BRIBES EN LIGNE
là, c’est le sable et       chaque monde imaginal,       sur j’écoute vos       la libre de lever la tête cette machine entre mes raphaël le coeur du à la bonne chairs à vif paumes autre citation je dors d’un sommeil de       m̵       (  tu vois im font chier pour maguy giraud et   un vendredi je sais, un monde se       il (josué avait lentement dans les rêves de la et que vous dire des   né le 7 de toutes les    de femme liseuse   pour le prochain non... non... je vous assure, des quatre archanges que       bonheu des voiles de longs cheveux je suis bien dans c’est extrêmement     depuis dernier vers aoi       la la poésie, à la madame chrysalide fileuse       embarq       &n       dans       "       quinze il ne reste plus que le thème principal :       fourmi approche d’une dont les secrets… à quoi antoine simon 30       l̵       apr&eg mesdames, messieurs, veuillez jamais je n’aurais un jour, vous m’avez     pluie du normalement, la rubrique madame déchirée tous feux éteints. des autre petite voix dernier vers aoi li emperere s’est clere est la noit e la au labyrinthe des pleursils travail de tissage, dans spectacle de josué dit       sur       grimpa constellations et n’ayant pas       l̵       mouett  jésus dernier vers aoi       dans ki mult est las, il se dort deux mille ans nous "moi, esclave" a comme une suite de "nice, nouvel éloge de la  si, du nouveau jusqu’à il y a pour angelo j’ai donné, au mois à propos des grands  pour jean le       vu quelques textes  martin miguel vient est-ce parce que, petit, on ( ce texte a f toutes mes pour julius baltazar 1 le       au ce qui fascine chez au matin du passet li jurz, si turnet a       pav&ea préparation des       la       &agrav antoine simon 25 quelques autres nous savons tous, ici, que       sabots à propos “la dans ma gorge a grant dulur tendrai puis et c’était dans charogne sur le seuilce qui le soleil n’est pas bientôt, aucune amarre   anatomie du m et mise en ligne josué avait un rythme carissimo ulisse,torna a       fourr& station 5 : comment la liberté s’imprime à nice, le 18 novembre 2004   nous sommes seul dans la rue je ris la a christiane     faisant la 0 false 21 18       sur le ma chair n’est ses mains aussi étaient l’art n’existe   je ne comprends plus pour  les éditions de (À l’église dernier vers aoi l’attente, le fruit       dans       bruyan temps de cendre de deuil de carles respunt : karles se dort cum hume       marche dernier vers aoi abu zayd me déplait. pas c’est la chair pourtant régine robin, deux ajouts ces derniers béatrice machet vient de morz est rollant, deus en ad "le renard connaît si j’avais de son     sur la pente le "patriote", madame est toute je ne sais pas si max charvolen, martin miguel dernier vers aoi clers est li jurz et li  monde rassemblé à pour raphaël   pour adèle et ils avaient si longtemps, si antoine simon 21 j’ai relu daniel biga, guetter cette chose       une pour m.b. quand je me heurte dans le train premier la danse de dieu faisait silence, mais antoine simon 29 les plus terribles ce pays que je dis est "ah ! mon doux pays, " je suis un écorché vif. bien sûr, il y eut un temps hors du antoine simon 24       fleur antoine simon 7 marie-hélène dernier vers aoi la mastication des pour maxime godard 1 haute j’ai ajouté lancinant ô lancinant       les se reprendre. creuser son un trait gris sur la  “s’ouvre mais non, mais non, tu       gentil au seuil de l’atelier       le onze sous les cercles    7 artistes et 1 antoine simon 6  “ce travail qui dernier vers aoi dernier vers aoi les enseignants : je t’enfourche ma li quens oger cuardise       la   (dans le l’illusion d’une dernier vers que mort dans le pain brisé son bernard dejonghe... depuis cinquième essai tout       en un jamais si entêtanteeurydice vertige. une distance  référencem exacerbé d’air toutes ces pages de nos tout à fleur d’eaula danse       deux       qui toujours les lettres :       longte     " le temps passe dans la   marcel bal kanique c’est attelage ii est une œuvre       la pie que d’heures       en de prime abord, il cet article est paru ouverture d’une la fonction, autres litanies du saint nom il aurait voulu être c’est une sorte de  la toile couvre les j’ai perdu mon ici. les oiseaux y ont fait printemps breton, printemps À max charvolen et       le       un         or le travail de bernard le 2 juillet chaises, tables, verres, agnus dei qui tollis peccata un titre : il infuse sa À max charvolen et martin les installations souvent,   ces notes un tunnel sans fin et, à je découvre avant toi les textes mis en ligne martin miguel art et avec marc, nous avons j’aime chez pierre la vie est ce bruissement neuf j’implore en vain s’égarer on able comme capable de donner marcel alocco a on préparait la question du récit       les genre des motsmauvais genre 0 false 21 18       apparu le ciel de ce pays est tout   le 10 décembre violette cachéeton quand sur vos visages les bel équilibre et sa « pouvez-vous je n’hésiterai Éléments - beaucoup de merveilles journée de dorothée vint au monde       la tes chaussures au bas de essai de nécrologie, antoine simon 17  au mois de mars, 1166       crabe- si j’étais un deux nouveauté,       coude 0 false 21 18 le 26 août 1887, depuis réponse de michel marché ou souk ou se placer sous le signe de nous dirons donc  zones gardées de giovanni rubino dit il ne s’agit pas de madame est une torche. elle abstraction voir figuration pour andré antoine simon 18 effleurer le ciel du bout des       l̵       le j’ai changé le sur la toile de renoir, les “dans le dessin       object la rencontre d’une       soleil       ma     tout autour       st       sur maintenant il connaît le le plus insupportable chez pierre ciel torna a sorrento ulisse torna dernier vers aoi       ce le 23 février 1988, il ce texte se présente de l’autre un homme dans la rue se prend  ce mois ci : sub 1257 cleimet sa culpe, si "ces deux là se chaque automne les le scribe ne retient aucun hasard si se (ma gorge est une le ciel est clair au travers   que signifie et nous n’avons rien dernier vers aoi pour jacqueline moretti, et la peur, présente       & carmelo arden quin est une  dans le livre, le       pour cliquetis obscène des j’ai parlé poussées par les vagues  l’exposition  mon cher pétrarque, dentelle : il avait les dieux s’effacent     le cygne sur moi cocon moi momie fuseau       pav&ea  improbable visage pendu bribes en ligne a  il est des objets sur l’appel tonitruant du vous avez    si tout au long nos voix quand nous rejoignons, en   pour théa et ses descendre à pigalle, se antoine simon 15 lentement, josué pour mes enfants laure et soudain un blanc fauche le   le texte suivant a       aux dans l’innocence des quant carles oït la       bonhe dernier vers aoi       sur À la loupe, il observa rimbaud a donc quatrième essai rares vos estes proz e vostre villa arson, nice, du 17 eurydice toujours nue à mougins. décembre   dits de     nous reprise du site avec la       devant  je signerai mon       la ouverture de l’espace   entrons       " (elle entretenait    nous dernier vers aoi napolì napolì pas une année sans évoquer le geste de l’ancienne, viallat © le château de la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Benedetto O.

Benedetto O.

Dernière publication : 18 février 2016.
Les 3 derniers articles : TABLEAU PARISIEN , PROMENADE , UN CALENDRIER .
Les 3 articles les plus lus : FRAGMENTS , PROMENADE , UN CALENDRIER .

  • ORIANE BENEDETTO

    FRAGMENTS

    Des voix percent, racontent des bouts de vie, des manières d’habiter tous ces espaces dont nous avons hérité. Elles ne racontent rien, disent tout à la fois. L’individu et sa dose de solitude dans (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    UN CALENDRIER

    Un verre de vin pour tacher les envies, Janvier qui tournoie comme un flocon, qui danse dans toutes les bouches, givre, pieds nus, l’air fleure le fer mouillé, les yeux des enfants font une chanson (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    PROMENADE

    Effleurer le ciel du bout des yeux avec un regard italien. Tous ces mots au soir s’habillent, habitent les coins de rues, les terrasses désertées par la bruine, les cafés comptoirs lisses, bruissant, (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    TABLEAU PARISIEN

    Date de rédaction : 1er janvier 1970
    Descendre à Pigalle, se perdre dans les rues spécialisées dans les magasins de musiques. Les vitrines offrent des étalages de guitares, claviers, amplis, pédales et tous accessoires de musique : (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette