BRIBES EN LIGNE
pour jean marie que d’heures des voiles de longs cheveux       la ils s’étaient       d&eacu thème principal : l’art n’existe   un       pass&e       voyage antoine simon 11       bruyan tout le problème ici. les oiseaux y ont fait la fonction, histoire de signes .       un « voici al matin, quant primes pert mille fardeaux, mille       au je t’enfourche ma dernier vers aoi écoute, josué, au rayon des surgelés       la attendre. mot terrible. dernier vers aoi 0 false 21 18 un tunnel sans fin et, à je m’étonne toujours de la avant dernier vers aoi pour michèle gazier 1       m̵ "tu sais ce que c’est ma voix n’est plus que pour lee       marche et…  dits de     cet arbre que ( ce texte a de mes deux mains 1) la plupart de ces   né le 7  le livre, avec je meurs de soif halt sunt li pui e mult halt ses mains aussi étaient (josué avait lentement   nous sommes l’impossible bien sûrla     pluie du après la lecture de le scribe ne retient il n’est pire enfer que pour martine, coline et laure "ah ! mon doux pays,   saint paul trois  dernières mises       le il aurait voulu être cliquetis obscène des madame porte à pour max charvolen 1) tes chaussures au bas de « e ! malvais c’est une sorte de neuf j’implore en vain reflets et echosla salle   ciel !!!! la danse de la bouche pleine de bulles et combien    de femme liseuse pour jean-louis cantin 1.-       la       object       dans madame est une se reprendre. creuser son quand nous rejoignons, en à propos des grands l’heure de la       pass&e       au       &agrav pour le prochain basilic, (la 1) notre-dame au mur violet non... non... je vous assure, gardien de phare à vie, au dans le patriote du 16 mars je ne sais pas si s’égarer on     &nbs le tissu d’acier c’est un peu comme si,       la de la a dix sept ans, je ne savais 10 vers la laisse ccxxxii très malheureux... dans ce périlleux deux nouveauté,   pour le prochain       pav&ea intendo... intendo ! dernier vers aoi marcel alocco a à station 4 : judas   “ce travail qui f le feu m’a       ...mai     oued coulant bribes en ligne a napolì napolì À max charvolen et     du faucon f les rêves de       &agrav (en regardant un dessin de de tantes herbes el pre une errance de f les feux m’ont   d’un coté, dernier vers aoi       grimpa accorde ton désir à ta  pour le dernier jour       au la vie humble chez les       sur       apr&eg       fleur       les je découvre avant toi premier vers aoi dernier (dans mon ventre pousse une l’existence n’est le numéro exceptionnel de dans l’innocence des     chant de “le pinceau glisse sur  de même que les       qui   je n’ai jamais des voix percent, racontent   que signifie     les provisions j’ai ajouté       sur patrick joquel vient de     pourquoi 13) polynésie temps de pierres dans la pour anne slacik ecrire est       la il ne reste plus que le bernard dejonghe... depuis "si elle est sauvage et fuyant comme chaque automne les la vie est ce bruissement démodocos... Ça a bien un    en       l̵ ne faut-il pas vivre comme  la lancinante a supposer quece monde tienne de profondes glaouis pierre ciel et ces générations il existe au moins deux le galop du poème me les durand : une présentation du une autre approche de a la libération, les il faut aller voir la prédication faite       dans       que couleur qui ne masque pas il avait accepté       alla le proche et le lointain g. duchêne, écriture le dernier vers aoi dernier vers aoi langues de plomba la       ( toulon, samedi 9       pour merci à marc alpozzo   maille 1 :que premier essai c’est un temps hors du sors de mon territoire. fais constellations et cette machine entre mes dans un coin de nice, ce pays que je dis est  née à de toutes les villa arson, nice, du 17 ce qui importe pour o tendresses ô mes madame, vous débusquez ce texte m’a été heureuse ruine, pensait temps de pierres dans le pain brisé son j’ai longtemps jusqu’à il y a toute une faune timide veille le pendu il n’y a pas de plus nous savons tous, ici, que il en est des meurtrières. suite du blasphème de la galerie chave qui antoine simon 20 a claude b.   comme  les premières       cerisi madame déchirée 1- c’est dans la gaucherie à vivre,       j̵ le samedi 26 mars, à 15 violette cachéeton       il fragilité humaine. antoine simon 17 eurydice toujours nue à dans les rêves de la toute trace fait sens. que       pour frédéric l’ami michel deux mille ans nous  l’exposition  pour m.b. quand je me heurte vous êtes       s̵ 1-nous sommes dehors. mise en ligne l’impression la plus il était question non madame, c’est notre     les fleurs du ki mult est las, il se dort bernadette griot vient de diaphane est le       dans   1) cette un nouvel espace est ouvert       ton       montag je reviens sur des À peine jetés dans le la vie est dans la vie. se juste un mot pour annoncer     extraire  “comment en ceste tere ad estet ja       deux leonardo rosa       et tu sainte marie,       au iloec endreit remeint li os assise par accroc au bord de     après c’est parfois un pays  dans le livre, le dernier vers aoi         dans  “s’ouvre a grant dulur tendrai puis       " toutes ces pages de nos       sur     un mois sans pour andré pour mes enfants laure et pur ceste espee ai dulor e ici, les choses les plus au lecteur voici le premier       retour pour pierre theunissen la       fleure     de rigoles en rimbaud a donc c’est pour moi le premier noble folie de josué, que reste-t-il de la mult est vassal carles de (la numérotation des “dans le dessin dans ce pays ma mère       et antoine simon 26 la réserve des bribes       aux troisième essai a la femme au nice, le 30 juin 2000       les     m2 &nbs       dans douze (se fait terre se essai de nécrologie,       sur À perte de vue, la houle des       voyage dorothée vint au monde dernier vers aoi dernier vers aoi dernier vers aoi   ces sec erv vre ile beaucoup de merveilles préparation des chaises, tables, verres, pour jean gautheronle cosmos je crie la rue mue douleur 1 la confusion des antoine simon 14 tout mon petit univers en pas de pluie pour venir À la loupe, il observa  dans toutes les rues  on peut passer une vie f le feu s’est     surgi guetter cette chose les doigts d’ombre de neige je désire un  de la trajectoire de ce  avec « a la comme une suite de       neige       je et il fallait aller debout douce est la terre aux yeux rm : nous sommes en  improbable visage pendu    seule au qu’est-ce qui est en       dans ma mémoire ne peut me quai des chargeurs de raphaël i en voyant la masse aux       en un on préparait       pass&e et que dire de la grâce en 1958 ben ouvre à accoucher baragouiner  si, du nouveau       chaque jamais si entêtanteeurydice   se   on n’est les amants se dimanche 18 avril 2010 nous   encore une 0 false 21 18 dans l’innocence des       assis diaphane est le mot (ou on a cru à même si f j’ai voulu me pencher pour angelo coupé le sonà dire que le livre est une       &agrav Éléments - pour martine       apr&eg antoine simon 5 antoine simon 31 vedo la luna vedo le ouverture d’une de proche en proche tous  jésus sixième       ce  hier, 17 l’homme est la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Leonardo Rosa

Leonardo Rosa

Dernier ajout : 26 juillet 2008.

Les 3 derniers textes : L’archipel ébloui - 3 , L’archipel ébloui - 2 .

Les 3 textes les plus lus : L’archipel ébloui - 3 , L’archipel ébloui - 2 .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette