatrième essai rares antoine simon 31 antoine simon 19 huit c’est encore à le vieux qui antoine simon 9 ici, les choses les plus une fois entré dans la dernier vers aoi cinq madame aux yeux maintenant il connaît le       une il en est des meurtrières. "pour tes traquer encore la couleur, mais cette     depuis pour maxime godard 1 haute       sur rimbaud a donc paroles de chamantu   un “dans le dessin     dans la ruela a supposer quece monde tienne si grant dol ai que ne  il est des objets sur dernier vers aoi       sur comme c’est c’est la distance entre bal kanique c’est passent .x. portes, j’oublie souvent et imagine que, dans la d’un côté s’ouvre la le lourd travail des meules références : xavier       allong se placer sous le signe de       sur l’éclair me dure, des quatre archanges que jamais si entêtanteeurydice       journ&     double pas même il existe au moins deux       et pour maguy giraud et de tantes herbes el pre       je me et je vois dans vos       gentil ma voix n’est plus que pour pierre theunissen la m1             apr&eg dimanche 18 avril 2010 nous le 19 novembre 2013, à la les oiseaux s’ouvrent  marcel migozzi vient de       je la littérature de marcel alocco a sables mes parolesvous nos voix les dernières la musique est le parfum de       la apaches : le samedi 26 mars, à 15 introibo ad altare la mort d’un oiseau. intendo... intendo !       quinze décembre 2001.       neige je suis occupé ces le bulletin de "bribes       sur madame des forêts de dernier vers aoi madame aux rumeurs mais jamais on ne   ces sec erv vre ile 0 false 21 18       ce la route de la soie, à pied, ce 28 février 2002. le 26 août 1887, depuis vedo la luna vedo le nous avancions en bas de   six formes de la quand les mots pour mireille et philippe un besoin de couper comme de   encore une on a cru à 1 la confusion des pour jacky coville guetteurs       dans    de femme liseuse     chambre antoine simon 20       bruyan portrait. 1255 : merle noir  pour   ces notes cinquième essai tout       arauca madame déchirée mon travail est une   se       dans       le il existe deux saints portant a la femme au dernier vers aoi dernier vers aoi     "       su sainte marie, l’erbe del camp, ki       cerisi       au autre essai d’un vous n’avez recleimet deu mult 5) triptyque marocain fontelucco, 6 juillet 2000 avez-vous vu cyclades, iii° madame porte à carissimo ulisse,torna a leonardo rosa f j’ai voulu me pencher ...et poème pour   (dans le couleur qui ne masque pas       apr&eg derniers   iv    vers       embarq j’ai changé le temps où les coeurs     l’é rien n’est je m’étonne toujours de la   au milieu de paien sunt morz, alquant en 1958 ben ouvre à sculpter l’air : dieu faisait silence, mais (de)lecta lucta   ma voix n’est plus que dernier vers aoi inoubliables, les histoire de signes .       le   marcel le plus insupportable chez dessiner les choses banales pour michèle aueret     extraire de pa(i)smeisuns en est venuz « amis rollant, de antoine simon 30  mise en ligne du texte jouer sur tous les tableaux pour jean-marie simon et sa sept (forces cachées qui la fraîcheur et la À perte de vue, la houle des pas une année sans évoquer dans le pays dont je vous  de la trajectoire de ce     hélas,       o et si au premier jour il dernier vers aoi la rencontre d’une une errance de même si     pourquoi  de même que les  pour de antoine simon 27 macles et roulis photo 1 je meurs de soif c’était une station 3 encore il parle autre petite voix si, il y a longtemps, les je suis morz est rollant, deus en ad j’ai donné, au mois       grimpa       la  pour jean le v.- les amicales aventures du le coquillage contre du bibelot au babilencore une à cri et à       il halt sunt li pui e mult halt  dernières mises       la pie   pour adèle et       " entr’els nen at ne pui     oued coulant pour pour philippe il ne reste plus que le légendes de michel       reine pour martine       grappe dans les carnets les dieux s’effacent j’arrivais dans les quelques autres antoine simon 18 "moi, esclave" a       soleil le proche et le lointain dernier vers aoi un titre : il infuse sa j’écoute vos allons fouiller ce triangle la vie humble chez les la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Oriot

Oriot

Dernière publication : 19 mai 2010.
Les 3 derniers articles : Regrets de la chambre basse , À l’unisson de la fuite , Ce paysage... .
Les 3 articles les plus lus : À l’unisson de la fuite , Ce paysage... , Regrets de la chambre basse .

  • FRANÇOISE ORIOT

    Ce paysage...

    Ce paysage que tu contemplais depuis le col paupières enfin relevées nuque d’écorce - Tu m’as dit les arêtes vives la trouée de lumière comme un visage souriant les villes frémissantes dans le lointain (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    À l’unisson de la fuite

    Comme ce mur blanc brûlant le soleil de juillet Comme ce nœud d’incendie qui forcit dans la gorge Comme le silence écrasé après le dernier coup de midi Comme la dernière page apprise et dite La femme a (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    Regrets de la chambre basse

    Les amants se découvrent là à l’orée d’opaques souvenirs pavots que la fièvre nouvelle efface qu’un sanglot ranime. Reflets de mercure dans le crépuscule leurs voix et leurs mains tracent des échelles où (...)
    Clefs : poésie , Oriot


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette