BRIBES EN LIGNE
un titre : il infuse sa pas de pluie pour venir (ma gorge est une     vers le soir c’est ici, me       alla       au marché ou souk ou pas facile d’ajuster le le poiseau de parisi mon li emperere par sa grant       en spectacle de josué dit       le ki mult est las, il se dort       midi madame est une pour helmut et nous n’avons rien dentelle : il avait madame, c’est notre j’ai donné, au mois      & le 26 août 1887, depuis iloec endreit remeint li os chairs à vif paumes   six formes de la après la lecture de       chaque mm oui, ce qui est troublant a dix sept ans, je ne savais       dans un tunnel sans fin et, à mise en ligne d’un "je me tais. pour taire. en cet anniversaire, ce qui     faisant la se placer sous le signe de quai des chargeurs de ...et poème pour dernier vers aoi on cheval antoine simon 18 cette machine entre mes les routes de ce pays sont dernier vers aoi   tout est toujours en de toutes les et il parlait ainsi dans la noble folie de josué, toutes ces pages de nos f toutes mes quando me ne so itu pe que d’heures deuxième essai le       devant tandis que dans la grande dessiner les choses banales beaucoup de merveilles 1 au retour au moment     [1]  le "patriote", en ceste tere ad estet ja       object il aurait voulu être       je dans les écroulements   si vous souhaitez  tu vois im font chier   entrons       grimpa l’art c’est la il faut aller voir diaphane est le mot (ou imagine que, dans la  jésus l’impossible les installations souvent, j’écoute vos  on peut passer une vie cliquetis obscène des la vie est ce bruissement       au ici, les choses les plus ce qui aide à pénétrer le madame porte à vedo la luna vedo le deux ajouts ces derniers       madame déchirée     tout autour macao grise quand les couleurs ajout de fichiers sons dans station 5 : comment a la femme au         &n je ne saurais dire avec assez (josué avait lentement le pendu  de la trajectoire de ce 1.- les rêves de coupé le sonà   je ne comprends plus       la       &ccedi rien n’est antoine simon 10 nouvelles mises en les amants se la terre nous le grand combat : "si elle est c’est la peur qui fait des quatre archanges que ce texte se présente certains prétendent f dans le sourd chatoiement   adagio   je     oued coulant dernier vers aoi il souffle sur les collines       deux dernier vers aoi     pluie du au seuil de l’atelier je suis bien dans       magnol on peut croire que martine pur ceste espee ai dulor e quand il voit s’ouvrir, onze sous les cercles       pass&e       cerisi le 15 mai, à  “comment tout est prêt en moi pour et tout avait       les travail de tissage, dans le passé n’est l’éclair me dure,       " jamais je n’aurais attention beau la lecture de sainte si j’avais de son une image surgit traverse le       l̵ 0 false 21 18 la liberté s’imprime à   pour théa et ses le franchissement des pas même le numéro exceptionnel de la réserve des bribes la brume. nuages troisième essai dernier vers aoi g. duchêne, écriture le       &n sixième       fourmi la littérature de       le       retour les éditions de la passe du la cité de la musique rm : d’accord sur dernier vers aoi       &       &n la galerie chave qui le 28 novembre, mise en ligne tant pis pour eux. inoubliables, les rimbaud a donc       allong       le normal 0 21 false fal  martin miguel vient       m&eacu    nous peinture de rimes. le texte       une légendes de michel  l’exposition  le 23 février 1988, il carmelo arden quin est une pour robert on préparait o tendresses ô mes in the country le nécessaire non rien n’est plus ardu la langue est intarissable autre citation"voui les lettres ou les chiffres       montag       le seul dans la rue je ris la       &agrav à bernadette deuxième     sur la pente     ton passet li jurz, la noit est comme un préliminaire la guetter cette chose huit c’est encore à une errance de   ne faut-il pas vivre comme pour gilbert dernier vers aoi religion de josué il       aux  hier, 17       vu     dans la ruela       pav&ea le travail de bernard     au couchant je meurs de soif       quand grande lune pourpre dont les    courant pour egidio fiorin des mots ce pays que je dis est (la numérotation des       gentil dernier vers aoi d’un bout à genre des motsmauvais genre premier essai c’est les enseignants : la vie humble chez les       d&eacu antoine simon 11       la  dernier salut au quand sur vos visages les equitable un besoin sonnerait attendre. mot terrible. vi.- les amicales aventures leonardo rosa       b&acir tout en travaillant sur les       sur     depuis trois (mon souffle au matin il en est des meurtrières. j’ai changé le les dernières carles li reis en ad prise sa que reste-t-il de la qu’est-ce qui est en pour ma pour m.b. quand je me heurte aucun hasard si se décembre 2001.       jonath j’ai relu daniel biga,     le cygne sur dimanche 18 avril 2010 nous dans ma gorge       le pas sur coussin d’air mais là, c’est le sable et       le effleurer le ciel du bout des la mastication des même si dans les hautes herbes  epître aux et la peur, présente la bouche pure souffrance nos voix etudiant à nous serons toujours ces à cri et à quatre si la mer s’est coupé en deux quand (en regardant un dessin de sous la pression des 1) la plupart de ces pour angelo 1. il se trouve que je suis napolì napolì merci au printemps des et…  dits de nous savons tous, ici, que est-ce parce que, petit, on preambule – ut pictura       &agrav       " deuxième rupture : le dernier vers aoi   des voix percent, racontent un soir à paris au dans l’innocence des c’est un peu comme si, dans ce périlleux       voyage   voici donc la première rupture : le raphaël le proche et le lointain montagnesde la fraîcheur et la nous avancions en bas de       vu la force du corps, de l’autre dix l’espace ouvert au lancinant ô lancinant dont les secrets… à quoi       maquis c’est la distance entre l’existence n’est onzième       jardin il pleut. j’ai vu la glaciation entre tendresse du mondesi peu de pour raphaël le soleil n’est pas martin miguel art et carles respunt : deux ce travail vous est bien sûrla alocco en patchworck ©  dernières mises frères et       au pour pierre theunissen la rêves de josué, n’ayant pas corps nomades bouches dernier vers aoi       s̵       "  au mois de mars, 1166       m̵   (à       le elle réalise des je sais, un monde se    seule au     hélas, tu le sais bien. luc ne ce jour-là il lui deuxième approche de elle disposait d’une       la j’ai ajouté dernier vers aoi le lourd travail des meules cinquième citationne  le grand brassage des aux barrières des octrois pour nicolas lavarenne ma sa langue se cabre devant le       "       il   l’oeuvre vit son il tente de déchiffrer, descendre à pigalle, se la pureté de la survie. nul dans la caverne primordiale et te voici humanité       en un antoine simon 17 "mais qui lit encore le f qu’il vienne, le feu vous avez À max charvolen et À perte de vue, la houle des branches lianes ronces le géographe sait tout et que vous dire des       la pie 0 false 21 18       bien       longte dernier vers aoi clers est li jurz et li j’ai donc les premières petit matin frais. je te tout le problème   maille 1 :que Être tout entier la flamme lentement, josué la parol

Accueil > La légende fleurie

La légende fleurie

Dernier ajout : 16 mars.

Les 3 derniers textes : La légende de saint Jean-Raphaël .

Les 3 textes les plus lus : La légende de saint Jean-Raphaël .

Suite du texte de présentation du travail de Martine Orsoni


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette