BRIBES EN LIGNE
dire que le livre est une je suis celle qui trompe ço dist li reis : le scribe ne retient       ton pour maguy giraud et 7) porte-fenêtre je rêve aux gorges nu(e), comme son nom       b&acir l’attente, le fruit les avenues de ce pays ce qui aide à pénétrer le dernier vers aoi ici. les oiseaux y ont fait attendre. mot terrible. bien sûr, il y eut chaque automne les le glacis de la mort deuxième apparition dans les horizons de boue, de quatre si la mer s’est madame, vous débusquez pour le prochain basilic, (la attelage ii est une œuvre dieu faisait silence, mais encore la couleur, mais cette dans l’effilé de       p&eacu pour qui veut se faire une  “ne pas et je vois dans vos maintenant il connaît le g. duchêne, écriture le pour egidio fiorin des mots je m’étonne toujours de la antoine simon 25       embarq introibo ad altare mougins. décembre temps de pierres dans la       voyage dernier vers aoi viallat © le château de de profondes glaouis normal 0 21 false fal dernier vers aoi et c’était dans si j’étais un dernier vers aoi clere est la noit e la « voici       dans et nous n’avons rien       le  c’était       &agrav le coquillage contre nous dirons donc   que signifie je me souviens de       montag       entre madame déchirée vous deux, c’est joie et les dieux s’effacent  les œuvres de très malheureux... immense est le théâtre et dans le respect du cahier des d’abord l’échange des il existe deux saints portant en cet anniversaire, ce qui juste un mot pour annoncer       au se reprendre. creuser son f les marques de la mort sur  il y a le seul dans la rue je ris la la vie est dans la vie. se ce poème est tiré du madame porte à al matin, quant primes pert       reine       " reflets et echosla salle   maille 1 :que pour mon épouse nicole pour andré mes pensées restent ce n’est pas aux choses mon travail est une       voyage reprise du site avec la n’ayant pas       dans antoine simon 27 vedo la luna vedo le antoine simon 15 lorsqu’on connaît une pas sur coussin d’air mais dernier vers aoi j’ai longtemps       "         or de proche en proche tous bernard dejonghe... depuis     quand patrick joquel vient de ...et poème pour tout mon petit univers en la tentation du survol, à edmond, sa grande jouer sur tous les tableaux poussées par les vagues à sylvie je crie la rue mue douleur dessiner les choses banales       pav&ea dernier vers aoi dernier vers aoi c’est ici, me quatrième essai de       deux       fleure antoine simon 3 onzième pas même je suis occupé ces il n’y a pas de plus et que vous dire des       dans et si tu dois apprendre à       m̵       &n quand sur vos visages les  les éditions de trois (mon souffle au matin paroles de chamantu beaucoup de merveilles pour helmut deuxième apparition de  les trois ensembles       object    7 artistes et 1    tu sais quant carles oït la je t’ai admiré, ce qu’un paysage peut nice, le 8 octobre carmelo arden quin est une il n’est pire enfer que       fourr& af : j’entends sculpter l’air :       ce ma chair n’est     ton pour jean-marie simon et sa seins isabelle boizard 2005 travail de tissage, dans il s’appelait       le a la fin il ne resta que   on n’est j’ai perdu mon je désire un le travail de bernard       quand un titre : il infuse sa       allong carcassonne, le 06       & ce 28 février 2002.       allong       midi les textes mis en ligne dernier vers aoi antoine simon 18 À perte de vue, la houle des   en grec, morías    il antoine simon 26 tout est possible pour qui Ç’avait été la       pourqu 1257 cleimet sa culpe, si    nous station 4 : judas  temps de bitume en fusion sur in the country  la lancinante comment entrer dans une attendre. mot terrible. un jour nous avons dernier vers aoi a claude b.   comme se placer sous le signe de un trait gris sur la       sur en 1958 ben ouvre à on cheval   j’ai souvent       et dans le patriote du 16 mars moi cocon moi momie fuseau même si       l̵ nous viendrons nous masser le temps passe si vite, antoine simon 10 me et il fallait aller debout f j’ai voulu me pencher à la bonne toutes sortes de papiers, sur   voici donc la  référencem karles se dort cum hume  je signerai mon iloec endreit remeint li os la mastication des j’ai ajouté       je Être tout entier la flamme  avec « a la je découvre avant toi 1-nous sommes dehors.       au ainsi alfred…    de femme liseuse       on dit qu’agathe marcel alocco a       juin c’est pour moi le premier       bruyan       m&eacu souvent je ne sais rien de   le texte suivant a dans le pain brisé son dans les carnets une autre approche de   tout est toujours en monde imaginal, les petites fleurs des À la loupe, il observa tous feux éteints. des 5) triptyque marocain il tente de déchiffrer, c’est la chair pourtant pour angelo c’est parfois un pays     [1]  de l’autre en introduction à       la elle disposait d’une tout en vérifiant j’entends sonner les       va les routes de ce pays sont "mais qui lit encore le l’existence n’est madame est la reine des j’écoute vos       en un références : xavier il n’était qu’un violette cachéeton antoine simon 28     cet arbre que ce va et vient entre bal kanique c’est sa langue se cabre devant le lorsque martine orsoni     dans la ruela très saintes litanies rimbaud a donc       un percey priest lakesur les dernier vers aoi   adagio   je       sur le 15 mai, à quelque chose avec marc, nous avons onze sous les cercles       en et si au premier jour il  on peut passer une vie       à villa arson, nice, du 17       assis  “comment du bibelot au babilencore une     chambre mille fardeaux, mille quand nous rejoignons, en madame est toute chairs à vif paumes dernier vers aoi janvier 2002 .traverse pour jacky coville guetteurs cet univers sans       nuage ecrire sur aux george(s) (s est la       six dans la caverne primordiale       l̵       le  marcel migozzi vient de i mes doigts se sont ouverts l’art c’est la  le grand brassage des passent .x. portes,    si tout au long carles respunt : temps où les coeurs dernier vers doel i avrat,       force pour frédéric   le 10 décembre     m2 &nbs abu zayd me déplait. pas le galop du poème me antoine simon 24   se temps où le sang se il ne sait rien qui ne va     tout autour  ce qui importe pour  hors du corps pas si elle est belle ? je       &agrav antoine simon 5 deuxième essai le     surgi     son dans les rêves de la dernier vers aoi       l’é (À l’église       chaque charogne sur le seuilce qui       droite elle ose à peine de toutes les (elle entretenait deux ajouts ces derniers madame est une torche. elle j’ai relu daniel biga, cher bernard nice, le 18 novembre 2004   dits de (josué avait lentement "nice, nouvel éloge de la ce jour là, je pouvais merci à la toile de       au mult ben i fierent franceis e 1.- les rêves de "tu sais ce que c’est     pluie du fragilité humaine. qu’est-ce qui est en fontelucco, 6 juillet 2000 et combien ….omme virginia par la ne pas négocier ne antoine simon 29 chercher une sorte de arbre épanoui au ciel f les feux m’ont       le 1- c’est dans ] heureux l’homme j’ai en réserve "le renard connaît la deuxième édition du avant propos la peinture est   six formes de la       dans antoine simon 2 il en est des meurtrières. il y a tant de saints sur (de)lecta lucta   m1       derniers   saint paul trois f qu’il vienne, le feu pour andré villers 1) antoine simon 14 merci à marc alpozzo le lent déferlement il semble possible la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Oriot

Oriot

Dernière publication : 19 mai 2010.
Les 3 derniers articles : Regrets de la chambre basse , À l’unisson de la fuite , Ce paysage... .
Les 3 articles les plus lus : À l’unisson de la fuite , Regrets de la chambre basse , Ce paysage... .

  • FRANÇOISE ORIOT

    Ce paysage...

    Ce paysage que tu contemplais depuis le col paupières enfin relevées nuque d’écorce - Tu m’as dit les arêtes vives la trouée de lumière comme un visage souriant les villes frémissantes dans le lointain (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    À l’unisson de la fuite

    Comme ce mur blanc brûlant le soleil de juillet Comme ce nœud d’incendie qui forcit dans la gorge Comme le silence écrasé après le dernier coup de midi Comme la dernière page apprise et dite La femme a (...)
    Clefs : poésie , Oriot

  • FRANÇOISE ORIOT

    Regrets de la chambre basse

    Les amants se découvrent là à l’orée d’opaques souvenirs pavots que la fièvre nouvelle efface qu’un sanglot ranime. Reflets de mercure dans le crépuscule leurs voix et leurs mains tracent des échelles où (...)
    Clefs : poésie , Oriot


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette