BRIBES EN LIGNE
zacinto dove giacque il mio macao grise       fourr& a la fin il ne resta que le temps passe dans la chaises, tables, verres,     à ….omme virginia par la  de la trajectoire de ce arbre épanoui au ciel       au il s’appelait le lent tricotage du paysage il semble possible       j̵       &eacut pour michèle gazier 1) la galerie chave qui vous avez jouer sur tous les tableaux pour andré villers 1) j’ai longtemps       chaque sixième l’instant criblé       va deuxième approche de       &agrav l’erbe del camp, ki 0 false 21 18     hélas, temps de pierres dans la grant est la plaigne e large lu le choeur des femmes de       tourne antoine simon 22 antoine simon 27 a christiane antoine simon 31   iv    vers je désire un pour andré tendresses ô mes envols nous viendrons nous masser   jn 2,1-12 : station 3 encore il parle vous n’avez       dans le 28 novembre, mise en ligne dans un coin de nice, accoucher baragouiner l’homme est juste un mot pour annoncer il faut laisser venir madame ecrire sur     les fleurs du normal 0 21 false fal       sur deux mille ans nous moi cocon moi momie fuseau saluer d’abord les plus vedo la luna vedo le À max charvolen et morz est rollant, deus en ad       à temps de pierres dentelle : il avait petit matin frais. je te mouans sartoux. traverse de     dans la ruela     nous         or   la production les étourneaux ! des conserves ! le vieux qui on peut croire que martine   encore une 13) polynésie je suis occupé ces antoine simon 26 tout est prêt en moi pour dorothée vint au monde suite du blasphème de les plus terribles les routes de ce pays sont je me souviens de antoine simon 29 les durand : une maintenant il connaît le que reste-t-il de la elle ose à peine villa arson, nice, du 17 nous lirons deux extraits de cyclades, iii° recleimet deu mult raphaël entr’els nen at ne pui   se écoute, josué, je m’étonne toujours de la  si, du nouveau       gentil (vois-tu, sancho, je suis       pierre ciel rimbaud a donc       dans       jardin religion de josué il rm : nous sommes en       la dernier vers s’il c’est une sorte de de sorte que bientôt 7) porte-fenêtre "mais qui lit encore le “dans le dessin j’arrivais dans les les plus vieilles       ( des voiles de longs cheveux    tu sais       en pourquoi yves klein a-t-il equitable un besoin sonnerait exode, 16, 1-5 toute dernier vers aoi les dessins de martine orsoni     " le plus insupportable chez "tu sais ce que c’est cinquième essai tout libre de lever la tête       voyage       le en 1958 ben ouvre à présentation du on trouvera la video  je signerai mon encore la couleur, mais cette c’est pour moi le premier f le feu est venu,ardeur des   le texte suivant a pour frédéric c’est la distance entre       sur comme un préliminaire la allons fouiller ce triangle  la lancinante       un il en est des meurtrières. comme c’est i en voyant la masse aux pour egidio fiorin des mots (elle entretenait issent de mer, venent as je meurs de soif       la   si vous souhaitez madame a des odeurs sauvages li emperere par sa grant       dans dernier vers aoi douce est la terre aux yeux       enfant dernier vers aoi   un vendredi       le       qui l’éclair me dure, antoine simon 24 l’existence n’est  pour de onzième dernier vers aoi dernier vers aoi dernier vers aoi   quatre si la mer s’est       les al matin, quant primes pert je n’hésiterai tous feux éteints. des     faisant la il était question non la liberté de l’être dans ma gorge de tantes herbes el pre m1       la terre a souvent tremblé ce monde est semé petites proses sur terre À l’occasion de bal kanique c’est j’ai parlé ] heureux l’homme tout à fleur d’eaula danse nice, le 8 octobre       juin la vie humble chez les ce paysage que tu contemplais le bulletin de "bribes dernier vers aoi pour gilbert       le le nécessaire non edmond, sa grande le galop du poème me je suis celle qui trompe       cette après la lecture de temps de cendre de deuil de epuisement de la salle,       aux et ma foi,     cet arbre que (la numérotation des écrirecomme on se un jour, vous m’avez antoine simon 7 il ne s’agit pas de       maquis  au travers de toi je agnus dei qui tollis peccata       soleil j’ai perdu mon       l̵       pav&ea jusqu’à il y a       deux passent .x. portes, je dors d’un sommeil de à       parfoi je ne peins pas avec quoi,       je me madame, on ne la voit jamais « amis rollant, de pour pierre theunissen la effleurer le ciel du bout des guetter cette chose laure et pétrarque comme bientôt, aucune amarre  tu vois im font chier       apr&eg leonardo rosa       et     double Être tout entier la flamme aux barrières des octrois pour philippe pour jean marie béatrice machet vient de c’est ici, me       st 1 la confusion des lorsqu’on connaît une station 7 : as-tu vu judas se sous la pression des       une   est-ce que grande lune pourpre dont les au matin du       ce mult ben i fierent franceis e il ne sait rien qui ne va seul dans la rue je ris la et…  dits de pour martin madame est une torche. elle       la pie       banlie ne faut-il pas vivre comme dans les horizons de boue, de mesdames, messieurs, veuillez       object sixième il pleut. j’ai vu la quelques textes  le livre, avec carissimo ulisse,torna a       dans       au   au milieu de un temps hors du comment entrer dans une viallat © le château de face aux bronzes de miodrag dernier vers aoi       &agrav sequence 6   le f dans le sourd chatoiement a propos d’une je ne sais pas si pour mes enfants laure et       dans dernier vers aoi sous l’occupation il n’y a pas de plus pour julius baltazar 1 le vue à la villa tamaris rien n’est dimanche 18 avril 2010 nous       vaches 0 false 21 18   ciel !!!!  tu ne renonceras pas. preambule – ut pictura       " je crie la rue mue douleur À perte de vue, la houle des clere est la noit e la  tous ces chardonnerets du bibelot au babilencore une huit c’est encore à et nous n’avons rien       arauca à propos “la f le feu s’est je sais, un monde se le numéro exceptionnel de fontelucco, 6 juillet 2000 inoubliables, les       avant antoine simon 9 tu le sais bien. luc ne  “... parler une       le tout mon petit univers en essai de nécrologie, ils sortent       nuage l’attente, le fruit de mes deux mains ce qu’un paysage peut     après       montag spectacle de josué dit dans les hautes herbes pour michèle aueret   entrons pour andré samuelchapitre 16, versets 1 pure forme, belle muette,       bonheu quant carles oït la se placer sous le signe de avant dernier vers aoi couleur qui ne masque pas de la       aujour légendes de michel       midi la légende fleurie est les dieux s’effacent une fois entré dans la f toutes mes dans les rêves de la       glouss       ...mai les amants se la force du corps,   six formes de la "je me tais. pour taire. approche d’une bernard dejonghe... depuis le lent déferlement carcassonne, le 06 pour mireille et philippe     rien       rampan pluies et bruines, g. duchêne, écriture le       voyage       le deuxième apparition descendre à pigalle, se les lettres ou les chiffres il n’est pire enfer que     au couchant pour daniel farioli poussant  monde rassemblé       au nous savons tous, ici, que ce comme ce mur blanc 1) notre-dame au mur violet sa langue se cabre devant le       la le ciel est clair au travers pour certains soirs, quand je j’oublie souvent et bribes en ligne a la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Avril

Avril

Dernière publication : 12 février 2009.
Les 3 derniers articles : L’éternité par petits bouts .
Les 3 articles les plus lus : L’éternité par petits bouts .


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette