BRIBES EN LIGNE
bientôt, aucune amarre       six       la     du faucon pour julius baltazar 1 le carissimo ulisse,torna a carles respunt : quatrième essai de seins isabelle boizard 2005 toutes sortes de papiers, sur madame est une torche. elle douze (se fait terre se dernier vers aoi le bulletin de "bribes démodocos... Ça a bien un  un livre écrit a toi le don des cris qui très saintes litanies après la lecture de       fourmi je n’hésiterai       neige derniers       les pour jean gautheronle cosmos à cri et à deuxième essai langues de plomba la       nuage dernier vers aoi le "patriote", pour le prochain basilic, (la saluer d’abord les plus sur l’erbe verte si est pluies et bruines,     pourquoi antoine simon 11  la lancinante       le glaciation entre ce texte m’a été ainsi fut pétrarque dans marie-hélène       p&eacu normal 0 21 false fal       le il était question non cet article est paru dans le    au balcon maintenant il connaît le le tissu d’acier charogne sur le seuilce qui légendes de michel certains prétendent madame chrysalide fileuse vos estes proz e vostre samuelchapitre 16, versets 1   le texte suivant a       descen   maille 1 :que libre de lever la tête pour maguy giraud et "ces deux là se       la bruno mendonça ...et poème pour       "       le les enseignants :     que signifie la route de la soie, à pied, pour andré quand nous rejoignons, en       midi merle noir  pour a claude b.   comme À l’occasion de ma chair n’est l’existence n’est cinquième essai tout       dans  zones gardées de a la libération, les       en un soudain un blanc fauche le nu(e), comme son nom je me souviens de dernier vers aoi difficile alliage de  la toile couvre les       la pie “le pinceau glisse sur f le feu est venu,ardeur des iv.- du livre d’artiste "pour tes (josué avait et il parlait ainsi dans la 0 false 21 18 l’impossible attendre. mot terrible. d’un côté reprise du site avec la un homme dans la rue se prend du bibelot au babilencore une edmond, sa grande la vie humble chez les       &agrav mais jamais on ne je m’étonne toujours de la rimbaud a donc       s̵ bernadette griot vient de       assis la vie est ce bruissement un jour nous avons je sais, un monde se se placer sous le signe de autre essai d’un a ma mère, femme parmi j’oublie souvent et lentement, josué l’impression la plus la fraîcheur et la si grant dol ai que ne sur la toile de renoir, les       sous cher bernard antoine simon 33 mise en ligne d’un tout en vérifiant ki mult est las, il se dort la poésie, à la des conserves ! dernier vers aoi rêves de josué,     nous  c’était       b&acir  au travers de toi je mille fardeaux, mille la cité de la musique le 26 août 1887, depuis quatre si la mer s’est vous dites : "un thème principal : on croit souvent que le but c’était une nous dirons donc la gaucherie à vivre,   ces sec erv vre ile  “s’ouvre mieux valait découper     faisant la un trait gris sur la       vu pourquoi yves klein a-t-il       il  les trois ensembles reflets et echosla salle grant est la plaigne e large dans le pays dont je vous       ce       droite les lettres ou les chiffres li quens oger cuardise       fourr& la mort d’un oiseau. comment entrer dans une dernier vers aoi outre la poursuite de la mise et si au premier jour il dernier vers aoi tous ces charlatans qui   saint paul trois qu’est-ce qui est en je désire un que reste-t-il de la merci à marc alpozzo si j’étais un dieu faisait silence, mais le coeur du ainsi va le travail de qui josué avait un rythme       le mon travail est une       l̵ À max charvolen et chaque jour est un appel, une les petites fleurs des fragilité humaine. ensevelie de silence, rossignolet tu la d’abord l’échange des     pluie du cet univers sans un jour, vous m’avez       aujour je ne peins pas avec quoi, encore la couleur, mais cette l’art n’existe   je ne comprends plus ce qu’un paysage peut       deux accorde ton désir à ta (vois-tu, sancho, je suis temps où les coeurs clers fut li jurz e li diaphane est le pour michèle aueret       juin dans le train premier f toutes mes il existe deux saints portant il souffle sur les collines sculpter l’air : on dit qu’agathe temps de pierres dans la je rêve aux gorges un tunnel sans fin et, à pour jean-marie simon et sa       les je t’enlace gargouille  ce qui importe pour l’évidence branches lianes ronces     longtemps sur réponse de michel   pour olivier pas facile d’ajuster le ce poème est tiré du deuxième approche de  ce mois ci : sub la liberté de l’être preambule – ut pictura dernier vers que mort je suis bien dans       dans antoine simon 2 n’ayant pas     quand       ce madame déchirée exacerbé d’air dernier vers aoi de profondes glaouis       une tout en travaillant sur les des voix percent, racontent À max charvolen et martin       va je suis celle qui trompe m1       le proche et le lointain tu le sais bien. luc ne dernier vers aoi pour jacqueline moretti, madame des forêts de tendresses ô mes envols       je pour pierre theunissen la   la production torna a sorrento ulisse torna si elle est belle ? je le plus insupportable chez montagnesde troisième essai j’entends sonner les 0 false 21 18 sa langue se cabre devant le il s’appelait  hier, 17 chaque automne les c’est la distance entre constellations et antoine simon 14 et encore  dits  pour le dernier jour station 3 encore il parle janvier 2002 .traverse il faut aller voir au matin du les grands       au 10 vers la laisse ccxxxii j’arrivais dans les je t’enfourche ma dans ma gorge (ô fleur de courge...  “la signification À perte de vue, la houle des       je me (en regardant un dessin de 1 la confusion des a supposer quece monde tienne carles li reis en ad prise sa un soir à paris au       à la force du corps, s’ouvre la quand sur vos visages les entr’els nen at ne pui       nuage pour robert archipel shopping, la       &n de toutes les       " les cuivres de la symphonie macles et roulis photo 3 vous êtes la terre a souvent tremblé si tu es étudiant en alocco en patchworck © « h&eacu nouvelles mises en     cet arbre que et nous n’avons rien chaises, tables, verres,  le grand brassage des la chaude caresse de dernier vers s’il       pass&e eurydice toujours nue à       ...mai bien sûrla j’aime chez pierre que d’heures pour marcel alocco a antoine simon 31 seul dans la rue je ris la à propos des grands jouer sur tous les tableaux       en agnus dei qui tollis peccata         or   entrons il ne reste plus que le quel ennui, mortel pour rien n’est plus ardu pour michèle le samedi 26 mars, à 15 approche d’une martin miguel art et suite de vi.- les amicales aventures violette cachéeton       l̵ il ne s’agit pas de j’écoute vos       et tu   anatomie du m et le scribe ne retient   3   

les grande lune pourpre dont les       voyage fin première le texte qui suit est, bien quand il voit s’ouvrir, "moi, esclave" a station 1 : judas madame, vous débusquez d’un bout à avec marc, nous avons le nécessaire non rien n’est     l’é ce qui fascine chez     les provisions bel équilibre et sa sous la pression des "mais qui lit encore le       l̵ premier vers aoi dernier une autre approche de le coquillage contre paysage de ta tombe  et elle réalise des       neige clquez sur       pav&ea antoine simon 13 temps de bitume en fusion sur pour raphaël quand c’est le vent qui macles et roulis photo       bonheu leonardo rosa la parol

Accueil > Mots-clés > Artistes > Duchêne

Duchêne

Dernière publication : 31 décembre 2008.
Les 3 derniers articles : Je vous emmerde , Le nom du papillon , Matrice / matière .
Les 3 articles les plus lus : Écrire ou peindre ? , Pourquoi peindre le texte , Quels textes-matières ? .


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette