BRIBES EN LIGNE
leonardo rosa ma voix n’est plus que les étourneaux !       & pour andré journée de mi viene in mentemi     m2 &nbs depuis le 20 juillet, bribes de pa(i)smeisuns en est venuz ouverture de l’espace       force nécrologie "si elle est au programme des actions "je me tais. pour taire. ensevelie de silence,      & granz fut li colps, li dux en comment entrer dans une vedo la luna vedo le après la lecture de       retour si, il y a longtemps, les la langue est intarissable bruno mendonça mise en ligne dernier vers aoi dernier vers aoi un homme dans la rue se prend       allong       m̵ je dors d’un sommeil de neuf j’implore en vain tromper le néant merci au printemps des c’est extrêmement tu le saiset je le vois  de même que les seins isabelle boizard 2005 comme c’est je n’ai pas dit que le     tout autour 1254 : naissance de       un "moi, esclave" a le glacis de la mort immense est le théâtre et la fonction, les plus terribles  tu ne renonceras pas. au commencement était rien n’est plus ardu       au       j̵ a grant dulur tendrai puis madame est une   un vendredi buttati ! guarda&nbs assise par accroc au bord de martin miguel art et       six  pour de cyclades, iii° l’attente, le fruit et  riche de mes karles se dort cum hume exacerbé d’air     longtemps sur en ceste tere ad estet ja il n’y a pas de plus le bulletin de "bribes i.- avaler l’art par rien n’est madame a des odeurs sauvages       p&eacu nice, le 18 novembre 2004 antoine simon 6 pour pierre theunissen la me torna a sorrento ulisse torna il n’était qu’un outre la poursuite de la mise cet article est paru dans le il s’appelait imagine que, dans la là, c’est le sable et   (à glaciation entre légendes de michel ainsi va le travail de qui quai des chargeurs de très malheureux... reprise du site avec la dernier vers aoi dernier vers aoi encore une citation“tu macles et roulis photo de toutes les dernier vers aoi c’est parfois un pays noble folie de josué,       fleure dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à de mes deux mains raphaël je désire un dernier vers aoi derniers pour robert madame aux rumeurs f le feu s’est dernier vers aoi de profondes glaouis sa langue se cabre devant le madame des forêts de       à antoine simon 9 “le pinceau glisse sur quatrième essai de faisant dialoguer dans le monde de cette   1) cette deuxième apparition pour egidio fiorin des mots le vieux qui ce paysage que tu contemplais quelque chose dessiner les choses banales vous avez     surgi ce n’est pas aux choses et…  dits de v.- les amicales aventures du ici. les oiseaux y ont fait       quand le scribe ne retient nouvelles mises en deuxième approche de nu(e), comme son nom     rien il en est des meurtrières.       quinze madame est une torche. elle la terre nous temps où les coeurs nous savons tous, ici, que le coeur du marché ou souk ou de tantes herbes el pre antoine simon 7 en cet anniversaire, ce qui vous avez raphaËl       nuage pas de pluie pour venir viallat © le château de    en je crie la rue mue douleur       " en introduction à station 1 : judas j’ai travaillé normal 0 21 false fal    si tout au long première       &n       " antoine simon 11 dans le patriote du 16 mars pour frédéric   tout est toujours en  monde rassemblé   que signifie franchement, pensait le chef,     chambre toi, mésange à "et bien, voilà..." dit  dans le livre, le intendo... intendo ! il ne reste plus que le       montag issent de mer, venent as       ce ils sortent     sur la pente je suis religion de josué il grande lune pourpre dont les temps de bitume en fusion sur  l’écriture         or janvier 2002 .traverse     l’é       je me dorothée vint au monde pour martin errer est notre lot, madame, frères et j’arrivais dans les je déambule et suis dernier vers que mort clers est li jurz et li je suis celle qui trompe ce qui aide à pénétrer le       deux       soleil antoine simon 23 le 2 juillet la mort d’un oiseau.       devant gardien de phare à vie, au ma mémoire ne peut me attelage ii est une œuvre Ç’avait été la vous dites : "un marie-hélène       parfoi  tu vois im font chier dernier vers aoi       apr&eg       au les routes de ce pays sont j’ai parlé   ciel !!!! a ma mère, femme parmi       allong passet li jurz, la noit est     &nbs beaucoup de merveilles quel étonnant siglent a fort e nagent e vi.- les amicales aventures l’homme est (josué avait lentement       la je suis bien dans       pour dernier vers aoi sept (forces cachées qui le pendu comme un préliminaire la jouer sur tous les tableaux     double la liberté s’imprime à passent .x. portes, d’abord l’échange des genre des motsmauvais genre dix l’espace ouvert au ici, les choses les plus       neige   jn 2,1-12 :  dernières mises    seule au             il ce poème est tiré du   ces sec erv vre ile prenez vos casseroles et vertige. une distance (en regardant un dessin de  la lancinante …presque vingt ans plus six de l’espace urbain,       jonath le lent tricotage du paysage pour max charvolen 1)     &nbs  il y a le  la toile couvre les à propos “la onzième heureuse ruine, pensait inoubliables, les ce texte se présente à la bonne jusqu’à il y a       en       va       dans       pourqu de prime abord, il accoucher baragouiner       l̵ comme une suite de au rayon des surgelés je ne peins pas avec quoi, paysage de ta tombe  et ne faut-il pas vivre comme cet univers sans       sur je t’enlace gargouille  “comment introibo ad altare folie de josuétout est pour gilbert à propos des grands deuxième apparition de paien sunt morz, alquant hans freibach :     [1]  f toutes mes diaphane est le pluies et bruines,       dans dernier vers aoi rare moment de bonheur, pour qui veut se faire une       sur le "mais qui lit encore le j’ai en réserve       " dans l’innocence des la musique est le parfum de  hier, 17 le galop du poème me vous n’avez attendre. mot terrible. la gaucherie à vivre,       la       banlie   d’un coté, elle ose à peine la terre a souvent tremblé et si au premier jour il c’est ici, me       marche li emperere par sa grant       le antoine simon 20 le corps encaisse comme il le ciel de ce pays est tout merci à marc alpozzo     nous marcel alocco a les parents, l’ultime li quens oger cuardise epuisement de la salle, montagnesde  au travers de toi je   né le 7 et tout avait       pass&e     son du fond des cours et des       magnol À la loupe, il observa       apr&eg       dans dernier vers aoi très saintes litanies       vu       l̵       juin la mastication des       apparu  tous ces chardonnerets       qui sixième       longte       su ce monde est semé que d’heures lentement, josué temps où le sang se       entre antoine simon 13 libre de lever la tête  un livre écrit voudrais je vous       le  le grand brassage des et que dire de la grâce d’un côté       le  ce qui importe pour la vie est dans la vie. se       object À perte de vue, la houle des n’ayant pas voile de nuità la "ah ! mon doux pays, cinquième citationne chaises, tables, verres, je reviens sur des 1. il se trouve que je suis générations dans les horizons de boue, de le "patriote", m1             en un la parol

Accueil > Mots-clés > Date de publication > 2015

2015

Dernière publication : 31 décembre 2015.
Les 3 derniers articles : Horizon Plume - Horizon Puits , PASO , A dispett del mond .
Les 3 articles les plus lus : A dispett del mond , Je vois la digitale... , Je vois la digitale... .


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette