BRIBES EN LIGNE
      midi “dans le dessin mesdames, messieurs, veuillez cette machine entre mes une errance de c’est extrêmement il ne reste plus que le macao grise (ô fleur de courge...       la suite de max charvolen, martin miguel (en regardant un dessin de     un mois sans je serai toujours attentif à 1 au retour au moment et combien granz est li calz, si se       il       sur  les œuvres de       " de prime abord, il  hier, 17 si, il y a longtemps, les zacinto dove giacque il mio essai de nécrologie, l’une des dernières apaches : mes pensées restent (josué avait dernier vers aoi       sur a dix sept ans, je ne savais patrick joquel vient de       je une il faut dire les a grant dulur tendrai puis "ah ! mon doux pays, coupé le sonà       au chaque jour est un appel, une       crabe- chaises, tables, verres, macles et roulis photo 3     l’é errer est notre lot, madame,       au in the country rien n’est plus ardu mais jamais on ne la lecture de sainte dernier vers aoi on cheval le numéro exceptionnel de "le renard connaît eurydice toujours nue à titrer "claude viallat,    de femme liseuse quand les mots polenta la langue est intarissable (elle entretenait ce va et vient entre quelques textes     les fleurs du  dans toutes les rues dernier vers aoi       " pour michèle gazier 1)       object dernier vers aoi aux george(s) (s est la quatre si la mer s’est 1) notre-dame au mur violet carissimo ulisse,torna a la gaucherie à vivre, dernier vers aoi tout en travaillant sur les       la ainsi va le travail de qui antoine simon 3 il faut laisser venir madame histoire de signes .       pav&ea voudrais je vous pour maguy giraud et il pleut. j’ai vu la       d&eacu constellations et rêve, cauchemar,       " dernier vers aoi il souffle sur les collines       la antoine simon 6       jardin quelques autres morz est rollant, deus en ad       l̵       fleur       fourmi la question du récit temps où les coeurs buttati ! guarda&nbs juste un mot pour annoncer le géographe sait tout  tu ne renonceras pas.  la lancinante       je me je ne peins pas avec quoi, l’ami michel c’est la chair pourtant station 1 : judas passet li jurz, si turnet a libre de lever la tête rm : d’accord sur comment entrer dans une     [1]  ils sortent diaphane est le mot (ou  c’était   tout est toujours en ma mémoire ne peut me i mes doigts se sont ouverts       le j’ai relu daniel biga, la danse de agnus dei qui tollis peccata on préparait   3   

les       o  ce qui importe pour d’ eurydice ou bien de le lent déferlement clers fut li jurz e li nice, le 18 novembre 2004 ce jour là, je pouvais sables mes parolesvous je suis occupé ces tant pis pour eux. il ne sait rien qui ne va  le livre, avec    seule au ] heureux l’homme je désire un dernier vers aoi       &ccedi dernier vers aoi genre des motsmauvais genre dernier vers aoi         sur le   est-ce que "si elle est à propos “la vous avez avant propos la peinture est le grand combat : non... non... je vous assure, il y a des objets qui ont la si j’étais un       qui dorothée vint au monde  ce mois ci : sub  epître aux  je signerai mon normal 0 21 false fal pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi dans les carnets suite du blasphème de envoi du bulletin de bribes dentelle : il avait j’ai longtemps approche d’une al matin, quant primes pert deux mille ans nous       &  les premières dernier vers aoi 1257 cleimet sa culpe, si et il parlait ainsi dans la a la libération, les la galerie chave qui religion de josué il madame, c’est notre aucun hasard si se   pour théa et ses martin miguel art et antoine simon 12  pour jean le       le ….omme virginia par la si j’avais de son       bruyan       au clere est la noit e la langues de plomba la (ma gorge est une     hélas,       une d’abord l’échange des je rêve aux gorges j’ai en réserve f les rêves de   ces notes       enfant  il y a le       apr&eg  au mois de mars, 1166 je suis       pass&e c’est une sorte de le proche et le lointain       en tout est possible pour qui c’était une pour martine un verre de vin pour tacher le temps passe dans la       tout mon petit univers en le 19 novembre 2013, à la nu(e), comme son nom « voici       au       grimpa le glacis de la mort madame aux rumeurs pour julius baltazar 1 le  monde rassemblé halt sunt li pui e mult halt pour andrée ne faut-il pas vivre comme de mes deux mains   l’oeuvre vit son faisant dialoguer    il chairs à vif paumes quatrième essai de générations pas même j’écoute vos nous savons tous, ici, que   si vous souhaitez accorde ton désir à ta voile de nuità la pour jean-marie simon et sa       sur       il les installations souvent,   entrons quel étonnant l’évidence l’heure de la       le les grands       reine madame des forêts de la tentation du survol, à g. duchêne, écriture le ço dist li reis : jamais je n’aurais démodocos... Ça a bien un la deuxième édition du       entre     les provisions la mort d’un oiseau. le geste de l’ancienne, l’art n’existe       les à la bonne       dans petit matin frais. je te station 7 : as-tu vu judas se je déambule et suis mais non, mais non, tu trois tentatives desesperees  l’exposition  passent .x. portes, 1254 : naissance de nous avons affaire à de       un reflets et echosla salle       apr&eg frères et au labyrinthe des pleursils       un pour ici, les choses les plus un tunnel sans fin et, à un nouvel espace est ouvert pour daniel farioli poussant la vie humble chez les dessiner les choses banales il n’était qu’un quand il voit s’ouvrir, huit c’est encore à       neige dans le monde de cette f le feu m’a cet article est paru dans le pour marcel la mastication des l’instant criblé   dits de que d’heures dans un coin de nice, s’ouvre la j’arrivais dans les juste un il semble possible  tous ces chardonnerets pour michèle gazier 1 en 1958 ben ouvre à sixième       ( sous la pression des la communication est 1- c’est dans       nuage un homme dans la rue se prend franchement, pensait le chef, le temps passe si vite, autre citation"voui les étourneaux ! toi, mésange à troisième essai et       la       allong merci à la toile de vous avez autres litanies du saint nom  “s’ouvre du fond des cours et des Éléments - je meurs de soif madame est une torche. elle il faut aller voir écrirecomme on se   nous sommes  les trois ensembles       en     son janvier 2002 .traverse « h&eacu il existe deux saints portant       le pour michèle aueret dernier vers aoi les durand : une       une     sur la sur la toile de renoir, les deuxième suite clers est li jurz et li les plus terribles j’entends sonner les chaque automne les il en est des noms comme du les dessins de martine orsoni       entre sainte marie,       st j’ai changé le le travail de bernard d’un côté derniers f le feu s’est seul dans la rue je ris la    en       fourr& avant dernier vers aoi f le feu est venu,ardeur des la bouche pure souffrance  improbable visage pendu la légende fleurie est merci à marc alpozzo abu zayd me déplait. pas   la littérature de la bouche pleine de bulles   ciel !!!!       deux i en voyant la masse aux deuxième ils s’étaient       six madame chrysalide fileuse antoine simon 7 les parents, l’ultime lentement, josué ouverture de l’espace         &n l’homme est antoine simon 17 la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Benedetto O.

Benedetto O.

Dernière publication : 18 février 2016.
Les 3 derniers articles : TABLEAU PARISIEN , PROMENADE , UN CALENDRIER .
Les 3 articles les plus lus : TABLEAU PARISIEN , UN CALENDRIER , PROMENADE .

  • ORIANE BENEDETTO

    FRAGMENTS

    Des voix percent, racontent des bouts de vie, des manières d’habiter tous ces espaces dont nous avons hérité. Elles ne racontent rien, disent tout à la fois. L’individu et sa dose de solitude dans (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    UN CALENDRIER

    Un verre de vin pour tacher les envies, Janvier qui tournoie comme un flocon, qui danse dans toutes les bouches, givre, pieds nus, l’air fleure le fer mouillé, les yeux des enfants font une chanson (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    PROMENADE

    Effleurer le ciel du bout des yeux avec un regard italien. Tous ces mots au soir s’habillent, habitent les coins de rues, les terrasses désertées par la bruine, les cafés comptoirs lisses, bruissant, (...)

  • ORIANE BENEDETTO

    TABLEAU PARISIEN

    Date de rédaction : 1er janvier 1970
    Descendre à Pigalle, se perdre dans les rues spécialisées dans les magasins de musiques. Les vitrines offrent des étalages de guitares, claviers, amplis, pédales et tous accessoires de musique : (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette