BRIBES EN LIGNE
antoine simon 21 la poésie, à la       &eacut li emperere s’est comme un préliminaire la et que dire de la grâce   je ne comprends plus      & les cuivres de la symphonie       dans la lecture de sainte       sur clers fut li jurz e li elle ose à peine       juin je dors d’un sommeil de       le tout est possible pour qui encore une citation“tu il en est des noms comme du       vu       sur le la mastication des Être tout entier la flamme je suis bien dans vous êtes le corps encaisse comme il       &n       é ce va et vient entre temps de pierres 1. il se trouve que je suis       enfant iv.- du livre d’artiste sa langue se cabre devant le       le       "       s̵ antoine simon 33 références : xavier pas sur coussin d’air mais à propos “la vue à la villa tamaris   la baie des anges elle disposait d’une ce qui fait tableau : ce f les rêves de cet article est paru d’abord l’échange des pour max charvolen 1)   le 10 décembre       sur suite de autre petite voix       deux je t’enfourche ma f dans le sourd chatoiement pour michèle aueret pour andrée toutes sortes de papiers, sur       " le texte qui suit est, bien au labyrinthe des pleursils       au raphaËl       "           après viallat © le château de il n’y a pas de plus il souffle sur les collines mult est vassal carles de antoine simon 5 ecrire les couleurs du monde le 26 août 1887, depuis       en un dernier vers aoi agnus dei qui tollis peccata effleurer le ciel du bout des     le cygne sur quelques autres lentement, josué       le tu le sais bien. luc ne avant propos la peinture est toute une faune timide veille les durand : une madame, on ne la voit jamais       m̵ bernard dejonghe... depuis il n’était qu’un       soleil polenta  improbable visage pendu rita est trois fois humble. des quatre archanges que mon travail est une le géographe sait tout  mise en ligne du texte sur la toile de renoir, les il y a des objets qui ont la dans l’innocence des clers est li jurz et li mais jamais on ne À peine jetés dans le dernier vers aoi     dans la ruela dans les hautes herbes nous avons affaire à de légendes de michel dans les rêves de la la terre nous       ton arbre épanoui au ciel dernier vers aoi j’arrivais dans les autre citation dans le train premier je reviens sur des je suis pour marcel une fois entré dans la nice, le 30 juin 2000 sainte marie, “le pinceau glisse sur   un vendredi j’aime chez pierre régine robin, monde imaginal, printemps breton, printemps pour jean-louis cantin 1.- chaises, tables, verres, pour mireille et philippe réponse de michel écrirecomme on se les lettres ou les chiffres quando me ne so itu pe dentelle : il avait macles et roulis photo 6 pour michèle gazier 1       sur ki mult est las, il se dort voudrais je vous les doigts d’ombre de neige dans l’innocence des pierre ciel de la       je la musique est le parfum de   en grec, morías 0 false 21 18 dernier vers aoi macles et roulis photo 1       sur       en rêve, cauchemar,  la lancinante la vie est dans la vie. se       journ& rossignolet tu la antoine simon 31 sous l’occupation quant carles oït la les oiseaux s’ouvrent je crie la rue mue douleur approche d’une pour michèle rimbaud a donc le passé n’est depuis le 20 juillet, bribes toulon, samedi 9 c’est parfois un pays macles et roulis photo a dix sept ans, je ne savais       ce af : j’entends il existe au moins deux  on peut passer une vie l’appel tonitruant du …presque vingt ans plus l’instant criblé toute trace fait sens. que « voici libre de lever la tête tromper le néant       six fragilité humaine. i en voyant la masse aux dernier vers aoi     longtemps sur       dans  si, du nouveau nous lirons deux extraits de 1254 : naissance de     rien en 1958 ben ouvre à mon cher pétrarque, ne faut-il pas vivre comme station 5 : comment f le feu s’est trois (mon souffle au matin       ...mai pour pierre theunissen la tout à fleur d’eaula danse abu zayd me déplait. pas     sur la dorothée vint au monde imagine que, dans la bruno mendonça (dans mon ventre pousse une antoine simon 18 normalement, la rubrique titrer "claude viallat,   se merci à marc alpozzo il ne sait rien qui ne va le 26 août 1887, depuis       pav&ea une errance de       gentil nice, le 8 octobre il est le jongleur de lui       pass&e     du faucon troisième essai et vedo la luna vedo le chercher une sorte de "moi, esclave" a   le texte suivant a ma mémoire ne peut me je désire un quelque temps plus tard, de   al matin, quant primes pert antoine simon 20 j’ai changé le rêves de josué, dernier vers aoi je suis celle qui trompe       deux le grand combat : présentation du dernier vers aoi dernier vers aoi sixième       va napolì napolì   pour olivier hans freibach :       entre noble folie de josué, quai des chargeurs de dernier vers aoi  l’écriture de pa(i)smeisuns en est venuz dernier vers aoi  au travers de toi je douze (se fait terre se j’ai longtemps       au au matin du  référencem l’ami michel       jardin dans la caverne primordiale       la nice, le 18 novembre 2004 vi.- les amicales aventures il ne s’agit pas de       dans il ne reste plus que le       je me “dans le dessin m1       je déambule et suis       voyage les dernières ce jour là, je pouvais on croit souvent que le but à la bonne que d’heures josué avait un rythme    en huit c’est encore à dernier vers aoi dernier vers aoi       un dessiner les choses banales première cinquième citationne mouans sartoux. traverse de       grappe dernier vers aoi pour mes enfants laure et la langue est intarissable       une  dans le livre, le encore la couleur, mais cette « amis rollant, de dans les écroulements la mort d’un oiseau. me  zones gardées de couleur qui ne masque pas         &n deux mille ans nous le ciel de ce pays est tout antoine simon 32 violette cachéeton tant pis pour eux. temps où les coeurs le coeur du « 8° de s’égarer on f tous les feux se sont au rayon des surgelés   3   

les troisième essai     les provisions pour jacqueline moretti,  tous ces chardonnerets comme c’est       fleur     [1]  dans le respect du cahier des       p&eacu les avenues de ce pays pour anne slacik ecrire est j’ai ajouté à bernadette       apr&eg       su     de rigoles en       reine seul dans la rue je ris la quatrième essai de rm : nous sommes en pour yves et pierre poher et antoine simon 13       la       le       descen dernier vers aoi abstraction voir figuration       &agrav antoine simon 24 si j’étais un v.- les amicales aventures du ils sortent archipel shopping, la la liberté de l’être sors de mon territoire. fais marcel alocco a pas même il s’appelait nouvelles mises en les premières passet li jurz, si turnet a     au couchant je t’enlace gargouille et te voici humanité art jonction semble enfin pour frédéric     ton       la c’est la chair pourtant       arauca       &ccedi j’écoute vos       cerisi comment entrer dans une       cette     &nbs il aurait voulu être et  riche de mes       dans dernier vers aoi j’ai perdu mon le 2 juillet       le recleimet deu mult janvier 2002 .traverse les dessins de martine orsoni saluer d’abord les plus c’est vrai 7) porte-fenêtre  il est des objets sur de mes deux mains écoute, josué, je ne sais pas si 1- c’est dans   anatomie du m et la brume. nuages la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Oriot, Françoise

Oriot, Françoise

Dernier ajout : 19 mai 2010.

Les 3 derniers textes : Regrets de la chambre basse , À l’unisson de la fuite , Ce paysage... .

Les 3 textes les plus lus : À l’unisson de la fuite , Ce paysage... , Regrets de la chambre basse .


  • Ce paysage...

    Clefs : poésie , Oriot
    Ce paysage que tu contemplais depuis le col paupières enfin relevées nuque d’écorce - Tu m’as dit les arêtes vives la trouée de lumière comme un visage souriant les villes frémissantes dans le lointain (...)
  • À l’unisson de la fuite

    Clefs : poésie , Oriot
    Comme ce mur blanc brûlant le soleil de juillet Comme ce nœud d’incendie qui forcit dans la gorge Comme le silence écrasé après le dernier coup de midi Comme la dernière page apprise et dite La femme a (...)
  • Regrets de la chambre basse

    Clefs : poésie , Oriot
    Les amants se découvrent là à l’orée d’opaques souvenirs pavots que la fièvre nouvelle efface qu’un sanglot ranime. Reflets de mercure dans le crépuscule leurs voix et leurs mains tracent des échelles où (...)
Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette