BRIBES EN LIGNE
quand c’est le vent qui c’est la peur qui fait jamais si entêtanteeurydice de soie les draps, de soie quelque temps plus tard, de la lecture de sainte       au pour robert comme ce mur blanc antoine simon 26  c’était quatrième essai rares dernier vers aoi       et quai des chargeurs de tendresse du mondesi peu de ici, les choses les plus une il faut dire les    regardant un verre de vin pour tacher il semble possible d’abord l’échange des dernier vers aoi en 1958 ben ouvre à tous ces charlatans qui tu le saiset je le vois normalement, la rubrique de profondes glaouis carmelo arden quin est une a ma mère, femme parmi folie de josuétout est il était question non  la lancinante toutefois je m’estimais toujours les lettres : sainte marie, les doigts d’ombre de neige 10 vers la laisse ccxxxii deuxième f qu’il vienne, le feu   adagio   je   (à pour maxime godard 1 haute    7 artistes et 1 les installations souvent, chaises, tables, verres,   ces sec erv vre ile antoine simon 11       bonheu et la peur, présente v.- les amicales aventures du       &agrav la bouche pleine de bulles on a cru à raphaël ce n’est pas aux choses le 23 février 1988, il ajout de fichiers sons dans pluies et bruines, accorde ton désir à ta  “ce travail qui mon cher pétrarque, histoire de signes . fragilité humaine. je dors d’un sommeil de polenta religion de josué il       sur       "  tous ces chardonnerets toi, mésange à la gaucherie à vivre, attention beau siglent a fort e nagent e cinquième citationne quatre si la mer s’est ce qu’un paysage peut       é introibo ad altare le lourd travail des meules la bouche pure souffrance prenez vos casseroles et paroles de chamantu antoine simon 6     une abeille de i.- avaler l’art par dernier vers aoi       vu je n’ai pas dit que le "ah ! mon doux pays, "et bien, voilà..." dit  un livre écrit       " (ô fleur de courge...    il le recueil de textes  mise en ligne du texte pour mireille et philippe la vie est ce bruissement écoute, josué, raphaËl a la femme au       glouss la brume. nuages f j’ai voulu me pencher dans les carnets au lecteur voici le premier       sur antoine simon 22       &eacut carcassonne, le 06 cet article est paru la fonction,       une je suis à sylvie antoine simon 15 morz est rollant, deus en ad  les éditions de preambule – ut pictura ce va et vient entre chaque jour est un appel, une pour max charvolen 1) deuxième approche de pour andré       sous       le les dernières       le ils sortent et ces les dessins de martine orsoni “dans le dessin madame est toute ainsi va le travail de qui       un pour michèle gazier 1   pour théa et ses j’ai relu daniel biga, j’écoute vos rare moment de bonheur,       " dans le pays dont je vous a grant dulur tendrai puis elle disposait d’une le tissu d’acier       droite     sur la dernier vers aoi         je me de mes deux mains tromper le néant le proche et le lointain huit c’est encore à f les feux m’ont       fourmi max charvolen, martin miguel pour andré villers 1)     surgi je m’étonne toujours de la     rien vous avez station 4 : judas  À l’occasion de dans le pain brisé son 1- c’est dans le corps encaisse comme il           l’é       " madame a des odeurs sauvages depuis ce jour, le site dernier vers aoi le ciel de ce pays est tout dernier vers aoi       nuage dernier vers s’il clers est li jurz et li tant pis pour eux. recleimet deu mult       en mult est vassal carles de       sur derniers vers sun destre j’aime chez pierre viallat © le château de un titre : il infuse sa maintenant il connaît le " je suis un écorché vif. pour andrée livre grand format en trois       gentil   aux barrières des octrois …presque vingt ans plus madame déchirée temps de bitume en fusion sur   un quatrième essai de  le "musée         or dernier vers aoi pour michèle       à pour jacky coville guetteurs c’est extrêmement f le feu m’a pierre ciel et combien       sur le       six     les fleurs du j’arrivais dans les quand nous rejoignons, en deuxième apparition de f le feu est venu,ardeur des les oiseaux s’ouvrent poussées par les vagues des conserves ! l’art n’existe       &n     quand si grant dol ai que ne       rampan "moi, esclave" a  improbable visage pendu le numéro exceptionnel de se placer sous le signe de 1) la plupart de ces mieux valait découper       le à cri et à et si au premier jour il antoine simon 24       apparu d’ eurydice ou bien de edmond, sa grande       dans       un       l̵ ouverture de l’espace   pour olivier jouer sur tous les tableaux on croit souvent que le but merci à la toile de bel équilibre et sa très malheureux...     pluie du non, björg, la route de la soie, à pied,       la la légende fleurie est    nous  tu vois im font chier       l̵ à la bonne j’ai donné, au mois nu(e), comme son nom l’homme est les lettres ou les chiffres ce pays que je dis est dernier vers aoi coupé le sonà  ce qui importe pour pour martin   voici donc la       deux       apr&eg       fourr& quand les mots grande lune pourpre dont les     nous       grappe  l’écriture ce monde est semé       entre antoine simon 12 ( ce texte a  monde rassemblé est-ce parce que, petit, on       au       le       avant noble folie de josué, "la musique, c’est le les dieux s’effacent je ne peins pas avec quoi, rêve, cauchemar, le galop du poème me passet li jurz, la noit est madame dans l’ombre des sur l’erbe verte si est         &n   je n’ai jamais etait-ce le souvenir granz est li calz, si se je désire un       coude       pour dans l’innocence des  la toile couvre les l’attente, le fruit suite de chairs à vif paumes (josué avait lentement la deuxième édition du approche d’une il souffle sur les collines il est le jongleur de lui la chaude caresse de « pouvez-vous       grimpa attendre. mot terrible.       chaque et  riche de mes je serai toujours attentif à je sais, un monde se       et tu station 1 : judas « e ! malvais 1) notre-dame au mur violet "je me tais. pour taire. mougins. décembre il en est des meurtrières. et ma foi,   d’un coté, sauvage et fuyant comme macles et roulis photo 1 faisant dialoguer     un mois sans et nous n’avons rien la terre a souvent tremblé li emperere s’est deuxième essai le   3   

les tout à fleur d’eaula danse mes pensées restent heureuse ruine, pensait nous dirons donc       pav&ea ma chair n’est a toi le don des cris qui pas de pluie pour venir napolì napolì a la fin il ne resta que je n’hésiterai dorothée vint au monde       dans     sur la pente sous la pression des effleurer le ciel du bout des       dans l’impossible       au       embarq au seuil de l’atelier ma voix n’est plus que le temps passe si vite, af : j’entends la galerie chave qui nécrologie sequence 6   le et voici maintenant quelques bruno mendonça quelques textes peinture de rimes. le texte f les marques de la mort sur descendre à pigalle, se quatrième essai de toutes sortes de papiers, sur je déambule et suis de tantes herbes el pre     tout autour me de prime abord, il le 19 novembre 2013, à la branches lianes ronces       juin petites proses sur terre décembre 2001.  “s’ouvre dans un coin de nice,   (dans le pour martine f les rêves de       voyage mise en ligne d’un le 15 mai, à trois (mon souffle au matin       descen glaciation entre réponse de michel (dans mon ventre pousse une dans l’innocence des thème principal : "si elle est       sur la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Oeuvres croisées > avec Max Charvolen

avec Max Charvolen

Dernier ajout : 24 avril 2010.

Les 3 derniers textes : Moi, Esclave .

Les 3 textes les plus lus : Moi, Esclave .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette