BRIBES EN LIGNE
antoine simon 16 giovanni rubino dit a l’aube des apaches, à la bonne la prédication faite f le feu m’a a la femme au il y a des objets qui ont la clers fut li jurz e li mille fardeaux, mille zacinto dove giacque il mio c’est la peur qui fait carissimo ulisse,torna a       le       je dans les horizons de boue, de dernier vers aoi je t’enfourche ma au matin du   ciel !!!! pour martine, coline et laure ( ce texte a un nouvel espace est ouvert À peine jetés dans le  “ce travail qui pierre ciel       ...mai le tissu d’acier laure et pétrarque comme toutefois je m’estimais le vieux qui "tu sais ce que c’est   3   

les   pour le prochain martin miguel art et       dans       o c’est pour moi le premier antoine simon 24 ce qui aide à pénétrer le il pleut. j’ai vu la       ( très malheureux...       vu nous lirons deux extraits de dans ma gorge li emperere s’est  je signerai mon bruno mendonça apaches : exode, 16, 1-5 toute les grands temps de cendre de deuil de       apr&eg pure forme, belle muette, dessiner les choses banales       " merci à la toile de temps de pierres monde imaginal, la bouche pure souffrance allons fouiller ce triangle antoine simon 13 dernier vers aoi       que fragilité humaine. carles respunt : agnus dei qui tollis peccata trois tentatives desesperees reprise du site avec la je désire un       bonheu       la ici. les oiseaux y ont fait il n’était qu’un le géographe sait tout       p&eacu     longtemps sur ce monde est semé dans les carnets références : xavier  hors du corps pas dix l’espace ouvert au il s’appelait able comme capable de donner quand il voit s’ouvrir, seul dans la rue je ris la quant carles oït la je reviens sur des toutes ces pages de nos "le renard connaît f les feux m’ont il faut laisser venir madame antoine simon 14 jouer sur tous les tableaux       &       arauca       en dernier vers aoi chaque jour est un appel, une   se et si tu dois apprendre à equitable un besoin sonnerait quai des chargeurs de     les fleurs du       les pour pierre theunissen la si j’avais de son   iv    vers carmelo arden quin est une  le "musée à sylvie       bien de soie les draps, de soie en ceste tere ad estet ja tendresse du mondesi peu de fin première mise en ligne d’un marché ou souk ou antoine simon 26 dernier vers aoi   maille 1 :que libre de lever la tête pour lee       la il faut aller voir       sur       " mon cher pétrarque, raphaël buttati ! guarda&nbs comme ce mur blanc douce est la terre aux yeux Être tout entier la flamme ma voix n’est plus que "et bien, voilà..." dit je me souviens de nous dirons donc dans le pays dont je vous mougins. décembre 0 false 21 18 ainsi alfred…       &ccedi       object chairs à vif paumes dernier vers aoi "ah ! mon doux pays, couleur qui ne masque pas       pour   pour adèle et j’oublie souvent et   d’un coté, petites proses sur terre ce va et vient entre  epître aux onzième dernier vers aoi 5) triptyque marocain     double "moi, esclave" a  ce qui importe pour       " que reste-t-il de la je suis celle qui trompe je crie la rue mue douleur " je suis un écorché vif. rien n’est d’abord l’échange des et la peur, présente un titre : il infuse sa       sur moisissures mousses lichens je n’ai pas dit que le et…  dits de       sous       aujour  référencem  de même que les tu le saiset je le vois ce qu’un paysage peut a grant dulur tendrai puis charogne sur le seuilce qui ajout de fichiers sons dans   pour olivier   jn 2,1-12 : premier essai c’est i en voyant la masse aux ensevelie de silence,       la       ce premier vers aoi dernier un temps hors du dentelle : il avait       le       au 0 false 21 18 les enseignants : pour mon épouse nicole pour alain borer le 26 1257 cleimet sa culpe, si antoine simon 27 pour ma effleurer le ciel du bout des       un approche d’une il semble possible f les marques de la mort sur       allong       &agrav les plus vieilles 7) porte-fenêtre et voici maintenant quelques       descen     chambre certains prétendent lorsqu’on connaît une       juin     sur la diaphane est le antoine simon 5 de la bel équilibre et sa onze sous les cercles       droite violette cachéeton dernier vers aoi  un livre écrit fontelucco, 6 juillet 2000 la chaude caresse de       en l’homme est     pluie du présentation du  “comment   tout est toujours en jusqu’à il y a r.m.a toi le don des cris qui f le feu s’est normalement, la rubrique le grand combat : raphaël     faisant la a la fin il ne resta que       le janvier 2002 .traverse juste un tu le sais bien. luc ne de sorte que bientôt       dans bernard dejonghe... depuis légendes de michel régine robin, je découvre avant toi       il raphaËl chercher une sorte de       en un le nécessaire non je rêve aux gorges       l̵     [1]  l’appel tonitruant du       reine je ne saurais dire avec assez       un frères et c’est extrêmement les lettres ou les chiffres  l’écriture       fourr& quel ennui, mortel pour le temps passe dans la et il parlait ainsi dans la       é       pass&e       au       &eacut       la mes pensées restent   je n’ai jamais de profondes glaouis la gaucherie à vivre, la mort d’un oiseau. les routes de ce pays sont  martin miguel vient       pas même si j’étais un les installations souvent, un homme dans la rue se prend       entre nous serons toujours ces   dits de une autre approche de la fraîcheur et la vertige. une distance elle ose à peine 1 la confusion des  jésus mult ben i fierent franceis e si elle est belle ? je temps où le sang se à tendresses ô mes envols  le grand brassage des suite de       la ecrire sur       apr&eg       sur le la rencontre d’une vous avez     rien le coquillage contre       m̵ au commencement était       la       ruelle toujours les lettres : iloec endreit remeint li os décembre 2001. carcassonne, le 06 tout le problème  c’était immense est le théâtre et s’ouvre la       la o tendresses ô mes le geste de l’ancienne, pour egidio fiorin des mots le glacis de la mort       jardin spectacle de josué dit   ces sec erv vre ile       je pour raphaël je suis  si, du nouveau me       j̵   marcel l’éclair me dure,  monde rassemblé À l’occasion de À perte de vue, la houle des quelque chose traquer Éléments - ecrire les couleurs du monde dernier vers aoi il tente de déchiffrer,  il y a le sur la toile de renoir, les       dans       &agrav souvent je ne sais rien de il ne sait rien qui ne va pas sur coussin d’air mais lu le choeur des femmes de dans les hautes herbes     m2 &nbs quand vous serez tout deuxième essai il existe au moins deux dernier vers doel i avrat,       chaque antoine simon 30       fleur     l’é tromper le néant pas facile d’ajuster le c’est seulement au dernier vers aoi rossignolet tu la     tout autour tant pis pour eux.       le       le le bulletin de "bribes au lecteur voici le premier de prime abord, il       journ& la tentation du survol, à       fleure   voici donc la on cheval       sur clere est la noit e la se reprendre. creuser son quelques textes journée de station 1 : judas À max charvolen et  dans toutes les rues faisant dialoguer ce la parol

Accueil > Mots-clés > Bribes > femme

femme

Dernière publication : 23 juin 2014.
Les 3 derniers articles : CLII , CXLV , CXLIII .
Les 3 articles les plus lus : CXLI , CXLIII , CLII .

  • CXLI

    Date de rédaction : 17 décembre 2008
    Ma mémoire ne peut me trahir sur ce point : jamais je n’ai vu ma première épouse nue. Même quand, sous la lune d’été, je pouvais discerner sa silhouette nacrée, ça a été dans un tel emmêlement de nos (...)
    Clefs : Dieu , autobiographie , femme

  • CXLIII

    Date de rédaction : 17 décembre 2008
    Ses mains aussi étaient nues. Jusqu’aux poignets. La petite phrase avait surgi tandis qu’il développait consciencieusement l’épluchure d’une pomme de terre… Simple. Cocasse. Tout en épluchant, il (...)

  • CXLV

    Date de rédaction : 17 décembre 2008
    "Ces deux là se connaissent. Ils se connaissent même très bien. C’est extraordinaire". On aurait ça, une phrase comme celle là, dans une série policière américaine, juste au moment où le détective, futé, (...)
    Clefs : citations , femme , art

  • CLII

    Date de rédaction : 17 décembre 2008
    Zacinto dove giacque il mio corpo fanciulletto. Deux promontoires escarpés s’inclinent vers le havre et l’abritent de la grande houle que soulève la violence des vents ; posés sans présence légers ou (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette