BRIBES EN LIGNE
de soie les draps, de soie laure et pétrarque comme       sur  dans le livre, le deux mille ans nous attendre. mot terrible.       bonheu quand c’est le vent qui abu zayd me déplait. pas c’est vrai   le 10 décembre s’ouvre la     faisant la dans ce pays ma mère   de sorte que bientôt  il est des objets sur où l’on revient hans freibach : l’art c’est la siglent a fort e nagent e antoine simon 27 vous dites : "un a propos de quatre oeuvres de       " six de l’espace urbain, derniers       " la vie est dans la vie. se l’appel tonitruant du pour jean gautheronle cosmos des conserves ! ce monde est semé dorothée vint au monde « e ! malvais générations a christiane       chaque   ciel !!!!       crabe- trois tentatives desesperees dans ma gorge la gaucherie à vivre, ma voix n’est plus que pour andré villers 1) gardien de phare à vie, au       voyage tout en vérifiant   jn 2,1-12 :       banlie       je       retour pour yves et pierre poher et   1) cette 13) polynésie le texte qui suit est, bien des voiles de longs cheveux ] heureux l’homme première ma mémoire ne peut me       entre vos estes proz e vostre je suis celle qui trompe lorsque martine orsoni je dors d’un sommeil de  dernier salut au livre grand format en trois  pour le dernier jour   je n’ai jamais quai des chargeurs de libre de lever la tête sa langue se cabre devant le la route de la soie, à pied, mise en ligne d’un poème pour il en est des meurtrières.       les i en voyant la masse aux    il à la mémoire de le corps encaisse comme il   (à       " autre citation"voui       object dire que le livre est une deuxième attention beau       voyage en 1958 ben ouvre à       m&eacu tout en travaillant sur les les petites fleurs des spectacle de josué dit ( ce texte a le vieux qui lancinant ô lancinant petites proses sur terre       alla branches lianes ronces   né le 7 un verre de vin pour tacher       fleur 1. il se trouve que je suis       droite madame a des odeurs sauvages rien n’est       le même si rêves de josué, tous ces charlatans qui pour mes enfants laure et légendes de michel       &agrav       le pour egidio fiorin des mots       coude       au       la derniers vers sun destre en cet anniversaire, ce qui (À l’église    nous coupé le sonà quando me ne so itu pe ce pays que je dis est "pour tes       o de mes deux mains dernier vers aoi  “comment je ne peins pas avec quoi,       b&acir tout est possible pour qui je ne saurais dire avec assez   pour adèle et pour andré dernier vers aoi  le livre, avec « voici   je ne comprends plus  un livre écrit pour frédéric       p&eacu le 28 novembre, mise en ligne un temps hors du c’est le grand toujours les lettres : tout est prêt en moi pour ce qui fait tableau : ce j’ai parlé c’est pour moi le premier le nécessaire non quatrième essai de de prime abord, il paroles de chamantu f les feux m’ont le samedi 26 mars, à 15  “ne pas     &nbs rm : nous sommes en là, c’est le sable et outre la poursuite de la mise tromper le néant on dit qu’agathe nous serons toujours ces neuf j’implore en vain  jésus dentelle : il avait  tu vois im font chier  je signerai mon dernier vers aoi 1 au retour au moment c’est un peu comme si,     son passet li jurz, la noit est     après nice, le 8 octobre seul dans la rue je ris la les premières « pouvez-vous       rampan et voici maintenant quelques sixième la bouche pure souffrance       marche premier essai c’est       dans ici. les oiseaux y ont fait rimbaud a donc clquez sur station 3 encore il parle  hors du corps pas le numéro exceptionnel de mult ben i fierent franceis e (vois-tu, sancho, je suis la fonction,       sur le  “ce travail qui il n’était qu’un       reine deuxième suite l’existence n’est cher bernard a l’aube des apaches, carles respunt : "je me tais. pour taire. madame est une torche. elle exode, 16, 1-5 toute    en antoine simon 9 le plus insupportable chez ses mains aussi étaient au lecteur voici le premier se reprendre. creuser son etait-ce le souvenir dans l’effilé de       parfoi diaphane est le       pav&ea a la libération, les la mastication des       m̵ l’impression la plus    courant bribes en ligne a  hier, 17 il y a tant de saints sur  la toile couvre les il en est des noms comme du bel équilibre et sa en introduction à       j̵ martin miguel art et dernier vers aoi peinture de rimes. le texte nous avons affaire à de    tu sais voile de nuità la ce qu’un paysage peut sur la toile de renoir, les station 7 : as-tu vu judas se sur l’erbe verte si est       devant folie de josuétout est fin première macles et roulis photo les dieux s’effacent   pour le prochain       dans nous lirons deux extraits de rêve, cauchemar, poussées par les vagues dans les horizons de boue, de toute une faune timide veille avant propos la peinture est  de la trajectoire de ce on peut croire que martine toutes sortes de papiers, sur       baie cinquième essai tout intendo... intendo ! au seuil de l’atelier bal kanique c’est     à au matin du sixième cinq madame aux yeux macao grise       soleil sauvage et fuyant comme c’est la distance entre c’est une sorte de à bernadette je découvre avant toi ne faut-il pas vivre comme des voix percent, racontent       m̵ patrick joquel vient de       enfant       sous     [1]  comme un préliminaire la       le       la “dans le dessin       je c’est seulement au   un     surgi       apparu reprise du site avec la si j’étais un et  riche de mes       dans v.- les amicales aventures du frères et       dans  de même que les nous viendrons nous masser     nous  les premières antoine simon 10       ton       vu station 1 : judas dernier vers doel i avrat, après la lecture de grande lune pourpre dont les pour lee pour le prochain basilic, (la  au travers de toi je pour martine, coline et laure la chaude caresse de la terre a souvent tremblé granz est li calz, si se arbre épanoui au ciel     une abeille de et ma foi,       le pour qui veut se faire une et nous n’avons rien equitable un besoin sonnerait reflets et echosla salle ainsi fut pétrarque dans g. duchêne, écriture le antoine simon 7 je désire un l’illusion d’une giovanni rubino dit madame porte à ouverture d’une elle disposait d’une non... non... je vous assure,     &nbs nous avancions en bas de j’ai ajouté l’ami michel       les les dessins de martine orsoni 1-nous sommes dehors.     cet arbre que nu(e), comme son nom ainsi alfred…   se dernier vers aoi ainsi va le travail de qui chairs à vif paumes dieu faisait silence, mais nice, le 30 juin 2000 merle noir  pour l’évidence la musique est le parfum de d’ eurydice ou bien de chaises, tables, verres, pour angelo j’ai donc la liberté s’imprime à tendresse du mondesi peu de troisième essai iloec endreit remeint li os edmond, sa grande     au couchant le scribe ne retient beaucoup de merveilles dernier vers aoi       cerisi deuxième apparition de pa(i)smeisuns en est venuz pour michèle aueret       quinze vue à la villa tamaris ecrire les couleurs du monde Être tout entier la flamme À peine jetés dans le l’art n’existe pour mon épouse nicole dans ce périlleux dans le patriote du 16 mars ma chair n’est al matin, quant primes pert temps où les coeurs       je me       ce madame, on ne la voit jamais pour michèle des quatre archanges que on croit souvent que le but   que signifie allons fouiller ce triangle références : xavier antoine simon 5 « 8° de pour julius baltazar 1 le       apr&eg la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Miguel

Miguel

Dernier ajout : 21 octobre 2010.


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette