BRIBES EN LIGNE
pour andré villers 1) pour alain borer le 26   on n’est on peut croire que martine j’ai relu daniel biga, madame porte à l’évidence raphaël et la peur, présente le ciel est clair au travers ce jour-là il lui les durand : une les doigts d’ombre de neige moi cocon moi momie fuseau "ces deux là se       qui coupé en deux quand nous avancions en bas de « voici (À l’église (dans mon ventre pousse une d’ eurydice ou bien de grant est la plaigne e large       au ce n’est pas aux choses même si du bibelot au babilencore une     du faucon et  riche de mes de prime abord, il il existe deux saints portant l’heure de la giovanni rubino dit sainte marie, mon travail est une m1             cette      & le tissu d’acier inoubliables, les il pleut. j’ai vu la la chaude caresse de À max charvolen et antoine simon 22 li quens oger cuardise       un portrait. 1255 : la littérature de       &n il s’appelait et nous n’avons rien       au bal kanique c’est deuxième approche de “dans le dessin dernier vers doel i avrat, difficile alliage de À la loupe, il observa       les pour martine bruno mendonça       au ils s’étaient       d&eacu granz est li calz, si se autre essai d’un carles respunt :  on peut passer une vie et combien       le dernier vers aoi des conserves !       dans les oiseaux s’ouvrent       mouett   ces notes dans la caverne primordiale tes chaussures au bas de un soir à paris au la gaucherie à vivre, pas facile d’ajuster le       apr&eg       le « pouvez-vous c’est parfois un pays antoine simon 18 a ma mère, femme parmi janvier 2002 .traverse marcel alocco a carmelo arden quin est une     longtemps sur ce poème est tiré du ...et poème pour  “... parler une sculpter l’air : ne faut-il pas vivre comme       neige ils sortent     hélas, essai de nécrologie, karles se dort cum hume sors de mon territoire. fais vous n’avez s’ouvre la     sur la pente       quinze o tendresses ô mes j’ai travaillé il y a dans ce pays des voies autre citation dernier vers aoi  née à nous dirons donc on cheval       pav&ea alocco en patchworck © il ne sait rien qui ne va vous avez si grant dol ai que ne pour mon épouse nicole   voici donc la       jardin ce  c’était et il parlait ainsi dans la    de femme liseuse       en un sur l’erbe verte si est       les fontelucco, 6 juillet 2000 "ah ! mon doux pays,     oued coulant introibo ad altare mais jamais on ne         &n     à « e ! malvais "l’art est-il rimbaud a donc     double       apr&eg dessiner les choses banales les étourneaux !       nuage les petites fleurs des mille fardeaux, mille références : xavier       la pierre ciel vue à la villa tamaris       il antoine simon 17 huit c’est encore à le grand combat : neuf j’implore en vain faisant dialoguer       "   pour le prochain errer est notre lot, madame,  je signerai mon     les fleurs du l’homme est l’impression la plus   (à dans les rêves de la le 2 juillet j’ai en réserve ici, les choses les plus g. duchêne, écriture le deuxième suite station 5 : comment c’est vrai   la baie des anges    si tout au long lentement, josué 1 la confusion des premier vers aoi dernier       &n ouverture de l’espace tendresse du mondesi peu de constellations et       é de pa(i)smeisuns en est venuz je crie la rue mue douleur le coquillage contre   entrons dernier vers aoi       arauca deuxième essai le       soleil j’ai donné, au mois au matin du       sur nous serons toujours ces     de rigoles en       fleure       un       quand madame déchirée hans freibach : pour jean-louis cantin 1.- la langue est intarissable genre des motsmauvais genre quand nous rejoignons, en       vaches madame dans l’ombre des branches lianes ronces       juin dans ma gorge pour nicolas lavarenne ma dernier vers aoi       le  de la trajectoire de ce la galerie chave qui  l’écriture dans l’innocence des quatrième essai de macao grise passent .x. portes,       bien au lecteur voici le premier       la l’attente, le fruit  dernières mises seins isabelle boizard 2005 un besoin de couper comme de dernier vers aoi couleur qui ne masque pas       s̵ f les feux m’ont       en la liberté de l’être f qu’il vienne, le feu sous l’occupation napolì napolì le 26 août 1887, depuis       entre toulon, samedi 9  la toile couvre les       pour le temps passe dans la       le quant carles oït la pour max charvolen 1) dernier vers aoi       une la communication est madame est toute l’impossible   adagio   je       maquis en 1958 ben ouvre à j’ai donc dernier vers aoi       &eacut ce qui aide à pénétrer le   ciel !!!!       les dernier vers aoi c’est la peur qui fait  ce qui importe pour derniers vers sun destre       & antoine simon 9 exacerbé d’air macles et roulis photo de mes deux mains le glacis de la mort  si, du nouveau  de même que les       je tandis que dans la grande deux nouveauté,       la la tentation du survol, à   le texte suivant a zacinto dove giacque il mio laure et pétrarque comme nous lirons deux extraits de régine robin,       dans journée de   le 10 décembre   je ne comprends plus le franchissement des       " ainsi alfred… pour maguy giraud et tu le sais bien. luc ne aucun hasard si se dernier vers aoi       parfoi       alla autre petite voix f le feu s’est une errance de  dans le livre, le tromper le néant ce jour là, je pouvais elle disposait d’une       aujour antoine simon 11 dix l’espace ouvert au toute trace fait sens. que « 8° de  “ce travail qui  avec « a la le galop du poème me “le pinceau glisse sur la pureté de la survie. nul comme un préliminaire la       montag maintenant il connaît le quand sur vos visages les       m&eacu si tu es étudiant en   saint paul trois j’ai changé le quatre si la mer s’est       midi cinquième essai tout premier essai c’est       st mougins. décembre     rien       la l’art n’existe dernier vers aoi tout est possible pour qui ce monde est semé au rayon des surgelés dernier vers aoi    au balcon merci à marc alpozzo religion de josué il à propos “la bribes en ligne a       longte À max charvolen et martin  “ne pas dans l’innocence des       ce très malheureux... quelque temps plus tard, de a propos de quatre oeuvres de pour jacqueline moretti, pas une année sans évoquer     faisant la descendre à pigalle, se il n’y a pas de plus       dans       " 1254 : naissance de la force du corps, f j’ai voulu me pencher  pour le dernier jour ainsi va le travail de qui f tous les feux se sont chercher une sorte de madame, on ne la voit jamais macles et roulis photo 4 traquer leonardo rosa (de)lecta lucta   la question du récit       la temps de bitume en fusion sur à la mémoire de dernier vers aoi       m̵ dans ce pays ma mère sables mes parolesvous       j̵ passet li jurz, la noit est ] heureux l’homme nécrologie       &agrav la mort d’un oiseau. histoire de signes .       ruelle reflets et echosla salle antoine simon 32 dont les secrets… à quoi       les je sais, un monde se mon cher pétrarque, un verre de vin pour tacher avec marc, nous avons       object  “s’ouvre au programme des actions antoine simon 23 la parol

Accueil > Personnalités > Popet

Popet


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette