BRIBES EN LIGNE
dans le patriote du 16 mars pour le prochain basilic, (la tout mon petit univers en       j̵ ce jour-là il lui (À l’église le 23 février 1988, il et nous n’avons rien le vieux qui antoine simon 7 la force du corps, que d’heures ce qui fascine chez carles respunt : le 19 novembre 2013, à la le passé n’est que reste-t-il de la giovanni rubino dit j’ai perdu mon et…  dits de  de même que les toute une faune timide veille à bernadette "si elle est ce abu zayd me déplait. pas  jésus madame porte à    nous c’est la distance entre faisant dialoguer       ton en cet anniversaire, ce qui quel étonnant À perte de vue, la houle des  tu ne renonceras pas. rêves de josué, seins isabelle boizard 2005       coude     pluie du il y a des objets qui ont la « h&eacu qu’est-ce qui est en  marcel migozzi vient de       dans madame, c’est notre  les œuvres de et il fallait aller debout jouer sur tous les tableaux préparation des mi viene in mentemi dernier vers aoi       baie     rien traquer attelage ii est une œuvre passet li jurz, la noit est le 26 août 1887, depuis       je cher bernard de prime abord, il la question du récit       devant       sur pour andré j’ai relu daniel biga, macao grise       ce f les marques de la mort sur tandis que dans la grande il ne reste plus que le       dans et il parlait ainsi dans la raphaël janvier 2002 .traverse 5) triptyque marocain pour pierre theunissen la à la bonne béatrice machet vient de pour julius baltazar 1 le langues de plomba la la fraîcheur et la karles se dort cum hume l’éclair me dure,       " mon cher pétrarque, en ceste tere ad estet ja l’existence n’est antoine simon 23 arbre épanoui au ciel ainsi va le travail de qui dernier vers aoi       le neuf j’implore en vain mille fardeaux, mille edmond, sa grande printemps breton, printemps       maquis le numéro exceptionnel de dernier vers aoi soudain un blanc fauche le     hélas, martin miguel art et on a cru à f le feu est venu,ardeur des vedo la luna vedo le       dans       la certains soirs, quand je À max charvolen et martin       apparu a l’aube des apaches, macles et roulis photo 4       le dans les écroulements poussées par les vagues antoine simon 9       l̵ sauvage et fuyant comme je rêve aux gorges derniers vers sun destre         or       " tous feux éteints. des f le feu s’est eurydice toujours nue à  dans le livre, le j’oublie souvent et  mise en ligne du texte dans ma gorge ( ce texte a     cet arbre que la vie humble chez les       une       la monde imaginal, sous la pression des l’illusion d’une la brume. nuages       pour     extraire la mort, l’ultime port, ce qu’un paysage peut un nouvel espace est ouvert la mort d’un oiseau.         &n "moi, esclave" a       parfoi attention beau   si vous souhaitez       " pour anne slacik ecrire est ma voix n’est plus que     depuis 1- c’est dans laure et pétrarque comme ainsi alfred…       fleur quai des chargeurs de les dessins de martine orsoni ce poème est tiré du troisième essai quando me ne so itu pe       soleil réponse de michel nous dirons donc mesdames, messieurs, veuillez un tunnel sans fin et, à   1) cette pour egidio fiorin des mots       "  ce mois ci : sub dernier vers aoi       droite petites proses sur terre   j’ai souvent     ton tout le problème sixième  dans toutes les rues dessiner les choses banales démodocos... Ça a bien un station 1 : judas gardien de phare à vie, au rare moment de bonheur, antoine simon 16       le "ces deux là se       les j’ai parlé dans le train premier       &eacut exacerbé d’air temps de pierres       crabe-  je signerai mon pour max charvolen 1) normal 0 21 false fal les avenues de ce pays il existe au moins deux f j’ai voulu me pencher napolì napolì       sur mon travail est une carles li reis en ad prise sa "la musique, c’est le quand les mots lorsqu’on connaît une 13) polynésie  référencem dernier vers aoi bernadette griot vient de       &ccedi dernier vers aoi jusqu’à il y a montagnesde       voyage de sorte que bientôt       le le temps passe dans la a christiane (josué avait le samedi 26 mars, à 15 Ç’avait été la j’aime chez pierre ne faut-il pas vivre comme       sur le  pour de rien n’est       dans pour jean-marie simon et sa  l’exposition      chambre       magnol       le       sur la légende fleurie est la tentation du survol, à  au mois de mars, 1166 f les rêves de la littérature de     tout autour Être tout entier la flamme (vois-tu, sancho, je suis     pourquoi le plus insupportable chez et que dire de la grâce jamais je n’aurais     du faucon       le écoute, josué, même si dernier vers s’il outre la poursuite de la mise constellations et (en regardant un dessin de un homme dans la rue se prend jamais si entêtanteeurydice dans un coin de nice, dans l’effilé de 0 false 21 18 “le pinceau glisse sur polenta     un mois sans madame a des odeurs sauvages pour martin l’art c’est la la liberté s’imprime à quatrième essai de sur l’erbe verte si est     vers le soir ce 28 février 2002.     à  il est des objets sur bal kanique c’est se reprendre. creuser son   entrons   un vendredi essai de nécrologie, art jonction semble enfin       au       les tu le saiset je le vois   au milieu de       ( ouverture de l’espace (ô fleur de courge... et la peur, présente marché ou souk ou vos estes proz e vostre j’entends sonner les hans freibach :       l̵  c’était       aux  le grand brassage des ce texte se présente il avait accepté  le "musée le temps passe si vite, au programme des actions madame dans l’ombre des il était question non       bien quelque chose     le le 28 novembre, mise en ligne autres litanies du saint nom il souffle sur les collines je suis celle qui trompe   que signifie       à pour andré villers 1) noble folie de josué, ici. les oiseaux y ont fait libre de lever la tête pour jacqueline moretti, dans l’innocence des       le clere est la noit e la l’art n’existe effleurer le ciel du bout des  monde rassemblé de toutes les       alla un temps hors du très malheureux...    au balcon voile de nuità la aucun hasard si se       au labyrinthe des pleursils huit c’est encore à diaphane est le       les depuis ce jour, le site  la lancinante le lent tricotage du paysage coupé le sonà       jardin la fonction, le corps encaisse comme il fontelucco, 6 juillet 2000 pourquoi yves klein a-t-il paien sunt morz, alquant clers est li jurz et li le proche et le lointain pure forme, belle muette, ecrire les couleurs du monde une il faut dire les dans ce pays ma mère pour m.b. quand je me heurte madame est une et c’était dans et combien nécrologie       grimpa   on n’est       dans le géographe sait tout dorothée vint au monde il faut aller voir onzième je ne peins pas avec quoi,  hier, 17 morz est rollant, deus en ad grant est la plaigne e large un besoin de couper comme de   pour adèle et bernard dejonghe... depuis douce est la terre aux yeux c’est vrai et te voici humanité       le rien n’est plus ardu de profondes glaouis quand vous serez tout i.- avaler l’art par ce jour là, je pouvais   le 10 décembre merle noir  pour    seule au toi, mésange à dans l’innocence des       allong       pass&e alocco en patchworck ©  au travers de toi je 1 la confusion des mais non, mais non, tu j’ai travaillé le lourd travail des meules le 26 août 1887, depuis la parol

Accueil > Personnalités > Vernassa

Vernassa


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette