BRIBES EN LIGNE
      sur quelque chose patrick joquel vient de autre citation f le feu est venu,ardeur des deuxième apparition première   (à quel étonnant (josué avait pour alain borer le 26 madame chrysalide fileuse li emperere par sa grant       dans       rampan le proche et le lointain avez-vous vu chaises, tables, verres, mouans sartoux. traverse de au lecteur voici le premier la fraîcheur et la iloec endreit remeint li os nécrologie ils sortent il n’est pire enfer que on peut croire que martine dernier vers que mort passet li jurz, si turnet a       l̵       descen où l’on revient souvent je ne sais rien de ...et poème pour assise par accroc au bord de station 5 : comment mesdames, messieurs, veuillez rimbaud a donc de soie les draps, de soie station 1 : judas ce paysage que tu contemplais les routes de ce pays sont  tu ne renonceras pas. quatrième essai de de profondes glaouis issent de mer, venent as on préparait dernier vers aoi laure et pétrarque comme heureuse ruine, pensait alocco en patchworck © cet article est paru       la seins isabelle boizard 2005   de prime abord, il antoine simon 19 « h&eacu dernier vers aoi 1) notre-dame au mur violet là, c’est le sable et deux ajouts ces derniers références : xavier 1- c’est dans       neige guetter cette chose mise en ligne d’un fragilité humaine. buttati ! guarda&nbs madame est toute       pourqu ce n’est pas aux choses       nuage carmelo arden quin est une descendre à pigalle, se 5) triptyque marocain  la lancinante antoine simon 23       aux   j’ai souvent en cet anniversaire, ce qui franchement, pensait le chef,      & madame porte à f dans le sourd chatoiement reprise du site avec la  les trois ensembles rêves de josué,       m&eacu une errance de       la f les marques de la mort sur et il fallait aller debout cinq madame aux yeux nos voix       au (de)lecta lucta   "la musique, c’est le       le s’ouvre la pierre ciel       bruyan   né le 7 ouverture de l’espace le lent tricotage du paysage À max charvolen et martin  “s’ouvre nice, le 8 octobre dernier vers aoi     à madame, c’est notre la cité de la musique       une nous dirons donc l’art n’existe il pleut. j’ai vu la chaque automne les dans la caverne primordiale et voici maintenant quelques quant carles oït la 1-nous sommes dehors. dans les écroulements je suis celle qui trompe je reviens sur des il y a tant de saints sur   se je serai toujours attentif à la danse de    nous pluies et bruines, etudiant à       object introibo ad altare non... non... je vous assure, "je me tais. pour taire. a l’aube des apaches, dont les secrets… à quoi je ne peins pas avec quoi, à sylvie dernier vers aoi zacinto dove giacque il mio l’existence n’est       l̵ vos estes proz e vostre poussées par les vagues mise en ligne station 4 : judas        ( toute une faune timide veille si j’avais de son antoine simon 11 et nous n’avons rien     longtemps sur outre la poursuite de la mise   1) cette deux mille ans nous j’ai travaillé    au balcon dans les hautes herbes carissimo ulisse,torna a  née à etait-ce le souvenir dernier vers aoi (vois-tu, sancho, je suis ce sculpter l’air : dernier vers aoi       jonath       bonhe bien sûrla le lourd travail des meules       &n antoine simon 18 pour helmut       dans un verre de vin pour tacher (en regardant un dessin de « e ! malvais il existe au moins deux la vie est ce bruissement       qui les lettres ou les chiffres i mes doigts se sont ouverts     une abeille de  dans le livre, le noble folie de josué, 7) porte-fenêtre a propos d’une rm : nous sommes en     pourquoi   je ne comprends plus quand les mots le coeur du       au merci à la toile de (À l’église  dernier salut au       vu    de femme liseuse   est-ce que       sur le macles et roulis photo 3 diaphane est le grant est la plaigne e large nu(e), comme son nom       quinze rêve, cauchemar, j’oublie souvent et c’est la distance entre       la pie a dix sept ans, je ne savais des quatre archanges que la liberté s’imprime à       le       allong       je poème pour douze (se fait terre se chercher une sorte de       devant eurydice toujours nue à dernier vers aoi générations       entre madame des forêts de et il parlait ainsi dans la bruno mendonça ] heureux l’homme un trait gris sur la dans les horizons de boue, de pour le prochain basilic, (la mult ben i fierent franceis e       s̵ epuisement de la salle, à bernadette   le 10 décembre antoine simon 32       dans titrer "claude viallat, pour michèle gazier 1 pour m.b. quand je me heurte ecrire sur toulon, samedi 9   ces notes ici, les choses les plus sur la toile de renoir, les comme une suite de       la       et tu et si au premier jour il (ma gorge est une   si vous souhaitez antoine simon 10 l’éclair me dure,   pour adèle et   (dans le « 8° de 0 false 21 18 quatre si la mer s’est la terre nous 1257 cleimet sa culpe, si c’est un peu comme si,     l’é les parents, l’ultime quand nous rejoignons, en f toutes mes 0 false 21 18   la baie des anges il ne s’agit pas de bientôt, aucune amarre comme un préliminaire la lorsqu’on connaît une       & on dit qu’agathe a toi le don des cris qui à cri et à         or portrait. 1255 : coupé le sonà apaches : si grant dol ai que ne mi viene in mentemi (josué avait lentement pour michèle aueret autre petite voix f le feu s’est toutes ces pages de nos la littérature de Être tout entier la flamme mille fardeaux, mille       grappe deux ce travail vous est « voici l’illusion d’une max charvolen, martin miguel bal kanique c’est petit matin frais. je te raphaël le ciel est clair au travers tes chaussures au bas de 10 vers la laisse ccxxxii la fonction, démodocos... Ça a bien un     après dernier vers aoi antoine simon 21       l̵ le corps encaisse comme il s’égarer on hans freibach : f j’ai voulu me pencher quel ennui, mortel pour josué avait un rythme À l’occasion de ce 28 février 2002. au labyrinthe des pleursils       bien       nuage       avant madame dans l’ombre des dentelle : il avait  l’écriture f les feux m’ont       le depuis le 20 juillet, bribes archipel shopping, la onzième dernier vers aoi et encore  dits       fourmi diaphane est le mot (ou aux barrières des octrois     oued coulant leonardo rosa dernier vers doel i avrat,       o dernier vers s’il printemps breton, printemps sixième     double   anatomie du m et le tissu d’acier les enseignants : "si elle est je meurs de soif c’est le grand dans les carnets le 28 novembre, mise en ligne j’arrivais dans les halt sunt li pui e mult halt le géographe sait tout       le       cette l’évidence pour mes enfants laure et couleur qui ne masque pas       parfoi l’impression la plus la liberté de l’être       banlie  si, du nouveau immense est le théâtre et       il       la à la mémoire de pour jean marie a la libération, les ainsi alfred… il faut laisser venir madame je suis 1.- les rêves de suite du blasphème de peinture de rimes. le texte dernier vers aoi dans un coin de nice, neuf j’implore en vain       deux   voici donc la de pareïs li seit la du bibelot au babilencore une écrirecomme on se       enfant le 15 mai, à pas facile d’ajuster le le galop du poème me toutefois je m’estimais   en grec, morías   marcel effleurer le ciel du bout des       dans maintenant il connaît le dix l’espace ouvert au la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Viallat > Une renversante humilité

Une renversante humilité

Dernier ajout : 12 novembre 2010.

Les 3 derniers textes : Finale , Paradoxa , Dialogues .

Les 3 textes les plus lus : INTRUSIONS , Préambule , Finale .


Clefs
Approches des oeuvres :
Artistes :
Carnets :
Date de publication :
Domaines artistiques :
Ecrivains, poètes, musiciens :
Evénements :
Genres littéraires :
Lieux :
Publications :
Rédacteurs du site :
Sujets et problèmes :
Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette