BRIBES EN LIGNE
accoucher baragouiner antoine simon 15 ici, les choses les plus que reste-t-il de la f le feu s’est       vu le 28 novembre, mise en ligne       & si, il y a longtemps, les souvent je ne sais rien de la langue est intarissable     sur la présentation du       embarq tout est possible pour qui       sur pour yves et pierre poher et deuxième toutefois je m’estimais cinquième essai tout j’ai donné, au mois  les trois ensembles     l’é toute une faune timide veille (ô fleur de courge... sur l’erbe verte si est la mastication des passet li jurz, si turnet a dernier vers aoi a la libération, les       les  pour de cinq madame aux yeux       l̵   nous sommes la vie humble chez les les cuivres de la symphonie nous avons affaire à de « pouvez-vous j’oublie souvent et l’illusion d’une encore une citation“tu f j’ai voulu me pencher madame a des odeurs sauvages   le texte suivant a   se après la lecture de spectacle de josué dit bal kanique c’est mult est vassal carles de pour jacqueline moretti, quand les mots antoine simon 12 la poésie, à la jusqu’à il y a cet article est paru martin miguel art et pour maxime godard 1 haute macles et roulis photo 1 13) polynésie   la baie des anges nouvelles mises en il y a des objets qui ont la leonardo rosa décembre 2001. toujours les lettres : avec marc, nous avons       sur  improbable visage pendu j’ai ajouté antoine simon 29     m2 &nbs un besoin de couper comme de station 5 : comment dans les carnets   six formes de la de prime abord, il  l’exposition  nos voix dans les horizons de boue, de les durand : une marché ou souk ou et combien couleur qui ne masque pas qu’est-ce qui est en     rien sous l’occupation     oued coulant imagine que, dans la a la femme au  les éditions de ainsi fut pétrarque dans 1) la plupart de ces pour andré l’erbe del camp, ki la mort, l’ultime port, le 23 février 1988, il pas même dernier vers aoi       nuage    il       le       " avant propos la peinture est pour raphaël j’ai donc si j’avais de son on peut croire que martine prenez vos casseroles et macao grise la deuxième édition du "l’art est-il bientôt, aucune amarre attendre. mot terrible. i.- avaler l’art par       enfant il existe deux saints portant       apparu macles et roulis photo   la production  tous ces chardonnerets pour gilbert pour andré villers 1)   dits de       tourne dernier vers aoi aux george(s) (s est la quel ennui, mortel pour karles se dort cum hume 1) notre-dame au mur violet       sur dans la caverne primordiale  dernières mises station 4 : judas  si elle est belle ? je       ce les dessins de martine orsoni g. duchêne, écriture le       entre de l’autre  le "musée       juin  au mois de mars, 1166 ma voix n’est plus que mesdames, messieurs, veuillez pour nicolas lavarenne ma vue à la villa tamaris    de femme liseuse  “ne pas madame aux rumeurs comment entrer dans une le plus insupportable chez o tendresses ô mes « 8° de rm : d’accord sur dans les hautes herbes         or l’évidence des voiles de longs cheveux josué avait un rythme nous lirons deux extraits de c’est seulement au carles respunt : antoine simon 13 le 26 août 1887, depuis au labyrinthe des pleursils il ne reste plus que le       je me mi viene in mentemi       ma       au     extraire pour jean marie    au balcon dernier vers aoi le nécessaire non nice, le 30 juin 2000 à       le à propos “la il n’était qu’un la cité de la musique antoine simon 17 v.- les amicales aventures du quatre si la mer s’est et ces violette cachéeton troisième essai et bribes en ligne a est-ce parce que, petit, on 7) porte-fenêtre       sous 1.- les rêves de     faisant la dans le monde de cette percey priest lakesur les       la vous êtes poème pour (en regardant un dessin de   adagio   je l’homme est vous n’avez  pour jean le À max charvolen et martin pour max charvolen 1)       se placer sous le signe de légendes de michel reprise du site avec la antoine simon 33 me et je vois dans vos nous avancions en bas de       bien macles et roulis photo 7       le la question du récit dimanche 18 avril 2010 nous un jour, vous m’avez je sais, un monde se 1-nous sommes dehors.       dans ainsi va le travail de qui       o       sur je crie la rue mue douleur il n’y a pas de plus  avec « a la ce va et vient entre dans ma gorge  l’écriture première bribes en ligne a       au l’impossible " je suis un écorché vif. rien n’est plus ardu       cette pour martine li emperere par sa grant mes pensées restent antoine simon 14       rampan comme une suite de la mort d’un oiseau. le temps passe dans la grant est la plaigne e large quelques textes       la antoine simon 27 je suis occupé ces la réserve des bribes si grant dol ai que ne       neige de mes deux mains quelque chose ce paysage que tu contemplais       deux comme c’est vi.- les amicales aventures l’existence n’est       &ccedi de pa(i)smeisuns en est venuz madame dans l’ombre des       en torna a sorrento ulisse torna       deux       je "moi, esclave" a    tu sais       parfoi le temps passe si vite,       m&eacu       baie       et tu m1       macles et roulis photo 4   je n’ai jamais max charvolen, martin miguel dernier vers aoi la pureté de la survie. nul mise en ligne d’un on a cru à l’attente, le fruit en ceste tere ad estet ja dernier vers aoi clers fut li jurz e li petit matin frais. je te dernier vers aoi (dans mon ventre pousse une la gaucherie à vivre, à sylvie       pav&ea       force pour martin tous ces charlatans qui il existe au moins deux       dans le vieux qui  “... parler une     [1]  on préparait  martin miguel vient tout mon petit univers en   j’ai souvent gardien de phare à vie, au   pour adèle et mon travail est une cet article est paru dans le elle disposait d’une       sur le l’impression la plus le géographe sait tout dernier vers que mort li quens oger cuardise carmelo arden quin est une dans le pays dont je vous la fraîcheur et la face aux bronzes de miodrag     "     après       allong     un mois sans dernier vers aoi       mouett attendre. mot terrible. le ciel est clair au travers dernier vers aoi un verre de vin pour tacher       va       glouss vous avez f le feu m’a à propos des grands "nice, nouvel éloge de la les avenues de ce pays un soir à paris au la galerie chave qui travail de tissage, dans faisant dialoguer aucun hasard si se mult ben i fierent franceis e "ah ! mon doux pays, rimbaud a donc       le       voyage f le feu est venu,ardeur des marcel alocco a grande lune pourpre dont les l’art c’est la la communication est 0 false 21 18 dans l’innocence des tendresses ô mes envols a toi le don des cris qui       pav&ea ce n’est pas aux choses mougins. décembre       bonhe autre citation diaphane est le mot (ou le lent déferlement dernier vers aoi merci au printemps des « e ! malvais "la musique, c’est le   né le 7       reine temps de pierres       avant  il y a le pluies et bruines, on croit souvent que le but dernier vers aoi       " preambule – ut pictura able comme capable de donner       crabe-   marcel pour philippe un temps hors du cinquième citationne un homme dans la rue se prend mieux valait découper a l’aube des apaches, pur ceste espee ai dulor e dentelle : il avait       l̵ la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Benedetto O.

Benedetto O.

Dernière publication : 18 février 2016.
Les 3 derniers articles : TABLEAU PARISIEN , PROMENADE , UN CALENDRIER .
Les 3 articles les plus lus : TABLEAU PARISIEN , UN CALENDRIER , FRAGMENTS .

  • ORIANE BENEDETTO

    FRAGMENTS

    Des voix percent, racontent des bouts de vie, des manières d’habiter tous ces espaces dont nous avons hérité. Elles ne racontent rien, disent tout à la fois. L’individu et sa dose de solitude dans (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    UN CALENDRIER

    Un verre de vin pour tacher les envies, Janvier qui tournoie comme un flocon, qui danse dans toutes les bouches, givre, pieds nus, l’air fleure le fer mouillé, les yeux des enfants font une chanson (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    PROMENADE

    Effleurer le ciel du bout des yeux avec un regard italien. Tous ces mots au soir s’habillent, habitent les coins de rues, les terrasses désertées par la bruine, les cafés comptoirs lisses, bruissant, (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    TABLEAU PARISIEN

    Date de rédaction : 1er janvier 1970
    Descendre à Pigalle, se perdre dans les rues spécialisées dans les magasins de musiques. Les vitrines offrent des étalages de guitares, claviers, amplis, pédales et tous accessoires de musique : (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette