BRIBES EN LIGNE
vous dites : "un a l’aube des apaches, preambule – ut pictura ajout de fichiers sons dans autres litanies du saint nom la communication est mult ben i fierent franceis e antoine simon 24 voudrais je vous (en regardant un dessin de tous feux éteints. des       " quand c’est le vent qui f les feux m’ont       les       sur a la femme au l’impossible la danse de fin première ainsi alfred… rm : nous sommes en sequence 6   le la terre nous dans le monde de cette     oued coulant si tu es étudiant en  monde rassemblé carcassonne, le 06 …presque vingt ans plus deuxième apparition de pour martin     chambre d’un côté temps où les coeurs jamais je n’aurais chaises, tables, verres,    seule au ki mult est las, il se dort antoine simon 22 deux ce travail vous est   tout est toujours en edmond, sa grande autre petite voix c’est la peur qui fait j’arrivais dans les au rayon des surgelés le ciel est clair au travers   le texte suivant a bel équilibre et sa portrait. 1255 : antoine simon 7       qui       dans     rien f j’ai voulu me pencher ce jour-là il lui     un mois sans ce 28 février 2002. encore la couleur, mais cette rêves de josué, 1. il se trouve que je suis face aux bronzes de miodrag je t’enlace gargouille quelques autres pour michèle aueret rossignolet tu la       m̵ À peine jetés dans le a la fin il ne resta que mais non, mais non, tu pour nicolas lavarenne ma il en est des meurtrières. soudain un blanc fauche le       en pour qui veut se faire une iloec endreit remeint li os dernier vers aoi outre la poursuite de la mise le travail de bernard au programme des actions guetter cette chose et encore  dits dernier vers aoi ouverture d’une   si vous souhaitez pour marcel l’art c’est la 1257 cleimet sa culpe, si reprise du site avec la dans les écroulements     pluie du du fond des cours et des et c’était dans deuxième essai le la fonction, "l’art est-il       neige le texte qui suit est, bien pour lee passet li jurz, la noit est attelage ii est une œuvre antoine simon 15 la vie est ce bruissement monde imaginal, l’appel tonitruant du j’ai perdu mon fragilité humaine. présentation du       &eacut moi cocon moi momie fuseau les routes de ce pays sont chaque automne les "le renard connaît madame, on ne la voit jamais granz fut li colps, li dux en pour angelo de prime abord, il     extraire carissimo ulisse,torna a le pendu et si tu dois apprendre à dernier vers aoi pure forme, belle muette, pas une année sans évoquer  “la signification       fourmi       cette (de)lecta lucta   (josué avait lentement       sur     m2 &nbs   la baie des anges il existe au moins deux li emperere par sa grant       crabe- nous viendrons nous masser pour andrée       voyage il était question non o tendresses ô mes  tu ne renonceras pas. (À l’église       dans       ton       &agrav       sur ses mains aussi étaient dernier vers aoi antoine simon 33 des voiles de longs cheveux   ciel !!!! fontelucco, 6 juillet 2000 paysage de ta tombe  et je découvre avant toi tromper le néant       s̵ pour egidio fiorin des mots suite de dernier vers aoi     longtemps sur si j’avais de son  epître aux ma voix n’est plus que       vu station 7 : as-tu vu judas se       sur    en inoubliables, les les dieux s’effacent art jonction semble enfin       je tu le sais bien. luc ne       marche ] heureux l’homme li emperere s’est       l̵ tout est prêt en moi pour de soie les draps, de soie autre citation"voui       la dieu faisait silence, mais       jardin sous l’occupation station 1 : judas la brume. nuages grande lune pourpre dont les sixième allons fouiller ce triangle laure et pétrarque comme abu zayd me déplait. pas       &n sainte marie,       le suite du blasphème de mouans sartoux. traverse de       droite je désire un       au grant est la plaigne e large un jour nous avons  les premières       deux   je ne comprends plus le passé n’est neuf j’implore en vain en introduction à un verre de vin pour tacher non... non... je vous assure, af : j’entends merci à la toile de dernier vers aoi franchement, pensait le chef, au lecteur voici le premier très saintes litanies avant propos la peinture est station 5 : comment j’ai parlé les enseignants : dernier vers aoi 0 false 21 18 et te voici humanité       aujour juste un la lecture de sainte approche d’une paroles de chamantu "ah ! mon doux pays,       é un soir à paris au 1254 : naissance de tout est possible pour qui       ( depuis ce jour, le site       chaque légendes de michel rimbaud a donc       quinze le ciel de ce pays est tout       &agrav je ne peins pas avec quoi, elle ose à peine       soleil     tout autour effleurer le ciel du bout des       gentil assise par accroc au bord de heureuse ruine, pensait j’ai longtemps  hors du corps pas l’existence n’est la rencontre d’une       mouett rien n’est       su deux ajouts ces derniers dernier vers aoi  il est des objets sur l’éclair me dure,  hier, 17       fourr&     sur la et il parlait ainsi dans la ce 0 false 21 18       au macao grise libre de lever la tête deuxième essai la chaude caresse de quando me ne so itu pe il n’est pire enfer que ce texte se présente les textes mis en ligne de mes deux mains antoine simon 27 accorde ton désir à ta c’est pour moi le premier juste un mot pour annoncer depuis le 20 juillet, bribes giovanni rubino dit pour alain borer le 26 la mort, l’ultime port, l’évidence       sous       vaches (vois-tu, sancho, je suis pas même       les le franchissement des       " temps de pierres dans la des quatre archanges que macles et roulis photo       il les grands    7 artistes et 1 petites proses sur terre « e ! malvais mise en ligne attention beau après la lecture de imagine que, dans la que d’heures mes pensées restent aux george(s) (s est la je n’hésiterai pour jean-louis cantin 1.- lancinant ô lancinant  la lancinante   1) cette la mort d’un oiseau. pour daniel farioli poussant    courant       banlie  avec « a la paien sunt morz, alquant dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte mise en ligne d’un       object se reprendre. creuser son dernier vers aoi très malheureux... pour jacqueline moretti,       la pie pour jean-marie simon et sa       au       dans etait-ce le souvenir       et antoine simon 32 la musique est le parfum de « h&eacu       ...mai les installations souvent, vedo la luna vedo le quand vous serez tout bien sûr, il y eut       bruyan m1       ce va et vient entre certains soirs, quand je     &nbs       à antoine simon 29 les doigts d’ombre de neige "mais qui lit encore le et que dire de la grâce printemps breton, printemps       le antoine simon 18   ces sec erv vre ile macles et roulis photo 6 dans le train premier des conserves ! le lent déferlement dernier vers aoi pour jean gautheronle cosmos chaque jour est un appel, une le galop du poème me prenez vos casseroles et au seuil de l’atelier       va les dernières ne faut-il pas vivre comme       quand       jonath       m&eacu si elle est belle ? je et que vous dire des max charvolen, martin miguel f tous les feux se sont       au macles et roulis photo 1    si tout au long ce qu’un paysage peut mult est vassal carles de       que j’ai en réserve passet li jurz, si turnet a f les marques de la mort sur  “s’ouvre c’est ici, me ce poème est tiré du madame chrysalide fileuse dentelle : il avait la gaucherie à vivre, mieux valait découper     à je crie la rue mue douleur antoine simon 16       les il aurait voulu être la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Biasiolo

Biasiolo

Dernière publication : 23 août 2015.
Les 3 derniers articles : Ouvertures , Fondement , Mars .
Les 3 articles les plus lus : Seules , Limites , Bogue .

  • RESTES

    Lieu

    Tu sais – tu te trouves quelque part – quelque part à l’intérieur. Là où il ne pleut pas là où rien ne se passe. Tu sais – assise au plus près de toi est-il seulement possible de te toucher. Est-il possible (...)
    Clefs : Biasiolo , poésie

  • RESTES

    Trisse

    Nous sommes au-dehors – comme tu l’as toujours voulu. Moi ici au milieu des rues qui sont tellement semblables – moi en deçà de ton chant qui n’a pas l’air nouveau. Toi – tu es ici aussi bien que là – (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Ascèse

    Au milieu de cette cour – tu n’es rien que cela qui toujours se dresse. Qu’importent les minutes car le temps est quelque chose comme ta puissance multipliée. Au milieu de la cour où l’on entendra (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Récréations

    Seule au milieu des autres – tu te promènes. Tu vois – les autres ce sont aussi bien les arbres les graviers les autres enfants. Peut-être un peu Dieu aussi. Sait-on jamais. Le sais-tu toi qui (...)
    Clefs : Biasiolo , poésie

  • Restes

    Cérémonies

    Dans toutes les rues tu es à même le sol – toi tellement fixe toi tellement attaché à ce que tu nommes l’origine. À ce que tu nommes ton commencement. Quelle que soit l’heure je sais te retrouver je (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Limites

    Au travers de toi je marche – comme au-dedans d’un vide. Y a-t-il un lieu où s’arrêter – y a-t-il un endroit de repos. Toi cette présence éparpillée sur les trottoirs de toute sorte. Ta chair fluide ta (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Seules

    Tu ne renonceras pas. Toi l’instant enveloppé – toi la figure aux mille replis plantée là. À ton indifférence – à ta très grande dureté – cela même qui t’entoure cela même qui te borde. Je ne connais de (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Bogue

    On n’est jamais plus près de l’herbe qu’au moment des chutes intérieures. Quand les mains hésitent encore à remuer. Toi la figure à genoux toi qui penches tes yeux sur ce qu’on appelle le sol – (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Mars

    Il n’était pas prévu que tu reviennes aussitôt. Avec ta figure emportée çà et là – toi qui demeures maintenant au plus près de ton centre au plus près de toi-même. Tout à côté d’une ombre qui te semble la (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo

  • Restes

    Fondement

    Au balcon nous attendrons le soir. Toi tu es au bras des rues en attente d’un appel dont tu ignores l’horizon. J’ai moi-même les membres endormis par le tout d’une journée à demeurer debout. Ici la (...)
    Clefs : poésie , Biasiolo


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette