BRIBES EN LIGNE
laure et pétrarque comme pour daniel farioli poussant  monde rassemblé des voix percent, racontent le lourd travail des meules imagine que, dans la pas de pluie pour venir moisissures mousses lichens l’art c’est la le scribe ne retient       s̵ carissimo ulisse,torna a autre essai d’un pour angelo torna a sorrento ulisse torna il faut aller voir       &agrav       la  c’était    de femme liseuse neuf j’implore en vain  pour le dernier jour ne faut-il pas vivre comme "nice, nouvel éloge de la 1- c’est dans leonardo rosa errer est notre lot, madame,     m2 &nbs  “ce travail qui rm : d’accord sur agnus dei qui tollis peccata aucun hasard si se autre petite voix quatrième essai de  dans le livre, le i en voyant la masse aux 1 la confusion des aux george(s) (s est la l’ami michel alocco en patchworck © genre des motsmauvais genre la liberté de l’être de pa(i)smeisuns en est venuz       longte       et si elle est belle ? je quando me ne so itu pe introibo ad altare temps où les coeurs       dans douze (se fait terre se pour jacky coville guetteurs   le texte suivant a vedo la luna vedo le   au milieu de madame a des odeurs sauvages  référencem  la lancinante     &nbs quatre si la mer s’est et que vous dire des dernier vers aoi présentation du antoine simon 14 dernier vers aoi   madame porte à normal 0 21 false fal       le travail de bernard       deux des quatre archanges que j’ai perdu mon ço dist li reis :       gentil       le       je me la force du corps,       la les routes de ce pays sont deux mille ans nous autres litanies du saint nom de proche en proche tous 1) notre-dame au mur violet       nuage le numéro exceptionnel de       montag histoire de signes . le coquillage contre le temps passe si vite, non, björg, la bouche pleine de bulles   entrons onze sous les cercles fragilité humaine. pour frédéric  les trois ensembles    nous la vie humble chez les "moi, esclave" a       pass&e  zones gardées de "ah ! mon doux pays, clquez sur       le       juin quand sur vos visages les frères et le geste de l’ancienne,     dans la ruela c’est pour moi le premier apaches : nous serons toujours ces   je n’ai jamais ils s’étaient les premières ses mains aussi étaient  pour de la liberté s’imprime à il semble possible       pav&ea       p&eacu le vieux qui à sylvie pour alain borer le 26 f les marques de la mort sur dans les horizons de boue, de il ne reste plus que le je t’ai admiré, de tantes herbes el pre pour jean-louis cantin 1.-  “s’ouvre napolì napolì     nous       l̵ dernier vers aoi couleur qui ne masque pas antoine simon 16       nuage les textes mis en ligne et je vois dans vos dernier vers aoi       l̵     un mois sans il ne s’agit pas de la vie est dans la vie. se dans ce périlleux l’évidence aux barrières des octrois       aux les amants se tu le saiset je le vois vous deux, c’est joie et (de)lecta lucta   ce qu’un paysage peut seins isabelle boizard 2005 du fond des cours et des rien n’est plus ardu pour jacqueline moretti, nous lirons deux extraits de avec marc, nous avons le "patriote", buttati ! guarda&nbs il ne sait rien qui ne va antoine simon 3 pour julius baltazar 1 le cet article est paru quant carles oït la       arauca     au couchant  “la signification pour m.b. quand je me heurte pour andré À max charvolen et martin pour andré       sur la mastication des 1) la plupart de ces dans la caverne primordiale     longtemps sur       ton       dans paysage de ta tombe  et     vers le soir l’illusion d’une station 3 encore il parle dentelle : il avait a la fin il ne resta que f le feu est venu,ardeur des       au antoine simon 30       la dans les carnets vos estes proz e vostre il existe deux saints portant deux ajouts ces derniers nu(e), comme son nom ce poème est tiré du ce n’est pas aux choses       je pourquoi yves klein a-t-il pour lee     chant de mieux valait découper tant pis pour eux. moi cocon moi momie fuseau c’est ici, me faisant dialoguer mougins. décembre pour michèle gazier 1) seul dans la rue je ris la À perte de vue, la houle des démodocos... Ça a bien un exode, 16, 1-5 toute d’un côté   le 10 décembre la deuxième édition du merle noir  pour j’ai travaillé       dans antoine simon 21 bribes en ligne a station 7 : as-tu vu judas se premier essai c’est on trouvera la video le passé n’est     depuis     le cygne sur clers fut li jurz e li       sur je m’étonne toujours de la  martin miguel vient des conserves ! et si au premier jour il dernier vers aoi bien sûrla de pareïs li seit la je suis bien dans madame chrysalide fileuse       au       ( iloec endreit remeint li os pour anne slacik ecrire est       un je suis dans le monde de cette carles li reis en ad prise sa la cité de la musique carissimo ulisse,torna a je sais, un monde se archipel shopping, la       allong   (à       la pie 5) triptyque marocain quand les mots patrick joquel vient de       ma à propos “la       sur dont les secrets… à quoi rimbaud a donc i.- avaler l’art par le ciel est clair au travers et te voici humanité macles et roulis photo 4 dernier vers aoi l’erbe del camp, ki libre de lever la tête quand c’est le vent qui antoine simon 31 ce monde est semé chaque automne les   voici donc la viallat © le château de ] heureux l’homme un titre : il infuse sa la brume. nuages dernier vers aoi         fourmi au programme des actions ce qui aide à pénétrer le j’ai en réserve dernier vers aoi je déambule et suis le galop du poème me dernier vers aoi  hier, 17 temps où le sang se karles se dort cum hume autre citation a la femme au difficile alliage de j’ai relu daniel biga, spectacle de josué dit abu zayd me déplait. pas il était question non le lent déferlement dernier vers aoi       apr&eg j’aime chez pierre la fraîcheur et la de soie les draps, de soie nice, le 30 juin 2000 madame des forêts de a grant dulur tendrai puis       sur raphaël c’est la peur qui fait "pour tes le temps passe dans la pour maguy giraud et thème principal :  ce mois ci : sub certains prétendent légendes de michel outre la poursuite de la mise pour ma il s’appelait le ciel de ce pays est tout printemps breton, printemps i mes doigts se sont ouverts       à la galerie chave qui rita est trois fois humble. quatrième essai rares     pluie du et il parlait ainsi dans la pour jean-marie simon et sa cliquetis obscène des       dans attendre. mot terrible.       une dernier vers aoi  au mois de mars, 1166 sequence 6   le ils sortent pour pierre theunissen la tout est possible pour qui c’est vrai janvier 2002 .traverse       coude antoine simon 13       deux et tout avait       aujour dernier vers aoi attention beau       & si, il y a longtemps, les raphaËl journée de preambule – ut pictura poème pour  tu ne renonceras pas.       la pour mireille et philippe quand nous rejoignons, en que d’heures       l̵ r.m.a toi le don des cris qui sept (forces cachées qui       fourr& toute trace fait sens. que au labyrinthe des pleursils       allong a propos d’une la rencontre d’une  au travers de toi je dernier vers doel i avrat,  dernières mises       va dernier vers que mort  les éditions de     sur la station 4 : judas  les plus terribles mon travail est une la tentation du survol, à à cri et à ki mult est las, il se dort (elle entretenait       d&eacu       object dernier vers aoi   la baie des anges toutes sortes de papiers, sur dernier vers aoi 0 false 21 18 quelque temps plus tard, de nécrologie beaucoup de merveilles pour yves et pierre poher et a supposer quece monde tienne jusqu’à il y a la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Migozzi

Migozzi


  • MARCEL MIGOZZI

    Sur la vitre de la cuisine

    pour Michèle Monte sous la vitre de la cuisine, rare qu’un merle ait choisi l’olivier, hésite à perdre sa noire immobilité dans l’herbe si rare qu’il faut le rappeler à l’écriture, sans charger (...)
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Dernier salut au rouge-gorge

    dernier salut au rouge-gorge le jardin où bleuit la nuit sent les tomates à l’invisble chair si proche jardin, bonheur au confluent, destin
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Toi, mésange à précision

    toi, mésange à précision sur des graines invisibles sans bas âge, tu vis et tu meurs, infiniment supérieure à ce pronom servile : je
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Rossignolet, tu la mérites...

    rossignolet tu la mérites, cette nuit blanche de gel et d’amandier et de silence qui déborde de lait cru la source ruisselle des branches dans l’arrondissement des fleurs, ta voix jusqu’au nu le (...)
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Tous ces chardonnerets élégants...

    tous ces chardonnerets élégants de cuisine vers les graines lancées en séduction s’envolent sauf un qui me regarde et pose vite qui es-tu
    Clefs : poésie , Migozzi


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette