BRIBES EN LIGNE
je rêve aux gorges il arriva que macles et roulis photo 3 d’ eurydice ou bien de       allong halt sunt li pui e mult halt       marche  zones gardées de   pour adèle et rita est trois fois humble. agnus dei qui tollis peccata       jardin 0 false 21 18 s’égarer on tout en travaillant sur les   né le 7     cet arbre que je ne sais pas si       &agrav  “ne pas vous n’avez       la nous viendrons nous masser c’est la distance entre le vieux qui   d’un coté, station 4 : judas  première       le il aurait voulu être carcassonne, le 06 iloec endreit remeint li os ce paysage que tu contemplais dernier vers aoi quel étonnant dernier vers aoi       la un jour nous avons 0 false 21 18 de sorte que bientôt la brume. nuages       sur rien n’est il ne reste plus que le       le a claude b.   comme  “s’ouvre       la       le dernier vers aoi elle ose à peine voile de nuità la dans les carnets arbre épanoui au ciel sors de mon territoire. fais À peine jetés dans le       le “dans le dessin de tantes herbes el pre       embarq antoine simon 11 pas même cet article est paru marcel alocco a pur ceste espee ai dulor e j’aime chez pierre ils s’étaient la gaucherie à vivre,   ces sec erv vre ile souvent je ne sais rien de et encore  dits 1.- les rêves de dernier vers aoi pour lee me dernier vers aoi il pleut. j’ai vu la  “... parler une on a cru à       &n et il parlait ainsi dans la clere est la noit e la nice, le 18 novembre 2004 voudrais je vous il en est des noms comme du "l’art est-il et  riche de mes lentement, josué le lourd travail des meules viallat © le château de on peut croire que martine   si vous souhaitez guetter cette chose pour jacqueline moretti, attelage ii est une œuvre le "patriote", clers fut li jurz e li nous savons tous, ici, que franchement, pensait le chef,    courant dont les secrets… à quoi et que vous dire des c’est un peu comme si, pour michèle gazier 1 macles et roulis photo 1 mouans sartoux. traverse de antoine simon 3 vous deux, c’est joie et   je n’ai jamais   anatomie du m et  de même que les       le       &   le 10 décembre c’est ici, me buttati ! guarda&nbs abstraction voir figuration quand les mots       ma       neige       je coupé le sonà (ô fleur de courge... sur la toile de renoir, les la musique est le parfum de f tous les feux se sont sables mes parolesvous à propos des grands Être tout entier la flamme ço dist li reis : l’illusion d’une à bernadette (ma gorge est une     l’é       force un homme dans la rue se prend     ton accoucher baragouiner dans le pays dont je vous       le charogne sur le seuilce qui je serai toujours attentif à le 2 juillet       &agrav les dieux s’effacent morz est rollant, deus en ad il y a tant de saints sur a l’aube des apaches, cet article est paru dans le  il est des objets sur j’écoute vos la mort d’un oiseau.       arauca pour mes enfants laure et       quand le texte qui suit est, bien quatre si la mer s’est   un "et bien, voilà..." dit quatrième essai de je crie la rue mue douleur       pour       longte       allong     le cygne sur « voici       au   est-ce que la cité de la musique       dans dans le train premier     son fragilité humaine. dernier vers aoi poussées par les vagues       apr&eg cyclades, iii° saluer d’abord les plus       crabe- douze (se fait terre se       la le travail de bernard quatrième essai de dernier vers aoi leonardo rosa       m&eacu     pourquoi petites proses sur terre tes chaussures au bas de printemps breton, printemps     sur la lorsqu’on connaît une nous serons toujours ces dans le pain brisé son antoine simon 2       voyage   ciel !!!! c’est vrai pour andré villers 1) carmelo arden quin est une références : xavier tandis que dans la grande     oued coulant dernier vers doel i avrat, spectacle de josué dit et si tu dois apprendre à présentation du   tout est toujours en pour angelo torna a sorrento ulisse torna ecrire sur v.- les amicales aventures du ma voix n’est plus que     de rigoles en le numéro exceptionnel de "je me tais. pour taire. ce n’est pas aux choses inoubliables, les le grand combat : dernier vers aoi il avait accepté les enseignants : quai des chargeurs de immense est le théâtre et et si au premier jour il  les trois ensembles       o pas sur coussin d’air mais la question du récit sixième les petites fleurs des a la libération, les nous avons affaire à de 5) triptyque marocain ainsi va le travail de qui dernier vers aoi " je suis un écorché vif.       b&acir pour julius baltazar 1 le       m̵ onze sous les cercles titrer "claude viallat, deuxième suite f le feu est venu,ardeur des encore la couleur, mais cette je déambule et suis  “la signification huit c’est encore à     nous j’ai longtemps et je vois dans vos il était question non "tu sais ce que c’est    il     &nbs       au   iv    vers  pour le dernier jour 13) polynésie de soie les draps, de soie  les éditions de l’impossible quelques autres       la       au toutes sortes de papiers, sur madame est une torche. elle  née à       le il ne sait rien qui ne va antoine simon 17 alocco en patchworck ©   adagio   je dernier vers aoi c’est extrêmement « e ! malvais essai de nécrologie, sixième villa arson, nice, du 17 pour martine, coline et laure       en un bien sûr, il y eut       grimpa f qu’il vienne, le feu ici, les choses les plus dire que le livre est une dans un coin de nice, frères et       mouett pour andré de profondes glaouis les plus terribles pour maguy giraud et   j’ai souvent en cet anniversaire, ce qui ce va et vient entre la communication est       su         or dans les carnets       entre des voix percent, racontent je t’ai admiré, n’ayant pas c’est pour moi le premier       &eacut ajout de fichiers sons dans au lecteur voici le premier suite de mieux valait découper tout est possible pour qui quant carles oït la assise par accroc au bord de se placer sous le signe de etait-ce le souvenir       la       pass&e   encore une les routes de ce pays sont quand les eaux et les terres    en mise en ligne       bruyan heureuse ruine, pensait       quinze       la gardien de phare à vie, au la galerie chave qui l’heure de la approche d’une et…  dits de deux ajouts ces derniers pour raphaël toujours les lettres :  au mois de mars, 1166 est-ce parce que, petit, on trois (mon souffle au matin chaque automne les     faisant la outre la poursuite de la mise  dans toutes les rues certains prétendent       vu dix l’espace ouvert au  le grand brassage des antoine simon 18 constellations et aux george(s) (s est la station 1 : judas comme ce mur blanc se reprendre. creuser son j’ai relu daniel biga,       aux a supposer quece monde tienne (dans mon ventre pousse une du fond des cours et des pluies et bruines,  pour jean le  hors du corps pas temps où les coeurs un titre : il infuse sa dans les hautes herbes       soleil c’est une sorte de attention beau       en et te voici humanité ce texte se présente dessiner les choses banales   marcel le samedi 26 mars, à 15 dernier vers aoi i.- avaler l’art par pierre ciel       d&eacu les dernières madame est la reine des antoine simon 31  la toile couvre les mult ben i fierent franceis e       les 1257 cleimet sa culpe, si able comme capable de donner diaphane est le mot (ou napolì napolì de pareïs li seit la       &n ecrire les couleurs du monde       dans       retour soudain un blanc fauche le       pourqu diaphane est le premier vers aoi dernier mi viene in mentemi       bonhe la parol

Accueil > Personnalités > Hains

Hains


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette