BRIBES EN LIGNE
   si tout au long diaphane est le     au couchant faisant dialoguer       "    nous ils s’étaient effleurer le ciel du bout des j’ai parlé suite du blasphème de       &agrav f tous les feux se sont la bouche pure souffrance quatrième essai de bien sûr, il y eut tous ces charlatans qui       magnol       é       ruelle   (à  l’écriture quando me ne so itu pe si tu es étudiant en un soir à paris au       banlie ce qui importe pour       allong nous savons tous, ici, que les oiseaux s’ouvrent i.- avaler l’art par le 15 mai, à c’est pour moi le premier pour michèle aueret       dans l’heure de la   ces notes  “ne pas la bouche pleine de bulles    au balcon   maille 1 :que       apr&eg dans l’innocence des la danse de       b&acir et que dire de la grâce station 5 : comment       &ccedi la liberté de l’être pour jacky coville guetteurs patrick joquel vient de décembre 2001. issent de mer, venent as nécrologie même si trois tentatives desesperees     pourquoi vous deux, c’est joie et je rêve aux gorges lu le choeur des femmes de béatrice machet vient de equitable un besoin sonnerait       st mille fardeaux, mille des voiles de longs cheveux dernier vers aoi poème pour se reprendre. creuser son giovanni rubino dit antoine simon 15 spectacle de josué dit sixième buttati ! guarda&nbs  de même que les pour philippe       o       pav&ea     " (elle entretenait le glacis de la mort références : xavier "tu sais ce que c’est antoine simon 9 pour michèle gazier 1       longte nous dirons donc la mort d’un oiseau. marcel alocco a un verre de vin pour tacher aux barrières des octrois temps de bitume en fusion sur ( ce texte a ici, les choses les plus 0 false 21 18 laure et pétrarque comme écrirecomme on se (ô fleur de courge... le galop du poème me allons fouiller ce triangle   pour olivier       object accorde ton désir à ta       le napolì napolì    en nu(e), comme son nom il arriva que j’entends sonner les       la pie     extraire ce jour là, je pouvais       la       m̵ pour jacqueline moretti, mon travail est une d’un bout à pour michèle la légende fleurie est     son le franchissement des chairs à vif paumes le 19 novembre 2013, à la   la production comme c’est "ces deux là se f les rêves de aucun hasard si se dans un coin de nice, seul dans la rue je ris la dernier vers aoi quelque temps plus tard, de bernadette griot vient de       un   iv    vers  jésus dans ce pays ma mère dans les carnets pas de pluie pour venir iloec endreit remeint li os       chaque       les pour maguy giraud et cher bernard est-ce parce que, petit, on dernier vers aoi onzième       fleure des voix percent, racontent a claude b.   comme l’erbe del camp, ki l’évidence il existe au moins deux madame porte à       il des quatre archanges que on trouvera la video   1) cette pour jean marie       "ah ! mon doux pays,       pass&e antoine simon 5 j’ai longtemps et…  dits de un temps hors du avez-vous vu   pour le prochain "si elle est pure forme, belle muette,  je signerai mon je suis dentelle : il avait la tentation du survol, à normal 0 21 false fal un nouvel espace est ouvert le 26 août 1887, depuis temps où les coeurs la route de la soie, à pied, “le pinceau glisse sur bal kanique c’est       quand  “ce travail qui "l’art est-il le géographe sait tout pour qui veut se faire une       embarq les routes de ce pays sont six de l’espace urbain, sixième dans le pays dont je vous       le petit matin frais. je te f le feu m’a li emperere par sa grant   au milieu de       maquis       apr&eg clers est li jurz et li archipel shopping, la assise par accroc au bord de à depuis ce jour, le site dernier vers aoi réponse de michel   en grec, morías madame est toute dernier vers aoi tromper le néant voile de nuità la lorsqu’on connaît une merci à marc alpozzo dernier vers aoi       la madame dans l’ombre des       le pour nicolas lavarenne ma je ne sais pas si essai de nécrologie, macles et roulis photo j’ai relu daniel biga, bientôt, aucune amarre ma mémoire ne peut me j’arrivais dans les dernier vers aoi une errance de      & quand les mots       bonheu je n’ai pas dit que le station 3 encore il parle   (dans le et la peur, présente le samedi 26 mars, à 15 je me souviens de lorsque martine orsoni pour alain borer le 26       juin       neige dire que le livre est une dont les secrets… à quoi je n’hésiterai       sur marché ou souk ou j’ai ajouté la terre a souvent tremblé quatre si la mer s’est quand nous rejoignons, en       au « amis rollant, de  improbable visage pendu a christiane ce n’est pas aux choses       dans     vers le soir vertige. une distance le recueil de textes       la c’est une sorte de deuxième suite c’est parfois un pays il y a des objets qui ont la chercher une sorte de de la sables mes parolesvous o tendresses ô mes       le la vie humble chez les je crie la rue mue douleur carles respunt : chaque jour est un appel, une il en est des noms comme du     surgi "moi, esclave" a    regardant       dans il s’appelait ainsi fut pétrarque dans le scribe ne retient approche d’une avant propos la peinture est j’ai en réserve avec marc, nous avons je sais, un monde se il n’y a pas de plus une autre approche de     ton immense est le théâtre et elle ose à peine percey priest lakesur les vous dites : "un lancinant ô lancinant les plus vieilles neuf j’implore en vain a dix sept ans, je ne savais ce 28 février 2002. dans la caverne primordiale   marcel     pluie du me       l̵       pav&ea macles et roulis photo 3 dernier vers aoi  mise en ligne du texte station 7 : as-tu vu judas se la mastication des       qui toutefois je m’estimais       dans f le feu s’est       devant       sur juste un     chant de non... non... je vous assure,  avec « a la ils sortent ce va et vient entre  “s’ouvre n’ayant pas       nuage     rien ce qui fascine chez       la       cerisi c’est vrai je suis bien dans ma chair n’est vous êtes cet univers sans dernier vers aoi voudrais je vous       force pour marcel pour andrée       jonath légendes de michel antoine simon 7 je ne saurais dire avec assez       " je déambule et suis polenta le corps encaisse comme il madame a des odeurs sauvages ce pays que je dis est recleimet deu mult    courant les durand : une       à dernier vers s’il madame, on ne la voit jamais dans le pain brisé son     le cygne sur ce qui aide à pénétrer le dix l’espace ouvert au il était question non au commencement était outre la poursuite de la mise dernier vers aoi karles se dort cum hume  au travers de toi je ma voix n’est plus que jusqu’à il y a imagine que, dans la ço dist li reis : antoine simon 24 et nous n’avons rien  pour de       tourne a la femme au sors de mon territoire. fais i en voyant la masse aux  tu vois im font chier tendresse du mondesi peu de il y a dans ce pays des voies tu le sais bien. luc ne langues de plomba la le bulletin de "bribes ses mains aussi étaient rêve, cauchemar, gardien de phare à vie, au sainte marie, dans ma gorge       retour bruno mendonça  l’exposition  pas même pour julius baltazar 1 le  tu ne renonceras pas.       bien présentation du       voyage       journ&       la la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Migozzi

Migozzi


  • MARCEL MIGOZZI

    Sur la vitre de la cuisine

    pour Michèle Monte sous la vitre de la cuisine, rare qu’un merle ait choisi l’olivier, hésite à perdre sa noire immobilité dans l’herbe si rare qu’il faut le rappeler à l’écriture, sans charger (...)
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Dernier salut au rouge-gorge

    dernier salut au rouge-gorge le jardin où bleuit la nuit sent les tomates à l’invisble chair si proche jardin, bonheur au confluent, destin
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Toi, mésange à précision

    toi, mésange à précision sur des graines invisibles sans bas âge, tu vis et tu meurs, infiniment supérieure à ce pronom servile : je
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Rossignolet, tu la mérites...

    rossignolet tu la mérites, cette nuit blanche de gel et d’amandier et de silence qui déborde de lait cru la source ruisselle des branches dans l’arrondissement des fleurs, ta voix jusqu’au nu le (...)
    Clefs : poésie , Migozzi

  • MARCEL MIGOZZI

    Tous ces chardonnerets élégants...

    tous ces chardonnerets élégants de cuisine vers les graines lancées en séduction s’envolent sauf un qui me regarde et pose vite qui es-tu
    Clefs : poésie , Migozzi


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette