BRIBES EN LIGNE
je suis celle qui trompe       le les routes de ce pays sont pour michèle josué avait un rythme des voiles de longs cheveux d’un bout à nous avons affaire à de cet univers sans       soleil       &ccedi  le "musée etait-ce le souvenir mon travail est une a claude b.   comme les oiseaux s’ouvrent bien sûr, il y eut       & pour alain borer le 26 nécrologie station 5 : comment 0 false 21 18 nice, le 18 novembre 2004       dans deuxième suite       l̵ si j’avais de son (dans mon ventre pousse une À max charvolen et       béatrice machet vient de madame est la reine des       tourne le ciel de ce pays est tout autre petite voix macles et roulis photo 3 villa arson, nice, du 17 percey priest lakesur les elle disposait d’une tous feux éteints. des une errance de je reviens sur des "l’art est-il able comme capable de donner       p&eacu antoine simon 27       grimpa a dix sept ans, je ne savais vous deux, c’est joie et       fourr& travail de tissage, dans 1) la plupart de ces merci à marc alpozzo cinquième essai tout  martin miguel vient pour martine       aux intendo... intendo ! mais non, mais non, tu  de même que les temps de cendre de deuil de   entrons la vie est dans la vie. se pour martine, coline et laure       " ce 28 février 2002.   tout est toujours en l’existence n’est ensevelie de silence,       entre       m&eacu jusqu’à il y a livre grand format en trois la deuxième édition du toujours les lettres : quand vous serez tout       quinze a toi le don des cris qui je serai toujours attentif à       st si, il y a longtemps, les       la le samedi 26 mars, à 15   l’oeuvre vit son station 7 : as-tu vu judas se prenez vos casseroles et dimanche 18 avril 2010 nous vos estes proz e vostre grande lune pourpre dont les l’instant criblé montagnesde un trait gris sur la clers fut li jurz e li portrait. 1255 : ...et poème pour non... non... je vous assure, aux george(s) (s est la buttati ! guarda&nbs le vieux qui très saintes litanies       &agrav       dans l’appel tonitruant du       pass&e       au monde imaginal, sainte marie, (de)lecta lucta   c’était une       sur "pour tes l’illusion d’une chairs à vif paumes À la loupe, il observa soudain un blanc fauche le il y a dans ce pays des voies le lent déferlement ma mémoire ne peut me  les trois ensembles légendes de michel   ces notes dans ma gorge       la la bouche pure souffrance l’ami michel j’ai travaillé bernadette griot vient de       "       voyage       les la route de la soie, à pied,  il est des objets sur dernier vers aoi    tu sais ce poème est tiré du ce le 28 novembre, mise en ligne samuelchapitre 16, versets 1 les avenues de ce pays  improbable visage pendu     m2 &nbs (vois-tu, sancho, je suis macles et roulis photo 7 antoine simon 13 c’est la distance entre autres litanies du saint nom quai des chargeurs de mais jamais on ne dans le monde de cette     pluie du jamais je n’aurais un tunnel sans fin et, à  hors du corps pas quand nous rejoignons, en granz est li calz, si se cet article est paru dans le la chaude caresse de       o sur la toile de renoir, les       le de mes deux mains (josué avait ki mult est las, il se dort       d&eacu tout en vérifiant       ton il faut laisser venir madame il ne reste plus que le ] heureux l’homme deuxième temps où le sang se autre citation       ce nous avancions en bas de « voici les petites fleurs des deuxième essai       neige un temps hors du l’heure de la    il tromper le néant les premières merci au printemps des       une dernier vers aoi sables mes parolesvous le temps passe dans la       pour la terre a souvent tremblé ce n’est pas aux choses  née à antoine simon 15 libre de lever la tête deux nouveauté, pour yves et pierre poher et madame est une torche. elle souvent je ne sais rien de en ceste tere ad estet ja réponse de michel j’ai parlé       les martin miguel art et 10 vers la laisse ccxxxii       jonath essai de nécrologie, dernier vers aoi f tous les feux se sont li emperere s’est printemps breton, printemps ses mains aussi étaient la fraîcheur et la madame, on ne la voit jamais deuxième approche de la gaucherie à vivre,   en grec, morías       l̵ quant carles oït la religion de josué il mi viene in mentemi « h&eacu    courant certains soirs, quand je   1) cette le corps encaisse comme il il n’y a pas de plus antoine simon 3 iv.- du livre d’artiste l’erbe del camp, ki rm : nous sommes en assise par accroc au bord de madame est une le galop du poème me       object bal kanique c’est madame dans l’ombre des  hier, 17 dans le train premier   je ne comprends plus je crie la rue mue douleur les plus vieilles a la femme au à cri et à  les éditions de je ne peins pas avec quoi, pour mireille et philippe   encore une si grant dol ai que ne vue à la villa tamaris antoine simon 7 autre citation"voui du fond des cours et des toutes sortes de papiers, sur les amants se patrick joquel vient de       é pour michèle aueret il était question non langues de plomba la       les décembre 2001.       un ma chair n’est dans l’innocence des lorsque martine orsoni       je dans les horizons de boue, de marie-hélène 1- c’est dans       un mieux valait découper    au balcon  tous ces chardonnerets       au j’ai perdu mon quatre si la mer s’est       ( sixième et nous n’avons rien "je me tais. pour taire. ici, les choses les plus ainsi va le travail de qui       coude douce est la terre aux yeux       &agrav       entre dans les carnets je suis bien dans       la beaucoup de merveilles les durand : une       ...mai références : xavier quelques autres d’un côté       dans nice, le 30 juin 2000 ce pays que je dis est ce qui fait tableau : ce dernier vers aoi "ces deux là se tout le problème ouverture de l’espace pour jean-marie simon et sa  on peut passer une vie comme une suite de       crabe-       " je t’enfourche ma de tantes herbes el pre et…  dits de le travail de bernard       le je n’hésiterai ….omme virginia par la antoine simon 23  tu vois im font chier dernier vers que mort a grant dulur tendrai puis passet li jurz, si turnet a dans un coin de nice,       je les plus terribles moi cocon moi momie fuseau r.m.a toi le don des cris qui le lent tricotage du paysage la danse de l’impression la plus en cet anniversaire, ce qui dernier vers aoi       &agrav     hélas, la bouche pleine de bulles       le       j̵ raphaËl    seule au aucun hasard si se       sur equitable un besoin sonnerait   je n’ai jamais antoine simon 29 écrirecomme on se pour maxime godard 1 haute       je me     sur la mes pensées restent pour m.b. quand je me heurte branches lianes ronces       sous je déambule et suis bribes en ligne a "si elle est       la pie station 4 : judas        fleur dans les rêves de la "la musique, c’est le 0 false 21 18 la mort d’un oiseau. al matin, quant primes pert dieu faisait silence, mais vous êtes  il y a le antoine simon 6   j’ai souvent onzième tandis que dans la grande    si tout au long cliquetis obscène des de l’autre sauvage et fuyant comme a la fin il ne resta que ce va et vient entre macao grise vi.- les amicales aventures elle ose à peine c’est un peu comme si, les textes mis en ligne glaciation entre j’ai ajouté j’ai en réserve nous dirons donc       &n dans les hautes herbes       assis même si li emperere par sa grant preambule – ut pictura la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Miodrag Tasic

Miodrag Tasic

Dernier ajout : 5 janvier 2009.

Les 3 derniers textes : Seuils , Oeuvres , Mythes .

Les 3 textes les plus lus : Me voici , Dans l’atelier , Mythes .

Texte paru en 1997 aux éditions du Ricochet.


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette