BRIBES EN LIGNE
      au et te voici humanité cher bernard iloec endreit remeint li os laure et pétrarque comme religion de josué il dans les carnets j’écoute vos souvent je ne sais rien de     depuis l’homme est station 1 : judas rien n’est deux nouveauté,       bonhe dernier vers aoi une autre approche de   1) cette passet li jurz, si turnet a madame, on ne la voit jamais coupé en deux quand autres litanies du saint nom au lecteur voici le premier quatre si la mer s’est       pav&ea       pourqu   la baie des anges       quinze frères et je suis occupé ces pour mireille et philippe cinquième essai tout le samedi 26 mars, à 15 paysage de ta tombe  et chaque jour est un appel, une difficile alliage de ce n’est pas aux choses antoine simon 19       l̵       st la bouche pleine de bulles    seule au le soleil n’est pas recleimet deu mult maintenant il connaît le intendo... intendo ! et ma foi, on cheval antoine simon 22 régine robin,       bien antoine simon 27 je ne peins pas avec quoi,   nous sommes dernier vers aoi la danse de le franchissement des un jour, vous m’avez       la le lent tricotage du paysage       ( temps de pierres  zones gardées de aux george(s) (s est la       la outre la poursuite de la mise la fonction, pluies et bruines, neuf j’implore en vain le scribe ne retient  epître aux       juin       dans j’ai longtemps À la loupe, il observa       le reprise du site avec la       la     " comme ce mur blanc elle réalise des       dans "la musique, c’est le seins isabelle boizard 2005 af : j’entends n’ayant pas pour mes enfants laure et       b&acir Ç’avait été la la communication est le texte qui suit est, bien dernier vers aoi raphaël 1254 : naissance de       sur le       le       dans antoine simon 25 un trait gris sur la tout le problème macles et roulis photo 6 le 15 mai, à       "       le  le "musée quand les eaux et les terres       le  il est des objets sur       vu c’est la distance entre       pass&e    de femme liseuse    7 artistes et 1 rimbaud a donc « pouvez-vous ço dist li reis : c’est extrêmement d’un côté les routes de ce pays sont  dans toutes les rues tous feux éteints. des la mort, l’ultime port,       soleil rien n’est plus ardu bribes en ligne a le passé n’est       l̵  pour jean le       &agrav s’égarer on       fourr& mouans sartoux. traverse de       le       &n "je me tais. pour taire. livre grand format en trois je t’ai admiré, dans les hautes herbes nous dirons donc     quand si j’étais un un jour nous avons générations nouvelles mises en c’était une       la c’est la chair pourtant dessiner les choses banales       les  “... parler une branches lianes ronces       avant je sais, un monde se       le       le cet univers sans antoine simon 10       et pour jean-louis cantin 1.- rm : d’accord sur envoi du bulletin de bribes tromper le néant       un pour andré pas une année sans évoquer dernier vers aoi ce pays que je dis est pour gilbert marie-hélène dorothée vint au monde quand il voit s’ouvrir,       sur dernier vers aoi pour frédéric chaque automne les madame des forêts de toutefois je m’estimais pour bernadette griot vient de     oued coulant tout en vérifiant     vers le soir     cet arbre que chairs à vif paumes   d’un coté,       j̵   dits de martin miguel art et suite du blasphème de dernier vers aoi voile de nuità la références : xavier à       reine se reprendre. creuser son       il       " j’ai parlé deuxième approche de       l̵ "ces deux là se  “s’ouvre       d&eacu     le quelque chose       descen en cet anniversaire, ce qui buttati ! guarda&nbs il avait accepté ce paysage que tu contemplais la mort d’un oiseau. 1. il se trouve que je suis   entrons tout à fleur d’eaula danse bribes en ligne a on peut croire que martine    regardant  l’exposition  les grands même si ce qu’un paysage peut la pureté de la survie. nul pour jean gautheronle cosmos soudain un blanc fauche le franchement, pensait le chef, pour martine un soir à paris au nous avons affaire à de       l̵ et combien station 7 : as-tu vu judas se le temps passe dans la       assis       deux dans ma gorge     chambre i.- avaler l’art par         " dernier vers aoi       &n       rampan       sur       nuage dernier vers aoi la mastication des le ciel est clair au travers spectacle de josué dit exode, 16, 1-5 toute toujours les lettres :       mouett fin première c’est une sorte de viallat © le château de m1       pour andrée "pour tes de mes deux mains giovanni rubino dit quelque temps plus tard, de issent de mer, venent as       que la poésie, à la on trouvera la video samuelchapitre 16, versets 1 après la lecture de       je me du fond des cours et des  “ce travail qui f le feu m’a       j’ai changé le dernier vers aoi "mais qui lit encore le quant carles oït la troisième essai et   voici donc la sur l’erbe verte si est jamais si entêtanteeurydice   ces sec erv vre ile la langue est intarissable un homme dans la rue se prend       le lorsque martine orsoni l’ami michel dans les rêves de la guetter cette chose 0 false 21 18 “le pinceau glisse sur pour maxime godard 1 haute au commencement était   maille 1 :que jouer sur tous les tableaux       le pour robert de profondes glaouis les dieux s’effacent mon cher pétrarque, nice, le 30 juin 2000 macao grise ce jour-là il lui       grappe dernier vers s’il dans la caverne primordiale             je       sur antoine simon 7 sous l’occupation que d’heures premier essai c’est exacerbé d’air mise en ligne d’un descendre à pigalle, se a la libération, les deux ajouts ces derniers madame est une dernier vers aoi dernier vers aoi " je suis un écorché vif. sors de mon territoire. fais normal 0 21 false fal macles et roulis photo 4 béatrice machet vient de "le renard connaît       dans les avenues de ce pays       &n il y a tant de saints sur l’erbe del camp, ki       neige c’est un peu comme si,   l’oeuvre vit son les étourneaux ! (dans mon ventre pousse une prenez vos casseroles et pour julius baltazar 1 le et voici maintenant quelques antoine simon 12 max charvolen, martin miguel “dans le dessin ki mult est las, il se dort torna a sorrento ulisse torna "tu sais ce que c’est madame aux rumeurs il est le jongleur de lui       sur madame déchirée morz est rollant, deus en ad la bouche pure souffrance       montag dernier vers aoi a l’aube des apaches, décembre 2001. il s’appelait dernier vers aoi j’ai perdu mon  les éditions de genre des motsmauvais genre dernier vers aoi pour lee à propos “la antoine simon 32 abstraction voir figuration       retour À max charvolen et   le texte suivant a se placer sous le signe de une fois entré dans la non, björg, je découvre avant toi il ne sait rien qui ne va       au jamais je n’aurais       soleil À perte de vue, la houle des si grant dol ai que ne     pluie du normalement, la rubrique bien sûr, il y eut vos estes proz e vostre la littérature de ce texte se présente ] heureux l’homme     &nbs le corps encaisse comme il       le j’ai en réserve et…  dits de d’abord l’échange des quand nous rejoignons, en       deux 1-nous sommes dehors. la parol

Accueil > Mots-clés > Rédacteurs du site > Biga

Biga

Dernière publication : 20 novembre 2009.
Les 3 derniers articles : Le grand bouc blanc , Mais ce chasseur , Je suis un faon .
Les 3 articles les plus lus : Le coucou du bois , Sur le pré de mai * , Le grand bouc blanc .

info portfolio

Daniel Biga © Michel Durigneux Daniel Biga © Michel Durigneux
  • DANIEL BIGA

    Le haïku...

    les quatre saisons du haïku

    le haïku je le pratique en tout lieu tout temps toute saison comme la promenade quotidienne
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    Seul dans la rue...

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    seul dans la rue je ris la raison à la connaître je suis le seul
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    gentil petit matin...

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    gentil petit matin les poissons sautent sur la Loire
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    les fleurs du fleuve

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    les fleurs du fleuve cueillies à marée basse
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    longtemps sur la rivière

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    longtemps sur la rivière bleue une corneille chasse une mouette puis réciproquement
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    quai des chargeurs

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    quai des chargeurs de l’Ouest la grêle qui dure le temps de l’écrire
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    est-ce encore un fleuve ?

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    est-ce encore un fleuve ? n’est-ce plus qu’un égout ? c’est toujours de l’eau qui coule
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    au Bosphore

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    au Bosphore chez les Turcs du bord de Loire pause kébab
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    un brin de coriandre

    Les quatre saisons du haïku : printemps

    un brin de coriandre dans ma dent creuse voyage en Orient
    Clefs : Biga , poésie

  • DANIEL BIGA

    au couchant devant la Chapelle

    Les quatre saisons du Haïku : printemps

    au couchant devant la Chapelle sept chevaux entrent dans l’Erdre
    Clefs : Biga , poésie


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette