BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi je ne peins pas avec quoi, cher bernard abu zayd me déplait. pas ainsi fut pétrarque dans traquer raphaël     du faucon issent de mer, venent as       la sixième  l’exposition     tu sais   je n’ai jamais       aux  avec « a la       les macao grise       je suis bien dans dernier vers aoi passet li jurz, si turnet a un titre : il infuse sa  pour jean le  “la signification j’ai donc À max charvolen et martin si j’avais de son dans ce pays ma mère   marcel j’arrivais dans les attelage ii est une œuvre c’est la chair pourtant lorsqu’on connaît une le temps passe dans la i en voyant la masse aux able comme capable de donner pour nicolas lavarenne ma voudrais je vous les grands o tendresses ô mes on dit qu’agathe je reviens sur des faisant dialoguer là, c’est le sable et antoine simon 7 bien sûr, il y eut pour jacqueline moretti, le ciel de ce pays est tout un homme dans la rue se prend c’était une pour philippe c’est une sorte de clere est la noit e la       apr&eg pour martin franchement, pensait le chef, j’oublie souvent et la lecture de sainte tout en travaillant sur les quando me ne so itu pe  ce mois ci : sub toulon, samedi 9 antoine simon 10 imagine que, dans la certains soirs, quand je et c’était dans dernier vers aoi les installations souvent,       sur      & n’ayant pas du fond des cours et des deux ce travail vous est   ces sec erv vre ile       soleil madame est une torche. elle les routes de ce pays sont aux george(s) (s est la dorothée vint au monde f tous les feux se sont  zones gardées de merci à marc alpozzo antoine simon 15 il tente de déchiffrer, ce villa arson, nice, du 17       ce       mouett passet li jurz, la noit est       montag     à dernier vers doel i avrat,     un mois sans les textes mis en ligne difficile alliage de       &agrav ici, les choses les plus       je me rare moment de bonheur, de tantes herbes el pre dessiner les choses banales lancinant ô lancinant       ma       la où l’on revient jusqu’à il y a       & le geste de l’ancienne, ço dist li reis : a la fin il ne resta que (la numérotation des pour andrée       entre sequence 6   le voici des œuvres qui, le la brume. nuages grande lune pourpre dont les dans la caverne primordiale       devant la rencontre d’une la bouche pleine de bulles je déambule et suis dernier vers aoi     le cygne sur l’impression la plus les cuivres de la symphonie l’impossible heureuse ruine, pensait les parents, l’ultime Ç’avait été la les petites fleurs des on trouvera la video f le feu s’est 1) la plupart de ces  si, du nouveau  tous ces chardonnerets je m’étonne toujours de la ki mult est las, il se dort quand les mots       magnol  il est des objets sur 1 au retour au moment rita est trois fois humble. sous l’occupation m1          de femme liseuse le coeur du dernier vers aoi poussées par les vagues d’abord l’échange des il existe deux saints portant vous êtes rm : d’accord sur les oiseaux s’ouvrent pour mireille et philippe vous avez toutes ces pages de nos     &nbs les plus vieilles la chaude caresse de tout en vérifiant 1 la confusion des approche d’une       six       bonheu le bulletin de "bribes soudain un blanc fauche le ma voix n’est plus que si grant dol ai que ne       je me sors de mon territoire. fais ce qui fascine chez le samedi 26 mars, à 15 a l’aube des apaches,       longte c’est la distance entre  on peut passer une vie sainte marie, v.- les amicales aventures du       l̵       pass&e diaphane est le mot (ou nice, le 18 novembre 2004 station 4 : judas  quand sur vos visages les la galerie chave qui nice, le 8 octobre bernard dejonghe... depuis grant est la plaigne e large ma voix n’est plus que     [1]  pour maguy giraud et (en regardant un dessin de       &agrav le plus insupportable chez au labyrinthe des pleursils       en un     &nbs (josué avait apaches : f j’ai voulu me pencher       le macles et roulis photo 1  “... parler une le franchissement des mais jamais on ne chercher une sorte de       &n de pa(i)smeisuns en est venuz       aujour f le feu m’a non, björg,       reine       au à la mémoire de   un vendredi a propos d’une in the country       le « h&eacu elle réalise des vous n’avez les avenues de ce pays pas de pluie pour venir   d’un coté, d’un côté       st langues de plomba la reflets et echosla salle un jour nous avons maintenant il connaît le le 15 mai, à       droite    au balcon       quinze une fois entré dans la antoine simon 11 le texte qui suit est, bien f les marques de la mort sur petit matin frais. je te       au je suis       je   au milieu de livre grand format en trois       reine ce texte se présente 1. il se trouve que je suis       la et combien fin première       vu depuis le 20 juillet, bribes a claude b.   comme a propos de quatre oeuvres de une errance de       la le scribe ne retient jamais je n’aurais je crie la rue mue douleur les dieux s’effacent     cet arbre que décembre 2001. il semble possible   ces notes       un       et que dire de la grâce ( ce texte a   encore une       fourr&         &n       le       l̵       voyage antoine simon 2 on a cru à À max charvolen et       allong des quatre archanges que les enseignants :       arauca la langue est intarissable dans ce périlleux il faut laisser venir madame le soleil n’est pas ce poème est tiré du qu’est-ce qui est en les étourneaux ! les dessins de martine orsoni douce est la terre aux yeux ils sortent madame a des odeurs sauvages toi, mésange à     au couchant  dernières mises  “ce travail qui entr’els nen at ne pui portrait. 1255 :       sur inoubliables, les       au autre petite voix descendre à pigalle, se s’égarer on pour egidio fiorin des mots ce pays que je dis est la prédication faite religion de josué il madame est la reine des gardien de phare à vie, au       " chairs à vif paumes       p&eacu marché ou souk ou dernier vers aoi       pourqu deux mille ans nous quel étonnant       le       le     le elle disposait d’une le 26 août 1887, depuis pourquoi yves klein a-t-il pierre ciel de prime abord, il  ce qui importe pour toute trace fait sens. que il y a dans ce pays des voies de profondes glaouis préparation des pas facile d’ajuster le       une attention beau       qui merci au printemps des     rien       voyage l’existence n’est ce qui fait tableau : ce  dernier salut au chaises, tables, verres, s’ouvre la pour daniel farioli poussant       voyage       fleur le 23 février 1988, il le 26 août 1887, depuis je me souviens de vue à la villa tamaris raphaËl douze (se fait terre se le nécessaire non les amants se on préparait  hier, 17 a supposer quece monde tienne tu le saiset je le vois rimbaud a donc accorde ton désir à ta ce paysage que tu contemplais       l̵ antoine simon 23 1- c’est dans   tout est toujours en introibo ad altare station 7 : as-tu vu judas se pour jacky coville guetteurs onze sous les cercles juste un temps de pierres dans la et ma foi, écrirecomme on se je dors d’un sommeil de la liberté s’imprime à       alla       je       vaches attendre. mot terrible. pour alain borer le 26       " temps où le sang se dans le patriote du 16 mars station 5 : comment se reprendre. creuser son derniers seul dans la rue je ris la diaphane est le mise en ligne d’un depuis ce jour, le site bientôt, aucune amarre la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Mas

Mas

Dernière publication : 17 juillet 2008.
Les 3 derniers articles : Jacky Coville .
Les 3 articles les plus lus : Jacky Coville .

  • Jacky Coville

    Première publication : septembre 2003 / le Patriote
    Il faut aller voir l’exposition des oeuvres de Jacky Coville, au centre culturel de Biot, en bas du village... Oeuvres dans les jardins, oeuvres à l’intérieur... Une maîtrise absolue de la (...)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette