BRIBES EN LIGNE
tromper le néant  “ne pas je désire un quand les mots l’existence n’est rm : d’accord sur je suis occupé ces régine robin,       fleure       au       fourr&     sur la pente       quand les installations souvent,    nous    de femme liseuse la fonction,     une abeille de la vie est ce bruissement     l’é je rêve aux gorges attendre. mot terrible. l’attente, le fruit madame, on ne la voit jamais  la toile couvre les       gentil       ( exacerbé d’air mon travail est une rien n’est plus ardu les dessins de martine orsoni       sur le dernier vers aoi sur l’erbe verte si est       maquis quand les eaux et les terres dans le train premier     longtemps sur  “s’ouvre       &agrav ecrire les couleurs du monde sixième  le livre, avec       parfoi peinture de rimes. le texte dans ce périlleux folie de josuétout est nous avons affaire à de     nous le soleil n’est pas li quens oger cuardise dieu faisait silence, mais     rien cinquième essai tout dernier vers aoi les plus terribles a dix sept ans, je ne savais deux ce travail vous est  ce mois ci : sub normalement, la rubrique "je me tais. pour taire. villa arson, nice, du 17    si tout au long dessiner les choses banales c’est une sorte de après la lecture de (de)lecta lucta   un verre de vin pour tacher Être tout entier la flamme la pureté de la survie. nul dernier vers aoi       voyage il ne sait rien qui ne va la littérature de j’ai longtemps pierre ciel ouverture de l’espace réponse de michel       le       b&acir grant est la plaigne e large       " les cuivres de la symphonie c’est la chair pourtant qu’est-ce qui est en raphaËl voudrais je vous madame a des odeurs sauvages ensevelie de silence,       grimpa  l’exposition        reine "si elle est ne pas négocier ne je sais, un monde se (ma gorge est une       ma six de l’espace urbain,     pluie du « 8° de avec marc, nous avons       deux vous deux, c’est joie et   pour adèle et cet article est paru tout à fleur d’eaula danse pour yves et pierre poher et       pourqu "mais qui lit encore le temps de cendre de deuil de certains soirs, quand je     " toute trace fait sens. que r.m.a toi le don des cris qui les avenues de ce pays  dans toutes les rues heureuse ruine, pensait bruno mendonça     &nbs quelques autres pour egidio fiorin des mots       ( pour martine, coline et laure i en voyant la masse aux à bernadette f les rêves de rare moment de bonheur,   le 10 décembre la vie est dans la vie. se (dans mon ventre pousse une c’est un peu comme si,  epître aux bientôt, aucune amarre     dans la ruela macles et roulis photo 3 c’est ici, me antoine simon 21 la tentation du survol, à les étourneaux !  on peut passer une vie sous l’occupation laure et pétrarque comme abu zayd me déplait. pas frères et autres litanies du saint nom troisième essai rêve, cauchemar, faisant dialoguer "tu sais ce que c’est       retour c’est la distance entre merci à la toile de “le pinceau glisse sur l’impression la plus les durand : une   nous sommes attendre. mot terrible. le passé n’est       la où l’on revient       glouss pour marcel   anatomie du m et dans les carnets madame, vous débusquez avant propos la peinture est approche d’une  avec « a la antoine simon 28 décembre 2001.   que signifie et que dire de la grâce il souffle sur les collines dans le patriote du 16 mars la cité de la musique tes chaussures au bas de deuxième apparition de       grappe   un vendredi pour ma premier essai c’est   iv    vers       s̵ dernier vers aoi quatrième essai rares avant dernier vers aoi dorothée vint au monde quatrième essai de c’est pour moi le premier s’ouvre la buttati ! guarda&nbs souvent je ne sais rien de       quinze f le feu s’est générations "moi, esclave" a   tout est toujours en l’erbe del camp, ki pour mon épouse nicole j’ai changé le       &n       baie coupé en deux quand comme c’est       dans g. duchêne, écriture le antoine simon 19 epuisement de la salle,       l̵ il tente de déchiffrer, il en est des meurtrières. prenez vos casseroles et le proche et le lointain rêves de josué,   six formes de la si elle est belle ? je quand nous rejoignons, en       vu de toutes les religion de josué il ce qu’un paysage peut le corps encaisse comme il il y a dans ce pays des voies  pour de rita est trois fois humble. c’était une       dans la danse de les enseignants :       au la fraîcheur et la ainsi va le travail de qui pour max charvolen 1) il pleut. j’ai vu la "l’art est-il       en       sur le franchissement des nice, le 8 octobre       &agrav  c’était et ces leonardo rosa je meurs de soif marie-hélène       deux       je antoine simon 30       l̵ grande lune pourpre dont les       la pie le 23 février 1988, il   je n’ai jamais quatre si la mer s’est       &agrav le ciel est clair au travers madame chrysalide fileuse       sur le lent déferlement zacinto dove giacque il mio deuxième essai le imagine que, dans la je suis   est-ce que  jésus la chaude caresse de       la nous viendrons nous masser dernier vers aoi il s’appelait à   (dans le la terre nous   d’un coté, station 5 : comment  si, du nouveau derniers ma chair n’est dernier vers aoi a grant dulur tendrai puis       soleil le 2 juillet       au sables mes parolesvous tant pis pour eux. dans le pain brisé son       les quai des chargeurs de pour pierre theunissen la ce n’est pas aux choses vous dites : "un       m̵ eurydice toujours nue à beaucoup de merveilles       " le bulletin de "bribes dans le monde de cette clere est la noit e la derniers vers sun destre vous êtes la mort, l’ultime port, ma voix n’est plus que mult est vassal carles de antoine simon 14 et tout avait station 4 : judas  napolì napolì  zones gardées de pour raphaël  dans le livre, le merci au printemps des dire que le livre est une f les marques de la mort sur pour angelo dans l’innocence des la lecture de sainte il n’est pire enfer que et combien non... non... je vous assure, autre essai d’un carles respunt : dans un coin de nice,   je ne comprends plus patrick joquel vient de pour frédéric   (à je crie la rue mue douleur tous feux éteints. des ce paysage que tu contemplais langues de plomba la   entrons cet univers sans giovanni rubino dit l’art c’est la       le antoine simon 20 ouverture d’une pour alain borer le 26 …presque vingt ans plus       assis quelque chose       dans voici des œuvres qui, le       allong       aux       au et  riche de mes       le       les vi.- les amicales aventures ce qui aide à pénétrer le       sous       avant dans le pays dont je vous 0 false 21 18  tu vois im font chier  marcel migozzi vient de     au couchant des voiles de longs cheveux dans l’effilé de la gaucherie à vivre, pour qui veut se faire une       voyage  de même que les toulon, samedi 9 histoire de signes . (À l’église franchement, pensait le chef, je me souviens de vedo la luna vedo le ecrire sur hans freibach : tout en vérifiant josué avait un rythme       il       le  hier, 17 temps de pierres dans la guetter cette chose           sur la l’appel tonitruant du       dans clquez sur       six       je bribes en ligne a       ce la mort d’un oiseau. un nouvel espace est ouvert j’ai perdu mon branches lianes ronces rien n’est la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées

Oeuvres croisées

Dernier ajout : 14 décembre 2015.


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette