BRIBES EN LIGNE
l’attente, le fruit       un (la numérotation des       et     "    au balcon les oiseaux s’ouvrent de mes deux mains essai de nécrologie, il tente de déchiffrer, pour jacqueline moretti,     faisant la  si, du nouveau temps où les coeurs assise par accroc au bord de   ces notes chairs à vif paumes ici, les choses les plus       sur quai des chargeurs de "si elle est paien sunt morz, alquant rm : nous sommes en station 7 : as-tu vu judas se 13) polynésie le temps passe si vite, des quatre archanges que   j’ai souvent je serai toujours attentif à montagnesde diaphane est le mot (ou moisissures mousses lichens       ma toutes sortes de papiers, sur la pureté de la survie. nul       sur       l̵ antoine simon 6  monde rassemblé dernier vers aoi la fonction, on peut croire que martine carles li reis en ad prise sa normal 0 21 false fal       " dernier vers aoi       il il n’y a pas de plus au programme des actions quatrième essai rares c’est le grand ce va et vient entre tout est possible pour qui       tourne ki mult est las, il se dort heureuse ruine, pensait branches lianes ronces tout en vérifiant       un un soir à paris au nice, le 30 juin 2000 ….omme virginia par la il ne s’agit pas de archipel shopping, la mais non, mais non, tu grande lune pourpre dont les très saintes litanies il y a tant de saints sur le travail de bernard       la ils avaient si longtemps, si       la tes chaussures au bas de dernier vers aoi       une       gentil rêves de josué, rêve, cauchemar, la communication est effleurer le ciel du bout des       apr&eg je t’enfourche ma antoine simon 29       l̵ premier essai c’est charogne sur le seuilce qui je ne sais pas si       le  les éditions de Éléments -       (       &n temps de pierres dans la tout mon petit univers en       en  au mois de mars, 1166 le ciel est clair au travers printemps breton, printemps temps où le sang se elle ose à peine la légende fleurie est il faut aller voir quand nous rejoignons, en f dans le sourd chatoiement       sur dans l’effilé de 0 false 21 18   le 10 décembre  on peut passer une vie f tous les feux se sont dernier vers aoi madame dans l’ombre des       &agrav  dernier salut au écoute, josué, pure forme, belle muette, f j’ai voulu me pencher rien n’est pour le prochain basilic, (la a claude b.   comme écrirecomme on se il souffle sur les collines genre des motsmauvais genre nous viendrons nous masser       sous toi, mésange à sa langue se cabre devant le       ton d’abord l’échange des mult est vassal carles de c’est la peur qui fait mes pensées restent  de même que les le 2 juillet deuxième essai tu le sais bien. luc ne je t’ai admiré,   se dernier vers aoi d’un côté pour andré villers 1) (dans mon ventre pousse une et il parlait ainsi dans la la galerie chave qui on préparait À max charvolen et deuxième apparition de non... non... je vous assure, ] heureux l’homme où l’on revient dire que le livre est une       au les plus terribles comme ce mur blanc madame déchirée       sur troisième essai  l’écriture station 1 : judas       banlie (vois-tu, sancho, je suis   je n’ai jamais f toutes mes     après equitable un besoin sonnerait pour mon épouse nicole tout le problème la réserve des bribes dernier vers aoi se placer sous le signe de ouverture d’une bal kanique c’est quand c’est le vent qui le plus insupportable chez       enfant à la bonne o tendresses ô mes encore une citation“tu imagine que, dans la   nous sommes si j’étais un un homme dans la rue se prend       à juste un         or ce n’est pas aux choses je désire un   3   

les       reine la terre a souvent tremblé des conserves ! i.- avaler l’art par n’ayant pas       " maintenant il connaît le antoine simon 24 1-nous sommes dehors. cinquième citationne     le cygne sur f le feu est venu,ardeur des des quatre archanges que il y a des objets qui ont la  il y a le       au je me souviens de   un f le feu s’est dans les écroulements dont les secrets… à quoi       quinze rita est trois fois humble. temps de cendre de deuil de "ces deux là se sur la toile de renoir, les c’est extrêmement toute trace fait sens. que quatrième essai de       le ...et poème pour attention beau antoine simon 33 ce qu’un paysage peut dorothée vint au monde vous avez couleur qui ne masque pas    tu sais       le petites proses sur terre       embarq intendo... intendo ! (en regardant un dessin de et combien un besoin de couper comme de station 3 encore il parle       object carmelo arden quin est une dernier vers aoi       deux la chaude caresse de  tous ces chardonnerets je ne peins pas avec quoi, c’est la distance entre   est-ce que dans les rêves de la le bulletin de "bribes la lecture de sainte il ne reste plus que le   au milieu de ce qui importe pour    seule au pas même preambule – ut pictura voici des œuvres qui, le la musique est le parfum de   la production  “... parler une arbre épanoui au ciel       ( là, c’est le sable et       la et tout avait deuxième suite   pour le prochain       mouett raphaËl reflets et echosla salle de proche en proche tous guetter cette chose la brume. nuages j’ai donc dernier vers aoi   art jonction semble enfin Ç’avait été la les grands antoine simon 3  dans toutes les rues " je suis un écorché vif.       nuage apaches : rare moment de bonheur, je dors d’un sommeil de       la les textes mis en ligne ne faut-il pas vivre comme le géographe sait tout       va       fourmi   pour olivier       pourqu quand vous serez tout il existe deux saints portant       midi et voici maintenant quelques josué avait un rythme pour andré    nous les étourneaux ! la vie humble chez les madame aux rumeurs autres litanies du saint nom accorde ton désir à ta       assis antoine simon 5 a christiane antoine simon 27 "moi, esclave" a "la musique, c’est le percey priest lakesur les pour maxime godard 1 haute       le réponse de michel       la dans les hautes herbes prenez vos casseroles et mi viene in mentemi la deuxième édition du sculpter l’air : a dix sept ans, je ne savais j’ai perdu mon       "       je m’étonne toujours de la ço dist li reis :   voici donc la       sabots lorsqu’on connaît une mult ben i fierent franceis e 1 la confusion des vous êtes une errance de descendre à pigalle, se       l̵ je n’ai pas dit que le       passet li jurz, la noit est et te voici humanité       chaque pour raphaël sors de mon territoire. fais     le       sur le dernier vers aoi a propos de quatre oeuvres de ne pas négocier ne comment entrer dans une un nouvel espace est ouvert antoine simon 10 et je vois dans vos       le pas une année sans évoquer (de)lecta lucta   exode, 16, 1-5 toute ecrire les couleurs du monde pour martine Être tout entier la flamme je sais, un monde se face aux bronzes de miodrag al matin, quant primes pert frères et dernier vers aoi on dit qu’agathe rimbaud a donc au rayon des surgelés l’ami michel travail de tissage, dans  martin miguel vient   tout est toujours en si grant dol ai que ne recleimet deu mult antoine simon 14 marcel alocco a abstraction voir figuration la tentation du survol, à sauvage et fuyant comme dix l’espace ouvert au   un vendredi l’illusion d’une  c’était il s’appelait nu(e), comme son nom eurydice toujours nue à    de femme liseuse toulon, samedi 9 allons fouiller ce triangle a la fin il ne resta que c’est la chair pourtant de toutes les encore la couleur, mais cette démodocos... Ça a bien un fin première  improbable visage pendu     quand buttati ! guarda&nbs au matin du noble folie de josué, quatrième essai de douze (se fait terre se la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Barnaud, Jean Marie

Barnaud, Jean Marie

Dernier ajout : 23 novembre 2008.

Les 3 derniers textes : Fragments d’un corps incertain .

Les 3 textes les plus lus : Fragments d’un corps incertain .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette