BRIBES EN LIGNE
les routes de ce pays sont la gaucherie à vivre,       ( il tente de déchiffrer, raphaël je crie la rue mue douleur       sur  pour jean le       su accoucher baragouiner un jour nous avons dernier vers aoi suite de et que dire de la grâce passet li jurz, si turnet a       une une fois entré dans la       neige "l’art est-il deuxième in the country a propos de quatre oeuvres de sauvage et fuyant comme vous deux, c’est joie et « amis rollant, de des voix percent, racontent     ton le soleil n’est pas j’ai en réserve 0 false 21 18 il ne reste plus que le antoine simon 27 du bibelot au babilencore une fin première    si tout au long     &nbs le pendu les plus terribles preambule – ut pictura moisissures mousses lichens jamais si entêtanteeurydice troisième essai et madame est la reine des       sabots de sorte que bientôt et c’était dans vous avez dans le pays dont je vous au programme des actions la terre a souvent tremblé glaciation entre il ne sait rien qui ne va antoine simon 18 quatre si la mer s’est soudain un blanc fauche le   tout est toujours en villa arson, nice, du 17       alla antoine simon 2 dernier vers aoi pour jacqueline moretti, antoine simon 23   iv    vers quatrième essai de dernier vers aoi dans le train premier gardien de phare à vie, au ma chair n’est  ce qui importe pour l’homme est errer est notre lot, madame, bien sûr, il y eut travail de tissage, dans carles respunt :   saint paul trois quant carles oït la et ma foi, (dans mon ventre pousse une     hélas,       vaches le 19 novembre 2013, à la cyclades, iii°  hors du corps pas après la lecture de vedo la luna vedo le il souffle sur les collines le tissu d’acier la pureté de la survie. nul       b&acir la question du récit d’abord l’échange des s’égarer on deux ce travail vous est  les premières i mes doigts se sont ouverts  hier, 17   le texte suivant a       &agrav       le c’est la peur qui fait  “ne pas cliquetis obscène des dans ce périlleux       sur       quand martin miguel art et des conserves ! a toi le don des cris qui recleimet deu mult quatrième essai de la communication est c’est extrêmement       en un ma voix n’est plus que pour yves et pierre poher et comme c’est il y a des objets qui ont la ouverture d’une quand il voit s’ouvrir, avant propos la peinture est station 7 : as-tu vu judas se a grant dulur tendrai puis deux nouveauté,   (à un trait gris sur la exode, 16, 1-5 toute  epître aux (vois-tu, sancho, je suis "si elle est       un abstraction voir figuration max charvolen, martin miguel À peine jetés dans le tant pis pour eux.       sur le travail de bernard       dans  dans toutes les rues dans le patriote du 16 mars du fond des cours et des dernier vers aoi Ç’avait été la encore la couleur, mais cette       au       six 1) notre-dame au mur violet bribes en ligne a "et bien, voilà..." dit aucun hasard si se station 1 : judas       le dernier vers aoi samuelchapitre 16, versets 1 "ces deux là se quelque chose quand c’est le vent qui temps où les coeurs       le assise par accroc au bord de lancinant ô lancinant je suis celle qui trompe la rencontre d’une         &n abu zayd me déplait. pas       l̵    de femme liseuse madame chrysalide fileuse dernier vers aoi depuis ce jour, le site dernier vers aoi la vie est ce bruissement pas même jouer sur tous les tableaux    7 artistes et 1   au milieu de pour julius baltazar 1 le je meurs de soif     pourquoi  je signerai mon   le 10 décembre les petites fleurs des     à edmond, sa grande  improbable visage pendu dix l’espace ouvert au ensevelie de silence, premier vers aoi dernier sequence 6   le ( ce texte a je serai toujours attentif à     pluie du   voici donc la       " passent .x. portes,       fleur le nécessaire non f les marques de la mort sur je désire un le passé n’est comme ce mur blanc nous dirons donc  “... parler une       bonhe le "patriote", ce texte se présente pour pierre theunissen la six de l’espace urbain, quand vous serez tout (elle entretenait   la production       voyage madame des forêts de cette machine entre mes tu le saiset je le vois       enfant la vie est dans la vie. se toi, mésange à attention beau f tous les feux se sont       la je suis bien dans       apparu   3   

les il est le jongleur de lui ne pas négocier ne ils sortent onze sous les cercles difficile alliage de pour mireille et philippe se reprendre. creuser son qu’est-ce qui est en dans l’innocence des       le temps de pierres le vieux qui ses mains aussi étaient franchement, pensait le chef, une autre approche de sables mes parolesvous l’illusion d’une quelque temps plus tard, de mieux valait découper dans ma gorge je ne peins pas avec quoi, temps où le sang se n’ayant pas présentation du       avant pour andré villers 1) ainsi alfred…       entre reprise du site avec la    seule au       &agrav     tout autour f le feu m’a     [1]        journ& f dans le sourd chatoiement ce qui fait tableau : ce dans les horizons de boue, de f le feu s’est la route de la soie, à pied, c’est seulement au livre grand format en trois mouans sartoux. traverse de       la madame déchirée antoine simon 13 rare moment de bonheur,       pav&ea j’écoute vos et encore  dits       vu a la femme au pour jean-louis cantin 1.- préparation des       entre dentelle : il avait       le       je pour le prochain basilic, (la les doigts d’ombre de neige thème principal : c’est parfois un pays antoine simon 7 station 4 : judas  le franchissement des j’ai donné, au mois tes chaussures au bas de le 28 novembre, mise en ligne peinture de rimes. le texte dernier vers aoi rien n’est pour gilbert antoine simon 24 pour mon épouse nicole l’erbe del camp, ki dernier vers aoi       une les cuivres de la symphonie la deuxième édition du       au dernier vers aoi   mise en ligne Éléments - 1257 cleimet sa culpe, si jamais je n’aurais       &n pour raphaël nice, le 18 novembre 2004       jardin antoine simon 10 f toutes mes       pav&ea l’évidence dernier vers aoi       devant j’arrivais dans les       apr&eg a la libération, les       juin rm : d’accord sur deuxième essai   maille 1 :que (josué avait lentement       dans cher bernard dernier vers aoi toulon, samedi 9 a christiane sept (forces cachées qui aux barrières des octrois prenez vos casseroles et non, björg, frères et rita est trois fois humble. agnus dei qui tollis peccata       la mon cher pétrarque, le samedi 26 mars, à 15 (ma gorge est une cet univers sans le 26 août 1887, depuis       le il s’appelait je m’étonne toujours de la (À l’église af : j’entends  la toile couvre les de prime abord, il ce qui importe pour attelage ii est une œuvre je n’hésiterai carles li reis en ad prise sa  les trois ensembles avec marc, nous avons de l’autre   se       le le recueil de textes   adagio   je au seuil de l’atelier non... non... je vous assure, deuxième apparition de dieu faisait silence, mais       fourr& les plus vieilles       fragilité humaine.       dans « voici  “ce travail qui       au dernier vers aoi  tu vois im font chier il était question non polenta pour maguy giraud et    regardant dorothée vint au monde il n’était qu’un ainsi fut pétrarque dans il n’est pire enfer que temps de bitume en fusion sur dans les écroulements à propos des grands le coquillage contre marie-hélène pour martine attendre. mot terrible. la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Madame ou le recours aux forêts

Dernier ajout : 26 mars 2009.

Les 3 derniers textes : 28- le 26/03/09 , 27- le 25/03/09 , 26- le 24/03/09 .

Les 3 textes les plus lus : 10- le 6/03/09 , 28- le 26/03/09 , 20- le 16/03/09 .

Les textes en caratères romains sont d’Alain Freixe. En italique, ceux de Raphaël Monticelli.


Authentifiez vous pour accéder aux zones réservées

[forum vous inscrire] [ mot de passe oublié ?]

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

  • 1 le 25/02/09

    Clefs : Freixe
    Et que vous dire des forêts ? De celles qui dans les yeux appellent ? Madame, vous les hantez. Vous y trouver, c’est vous perdre. Et sur des quais de nuit amarrer nos corps. Y abriter regards. (...)
  • 2 le 26/02/09

    Madame dans l’ombre des forêts se déchaîne. C’est par là qu’elle dure. Continûment. Aussi quans s’est effacé jusqu’à son absence, il reste encore quelque chose d’elle. Quelque chose qui flotte dans l’air. (...)
  • 3 le 27/02/09

    Madame a des odeurs sauvages que le vent noue. L’écouter est affaire de hure. De soies frémissantes et de boues profondes. Bauges au loin dans les forêts. Le pebre d’aï, la sauge, le serpollet, (...)
  • 4 le 28/02/09

    Madame est une bûcheronne. Elle taille à même les forêts de grandes sentes et amènage de vastes clairières. C’est par là qu’on passe ; là qu’on se repose. Les claques du vent sur les troncs désquamés, (...)
  • 5 le 01/03/09

    Ensevelie de silence, noyée de lointain, Madame n’est plus Madame. Son pays d’arbres, d’éclaircies vertes cernées au noir des sous-bois, s’est retiré derrière les brumes du monde. On a beau tenir les (...)
  • 6 le 02/03/09

    Madame porte à même son corps des mots. Les lire, c’est les effacer. Les perdre ici, c’est les garder ailleurs. C’est pousser nos racines sous des terres que nous (...)
  • 7- le 03/03/O9

    Quand c’est le vent qui règne sur les arbres, on pourrait craindre pour Madame. Pour la voix de celle qui parle bas. Mais son murmure obstiné traverse le bruit des branches et des feuilles, et entre (...)
  • 8- le 04/03/09

    Madame, on ne la voit jamais qu’en mots quand on se perd dans les forêts du langage, de clairière en clairière. Ces noeuds entre vivre et écrire. Entre inspirer et expirer, ce paroxysme du (...)
  • 9- le 5/03/09

    Sculpter l’air : ainsi les herbes, les buissons, les arbres dans leurs branches et leurs feuilles. Sculpter la terre, dans ses profondeurs et ses secrets, ainsi les racines, rhizomes et (...)
  • 10- le 6/03/09

    Et nous n’avons rien dit encore des eaux multiples des forêts, sève, sang, sperme, lymphe, urine, rosée, pluie. Madame, vous dîtes : "rivière", et nos salives s’en ressentent. Vous ouvrez vos (...)

0 | 10 | 20

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette