BRIBES EN LIGNE
mouans sartoux. traverse de    tu sais       avant   anatomie du m et “le pinceau glisse sur       la j’ai ajouté f les marques de la mort sur couleur qui ne masque pas       ...mai reflets et echosla salle dernier vers aoi       bonheu   nous sommes ce va et vient entre ...et poème pour tu le sais bien. luc ne diaphane est le toute une faune timide veille dans les carnets       journ& les textes mis en ligne en introduction à       ce le lourd travail des meules pour andré villers 1) antoine simon 17       au       parfoi pierre ciel libre de lever la tête la bouche pleine de bulles edmond, sa grande (en regardant un dessin de       à station 4 : judas  sixième les étourneaux ! en cet anniversaire, ce qui pour michèle gazier 1 le franchissement des le géographe sait tout       la macles et roulis photo       va je t’enlace gargouille antoine simon 6 (de)lecta lucta   effleurer le ciel du bout des ils avaient si longtemps, si rimbaud a donc la prédication faite la lecture de sainte       en dans ce périlleux dans les carnets la littérature de les cuivres de la symphonie       dans le plus insupportable chez pas une année sans évoquer la question du récit       deux la cité de la musique l’illusion d’une m1        “s’ouvre la vie humble chez les vous deux, c’est joie et li emperere s’est       pourqu  avec « a la le bulletin de "bribes juste un       et     surgi une errance de dans le patriote du 16 mars dernier vers aoi immense est le théâtre et pour jean-marie simon et sa trois tentatives desesperees j’écoute vos       baie faisant dialoguer deux nouveauté, dernier vers aoi     faisant la f les feux m’ont la danse de       rampan 1. il se trouve que je suis quelque temps plus tard, de   maille 1 :que   si vous souhaitez  un livre écrit zacinto dove giacque il mio       longte sa langue se cabre devant le ce texte se présente pour michèle "si elle est pour mes enfants laure et et la peur, présente soudain un blanc fauche le  il y a le le lent déferlement des conserves ! 1) la plupart de ces     du faucon la chaude caresse de générations pour anne slacik ecrire est   entrons nous dirons donc antoine simon 11 f tous les feux se sont et voici maintenant quelques       magnol li quens oger cuardise dernier vers aoi dernier vers aoi je me souviens de une il faut dire les un soir à paris au je t’ai admiré,       la pie ma voix n’est plus que     chambre       vu pour egidio fiorin des mots genre des motsmauvais genre     sur la pente     son       le la mort d’un oiseau. abstraction voir figuration je ne sais pas si       fourr& peinture de rimes. le texte de l’autre    si tout au long et encore  dits i en voyant la masse aux rien n’est j’ai donc avez-vous vu antoine simon 32 chairs à vif paumes       montag   ces notes     les provisions macao grise       st paien sunt morz, alquant comme un préliminaire la  si, du nouveau       fourmi la langue est intarissable le temps passe dans la dernier vers aoi je dors d’un sommeil de janvier 2002 .traverse dans un coin de nice, deuxième approche de j’ai en réserve       le       sur il faut aller voir je sais, un monde se pour martine a la femme au dernier vers aoi   marcel je découvre avant toi pour lee     à       voyage ce poème est tiré du paysage de ta tombe  et si, il y a longtemps, les et  riche de mes quant carles oït la quand nous rejoignons, en       au d’un côté il existe au moins deux vous avez grant est la plaigne e large dernier vers aoi bal kanique c’est c’est la chair pourtant passet li jurz, si turnet a i mes doigts se sont ouverts dans le monde de cette f le feu s’est (À l’église normal 0 21 false fal 0 false 21 18 abu zayd me déplait. pas c’est une sorte de l’impossible et je vois dans vos       sur pour daniel farioli poussant alocco en patchworck © la galerie chave qui je n’hésiterai       deux station 5 : comment       la antoine simon 29 descendre à pigalle, se depuis ce jour, le site  de la trajectoire de ce « amis rollant, de a toi le don des cris qui  hors du corps pas       la   encore une       enfant quand il voit s’ouvrir,       le ce 28 février 2002.       je me  hier, 17 les petites fleurs des ne faut-il pas vivre comme il était question non       vi.- les amicales aventures  les trois ensembles dans l’innocence des les enseignants : arbre épanoui au ciel ensevelie de silence, et que vous dire des À peine jetés dans le diaphane est le mot (ou       pass&e le geste de l’ancienne, g. duchêne, écriture le  “ne pas   l’oeuvre vit son       sur macles et roulis photo 3 quatrième essai de ce qui aide à pénétrer le       d&eacu     &nbs       " l’attente, le fruit c’est parfois un pays dernier vers que mort intendo... intendo ! dernier vers aoi il ne s’agit pas de derniers vers sun destre  l’exposition  pour qui veut se faire une certains prétendent  zones gardées de max charvolen, martin miguel et…  dits de (elle entretenait madame, on ne la voit jamais dans le pays dont je vous troisième essai et l’évidence 13) polynésie       &agrav carmelo arden quin est une suite du blasphème de f le feu est venu,ardeur des quel étonnant       &agrav nous avons affaire à de ma chair n’est       alla c’est la peur qui fait   se dans ce pays ma mère dans l’effilé de o tendresses ô mes  le grand brassage des grande lune pourpre dont les polenta deuxième suite       au agnus dei qui tollis peccata les dernières r.m.a toi le don des cris qui tout est possible pour qui a claude b.   comme sainte marie,     tout autour temps où le sang se à la mémoire de       assis il existe deux saints portant deuxième essai (josué avait lentement       apparu dans les rêves de la c’est ici, me chercher une sorte de derniers       fleur     &nbs       coude douze (se fait terre se ils sortent À perte de vue, la houle des 0 false 21 18 monde imaginal,       la de prime abord, il       il cyclades, iii° vous êtes       pav&ea       le lent tricotage du paysage petites proses sur terre  au travers de toi je       longte dernier vers doel i avrat, les dessins de martine orsoni le 26 août 1887, depuis on croit souvent que le but etait-ce le souvenir jamais si entêtanteeurydice       l̵ sept (forces cachées qui ce n’est pas aux choses       dans       le antoine simon 25 les plus terribles ecrire sur sauvage et fuyant comme le soleil n’est pas martin miguel art et     l’é huit c’est encore à mult est vassal carles de sors de mon territoire. fais pour julius baltazar 1 le ] heureux l’homme dernier vers aoi il en est des noms comme du envoi du bulletin de bribes la liberté de l’être carissimo ulisse,torna a nice, le 8 octobre normalement, la rubrique si tu es étudiant en 1 la confusion des la rencontre d’une coupé en deux quand       un dernier vers aoi au matin du pour nicolas lavarenne ma       pass&e le samedi 26 mars, à 15   au milieu de       soleil  marcel migozzi vient de     pourquoi (ma gorge est une trois (mon souffle au matin   1) cette j’ai changé le pour angelo tout est prêt en moi pour antoine simon 19 il y a dans ce pays des voies le nécessaire non la vie est ce bruissement antoine simon 28 allons fouiller ce triangle il est le jongleur de lui beaucoup de merveilles le numéro exceptionnel de dire que le livre est une madame est toute tous feux éteints. des tes chaussures au bas de       "       en il tente de déchiffrer, et que dire de la grâce pas facile d’ajuster le pour ma la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Freixe, Alain > Madame ou le recours aux forêts

Madame ou le recours aux forêts

Dernier ajout : 26 mars 2009.

Les 3 derniers textes : 28- le 26/03/09 , 27- le 25/03/09 , 26- le 24/03/09 .

Les 3 textes les plus lus : 21 - le 17/03/09 , 23- le 19/03/09 , 10- le 6/03/09 .

Les textes en caratères romains sont d’Alain Freixe. En italique, ceux de Raphaël Monticelli.


Authentifiez vous pour accéder aux zones réservées

[forum vous inscrire] [ mot de passe oublié ?]

Vous inscrire sur ce site

L’espace privé de ce site est ouvert aux visiteurs, après inscription. Une fois enregistré, vous pourrez consulter les articles en cours de rédaction, proposer des articles et participer à tous les forums.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

  • 1 le 25/02/09

    Clefs : Freixe
    Et que vous dire des forêts ? De celles qui dans les yeux appellent ? Madame, vous les hantez. Vous y trouver, c’est vous perdre. Et sur des quais de nuit amarrer nos corps. Y abriter regards. (...)
  • 2 le 26/02/09

    Madame dans l’ombre des forêts se déchaîne. C’est par là qu’elle dure. Continûment. Aussi quans s’est effacé jusqu’à son absence, il reste encore quelque chose d’elle. Quelque chose qui flotte dans l’air. (...)
  • 3 le 27/02/09

    Madame a des odeurs sauvages que le vent noue. L’écouter est affaire de hure. De soies frémissantes et de boues profondes. Bauges au loin dans les forêts. Le pebre d’aï, la sauge, le serpollet, (...)
  • 4 le 28/02/09

    Madame est une bûcheronne. Elle taille à même les forêts de grandes sentes et amènage de vastes clairières. C’est par là qu’on passe ; là qu’on se repose. Les claques du vent sur les troncs désquamés, (...)
  • 5 le 01/03/09

    Ensevelie de silence, noyée de lointain, Madame n’est plus Madame. Son pays d’arbres, d’éclaircies vertes cernées au noir des sous-bois, s’est retiré derrière les brumes du monde. On a beau tenir les (...)
  • 6 le 02/03/09

    Madame porte à même son corps des mots. Les lire, c’est les effacer. Les perdre ici, c’est les garder ailleurs. C’est pousser nos racines sous des terres que nous (...)
  • 7- le 03/03/O9

    Quand c’est le vent qui règne sur les arbres, on pourrait craindre pour Madame. Pour la voix de celle qui parle bas. Mais son murmure obstiné traverse le bruit des branches et des feuilles, et entre (...)
  • 8- le 04/03/09

    Madame, on ne la voit jamais qu’en mots quand on se perd dans les forêts du langage, de clairière en clairière. Ces noeuds entre vivre et écrire. Entre inspirer et expirer, ce paroxysme du (...)
  • 9- le 5/03/09

    Sculpter l’air : ainsi les herbes, les buissons, les arbres dans leurs branches et leurs feuilles. Sculpter la terre, dans ses profondeurs et ses secrets, ainsi les racines, rhizomes et (...)
  • 10- le 6/03/09

    Et nous n’avons rien dit encore des eaux multiples des forêts, sève, sang, sperme, lymphe, urine, rosée, pluie. Madame, vous dîtes : "rivière", et nos salives s’en ressentent. Vous ouvrez vos (...)

0 | 10 | 20

Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette