BRIBES EN LIGNE
le coeur du       &agrav       avant       soleil bel équilibre et sa j’ai travaillé et la peur, présente    seule au etudiant à je t’enlace gargouille station 3 encore il parle nos voix siglent a fort e nagent e       les recleimet deu mult   ciel !!!! il n’était qu’un tant pis pour eux.   j’ai souvent pas de pluie pour venir  dans le livre, le autre citation abu zayd me déplait. pas clere est la noit e la       enfant  “comment la terre nous les textes mis en ligne quel ennui, mortel pour je crie la rue mue douleur juste un mot pour annoncer pour egidio fiorin des mots beaucoup de merveilles i.- avaler l’art par pour michèle gazier 1) le samedi 26 mars, à 15       sur dans l’effilé de il était question non il tente de déchiffrer, le galop du poème me percey priest lakesur les grande lune pourpre dont les pour raphaël les premières une fois entré dans la pour mon épouse nicole antoine simon 29 tout mon petit univers en       au sur l’erbe verte si est comment entrer dans une preambule – ut pictura   le 10 décembre    si tout au long       rampan À l’occasion de sixième toutefois je m’estimais la vie est dans la vie. se face aux bronzes de miodrag       bonhe     les fleurs du       en un apaches : dans les carnets tout à fleur d’eaula danse       les j’ai donné, au mois (josué avait la réserve des bribes sept (forces cachées qui moisissures mousses lichens     double printemps breton, printemps merci au printemps des est-ce parce que, petit, on       s̵ ço dist li reis :       apparu       ma de soie les draps, de soie mon cher pétrarque, "pour tes f toutes mes il ne reste plus que le josué avait un rythme f qu’il vienne, le feu       sur essai de nécrologie, il avait accepté pour daniel farioli poussant quando me ne so itu pe allons fouiller ce triangle il n’est pire enfer que l’évidence la vie est ce bruissement toutes sortes de papiers, sur       marche intendo... intendo ! à propos des grands ils s’étaient ce monde est semé le ciel de ce pays est tout       la       le       sur le les routes de ce pays sont derniers vers sun destre “le pinceau glisse sur       fleure napolì napolì ainsi alfred… temps où le sang se "tu sais ce que c’est toute une faune timide veille f les feux m’ont       p&eacu le bulletin de "bribes  mise en ligne du texte       le  l’exposition  poussées par les vagues         or         &n       fourr& c’est la distance entre       l̵       en grant est la plaigne e large raphaël c’est extrêmement j’oublie souvent et       au et que vous dire des « voici c’est pour moi le premier de toutes les ce 28 février 2002. frères et 0 false 21 18 un tunnel sans fin et, à le 15 mai, à ce n’est pas aux choses il n’y a pas de plus sur la toile de renoir, les       dans les dieux s’effacent     chambre   saint paul trois je n’ai pas dit que le si j’étais un trois tentatives desesperees merci à la toile de cinquième essai tout immense est le théâtre et guetter cette chose quatre si la mer s’est ce va et vient entre f le feu s’est dernier vers aoi issent de mer, venent as f j’ai voulu me pencher       la et que dire de la grâce ici. les oiseaux y ont fait 1 au retour au moment deuxième essai le un trait gris sur la pour michèle aueret dernier vers aoi   maille 1 :que pas une année sans évoquer equitable un besoin sonnerait       sabots le ciel est clair au travers nous viendrons nous masser  les premières le passé n’est (en regardant un dessin de ici, les choses les plus dernier vers doel i avrat, « amis rollant, de viallat © le château de il existe deux saints portant cinq madame aux yeux       banlie autre essai d’un 7) porte-fenêtre       deux ajout de fichiers sons dans le travail de bernard un jour nous avons tromper le néant       deux pour le prochain basilic, (la là, c’est le sable et   station 5 : comment       entre travail de tissage, dans lorsque martine orsoni ainsi va le travail de qui dernier vers aoi       ce 1) la plupart de ces rien n’est plus ardu       ton       je  on peut passer une vie imagine que, dans la dans les hautes herbes       & et  riche de mes ecrire sur couleur qui ne masque pas polenta normal 0 21 false fal marché ou souk ou       magnol   d’un coté, d’abord l’échange des f le feu s’est       sur le ecrire les couleurs du monde il aurait voulu être       au  c’était madame dans l’ombre des arbre épanoui au ciel       pav&ea très malheureux... j’entends sonner les le 23 février 1988, il       je me l’impossible mon travail est une raphaËl dans les carnets antoine simon 2 et ces au commencement était pour maxime godard 1 haute       dans chaque automne les il semble possible on a cru à   nous sommes       l̵ « pouvez-vous bien sûrla tout en vérifiant quand les mots mise en ligne d’un       l̵       un       le la musique est le parfum de f les marques de la mort sur 1-nous sommes dehors. les amants se attendre. mot terrible. quai des chargeurs de       " on cheval et voici maintenant quelques     un mois sans les enseignants : n’ayant pas (josué avait lentement autre citation"voui journée de       pass&e vos estes proz e vostre je me souviens de     oued coulant       droite antoine simon 26       sur l’instant criblé quel étonnant   je ne comprends plus     sur la   iv    vers …presque vingt ans plus le 28 novembre, mise en ligne max charvolen, martin miguel les plus vieilles de sorte que bientôt   le texte suivant a 1. il se trouve que je suis "je me tais. pour taire.       soleil       jardin histoire de signes . clers fut li jurz e li a toi le don des cris qui alocco en patchworck © pour martin s’ouvre la madame aux rumeurs hans freibach : l’erbe del camp, ki c’est ici, me pour jean marie  dernières mises le plus insupportable chez       à nous savons tous, ici, que     après sous l’occupation able comme capable de donner       le tous ces charlatans qui seins isabelle boizard 2005 les avenues de ce pays l’éclair me dure, aux barrières des octrois dans le train premier dans le pain brisé son vertige. une distance     quand       le comme un préliminaire la je t’enfourche ma archipel shopping, la quand nous rejoignons, en       reine macao grise moi cocon moi momie fuseau de pareïs li seit la    il   un vendredi r.m.a toi le don des cris qui prenez vos casseroles et       fourr&  la toile couvre les   anatomie du m et j’ai perdu mon les doigts d’ombre de neige       la il souffle sur les collines la deuxième édition du genre des motsmauvais genre livre grand format en trois  le grand brassage des madame chrysalide fileuse       et au lecteur voici le premier tout le problème la liberté de l’être (dans mon ventre pousse une  ce mois ci : sub madame, on ne la voit jamais a propos d’une   est-ce que décembre 2001. petit matin frais. je te un soir à paris au on dit qu’agathe    regardant dernier vers aoi   (à   la baie des anges       la f dans le sourd chatoiement le 26 août 1887, depuis reprise du site avec la       &ccedi  au travers de toi je c’est la chair pourtant antoine simon 12       la vous n’avez toulon, samedi 9  si, du nouveau       passet li jurz, si turnet a et je vois dans vos laure et pétrarque comme le recueil de textes deuxième suite l’illusion d’une   tout est toujours en passet li jurz, la noit est   encore une la terre a souvent tremblé ma mémoire ne peut me agnus dei qui tollis peccata on préparait chaque jour est un appel, une au rayon des surgelés j’ai en réserve       object et ma foi, la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Biga, Daniel > Le sentier qui serpente

Le sentier qui serpente

Dernier ajout : 20 novembre 2009.

Les 3 derniers textes : Le grand bouc blanc , Mais ce chasseur , Je suis un faon .

Les 3 textes les plus lus : Et maintenant je vais , Dans les fondations de la tour , Dans le piège .

Ou les quatre saisons du haïku

© Daniel Biga


0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 240

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette