BRIBES EN LIGNE
      journ& a dix sept ans, je ne savais 0 false 21 18 dimanche 18 avril 2010 nous       le et ces le plus insupportable chez mult ben i fierent franceis e       baie pas une année sans évoquer il arriva que À perte de vue, la houle des pierre ciel       sur d’un côté journée de       maquis et il parlait ainsi dans la siglent a fort e nagent e les grands temps où le sang se       dans mieux valait découper percey priest lakesur les rossignolet tu la antoine simon 7 au seuil de l’atelier ce n’est pas aux choses pour lee si j’avais de son f le feu s’est polenta effleurer le ciel du bout des sa langue se cabre devant le "l’art est-il able comme capable de donner         &n       ( quatrième essai rares le bulletin de "bribes clere est la noit e la présentation du franchement, pensait le chef, temps où les coeurs dans ce pays ma mère il était question non       cerisi il souffle sur les collines halt sunt li pui e mult halt toutefois je m’estimais pour marcel les cuivres de la symphonie       sur générations beaucoup de merveilles mes pensées restent nice, le 8 octobre soudain un blanc fauche le rien n’est plus ardu la mort d’un oiseau.   un vendredi       longte     dans la ruela pour jean-marie simon et sa et combien antoine simon 33 merci à la toile de "le renard connaît "pour tes  zones gardées de dernier vers aoi il y a des objets qui ont la (de)lecta lucta    epître aux       dans  c’était dans l’effilé de un trait gris sur la neuf j’implore en vain attendre. mot terrible. sur la toile de renoir, les       je me religion de josué il glaciation entre passent .x. portes,       pav&ea (en regardant un dessin de j’ai travaillé  les premières normal 0 21 false fal       dans  l’écriture j’entends sonner les un tunnel sans fin et, à noble folie de josué, i en voyant la masse aux       sur le et tout avait j’ai relu daniel biga, encore la couleur, mais cette je n’hésiterai couleur qui ne masque pas de profondes glaouis je suis celle qui trompe ce monde est semé a christiane sixième ainsi alfred… attendre. mot terrible. deux mille ans nous f qu’il vienne, le feu dernier vers aoi       au immense est le théâtre et       en je meurs de soif il faut aller voir tout est possible pour qui antoine simon 32 on a cru à samuelchapitre 16, versets 1 nice, le 18 novembre 2004 il en est des meurtrières.       sur antoine simon 13 introibo ad altare l’instant criblé   saint paul trois l’impossible       ce    seule au c’est la distance entre 1) la plupart de ces il n’y a pas de plus madame des forêts de     depuis rien n’est je me souviens de dernier vers que mort   le texte suivant a j’ai en réserve dans le pays dont je vous eurydice toujours nue à       la sables mes parolesvous    tu sais le lent déferlement « amis rollant, de les amants se   que signifie     pluie du intendo... intendo ! régine robin, un titre : il infuse sa vos estes proz e vostre       au f le feu est venu,ardeur des       marche de la dernier vers aoi         au mon travail est une       sur in the country       &n josué avait un rythme       " dernier vers aoi antoine simon 16       dans libre de lever la tête mougins. décembre l’éclair me dure, la route de la soie, à pied,   ces notes       va d’ eurydice ou bien de dans les rêves de la accoucher baragouiner pour michèle aueret À la loupe, il observa sculpter l’air :       en dernier vers aoi toute trace fait sens. que nous serons toujours ces un soir à paris au ma voix n’est plus que la cité de la musique les lettres ou les chiffres moi cocon moi momie fuseau ne pas négocier ne  “ce travail qui je désire un c’est un peu comme si, le samedi 26 mars, à 15 dans les hautes herbes dans le monde de cette de toutes les deuxième apparition  il est des objets sur je ne sais pas si     &nbs quai des chargeurs de fontelucco, 6 juillet 2000 macles et roulis photo 7 lorsqu’on connaît une pour andrée derniers       reine "ces deux là se bal kanique c’est       &eacut paroles de chamantu       je je reviens sur des pas facile d’ajuster le au labyrinthe des pleursils 7) porte-fenêtre       la pour martine, coline et laure dernier vers aoi  pour jean le mouans sartoux. traverse de les textes mis en ligne la force du corps, et c’était dans  on peut passer une vie la poésie, à la       la c’est la chair pourtant deux nouveauté, du bibelot au babilencore une au programme des actions macles et roulis photo 1 premier vers aoi dernier nu(e), comme son nom comme une suite de certains prétendent       &agrav envoi du bulletin de bribes       au l’heure de la de sorte que bientôt la brume. nuages       ...mai et il fallait aller debout maintenant il connaît le quelque chose autre citation"voui madame déchirée preambule – ut pictura  la lancinante     nous poussées par les vagues sors de mon territoire. fais antoine simon 11 j’ai changé le les durand : une deuxième apparition de       à janvier 2002 .traverse ma mémoire ne peut me un jour nous avons 5) triptyque marocain ce poème est tiré du (dans mon ventre pousse une "moi, esclave" a tes chaussures au bas de jamais si entêtanteeurydice nous lirons deux extraits de seins isabelle boizard 2005 nice, le 30 juin 2000       je les doigts d’ombre de neige le grand combat : 1 la confusion des f les feux m’ont je suis « e ! malvais à bernadette pas même pour michèle gazier 1 ainsi fut pétrarque dans       six une errance de   1) cette       d&eacu l’illusion d’une 13) polynésie (la numérotation des À l’occasion de       le (À l’église 1.- les rêves de       l̵ imagine que, dans la tout en travaillant sur les (ma gorge est une etudiant à branches lianes ronces À peine jetés dans le   anatomie du m et       ma …presque vingt ans plus li emperere par sa grant     chambre réponse de michel     hélas,       descen (ô fleur de courge...   pour le prochain toulon, samedi 9 pour martin f dans le sourd chatoiement ce jour là, je pouvais pour philippe la fonction, genre des motsmauvais genre     quand torna a sorrento ulisse torna le 26 août 1887, depuis   le 10 décembre six de l’espace urbain, dernier vers aoi qu’est-ce qui est en j’aime chez pierre passet li jurz, la noit est dentelle : il avait raphaËl       le j’arrivais dans les (elle entretenait de tantes herbes el pre tant pis pour eux.       glouss depuis ce jour, le site d’un bout à très saintes litanies   un ce 28 février 2002. tendresses ô mes envols 1257 cleimet sa culpe, si  de la trajectoire de ce       object il semble possible toutes ces pages de nos   en grec, morías       dans       cette       les       devant onze sous les cercles       gentil   adagio   je la terre a souvent tremblé       deux i.- avaler l’art par les dessins de martine orsoni je t’enfourche ma le coeur du       allong       &ccedi       vu       un f tous les feux se sont la vie est ce bruissement pour nicolas lavarenne ma si j’étais un l’erbe del camp, ki "tu sais ce que c’est       apr&eg ouverture d’une c’était une       entre il ne sait rien qui ne va   (dans le abu zayd me déplait. pas ici. les oiseaux y ont fait 1) notre-dame au mur violet       la pie   né le 7 rêve, cauchemar, ils s’étaient dans l’innocence des       ruelle carissimo ulisse,torna a   nous sommes le soleil n’est pas j’ai longtemps et la peur, présente li quens oger cuardise madame est la reine des la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Butor, Michel

© Michel Butor sur tous les textes de cette rubrique


  • Écrire est un geste

    Clefs : Butor , Slacik , écrire
    pour Anne Slacik Ecrire est un geste. Avec l’écriture ancienne, que ce fut au calame, au pinceau, à la plume, chacun l’admet ; et ce geste devient danse avec toute calligraphie mais surtout quand (...)
  • Éloge du traitement de texte

    Clefs : Butor , Scheffel , écrire
    pour Helmut Scheffel J’ai longtemps rêvé sur l’ordinateur, même lorsque c’était une lourde machine qu’il fallait refroidir avec circulation d’eau et dans laquelle on introduisait l’information sous (...)
  • La germination des cyclades

    Ce texte se présente comme une réponse à une série de questions que j’avais posées à Michel Butor à propos du travail de Leonardo Rosa. On le trouvera dans les Rossignols du Crocheteur... Michel Butor (...)
  • Pile et face

    pour Martin Miguel Peinture ? Sculpture ? Comme il était facile au XIXème siècle de faire la différence ! D’abord la peinture était plate, aussi lisse que possible et bien contenue dans son cadre (...)
  • Déchirage

    pour Marcel Alocco Mon cher Marcel, chez toi la couture souligne la présence et la conscience du tissu, cette prodigieuse conquête de l’humanité. Tu utilises des formes très (...)
  • Dix regards sur l’atelier désert d’Olivier Debré

    Clefs : Butor , Debré , Baltazar
    pour Julius Baltazar 1 le regard égyptien Dans son atelier le peintre regarde. Sa toile d’abord, son modèle quand il en avait un (et avec quelle intensité !), tous les objets qui ont (...)
  • Livres d’artiste

    Le livre, avec Gutenberg, est devenu le prototype de l’objet industriel actuel. Avant lui le livre était toujours un objet individuel. Depuis il est devenu l’exemple même du produit remplaçable. Nous (...)
  • La connexion littéraire

    pour Michèle Gazier 1 L’enfant du papier Je suis vieux jeu. Je suis un homme du papier. J’ai l’impression d’être né dedans. En tous les cas je vis dedans. Les murs de ma maison sont couverts de (...)
  • La maison de nos rêves

    pour Max Charvolen 1) rabattements Lorsque le puissant égyptien de l’ancien empire désirait emmener avec lui de l’autre côté de la mort tous ses familiers, il les appliquait en bas-relief ou (...)
  • Interface

    pour Raphaël Badin Nous nous sommes rencontrés il y a une trentaine d’années grâce à des amis communs. Pendant vingt ans cela n’a rien donné. Et voilà qu’en l’an 2000 surgit un projet de livre (...)

0 | 10 | 20

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette